Une historienne dans la Révolution tunisienne

Mon ouvrage Parler en historienne après 2011, Tunis, Publications Universitaires de La Manouba, 2017,176 p. vient de paraître.

En voici l’introduction

Cinq années, treize textes et une chronologie

L’ouvrage que le lecteur a entre les mains est le fruit d’un travail réflexif et rétrospectif mené dans l’urgence d’une histoire en train d’advenir. Ce recueil comprend treize textes de facture différente. Ecrits entre 2012 et 2016, ils témoignent, sur la forme et comme sur le fond, d’une écriture qui réagit à une conjoncture volatile. Il faudrait lire ces traces indirectes des bouleversements vécus par les Tunisiens comme une suite d’instantanés autour de questions surgies du présent, traitées dans l’urgence, avec les moyens du bord, et d’après une perception à chaud. L’ensemble ne constitue pas un tout homogène, mais il faut espérer qu’il constitue pour le lecteur une fenêtre sur une période qui appelle, pour en rendre compte, une multitude de voix, de points de vue et de retours d’expériences.

 Formes et finalité

Mon expérience de chercheure en histoire contemporaine et diverses opportunités m’ont offert plusieurs possibilités d’écrire sur l’actualité tunisienne. Ce recueil est le résultat d’une activité entraînée dans des remous conjugués : celui du temps et de l’histoire influant nécessairement sur l’observation, sur la consignation des faits vécus, comme sur le questionnement autour de la profession d’historien.

J’ai choisi treize textes pour reconstituer cette « relation » d’historienne sur la Tunisie après 2011. Quatre d’entre eux sont publiés sous forme de blog ou carnet de recherche hébergé sur Hypothèses, une plate-forme gérée par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)[1]. Ce blog ouvert en juin 2011, participe à l’explosion éditoriale généralisée ; les journaux et magazines s’ouvraient aux opinions et demandaient des éclairages sur une Tunisie sortie de ses gonds et de l’image habituellement reçue. Happée par le mouvement, j’ai doublé la publication sur papier par l’édition en ligne, dans le format et selon les règles fixées pour veiller à la visibilité du « carnet de recherche » et à sa sécurité. L’article « Ouvrir un blog » reproduit ici revient sur les circonstances de ce geste éditorial et explique comment j’ai investi la formule.

A côté de ces papiers d’un nouveau genre, les huit articles du recueil sont de facture plus « classique » : ils sont le fruit d’interventions à des colloques et séminaires dont le nombre a sensiblement augmenté à partir de 2011. A l’instar d’autres chercheurs, j’ai en effet senti et bénéficié d’un vent d’une curiosité accrue envers la Tunisie. Les communautés scientifiques se faisant demandeuses, j’ai vu se multiplier les occasions de participer à des manifestations culturelles ou académiques. Les sollicitations répétées stimulent la réflexion et j’ai été amenée à répondre à de nombreuses questions autour des liens entre le passé de la Tunisie et l’histoire en train de se dérouler. Le besoin de raccorder le passé au présent est un exercice tentant et risqué ; pour ma part, j’y suis entrée en dégageant la logique des questionnements plutôt que celle des faits proprement dits, en suivant la rampe historiographique.

Ecrits en français, certains de ces textes ont été traduits en arabe, d’autres en anglais et un en italien. J’ai ressenti le besoin de faire des ponts de façon plus pressante après 2011. Les conditions de production du savoir incitent à faire éclater les cloisons (notamment en allant vers d’autres publics) et à traverser les frontières (disciplinaires, linguistiques, géographiques…) afin de communiquer plus largement. J’ai voulu toucher des lectorats différents et faire circuler l’information demandée sur la Tunisie, avec les moyens dont je disposais. Fruit d’une expérimentation isolée et sauvage dans le milieu universitaire tunisien, ces articles tracent une cartographie personnelle et donnent des instantanés de mes réflexions et appréciations des événements, des controverses et des positionnements face à l’histoire et au traitement du passé. Reflets d’un usage de l’écrit et du savoir troublé par des mutations technologiques d’ampleur (et bien d’autres changements), ces essais renvoient à des questions et des perceptions de l’histoire et de la mémoire, ravivées ces dernières années. L’assemblage de ces textes vise à contribuer à alimenter le débat qui anime la société et plus particulièrement le champ politique et l’espace culturel tunisiens, à savoir : la montée de l’importance du passé.

Dans l’avalanche des secousses, la remontée en surface d’une demande d’histoire ne pouvait pas me laisser indifférente. La première impression inspirée par cette revendication à l’historienne que je suis est qu’elle se distingue de la demande de mémoire, conséquence de besoins de reconnaissance, également fouettés depuis 2011. Il en découle une tension entre mémoire et histoire qui, si elle peut paraitre normale, n’est pas pour autant spontanée. L’exigence mémorielle s’explique, en partie, par les déficits de l’historiographie établie, au sein de laquelle la version de l’histoire officielle et nationale est hypertrophiée. Il n’y a cependant pas que cet aspect dans le champ intellectuel, culturel et artistique tunisien. Depuis des décennies, des écrits et des témoignages pointent l’exagération de cette histoire orientée et relèvent ses manques, abordent des questions non traitées et suggèrent parfois des pistes.

