L’an I de la transition tunisienne. Chronologie, décembre 2010-décembre 2011

Il y aurait une infinité de façons de résumer l’année 2011 en quelques dates-clés. Je propose quelques repères temporels dans une année où la précipitation des événements a gonflé la matière à classer et multiplié les points de vue à partir desquels on peut les agencer. J’ai construit cette grille pour accompagner la publication de l’ouvrage Chronique d’une transition qui regroupe des textes écrits tout au long de cette année. Comme les articles et conférences qui constituent le volume, cet exercice se situe entre le témoignage et le besoin de recul. A peine cet inventaire chronologique bouclé, j’ai commencé à noter une série de faits qui auraient pu y figurer, rendant compte d’autres aspects de l’actualité récente apparus depuis. Syndrome vulgarisé par Jorge Luis Borgès à travers le fantasme d’étendre les dimensions des cartes à celles du monde qu’elles sont censées représenter. La chronologie comme la carte géographique sont une traduction schématisée d’une réalité incorporée dans une période ou un espace. Comme tout support d’interprétation, cette grille chronologique pose la question de son échelle, elle véhicule une vision partielle des faits comme elle est appelée à subir un travail intrinsèque constant.

L’établissement de cette chronologie de la transition tunisienne a porté les enseignements de cette période extraordinaire jusqu’au cœur de mon métier d’historienne. A travers cet exercice, j’ai expérimenté, par-delà l’aspect technique, l’idée que les dates parlent directement et que leur raccourci révèle autant qu’il cache. Tout récit étant conditionné par l’usage qu’on lui réserve et le contexte de son élaboration, le langage et le contenu de cette grille restent datés. En donnant une trame à des textes écrits au fil des événements, sans fil conducteur pré- établi, j’ai éprouvé le pouvoir à la fois structurant et fluctuant de l’outil. A sa manière, cette chronologie constitue un texte à l’image de ceux qu’il est censé éclairer et relier. Je ne saurais pas expliciter les critères sous-jacents au choix des jalons illustrant à mes yeux de témoin le processus de la transition en 2011. Mais je sens que ces bornes de marquage sont appelées à bouger, toute chronologie étant éphémère, appelée à être reprise, recomposée par les événements, par ceux qui les vivent et ceux qui en parlent. En dépit de leur spécialisation professionnelle, les historiens n’ont pas le monopole d’ordonner les faits afin d’en restituer un sens provisoire, en attendant le cours ultérieur de l’histoire. En confectionnant ce support pour lire les événements dans le temps court de cette année 2011, j’ai pensé aux chronologies des manuels d’histoire qu’elle soit universelle ou nationale, politique, religieuse, sociale ou scientifique. L’histoire des idées, de la littérature, des religions ou des sciences traduisent des rythmes commandés par les évolutions et les changements étalés dans le champ temporel correspondant. A défaut de hiérarchiser les changements intervenus en 2011, cette chronologie m’a rappelé qu’ordonner le temps est un art et une pédagogie utiles à des conteurs, des romanciers, des policiers, des avocats, des juges, des médecins… et à des historiens. Le succès et les limites de l’opération sont, comme toujours, conditionnés par la situation dans laquelle a été élaboré le déchiffrement de la première année d’une transition qui ne fait que commencer et qu’il va falloir raccorder à plusieurs grilles d’interprétation.

Ceci pour dire que cette reconstitution d’une année dense, débordant d’événements plus ou moins intelligibles est définitivement provisoire. En attendant les nombreuses grilles chronologiques qui se façonneront au fur et à mesure que les lectures qu’appelle cette transition se développeront, je signale aux lecteurs une chronologie politique détaillée et plus riche en événements, élaborée par Abdelkrim Gabous et parue sur les pages 21 à 31 de l’édition du 14 janvier 2012 du quotidien tunisien en langue arabe, Al Maghrib.

