Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage ( Les Archives, la Société et les Sciences Humaines), vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

La synergie entre les sources d’information et leurs usages évolue constamment : elle fait bouger les règlementations, influence les pratiques, mais participe en même temps à modifier les attentes des producteurs, les représentations des citoyens (détenteurs, donateurs de documents), les revendications des chercheurs. Si ces derniers sont obligés de prendre en compte le facteur temps dans leurs interprétations, il n’est pas facile de le lire en amont dans leurs méthodes ou de leurs questionnements.
Le rapport organique et fonctionnel qui lie les producteurs de documents, les spécialistes de la conservation et du classement documentaires et les usagers des archives, aborde une « nouvel âge » avec la révolution électronique. Les possibilités ouvertes par les mutations technologiques sont innombrables, l’une des plus déterminantes réside dans l’internationalisation des standards et des codes. Or, ces conséquences ne sont pas sans contraintes et elles débouchent, entre autres, sur l’éclatement de l’information, éclatement qui va jusqu’au bouleversement du statut de l’information.
Ces pistes de réflexion proposées par l’argumentaire du colloque ont été illustrées par des études de cas et débattues avec des arguments de terrain par les participants au colloque, venus de différents horizons disciplinaires. La rencontre organisée par les Archives Nationales de Tunisie et le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales a en effet été pensée comme une occasion de croiser des expériences diverses, de confronter des contextes documentaires différents, de comparer des histoires administratives et culturelles, à partir de corpus particuliers.
Les initiateurs du colloque, Mabrouk Jebahi et autres chercheurs associés et amis des Archives Nationales de Tunisie, ont engagé les deux institutions à fêter la Journée nationale des archives (26 février 2010) en associant en commémoration, travaux d’archives et pédagogie, en croisant recherche nationale et ouverture scientifique internationale, en mêlant les spécialités. Par ailleurs, la rencontre visait un objectif supplémentaire, plus rarement poursuivi : croiser les points de vue des chercheurs et les conceptions des archivistes, les amener à débattre des pratiques qui les relient étroitement, afin d’amener les uns et les autres à comprendre ce qui dépasse le métier, commande les pratiques, sépare et unit les expériences des uns et des autres. Derrière la technicité croissante, le but est de mieux comprendre savoir-faire et savoir tout court, entendus comme des productions sociales et historiques. Car, et cette rencontre pluridisciplinaire l’a éprouvé une fois de plus, la question des archives est une question éminemment politique, notamment parce qu’elle est liée à l’histoire. La haute teneur symbolique des archives en fait une question sensible qui renseigne sur les mentalités individuelles et collectives et sur la manière dont les groupes, les nations ou les individus considèrent par exemple la propriété ou l’antécédence dans les rapports avec l’autre ou l’étranger.
Les archivistes en vedette
En mettant les archivistes d’hier et d’aujourd’hui au centre, cette rencontre les a sortis de l’anonymat et de l’ombre, les montrant sous un jour moins poussiéreux que ne le laisse croire a priori le partage des rôles. En attendant de faire leur histoire (comme en Espagne), les interventions permettent d’aligner quelques éléments dans cette voie. Les chercheurs décrivent les archivistes comme des lettrés, parfois ils en parlent comme des maniaques de l’ordre (exemple des militaires) ou des passionnés d’histoire. Il est clair que ces experts de l’écrit ont plusieurs compétences ; ils sont des sociologues de leurs publics, des enseignants, des citoyens conscients. Ils sont appelés à être des gestionnaires même s’ils ne le sont pas toujours et si, dans le passé récent, ils sont assimilés à des beldi (il n’y a pas d’archives dans les campagnes !), certains professionnels qui se sont exprimés ne manquent pas d’humour sur leur profession et leur utilité. Les jeunes archivistes d’aujourd’hui ne correspondent pas aux portraits nostalgiques ou romancés des érudits que les auteurs remercient dans les introductions et les notes d’ouvrages, de façon souvent anonyme car ils sont cachés par l’institution. Peuvent-ils se reconnaître dans la palette de ces prédécesseurs ? Les études d’archivistique se technicisent à mesure que les systèmes d’organisation s’informatisent ; Internet, hypermarché qui étale une information abondante et accessible mais non hiérarchisée instaure un régime d’information moins démocratique qu’on ne le dit et oblige à une redéfinition des formes de médiation de l’information, à un recyclage des acteurs et des voies de cette médiation.
