Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement

Depuis 2011, on (re)parle beaucoup des élites en Tunisie. On pose la question de leur utilité, on se demande si elles sont en train de changer, on compare anciennes et nouvelles, on les incrimine dans le blocage de la « transition », on les accuse de trahison comme on se demande pourquoi elles sont si peu présentes dans la vie publique et politique. Ces réactions font partie des convulsions parolières, première marque d’un changement qui fait bouger les connexions sociales et leurs perceptions. Le débridement de l’opinion se traduit par un déchaînement accru envers des élites dont la définition est floue et la composition pour le moins perturbée. Chacun pense aux siennes car les cartes se sont brouillées. La concurrence entre élites est attisée par l’éruption d’autres besoins et pratiques et les profils qu’ils nécessitent.

Au-delà de leur idéalisation ou de leur diabolisation, les élites sont un indicateur des dispositifs de pouvoir(s)qui régissent la hiérarchisation d’une société et ses transformations. Leur remplacement signe les mutations induites par le passage du temps. La lecture qui suit esquisse quelques critères de leur évolution en Tunisie depuis le XXème siècle.

Elites et pouvoir(s)

            Avec l’instauration du protectorat, la Tunisie beylicale voit se croiser deux lignes de fabrication d’élites. Sous le parallélisme apparent, l’entrelacement de réseaux donne naissance à de nouveaux visages dans les groupes dominants. Les tactiques d’allégeance et les méthodes d’accès à la propriété bougent ; la situation coloniale conjugue des alliances matrimoniales et des conduites de carrière qui modifient les relations sociales, font virer les « notables » locaux ou régionaux, engendrent des lignées d’administrateurs de l’Etat et de fonctions… L’école franco-arabe introduit, à côté du système traditionnel zaytounien, un mode de reproduction qui attire progressivement des recrues tunisiennes. La minorité qui opte et parvient à faire des études avancées est enrôlée -au compte gouttes- dans une oligarchie de professions modernes (médecins, avocats, magistrats, enseignants…) qui complexifient les structurations familiales,agissent sur les échanges économiques, influencent les modes de vie et, par suite, les aspirations sociales et politiques. Le déclenchement de la lutte de libération nationale est l’une des conséquences de l’évolution de la conscience des élites tunisiennes de l’époque qui revendiquent le droit de participer au devenir du pays occupé. La compétition entre élites coloniales et nationales débouche -avec l’indépendance et le départ des premières- sur un appel d’air. Exaltation et nécessité stimulent la fabrique des forces vives : il faut remplacer les partants et assurer la suite. Entre héritage et renouvellement, des élites se constituent dans les domaines juridiques, scolaires, techniques, économiques, administratifs, culturels, sportifs… en lien avec une politique publique centralisatrice car les besoins du pays sont immenses. Alors que des élites sont favorisées, d’autres seront dégradées : dans l‘armée, dans le milieu zaytounien ou dans l’agriculture, on assiste à un ostracisme, une déchéance ou un déclin des meilleurs représentants, autant de formes de dé-légitimation d’élites.

L’avoir, une constante

Les mécanismes par lesquels se constituent et évoluent les élites s’adossent sur les patrimoines matériel, moral et symbolique qui font croître et changer les élites politiques, économiques, intellectuelles, sportives, syndicales, artistiques… Le soubassement économique inhérent à toute catégorie est en rapport avec son efficience et son poids politiques.

Au cours du XXème siècle tunisien, la production des richesses influe sur les voies de la propriété : l’entrée de la banque, l’introduction de normes changent la structuration de l’économie tunisienne ainsi que la place des élites artisanales, commerçantes et agricoles. L’urbanisation et la scolarisation, cibles des principales réformes sous le protectorat, commandent le tracé des ascensions sociales et du renouvellement des catégories dominantes.

Le dirigisme d’Etat qui prend les rênes à l’indépendance endosse l’infrastructure des transports, des villes et des équipements sociaux. L’université nationale accueille les pépinières issues de l’enseignement primaire et secondaire généralisés. Elites politico-administratives, d’affaires et universitaires sont principalement au service de l’Etat, premier pourvoyeur d’emploi ; en retour, elles influent sur l’Etat, sa marche et ses décisions.

            La phase de libéralisation des années 1970 modifie la composition et l’équilibre des ressources des élites tunisiennes. La privatisation jugule la main-d’oeuvre non absorbée par le secteur public. Les effets de la perte du monopole étatique se font sentir sur la configuration des élites, au niveau central et à l’échelle régionale. La concurrence qui s’installe entre secteurs public et privé n’empêche pas les dirigeants de partager les normes de rentabilité et de productivité, au détriment de paramètres sociaux régulateurs.

Depuis, l’ouverture aux marchés mondiaux est l’une des clés de la répartition et du fonctionnement des élites tunisiennes. Les accords, les ressources, les choix de la Tunisie sont liés à des agendas relayés, appliqués et défendus par une technocratie sommée de se mettre au diapason. Cela engendre des disparités nouvelles. A titre d’exemple, la marchandisation internationale du savoir génère un écosystème tunisien des diplômes qui augmente la part des élites « extraverties ». La dichotomie entre élites « de toutes parts » et celles issues de la massification scolaire, cantonnées à l’intérieur du pays, se fait visible et coûteuse. Un des aspects de la crise des élites réside dans les processus de reproduction interne qui favorisent les anciennes et compromettent l’accès des nouvelles.

