Passeport de Habib Bourguiba

Bourguiba : Revisiter l’histoire

Depuis 2011, on ne cesse d’évoquer Bourguiba, en partie pour oublier l’inertie qui a accompagné, pendant treize ans, sa mise à l’écart. Il a vécu entre le 7 novembre 1987 et le 6 avril 2000 au milieu d’un long silence entrecoupé d’apparitions télévisées, orchestrées une fois par an, pour faire croire que son successeur le vénérait. On croyait stopper l’histoire ou en décider.

Produit et acteur de l’histoire

Les visites de ses proches lui étaient comptées, celles des personnalités étrangères soumises à autorisation, se sont peu à peu réduites, tandis que le peu de voix tunisiennes qui se sont fait entendre pour dénoncer l’isolement du vieux leader, se sont perdues dans l’apathie de l’époque.

Sa mort aurait pu donner lieu à un adieu national, un sursaut qui aurait compensé en son temps un peu de cet abandon. Alors que les Tunisiens, soudain frappés par la nouvelle de sa mort, attendaient une cérémonie réparatrice, celle-ci a été confisquée par un pouvoir craignant toujours marques d’affection démesurées ou débordements. On a arrangé des funérailles sans spontanéité ni panache, réduites au minimum visuel et transmises en différé, afin de contrôler les images, comme pour n’importe quel journal télévisé. Les caméras étaient chargées de prouver qu’on avait rendu les honneurs dus au personnage, de montrer la brochette d’émissaires venus de partout et de capter l’émotion de la foule, juste ce qu’il faut.

Continue reading

Lecture de Tunisie. Fragments de révolution

El Kasbah, Tunisie. Fragments de révolution, Tunis, Imprimerie Simpact, 2014, 317 p.

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Il faut se réjouir du boom éditorial post –14 janvier 2011, surtout quand paraît un ouvrage qui sort du lot. Tunisie. Fragments de révolution est un de ceux là. La maquette est attirante et le contenu captivant. On plonge agréablement dans l’ouvrage et on en ressort avec le sentiment d’avoir revécu une période encore difficile à décrypter, à travers des voix et des papiers assez différents pour que ce retour ordonne les idées, ouvre des pistes de réflexion et suggère des questionnements. En guise de jeu d’anticipation, ce papier propose certaines hypothèses à partir desquelles cet ouvrage peut être lu dans quelques décennies et suppute des questions qu’il peut inspirer aux historiens de demain.

Frontières brouillées

Tunisie. Fragments de révolution est une anthologie de textes en langue française composés par quinze auteurs, entre avril 2011 et juillet 2013, plus deux en janvier 2014. Extraits d’un blog personnel devenu un lieu d’échanges intenses, les commentaires sélectionnés sont agencés en une préface et deux textes préliminaires, 14 chapitres -dont 4 constituent des dossiers thématisés- et une soixantaine de billets dont plus de la moitié sont signés El Kasbah. La plupart des textes sont précédés de chapeaux introductifs et certains portent mention qu’ils ont été révisés, entre avril 2013 et janvier 2014. En passant du numérique à l’édition papier, l’ouvrage traduit dans son architecture le brouillage des frontières entre la notion d’auteur et de lecteur. Le blog El Kasbah a donné naissance à une dynamique qui a agrégé la constance d’un initiateur avec l’aimantation d’un lectorat fidèle et participatif qui a entretenu la richesse d’un site vivant. L’agrégation de ces papiers traduit l’apport d’un regard collectif -que permet l’amitié virtuelle- sur une actualité soutenue. Sachant que le pays a connu un changement accéléré entre fin 2010 et début 2011, dont l’un des effets est qu’il passe brusquement à deux millions d’internautes, on s’attend à ce que les historiens futurs inscrivent l’ouvrage dans la lignée de la connectivité accrue qui anime la blogosphère tunisienne. Le désir de liberté qui souffle depuis janvier 2011 a vraisemblablement rencontré un désir de communauté dont ce blog s’est fait le pivot, dans une dynamique vertueuse. Les historiens auront à revenir sur ce processus pour voir dans quelle direction il se sera développé et la façon dont il aura agi sur la société tunisienne. Gageons que l’expérience de Tunisie. Fragments de révolution constituera un cas digne d’intérêt, une forme participative inédite étroitement liée à l’actualité qui lui a donné naissance. D’ ici que l’histoire de la période post-14 janvier 2011 soit clarifiée, l’ouvrage a déjà valeur de cas. Les historiens iront-ils jusqu’à postuler que Tunisie. Fragments de révolution issu d’une fabrication collective étalée sur plus de deux ans combine enracinement dans le local et cosmopolitisme ? Une émulation nouvelle apparaîtra-telle grâce aux nouvelles technologies ? Difficile de trancher aujourd’hui. En attendant, cette tentative d’écrire l’histoire de deux années exacerbées, ne peut qu’intéresser les historiens d’aujourd’hui, au moins pour l’effort de fixer ce qui peut l’être du temps présent (musique et poésie compris), afin de le relier au fil de l’histoire. Continue reading