A côté du « besoin de crédibilité et du désir de visibilité » -qui n’est pas le monopole des archivistes- d’autres affects habitent cette catégorie de travailleurs intellectuels sur qui reposent de lourdes attentes, alors même qu’ils sont relégués à la condition de techniciens, quand les choses se « politisent », et notamment en cas de crise. Aussi, des occasions comme ce colloque donnent la possibilité de parler « boutique » avec des confrères d’autres pays, de communiquer avec des chercheurs de plusieurs disciplines et constituent des opportunités de rencontre et d’échange. Elles permettent aux archivistes et documentalistes de se reconnaître au milieu des changements subis par la profession, de se maintenir face aux transformations de la société, entre autres en s’adaptant à l’évolution des sciences humaines.
L’histoire est la première des sciences humaines liées à l’archive. Sœur siamoise ou cuisse de Jupiter ? L’histoire est un savoir intimement lié à l’existence de l’archivistique, même s’il n’est pas le seul à déterminer l’évolution interne de cette discipline, aussi ancienne que le pouvoir, l’envie de le rationaliser, l’obsession de le pérenniser. Au-delà du couple histoire/archivistique, on se retrouve devant une grande famille tissée de liens passionnels et traversée par des tensions, un ensemble de savoirs connexes qui présentent des différences et entretiennent des relations d’intérêt réciproque. D’autres sciences et également des techniques occupent la scène autour des archives et des archivistes, concourent à leur complexité. S’il a été surtout question d’histoire, diverses disciplines se sont exprimées au cours de cette rencontre. Anthropologie, ethnologie, droit (international ou foncier) sont le passage obligé pour une connaissance approfondie et dynamique de la culture administrative de l’archive ; le droit, l’anthropologie et la sociologie sont indispensables pour replacer les pratiques des administrateurs et des archivistes (leur appellation varie selon l’époque et le contexte) dans une histoire sociale et culturelle qui les situe au milieu d’autres producteurs de l’écrit, d’autres gardiens de la mémoire et d’autres fabricants de l’histoire.
Trois axes thématiques
On peut résumer l’ensemble des contributions présentées autour de trois axes qui structurent schématiquement les questions et les pistes de réflexion abordées par les participants.
1/Le premier axe regroupe les débats qui concernent les systèmes d’archives et les différentes conceptions de l’archivage qu’ils recouvrent. La conception de l’archive a en effet été très largement illustrée sur le plan géographique : les exemples traités couvrent des pays du Maghreb et du Machrek, l’Empire Ottoman, l’Italie, l’Espagne, la France, l’Egypte et le Sénégal. Et ce large spectre de contextes archivistiques et administratifs a fait jaillir des ressemblances et des différences. Plusieurs genres d’archives se distinguent : les traités et les contes, les chants populaires et les chroniques, depuis les pétitions aux actes judiciaires, des rapports militaires aux enquêtes administratives, des registres de cadis aux correspondances. Les instruments de recherche peuvent devenir également une source, rejoignant ainsi le statut des travaux de seconde main. Car cette rencontre a décliné l’archive dans une définition très étendue qui permet de questionner à la fois le mot ou la chose. A chaque débat, la priorité est donnée à la notion de pratiques et d’usages, au pluriel et toujours dans une vision évolutive. Face au dilemme infernal : tout est archive ou tout est métadonnée ?, la réponse se situe entre les deux, dans la nécessité de mettre le terme « archive » en situation. La valeur probante de l’archive, même ramenée à la fonction minimum de témoignage, renouvelle un constat ancien: Les archives sont nécessaires mais insuffisantes pour écrire l’histoire. Le débat qui a fusé sur les tribus, objet encore difficile à saisir à travers les archives et réalité peu chiffrée, a fait résonner la question de l’oralité et des pertes inévitables, des destructions d’archives à travers le temps.
