Sophie Ferchiou à la cinémathèque tunisienne



Une expérience de coopération est née entre la Cinémathèque tunisienne https://www.facebook.com/CINEMATHEQUE.TN/ et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org/ : un séminaire sur le thème Films et sciences sociales vise à rapprocher la réflexion des sciences sociales de la production filmique et à ouvrir les démarches des chercheurs aux possibilités de lecture des films documentaires et/ou de fiction.

Le cycle est destiné à décloisonner les processus de connaissance et de création pour les inscrire dans leurs contextes, en cherchant les résonances ou discordances des uns avec les autres.

Jeter des ponts entre culture, technologie et méthode 

Le cinéma est rentré à l’université tunisienne : celle-ci compte des établissements et départements d’enseignement et de recherche comme l’Institut Supérieur des Arts multimédia de La Manouba (ISAMM, université de La Manouba) ou l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (ESAC, Université d’El Manar). Depuis une vingtaine d’années, des enseignantEs passionnéEs de cinéma (Tahar Chikhaoui, Insaf Machta, Sihem Sidaoui, Najet Tnani, Issam Marzouki…) ont fondé des ciné-clubs sur les campus et introduit dans les programmes des départements littéraires, de français principalement, des modules d’analyse de films, d’histoire du cinéma et de ses théories. Un master d’études cinématographiques et plusieurs filières forment une quantité de techniciens et de professionnels recrutés par le secteur de l’audio-visuel où radios, télévisions, films et production sur le web se multiplient. L’éco-système culturel tunisien en pleine effervescence depuis des années enregistre une augmentation de la production cinématographique qui anime le public et peut cristalliser une connaissance critique diversifiée et approfondie.

Or, un lien manque encore, notamment du côté des sciences humaines et sociales qui font un usage illustratif et souvent superficiel de la production cinématographique. Dans l’enseignement comme dans la recherche, le croisement entre films et sciences sociales reste un maillon faible. Pourtant, dans les raisonnements et les démarches des chercheurs et des cinéastes, on trouve, des proximités ou des affinités qui, de toute évidence, enrichissent les cours, ouvrent des pistes de recherche ou peuvent susciter des travaux. Les cinématographies, tunisienne et mondiale, offrent un matériau abondant qui devrait contribuer à vivifier l’intérêt des étudiants, à renouveler les contenus pédagogiques et à engager d’autres approches.

Ce nouvel espace de travail espère pousser les barrières habituelles en croisant la connaissance autour du cinéma avec la réflexion méthodologique dans les sciences sociales. La lecture du présent ne pouvant se passer des moyens de l’image et du son, il s’agit d’élargir l’expression scientifique à de nouvelles formes alliant un décodage attentif et informé du langage cinématographique avec le décryptage des mots et des concepts.

Une pionnière

Mêlant soucis pédagogique et méthodologique, la séance du jeudi 31 janvier 2019https://www.dropbox.com/s/4dvv22hrr0xurvd/Programme%20Films%20et%20Sciences%20sociales%2031%20janvier%202019.pdf?dl=0 démarre autour de l’anthropologie, une discipline qui a investi l’expression cinématographique pour élargir le spectre de compréhension des phénomènes sociaux. Deux films (Chéchia ; Guellala) de l’anthropologue et cinéaste Sophie Ferchiou https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Ferchiou -pionnière dans un genre qui va s’appeler «  le film de chercheur »- sont projetés. Après des études secondaires en Tunisie, Sophie Ferchiou entre à la Sorbonne pour des études de philosophie et de sociologie. Elle suivra, entre autres, l’enseignement de Jean Rouch (1917-2004) africaniste, chercheur au CNRS et cinéaste. Elle se concentre sur le terrain tunisien pour y étudier les techniques traditionnelles (de la chéchia, de la poterie, de la cueillette d’olives…), le monde du travail (agricole, industriel) et ses divisions, les rituels religieux, les rapports de sexe dans la parenté et la vie économique. S.F est l’auteur de plusieurs ouvrages individuels et collectifs portant sur divers aspects de la société traités aussi dans une douzaine de films. L’Encyclopedia of Arab Women Filmmaker de Rebecca Hillauer la classe comme l’une des premières cinéastes tunisiennes. En 1966, S.F. soutient sa thèseTechniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris, Institut d’ethnologie, 1971) préparée sous la direction d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) en projetant La chéchia (1966, 30mn)[1]. Elle se souvient du remue-ménage occasionné par la projection d’un film en 16 mm dans un amphithéâtre de Sorbonne d’avant 68. Fidèle à son enseignement, S.F. présente l’anthropologie visuelle comme une discipline à part entière qui permet « de connaître le réel humain au plus près, dans ses aspects complexes et mouvants… de saisir l’intraduisible et de rendre sensible la connaissance qui ne passe pas par des mots».

A partir du tournage de Guellala (1975, 35 mn), à une époque où la Tunisie s’ouvre au tourisme balnéaire, S.F déclare avoir renoncé aux renforts de techniciens afin d’assurer l’immersion nécessaire à l’enquête et à la compréhension du milieu étudié. Le film capte « la jonction entre le technique, le social et le symbolique » telle qu’elle apparaît dans le regard de l’anthropologue sur le village jerbien.

Ces deux plongéesdu cinéma du réel tunisien appellent la suite du corpus. Sophie Ferchiou avait confié les originaux de ses films au Ministère de la Culture. Introuvables, la perte a été rattrapée grâce aux technologies de numérisation. La Cinémathèque tunisienne entame aujourd’hui autour de cette filmographie, un programme de sauvegarde et de restauration (consolidation de l’image et étalonnage des couleurs) des copies récupérées dans les archives de l’auteure et qui, grâce à l’ajout de bonus, d’interviews et un travail de re-datation seront régénérées pour les chercheurs et le public.

Cette archive d’un type nouveau fait espérer des possibilités de retourner à un monde perdu certes, mais essentiel indicateur de la « structure totale d’une époque » et ouvrant sur une connaissance sensible de l’histoire sociale, économique, politique et culturelle de la Tunisie contemporaine.

Hammam-lif,le 3 février 2019


[1] https://misk.tn/radio/podcast/linvite-du-grand-journal-des-arts-sophie-ferchiou?fbclid=IwAR0HQdLnPQxCmaFqPcUx6QiOMbKQKL_WbTUEFe2bnQCwGiySa6ooADHpXsQ

Publié sur le magazine en ligne Kapitalis, mardi 5 février 2019 http://kapitalis.com/tunisie/2019/02/05/sophie-ferchiou-a-la-cinematheque-tunisienne/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.