17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid.
19 décembre 2010, Déclenchement d’un mouvement social et populaire à Sidi Bouzid.
24 décembre 2010, Premiers tués par balles à Menzel Bouzaïane.
27 décembre 2010, Des avocats se mobilisent à Tunis en faveur des événements.
29-30 décembre 2010, Remaniement ministériel, mouvement de gouverneurs de Sidi Bouzid, Jendouba, Zaghouan. Reportage et débat de la chaîne Nessma Tv, le 30 décembre en soirée.
6 janvier 2011, Grève des avocats pour protester contre les violences policières et les tirs par balles.
8 janvier 2011, Enterrement de Mohamed Bouazizi (mort le 4 janvier à l’hôpital de Ben Arous) à Sidi Bouzid.
9 janvier 2011, L’état de siège est décrété sur tout le territoire.
11, 12 et 13 janvier 2011, Les manifestations se répandent partout, organisées par l’UGTT. Elles parviennent à Tunis et banlieues. Le 13 au soir, Ben Ali intervient pour la troisième fois depuis fin décembre à la télévision déclarant qu’il a « compris ».
14 janvier 2011, Une grande manifestation a lieu le matin à Tunis. Zine El Abidine Ben Ali quitte le pays avec sa famille en fin d’après midi. Son avion atterrit en Arabie Saoudite.
15 janvier 2011, La procédure de passation des pouvoirs opérée selon l’article 56 de la Constitution (le Président de la République absent est remplacé par le Premier Ministre Ghannouchi) est remaniée conformément à l’article 57 (En cas de vacance du pouvoir, l’intérim est assuré par le Président de l’Assemblée Nationale). Troubles dans les prisons.
17 janvier 2011, Formation du premier gouvernement provisoire Mohamed Ghannouchi. Fouad M’baza’a, Président de la République par intérim. Création de trois commissions : pour la réforme politique (présidée par Yadh Ben Achour), pour enquêter contre les malversations et la corruption (présidée par Abdelfattah Amor), pour les victimes de la répression du régime de Ben Ali (présidée par Taoufik Bouderbala).
Premiers mouvements de contestation à Oman et au Yémen.
22 janvier 2011, Suppression de la police universitaire en Tunisie.
23 janvier 2011, Mouvement dit Kasbah I : des caravanes des différentes régions convergent pour un sit-in place de la Kasbah, siège du premier ministère, protestant contre la présence de ministres symboles de l’ancien régime dans la nouvelle formation du gouvernement.
24 janvier 2011, Larbi Nasra, directeur de la chaîne Hannibal TV, arrêté la veille pour des soupçons d’intervention télévisée de Ben Ali, est libéré. Trois des plus proches collaborateurs de Ben Ali : Abdelaziz Ben Dhia, Abdallah Kallel, Abdelwaheb Abdallah sont mis en résidence surveillée.
25 janvier 2011, Premières manifestations au Caire, à Alexandrie, à Tanta et d’autres villes appelant au départ de Moubarak.
27 janvier 2011, Deuxième gouvernement Mohamed Ghannouchi.
1er février 2011, La marche d’un million en Egypte. Hosni Moubarak annonce qu’il ne se représente pas aux élections.
2 février 2011, Le président Salah déclare qu’il ne se présentera pas aux élections présidentielles du Yémen en 2013.
7 février 2011, Une grande manifestation organisée à Alger est dispersée par les forces de l’ordre.
7 et 9 février 2011, Le Parlement tunisien vote une loi permettant au président par intérim de gouverner par décrets-lois. Dissolution de l’Assemblée Nationale.
11 février 2011, Formation du Conseil National pour La Protection de la Révolution (CNPR) à partir de 26 organisations dont l’UGTT.
Démission de Hosni Moubarak. Le pouvoir est transféré à l’armée égyptienne.
13 février 2011, L’opposition à Mouammar Kadhafi appelle à un soulèvement pour le 17 février. Insurrection à Benghazi, El Baïda et Zentan et début de la répression en Libye. Début d’un mouvement de milliers de réfugiés en direction de la Tunisie.
14 février 2011, Premières protestations à Bahreïn. Répression et distribution d’aide financière aux familles.
18 février 2011, Un décret-loi crée la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRORRPTD) par élargissement de la Commission de Réforme politique.
20 février 2011, Une marche de plusieurs milliers de personnes a lieu à Casablanca et dans d’autres villes au Maroc.
21 février 2011, Déclenchement du mouvement Kasbah II réclamant le départ de Mohamed Ghannouchi.