Sur la variété des archives et leur incomplétude, la conclusion est qu’il est toujours bon d’aller sur les marges de l’histoire, d’aller au-delà des archives « territorialement » disponibles (et il faut entendre territoire dans le sens physique et intellectuel) et que la recherche gagne à inventer ses archives en dehors des corpus constitués.
2/Le second axe thématique important qui ressort de cette rencontre concerne la relation quasi-systémique qui relie le continent des archives avec l’histoire de l’Etat. La constitution des Etats est à l’origine de l’archivistique : les exemples de la France (après la Révolution), de l’Empire Ottoman, de la Tunisie (Réformes du XIXème siècle) mettent en évidence la naissance conjointe d’une bureaucratie rattachée à cette fonction qui a été largement remplie par d’autres corps comme celui de l’armée, les archives militaires étant souvent considérées comme des modèles « fiables ».
Les contributions ont permis d’observer des variantes et des décalages entre les pays anciennement colonisés par la France, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Sénégal. Même si l’on note des points communs qui ont trait à la volonté de construire une histoire nationale, la rupture de l’indépendance a été différemment vécue. Les structures de conservation qui y sont nées, quoique comparables, présentent aujourd’hui des différences : la Tunisie choisit de « rapatrier » (sous forme de microfilms) les archives de la période coloniale ; l’Algérie les réclame toujours à la France sans «négocier » politiquement ; le Maroc possède des archives modernes et médiévales (la Section Historique de la Bibliothèque du Protectorat 1912 reçoit des milliers de manuscrits), mais ne s’est pas doté des archives de la période contemporaine ; le Sénégal qui bénéficie de son rôle de place–pivot pour les archives des sept colonies de l’Afrique française depuis 1913, collecte des archives judiciaires et notariales sous Senghor, crée en 1977 les Archives du Sénégal et décrète une loi en 1981. Pour l’Empire ottoman, le rôle des archives locales est d’autant plus important que la décentralisation a opéré entre le « centre et la périphérie » : en Syrie, on a le cas des registres de Hama ; l’Egypte encourage la constitution des dossiers des tribunaux chara’ïques pour combler la connaissance de la période moderne, faiblement étudiée, alors que la période contemporaine reste sous-analysée. Pourtant deux centres d’archives existent actuellement à Istanbul et Ankara, reliés par un système de communication.
L’histoire coloniale française a perpétué une influence durable du système administratif français et par voie de conséquence de l’esprit des archives françaises dans les pays du Maghreb en particulier. Avec l’indépendance, ces derniers n’ont pas institué l’équivalent de l’Ecole des Chartes mais des filières universitaires sont nées à partir des années 1980 ; les textes de loi des archives sont inspirés de la législation française et il est à noter que la Tunisie et l’Algérie ont édicté, la même année, en 1988, la loi des archives. La profondeur de l’héritage colonial est enracinée jusqu’aux mentalités politiques actuelles : malgré les variantes, la culture revendicatrice des archives comme constitutive de la souveraineté nationale explique en partie la tension qui persiste encore sur la possession des fonds d’archives de la période de la colonisation, du côté français et du côté de l’Algérie notamment, mais pas seulement.
3/Le troisième palier important de la rencontre se situe autour de la question de l’enseignement de l’histoire et de l’archivistique, tributaires de la volonté politique. Celle-ci est à l’origine du renforcement du lien entre l’histoire de l’Etat, la constitution des systèmes archivistiques, et la discipline historique. La relation et son impact sont objets d’histoire, et appellent à leur tour une connaissance de l’évolution des services d’archives, de leur fonctionnement, des techniques mises en œuvre. Les débats sur cette question ont convergé vers un nœud important, celui des historiques des filières et des modèles de formation. Les participants étant des techniciens de l’archive avertis, on a longuement parlé de l’histoire de l’enseignement de l’archivistique. L’Algérie qui a formé ses recrues au Québec, en France puis localement-, vit des discordances entre les générations d’archivistes ; elle connaît également un problème de relève aujourd’hui. Comme en Tunisie, on y assiste à la naissance d’une discipline et à la formation d’une profession, avec des spécialisations de plus en plus poussées : celle des enseignants d’archivistique. Ce qui mène à la visibilité de cette profession et à son rapport avec d’autres compétences administratives (dans les secteurs de la justice ou des finances par exemple au Sénégal), avec d’autres savoirs (l’histoire de l’architecture s’avère de plus en plus nécessaire) et envers le grand public, que l’on sollicite pour légitimer le rôle social des archives et une plus grande ouverture sur les besoins des citoyens.