Une vie, trois voix, plusieurs langues = un roman

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.
Traduit du suédois par Lucile Claus et Max Stadler

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.
Traduit du suédois par Lucile Claus et Max Stadler

Vive la traduction ! Grâce à elle, le lecteur francophone a la chance d’accéder à un roman écrit en suédois qui raconte la vie du père tunisien de l’auteur, Jonas Hassen Khemiri. Le récit et le point de vue sont neufs à plus d’un titre, d’abord et surtout au plan de la forme. Même si la traduction ne peut pas transposer l’ensemble des astuces formelles et des trouvailles d’écriture que l’auteur a forgées à partir de la langue suédoise mâtinée d’autres langues, le plaisir de lire est grand. Cette fiction qui raconte la vie particulière d’un père particulier tient le lecteur en haleine de bout en bout.

Entre langues et histoire

Au centre du récit : la langue ou plus exactement les langues que l’auteur a tâtées dans sa famille dans un mélange de suédois, arabe, français et anglais  – le « khemirois » -, réservoir d’inspiration de combinaisons, de formules et de jeux de mots qui, entre détails et ellipses, expriment humour, tristesse, violence, tendresse, joie, incompréhension, réprimande ou colère. L’ouvrage est construit comme un montage entre des messages électroniques envoyés par l’ami du père (Kadir) au fils de son meilleur ami (Jonas Hassen) pour raconter la vie d’un père disparu et depuis longtemps silencieux. La correspondance déplie les étapes biographiques telles qu’elles sont vécues par l’ami et le fils et alterne conseils d’écriture et interprétation des faits que l’auteur entérine à sa guise. Selon une trame chronologique pas toujours rigoureuse, le lecteur voit défiler un jeu de miroirs où se mêlent les différences de points de vue, des conceptions classiques et moins classiques du récit, des références littéraires, des résonances photographiques et cinématographiques, des sonorités musicales. L’agencement est passionnant car les procédés narratifs sont mis au service d’un récit à plusieurs volets : psychologique, politique et social qui se déploie à travers la Suède, la Tunisie et, en arrière-fond, l’Algérie. Continue reading

Une accointance entre l’histoire politique tunisienne et l’Algérie

A propos de la parution de l’ouvrage Abdelaziz Thaalbi. Naissance du nationalisme tunisien, Moncef Dellagi, Tunis, CartaginoiseriesEditions, 2013, 313 p.

Couverture de l'ouvrage Abdelaziz Thaalbi, de Moncef Dellagi, Cartaginoiseries

Couverture de l’ouvrage Abdelaziz Thaalbi, de Moncef Dellagi, Cartaginoiseries

http://www.lequotidien-oran.com

La vie de Abdelaziz Thaâlbi (1876-1944), figure clé de la culture politique tunisienne contemporaine est relativement peu connue, l’histoire officielle lui ayant accordé peu de place. Bourguiba doit beaucoup à ce fondateur du nationalisme tunisien mais ayant créé le Néo Destour en 1934, il devient l’adversaire des anciens du Destour (le parti originel né 14 ans auparavant) et de leur chef de file. En qualité de « vainqueur » de l’histoire de l’indépendance, Bourguiba contribue à éclipser l’histoire de ce pionnier et à minimiser son image. A partir des années 1980, une vague d’écrits commence à faire connaître cet intellectuel de formation traditionnelle entré en politique au début du XXème siècle.

Un ouvrage en langue française récemment paru à Tunis revient sur une vie dont les étapes sont parallèles à la naissance et aux premiers développements du nationalisme tunisien. L’auteur est Moncef Dellagi (1930-2010), qui a longtemps dirigé le service des Archives Générales du Gouvernement Tunisien au Premier Ministère. Il laisse un manuscrit –apparemment inachevé- que sa famille a confié aux éditions Cartaginoiseries. L’ouvrage est augmenté d’une reconstitution posthume de documents d’archives et d’illustrations. Cette première biographie en langue française d’un cheikh est sous-titrée : « Naissance du mouvement national tunisien ».

Abdelaziz Thaâlbi comme Hassen Guellati (1880-1966) et Ahmad Tawfik Madani (1898-1983) ont joué des rôles de premier plan dans l’histoire politique tunisienne, témoignant des multiples interférences socio-politiques algéro-tunisiennes. Continue reading

Connaissance bien ordonnée commence par soi-même

CR de la journée d’étude organisée par le mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi à l’Université de La Manouba.