27 février 2011, Béji Caïd Essebsi remplace Mohamed Ghannouchi en tant que premier ministre.
Formation du Conseil National de Transition libyen.
4 mars 2011, Suspension de la Constitution Tunisienne.
7 mars 2011, Béji Caïd Essebsi nomme son premier gouvernement provisoire : 32 ministres dont deux femmes.
9 mars 2011, Dissolution du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) par décision de justice. Mohamed VI annonce une réforme constitutionnelle avec référendum pour le Maroc.
11 mars 2011, Manifestations de masse au Yémen à Sanaâ, Taïz, Aden contre le président Abdallah Salah.
14 mars 2011, L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis envoient des troupes pour soutenir le roi de Bahreïn.
15 mars 2011, Elargissement de la HIRORRPTD de 72 à 165 membres.
Premières manifestations massives en Syrie.
28 mars 2011, Le Ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi est remplacé par Habib Essid.
6 avril 2011, Accord tuniso-italien « régularisant » 22.000 Tunisiens ayant débarqué clandestinement à Lampedusa.
11 avril 2011, Vote de la loi électorale.
18 avril 2011, Décret-loi créant l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE).
5 mai 2011, Crise à la suite des déclarations de Ferhat Rajhi sur le fonctionnement du gouvernement, l’existence d’un « gouvernement de l’ombre », les enjeux et les nominations.
16 mai 2011, Election des membres de l’ISIE et report des élections d’une Assemblée Nationale Constituante prévues le 24 juillet au 23 octobre.
19 mai 2011, Affrontement armé entre militaires tunisiens, garde nationale et membres du réseau Al Qa’ida du Maghreb Islamique (AQMI), à Rouhia, gouvernorat de Siliana. Trois morts, dont le Général Ayari.
29 mai 2011, Samir Fériani, responsable dans la police politique est arrêté. Il avait donné l’alerte sur des actions en faveur du retour de Ben Ali.
4 juin 2011, Le roi Salah, blessé, quitte le Yémen.
20 juin 2011, Début des procès contre Ben Ali et les Trabelsi
26 juin 2011, Attaques contre le cinéma Afric’art à Tunis pour la projection du film Ni Allah ni maître de Nadia El Fani.
1er juillet 2011, Remaniement du gouvernement. Es-sabah publie le Pacte Républicain élaboré au sein de la HIRORRPTD.
11 juillet 2011, Démarrage des inscriptions sur les listes électorales.
14 août 2011, Clôture des inscriptions des électeurs.
23 août 2011, Kadhafi prend la fuite. Tripoli passe sous le contrôle du CNT.
29 septembre 2011, Le tribunal militaire prononce un non-lieu dans l’affaire Samir Fériani.
1er octobre 2011, Démarrage de la campagne électorale.
9 octobre 2011, Des groupes armés tentent d’attaquer le siège de la télévision privée à Tunis, Nessma TV, à la suite de la diffusion du film iranien Persépolis, doublé en dialectal.
13 octobre 2011, Clôture des travaux de la HIRORRPTD.
20 octobre 2011, Mort de Mouammar Kadhafi, tué par des insurgés.
23 octobre 2011, Elections de l’Assemblée Nationale Constituante.
26 octobre 2011, Des violences éclatent à Sidi Bouzid à la suite de l’annulation des listes du parti El Aridha Acha’biyya (Pétition populaire) arrivé en tête des résultats électoraux.
27 octobre 2011, Résultats partiels des élections.
2 novembre 2011, Décret-loi sur la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition
12 novembre 2011, La Ligue Arabe décide de suspendre la Syrie de son organisation.
14 novembre 2011, Publication des résultats définitifs des élections tunisiennes.
22 novembre 2011, Première séance de l’Assemblée Nationale Constituante élue : 217 sièges, 215 présents, 28 partis représentés. Election de Mustapha Ben Jaâfar (parti Ettakatol) comme président de l’ANC.
28 novembre 2011, Début des élections législatives en Egypte.
12 décembre 2011, Election du Président de la République tunisienne. Moncef Marzouki (parti du Congrès Pour la République) obtient 153 voix.
14 décembre 2011, Hamadi Jebali (parti Ennahdha), futur premier Ministre, est chargé de former le nouveau gouvernement.

Compléments :

interview de l’auteure sur Radio Tunis chaîne internationale

Une interview effectuée par la chaîne marocaine Inter, le 5 juin 2012  :  http://www.chaineinter.ma/detail_invite.php?id=434


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.