Quels que soient les usages évoqués, les spécialistes réunis réclament une circulation plus grande des savoirs et la conception d’instruments de savoir et de recherche archivistique plus transversaux. Ce qui revient à inviter historiens et archivistes à travailler ensemble pour dynamiser l’enseignement de la discipline, multiplier les travaux d’archivistique appliquée, rouvrir et renouveler les guides thématiques, échanger les instruments de recherche à travers les pays, comprendre comment travaillent les uns et les autres.

Pour clore cette présentation synthétique d’une rencontre riche en travaux et points de vue, on dégagera quelques considérations souterraines, plus ou moins explicites concernant les pressions invisibles, les forces qui poussent ou qui bloquent les contextes archivistiques évoqués. Car, en filigrane, on relève dans les différents textes, des allusions à des lourdeurs structurelles des régimes d’archives, on pressent les pesanteurs des usages : on devine que sous la politique, la société impose ses habitudes ; on entrevoit comment le droit agit sous le savoir ; on constate que la mémoire veille sous l’histoire. Malgré les résistances, on voit poindre de nouveaux usages, des variantes laissent apparaître un nouveau droit des usages des archives. Qu’il s’agisse du combat associatif mené aujourd’hui au Maroc ou de la poussée discrète des usagers en Algérie (où une sous-profession, celle des experts judicaires, s’organise au service de l’économie), des revendications d’individus réclamant des papiers pour régler questions d’état civil ou conflits d’héritages, on assiste à l’émergence d’un nouvel usage des archives, celui du citoyen.
L’informatisation, phénomène aujourd’hui consenti par tous (numériser oui, mais sans oublier le classement) rapproche archivistes, chercheurs et citoyens (les généalogistes en France contribuent à accélérer l’informatisation). Une conscience patrimoniale se diffuse consacrant l’omniprésence de la mémoire. Les rapports étroits (et souvent passionnels) qui existent déjà entre historiens et archivistes se poursuivent dans cette nouvelle phase où le passé devient un nouvel argument pour la patrimonialisation tous azimuts.
Deux directions de réflexion sont apparues, concernant le présent et l’avenir des pratiques et des métiers dans ce domaine. La première concerne le passage actuel à un nouveau régime d’archive pour tous. Seule une logique de partage et de coopération permettrait d’instaurer des repères tout en ouvrant chaque régime d’archive à un environnement technique et professionnel plus large. Archivistes et chercheurs sont conscients de la nécessité de partager les procédures, d’échanger les instruments de recherche.
La deuxième leçon qui se profile derrière une certaine méfiance à traiter les archives selon des normes globalisantes et à vouloir centraliser et contrôler les systèmes d’information est que l’avenir des techniques et des langages archivistiques est dans un enseignement plus large axé sur la philosophie des classements. Faire connaître les instruments anciens, enseigner les archivistiques étrangères reste un défi d’une portée technique et scientifique ambitieuse. Inspiré par l’expérience et inscrit dans le long terme, ce souhait est lisible à travers les textes de cette rencontre qui traduisent tous une passion pour les archives et les trésors qu’elles recèlent pour la connaissance de la société et la vie citoyenne futures.

Texte introductif du colloque Les Archives, la Société et les Sciences Humaines
Cahiers de CERES, série « Histoire » n° 21. Archives nationales de Tunisie/CERES. Tunis, 2012, pp. 09-16


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">