Affiche  de la journée d'étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

Affiche de la journée d’étude du mouvement Perspectives El Amel Et-tounsi, Université de La Manouba.

L’année 2013 marque un cinquantenaire qui a donné lieu à une activité abondante, un des multiples bruissements de l’espace public tunisien. L’Association Perspectives Amel-Ettounsi Mémoire et Horizons active depuis 2011 est inscrite au Journal Officiel Tunisien du 23 avril 2013. Sous la houlette de son deuxième bureau directeur[1], cette association a préparé une commémoration studieuse[2] : rassembler les archives éparpillées chez les militants pour les confier à des institutions publiques (Bibliothèque Nationale, Archives Nationales de Tunisie, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), publier des travaux, susciter des rencontres en Tunisie et en France. L’entreprise s’avère utile à la communauté nationale et à la recherche. Exhumer la mémoire d’une organisation qui a attiré les premiers bacheliers de la Tunisie indépendante dans un moment de fermeture politique, aide à recadrer les phases suivantes de la dynamique historique. Cette frange générationnelle a laissé une empreinte dans la vie culturelle, syndicale et politique ultérieure du pays, aussi est-il bon de prêter attention à cette prise de parole longtemps muselée et harcelée.

Plusieurs manifestations ont jalonné cette année du cinquantenaire[3]. Le 8 janvier 2014, une journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (Université de La Manouba) a creusé la relation du moment Perspectives avec l’histoire syndicale et estudiantine. Les voix qui se sont exprimées mélangent des points de vue et des faits, des analyses a posteriori et des émotions encore non jugulées, des chronologies qui se précisent et des souvenirs plus flottants. Un travail d’anamnèse est manifestement en cours enrichi, soutenu et consigné par des écrits qui sont appelés à compléter la littérature sporadique produite jusque-là. Un film de témoignages sur la torture, La mémoire noire, récemment réalisé par Hichem Ben Ammar a été projeté le 9 janvier à l’ISHTC. Cette expression multiple qui remonte progressivement à la surface souligne une prise de conscience devant la volatilité de l’action historique. Nourrie de la diversité des profils des militants mobilisés pour lutter contre la perte des traces d’un moment intellectuel et politique important, cette énergie collective est précieuse pour l’avenir. Continue reading

Le cinéma en situation coloniale : l’approche par le public

 

Couverture de l'ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

Couverture de l’ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

A propos de l’ouvrage dirigé par Morgan Corriou, Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, CERES/IRMC, 2012, 320 p.

L’histoire du cinéma, et en Tunisie en particulier, s’intéresse communément au contenu des films et à leur production. Quittant ce sillon, Morgan Corriou prend le parti d’étudier le cinéma du point de vue de ses usagers. Auteur d’une thèse intitulée Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) - en cours de publication-, elle organise en mars 2008 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)  deux journées d’étude sur le thème Cinéma et nouvelles pratiques sociales en situation coloniale. Elle tire de cette rencontre un ouvrage collectif : Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale dans lequel sont ajoutés d’autres textes. L’ensemble se compose de dix articles ventilés en trois parties : Implantation du cinéma et publics autonomes ; De la salle de cinéma à la sphère publique ; Appropriations locales de l’image animée.

L’histoire coloniale autrement

Cette perspective permet de replacer la Tunisie sous Protectorat français -terrain de recherche de Morgan Corriou- dans le cadre des pays colonisés- comme elle installe le médium cinéma dans la culture globale. La perspective comparatiste cible les cas de situations coloniales : les cas de l’Afrique française du Nord, de l’Afrique Occidentale française, des colonies britannique et russe sont traités dans un croisement heureux entre histoire politique et histoire culturelle.
L’industrie cinématographique traverse le monde à une vitesse telle que, même si les rythmes sont différents, les circuits et des moyens mettent les pays en situation de contemporanéité. Outre les cas des cinématographies indienne et égyptienne, le spectacle cinématographique est une entrée intéressante pour étudier les transformations culturelles que connaissent les sociétés colonisées. On observe des décalages selon les différences d’infrastructure : les cinémas égyptien et indien mettent du temps à avoir une popularité locale ; de même que l’on constate que le public dépend de plusieurs critères selon qu’il vient d’une capitale ou d’autres villes, qu’il représente la bourgeoisie lettrée ou les classes populaires. La guerre (avec la propagande) et les migrations d’ouvriers vers l’Europe font partie des vecteurs qui propagent la culture de l’image. Par la suite, apparaît l’économie du spectacle, une presse spécialisée émerge et les différents publics s’approprient cet art. La population européenne accélère certainement l’acclimatation du nouveau loisir, au point que l’Algérie urbaine compte 188 salles de cinéma en 1939 (contre 120 en 1921, avec une surreprésentation d’Oran et d’Alger) alors que la Tunisie en a 47 et le Maroc 56, à la veille de la Seconde Guerre mondiale (Omar Carlier). L’Afrique Occidentale française s’équipe dans les villes moyennes et les banlieues entre 1920 et 1940. (Odile Goerg). L’« indigénisation » particulièrement agile des pratiques cinématographiques n’est pas toujours en rapport avec la production des films, comme le montre le cas de l’Egypte, cadre précoce d’une production cinématographique qui percera à l’étranger et notamment au Maghreb entre 1934 et 1936. Continue reading