Elites et représentation : lien problématique

            A côté de la question des inégalités produites au sein des élites, la représentation de celles-ci est l’un des noeuds à disséquer si l’on veut comprendre la séquence 2010/2011. « Révolution sans leaders » certes mais non sans élites, présentes et fondues dans le mouvement général, sans identité ni programme, mais remplies de frustrations. Depuis longtemps, les élites tunisiennes éprouvaient un déficit de représentation, ressentaient leur invisibilité et un manque de reconnaissance. Le pays n’a pas cessé d’en fabriquer et toutes sortes d’élites sont nées, en dehors du parti-Etat (PSD puis RCD) -de plus en plus hégémonique- dans le monde syndical comme dans des niches de l’économie, de la culture, de la science ou de l’art. La politique de cooptation des « compétences » par l’Etat, l’hyper-concentration des possibilités de promotion, l’absolutisme oppressant des réseaux des familles gouvernantes ont alimenté exclusions et renoncements. Les départs à l’étranger, par voie officielle (coopération) ou à travers des circuits personnels, se développent à la faveur de la mondialisation. Le centralisme n’empêche pas l’infiltration d’un fonctionnement informel dans tous les secteurs de la vie sociale et économique, accentuant l’écart entre élites nationale et transnationale. L’élite aujourd’hui « émergente » a poussé sur le terreau d’une circulation des biens et des ressources, à la fois transformée et pas/peu contrôlée. Internet a indéniablement contribué à multiplier les voies d’accès aux positions d’élite. Cet accès vaut-il insertion ?

La question qui se pose avec acuité aujourd’hui est celle de la responsabilité. « Représenter » et « rendre des comptes » constituent un impératif réciproque, indissociable du projet démocratique à l’épreuve. Les élites tunisiennes sont-elles capables d’assumer le passage ? Les réponses de certaines corporations des professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens…) devant le devoir fiscal laissent planer des doutes, tout comme les attitudes timorées de magistrats face aux affaires de corruption ou d’assassinat politique.

Transitions en cours

Pour l’heure, une « société civile » en alerte continue à oeuvrer dans plusieurs directions. Il faut espérer que ces actions éparses aident à remembrer l’atomisation des élites et à construire des espaces d’autorité et de pression capables de contrebalancer un pouvoir affaibli… par manque de responsabilité de ses représentants.

Dans un climat de crise et controverses, les élites tunisiennes continuent de changer de composition et de chercher leur place. En plus de la jeunesse qui clame avec impatience son droit de fendre les cloisons de l’élite constituée, deux catégories incitent à trouver une définition plus fidèle au contexte tunisien actuel : les femmes et les artistes. On a longtemps analysé la participation des femmes à la construction des élites à travers les situations familiales et les alliances matrimoniales. Elles sont désormais actrices de plain-pied, dirigeantes et cadres, dans le monde de l’entrepreunariat, dans des compétences porteuses de changement (enseignement, santé, gestion, sport, magistrature…), comme dans la représentation politique et dans des positions de pensée, de réflexion ou de création.

Autre nouvel entrant dans le cercle indéfini des élites : les artistes eux aussi souvent oubliés dans l’analyse des catégories sociales influentes. Alors que la culture sert à construire l’hégémonie des élites, les artistes tunisiens sont plutôt reconnus après leur mort. Depuis 2011, ils deviennent plus visibles et plus assurés dans leurs revendications comme dans leurs projets. Ils promettent d’être décisifs dans la société tunisienne en devenir et parmi les élites en recomposition.

Enfin si polémiques et débats autour des « élites » augmentent n’est-ce pas parce que la sphère des médias, un des champs de l’élite, et qui s’en fait l’écho, se détermine par rapport à cette catégorie et s’en nourrit ? Même s’il est difficile de voir clair dans ces imbrications anciennes et nouvelles, continuons à questionner cet état de fait et à poser un regard critique sur les élites tunisiennes, passées et présentes.

Publié dans La Presse de Tunisie, Supplément spécial 20 mars « Elite (s) et pouvoir politique« ,  mardi 20 mars 2018, page III.


2 réflexions au sujet de « Les élites tunisiennes : épaisseur historique et voies de changement »

  1. Mabrouk Jebahi

    Le milieu des élites en Tunisie témoigne, au moins depuis la fin de l’ère hafside, d’un grand dynamisme. La question que se pose après 2011 est le suivant ; avec la démocratisation, ce milieu des élites sera d’avantage plus pluriel et plus dynamique. Mais est ce que ce milieu sera capable d’être à l’avant-garde de la masse et d’accomplir son rôle et sa mission avant-gardistes ? Je pose cette question car avec la démocratie, les discours et les idées populistes, ou au moins qui évitent la confrontation nécessaire avec la masse, deviennent dominantes !

    Répondre
  2. Ben Salah Rafik

    Quel talent, chère Madame!
    Clarté et complexité sont vos armes qui donnent à lire la Tunisie des élites de manière synthétique et globale. Merci de votre analyse. A servir aux élites, en premier!
    Rafik ben Salah.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.