 Une production historienne pas seulement officielle

Il est intéressant de se demander comment l’effervescence post-2011 s’est traduite dans le « corps » des historiens. Le mot « corps » est-il approprié ? La profession d’historien, au sens actuel du terme, est liée à l’histoire des institutions et du savoir. Pour la Tunisie contemporaine, on doit revenir à la genèse des champs éducatif et universitaire. Entrer par les chiffres, même si c’est artificiel, donne des indications et oblige à réfléchir sur l’usage du mot et le flou qui le caractérise. Combien la Tunisie compte-t-elle d’historiens ? La catégorie est difficile à placer dans des cadres établis. Les statistiques de l’université font état d’environ 250 enseignants-chercheurs en histoire, tous grades et toutes spécialités confondus. Mais on ne peut s’en tenir à cette définition restreinte. Il faut y ajouter les historiens « amateurs », ceux qui s’intéressent à l’histoire jusqu’à écrire des livres ou des articles dans les journaux et revues. Ce « commerce » de l’histoire est loin d’être négligeable dans le monde tunisien de la culture[2]. Il constitue un large réservoir où circulent les idées historiques, les interprétations du passé de la Tunisie. Par ailleurs, des poèmes, des pièces de théâtre, des films, des feuilletons et même des « conteurs » forment des vecteurs qui vulgarisent l’histoire de héros, popularisent des récits sur des régions, racontent des épisodes plus ou moins glorieux, autant qu’ils questionnent, parfois, l’histoire dite « officielle ».

Le doute autour de la production historique tunisienne, entretient les défiances face à la profession, comme il se nourrit des approximations ou ignorances qui persistent sur des pans entiers du passé. Dans les discours ordinaires, politiques ou intellectuels, on ne décèle pas d’autorité spécifique aux « historiens » tunisiens ; ils ne bénéficient pas d’un magistère particulier et leurs écrits ne font pas référence unique. Tenus dans une crédibilité toute relative, ils forment une communauté où se reflètent les problèmes de la place des humanités dans le régime du savoir. La libération de la parole a dévoilé d’autres carences : une faible connaissance de ce qui est étudié, une confusion des genres (depuis les travaux de recherche jusqu’aux manuels en passant par les essais), une absence de capitalisation de savoirs historiques éclatés non dénués, du reste, de points aveugles et de lacunes.

Aussi, si dans le foisonnement actuel des revendications, la réforme des programmes  et des manuels scolaires est un mot d’ordre largement partagé, elle ne suffirait pas cependant à renouveler tous les supports d’apprentissage, ni à transformer les façons d’approcher l’histoire de la Tunisie. Sans compter que la forme « manuel » est dépassée pour toutes les disciplines. Le monde de l’enseignement et l’univers de la connaissance sont en mutation partout et la Tunisie ne peut se mettre à l’abri des bouleversements actuels. Comme pour la géographie, les mathématiques, les sciences de la vie ou les langues, les programmes et manuels transportent une pédagogie dépassée et ne parlent plus aux générations montantes. Ils appellent à un remaniement profond des contenus et à la nécessité de ré-inventer les méthodes et les procédés de transmission.

La demande de mémoire réactivée en Tunisie après 2011 se greffe sur une réticence et un désintérêt anciens devant l’histoire « savante », preuve que l’histoire « officielle », malgré ses prétentions, n’a pas les moyens de l’hégémonie qu’elle recherche. Cette dernière a certes eu le temps de s’écrire et s’est donné les moyens de se formuler, entre la période de Bourguiba puis celle de Ben Ali qui a essayé d’atténuer l’image du précédent. Avec le départ du second, une chape a sauté, laissant libre cours au désir d’écrire « une autre histoire ». Le déplacement du balancier est classique et le besoin d’une histoire « plus vraie » est le lot de tout changement de régime politique. Qu’ont fait les historiens « professionnels »  en Tunisie ? Certains se sont lancés dans une « histoire immédiate » nourrie par l’émotion et encouragée par la vitesse de la communication. Dans les médias et la presse écrite, des voix et des plumes historiennes se sont fait connaître, sans attirer outre mesure l’attention du public, plutôt tourné vers les avis de juristes, ou encore intéressé par les chiffres des économistes, les lectures de politologues, plus en phase avec le rythme des événements.

Entre retour du passé, pression de l’immédiat et doutes sur l’avenir, les années post 2011 ont accouché de remises en cause de toutes sortes de professions, celle des historiens n’étant pas en reste. Quand on est dedans, quelle attitude avoir et que faire devant ces vents perturbateurs ? Et parmi les questions que je me pose : avant 2011, aurais-je souhaité laisser une telle trace de mon travail d’historienne dans la production de l’université ?

 Lire en reliant passé et présent

            Face à l’événement révolutionnaire, ma réaction a été de lire et relire en cherchant des liens entre le présent désordonné et le passé plus ou moins décrypté. Dans la précipitation, je n’ai pas trouvé le temps de réfléchir à la question de la forme, pourtant essentielle. Je suis restée dans le registre du « court », avec des formats moins longs que mes articles académiques habituels. J’ai commencé à publier des articles dans un quotidien, un hebdomadaire ou un mensuel avant de les « poster» dans le blog dont j’ai parlé ci-dessus. Je me suis expliquée à plusieurs reprises -dans le blog, des interviews ou des séminaires de méthode- sur mon entrée dans ce nouveau monde de la communication scientifique. Au cours des années post 2011, j’ai évolué dans ma manière d’écrire ; essayant au début d’être en phase avec les faits sélectionnés, je me suis orientée petit à petit vers l’actualité scientifique et/ou culturelle pour y chercher les vibrations du contexte nouveau et/ou ses échos indirects. Cette chronique subjective constitue aujourd’hui une « archive » qui m’aide à me retrouver dans un passé pas trop lointain dont la densité échappe déjà à mes réflexes et à ma mémoire.

Sollicitée pour des cours, des conférences et des séminaires, le plus souvent en France mais également en Belgique et en Italie, j’ai rencontré des publics attirés par la Tunisie et son histoire en train de se faire. Face à des audiences curieuses, composées souvent de personnes armées de connaissances comparées, parfois érudites, sur la politique, la sociologie ou l’économie tunisiennes, j’ai dû mettre en perspective le cours des péripéties en me penchant particulièrement sur l’histoire, proche et lointaine. La plupart des textes rassemblés ici sont le fruit de ces exposés, des versions remaniées deux ou trois fois -parfois davantage- intégrées à des projets collectifs, pour animer des séminaires de recherche, répondre à des associations citoyennes ou donner une conférence. Les textes ont été dits, écrits et recomposés à la lumière de ce que la Tunisie suscitait comme interrogations et débats. Les besoins de comprendre l’actualité tunisienne se nourrissaient des espoirs de voir surgir une histoire dont les enseignements résonnaient en dehors des frontières nationales. Cet intérêt scientifique persistant, d’une durée inhabituelle, hors du commun de ma profession et sortant des débats internes au pays, m’a servi de fil conducteur tout au long de ces années. La conjonction entre une attention soutenue et notre réalité embrumée par des épisodes difficiles à décrypter, m’a tenue sur la brèche et la tête hors de l’eau. J’ai poursuivi un travail de mise en ordre et en perspective qui m’aidait à voir plus clair, tout en répondant à la curiosité de mes auditoires.

Les (re)lectures de l’histoire tunisienne m’ont servi à trier dans les faits saillants pour trouver des résonances tantôt dans la période coloniale, tantôt dans celle de l’après-indépendance, parfois dans les périodes et écrits antérieurs. La veine historiographique que j’avais commencé à suivre avant 2011 trouvait là une issue et une application fécondes. De plus, cet effort d’interprétation et de communication s’est avéré être un exutoire apaisant devant le présent convulsif que nous étions en train de traverser.

Ce recueil reproduit l’essentiel des textes élaborés entre 2012 et 2016. Alternant avec et complétant la centaine de billets publiés à ce jour sur mon blog, ils constituent ce que mon regard d’historienne m’a permis de formuler à propos de l’histoire en cours, sachant qu’il est difficile de capter à chaud la pleine signification des faits. J’expérimente des grilles, je teste des hypothèses ou des analogies, je tente des rapprochements, j’avance des propositions, j’exprime des embarras… Toutes ces opérations m’ont permis d’accompagner ces années agitées pour la citoyenne, en examinant avec le crible de l’historienne les questions que la tournure du présent éveillait. Je ne prétends ni à une histoire du temps présent ni à une histoire immédiate. Ces textes sont le produit d’une activité d’historienne sollicitée par plusieurs cercles pour tamiser l’actualité tunisienne et explorer en quoi les événements présents et locaux peuvent se rattacher à des questions globales et anciens. J’ai parlé des années 2012 à 2016 avec les outils de la discipline (dont la chronologie publiée en annexe) espérant par cet exercice de mémoire ordonnée et comparée contribuer à un vaste travail, dépassant mes seules capacités. Je suis heureuse d’en avoir effectué la part que je pouvais faire, espérant préparer la voie à de possibles retours sur des années complexes et touffues qui attendent d’être racontées, analysées et expliquées.

Hammam-Lif, le 7 juin 2017

[1] Histoire et culture de la Tunisie contemporaine, http://hctc.hypotheses.org

[2] Une thèse récente de Mohamed Saâdaoui (Université de Sfax, avril 2017) intitulée « Les écrits d’amateurs non universitaires autour de la période coloniale en Tunisie 1881-1956. Etude critique d’un genre historiographique parallèle » (en arabe). Sans être exhaustive, la thèse a recensé une centaine d’ouvrages.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.