Revoir Omar Gatlato et L’Homme de cendres

Rapprocher Omar Gatlato (Merzak Allouache, 1976) et L’Homme de cendres (Nouri Bouzid, 1986) rafraîchit la mémoire de ceux qui ont eu l’occasion de voir ces films autant qu’il stimule la réflexion de ceux qui ne les connaissent pas. Pour le bonheur des uns et des autres, Tahar Chikhaoui, directeur artistique d’Aflam, a choisi de programmer ces deux films dans un cycle de projections organisé au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM, Marseille) en marge de l’exposition « Au bazar du genre » pour introduire un débat autour de la place de l’homme dans le cinéma arabe. Ce choix a la vertu de déplacer le regard du spectateur vers la condition masculine alors qu’il est devenu banal de parler de la femme pour expliquer le retard des sociétés arabes. Ce leitmotiv qui tourne parfois à vide a besoin d’être pris à rebours et cette programmation montre que Merzak Allouache et Nouri Bouzid l’ont fait il y a plusieurs décennies.

Deux façons de traiter la virilité

Affiche du film Omar Gatlato

Affiche du film Omar Gatlato

Omar Gatlato, réalisé à la fin de la période Boumediène en Algérie met en scène une société urbaine qui pullule dans les rues, les intérieurs, les plages ou les transports. Les hommes côtoient les femmes mais on n’y voit ni une vie commune, ni des échanges soutenus, y compris dans les mariages (où les hommes dansent seuls) et dans les chambres surpeuplées des appartements familiaux. Le monde masculin se nourrit de camaraderie, de taquineries, de plaisirs solitaires, de foot ou de musique chaâbi. Entre néo-réalisme à l’italienne et nouvelle vague française, Merzak Allouache filme un Alger où les hommes s’agitent et bougent mais ils s’ennuient, sont mous et sans autre énergie que d’accomplir le devoir et le quotidien. Les femmes existent, travaillent, regardent la télé, élèvent des enfants mais semblent inaccessibles, craintes ou simplement non « reconnues ». Parole et musique sont vitales pour les personnages, les dialogues du film sont savoureux et l’humour affleure dans la morosité. Féru de chaâbi, Omar tombe sur un enregistrement de la voix de Selma en récupérant un vieil appareil. Ce soliloque féminin le fait rêver et le berce mais il sera incapable de franchir la rue pour aller voir Selma qui l’attend, alors qu’il a tout fait pour obtenir un rendez-vous. Il préfère garder en lui et en réserve la promesse de la rencontre pour le lendemain. Le spectateur est directement pris à partie par Omar pour constater la distance, sourire avec lui de la routine, de la promiscuité ou de la saleté et le récit en reste au constat désenchanté, sans trouver le moyen de combler le vide ni de traverser les cloisons.

Continue reading

Pour une science (plus) durable en Méditerranée

propos de la dernière conférence GID Parmenides 6, Malte, 12-14 novembre 2013.

En assistant à la dernière rencontre du cycle Parmenides organisée par le GID (Groupe Inter-académique de Développement, fondé en 2008 à l’initiative de l’Institut de France) du 12 au 14 novembre 2013 à l’université de La Valette à Malte  ( http://g-i-d.org/spip.php?article148), j’ai éprouvé le même sentiment que les sessions précédentes auxquelles j’ai été associée1 : le plaisir de parler de mon expérience d’historienne de la Tunisie contemporaine, à des scientifiques chevronnés venant d’horizons divers, soucieux de donner un sens plus efficace à leur savoir et de relier leur connaissance à une meilleure action sur le devenir humain, notamment dans le pourtour méditerranéen. Le GID est aujourd’hui soutenu par six académies françaises auxquelles se sont associées la Bibliotheca Alexandrina d’Egypte, l’Academia Nazionale dei Lincei d’Italie, l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc et l’Académie Nationale des Sciences et des Techniques du Sénégal. L’Académie tunisienne des Sciences des Lettres et des Arts (Bayt al Hikma), fondée en 1983 et présidée par l’historien Hichem Jaït depuis février 2012, était représentée par le géographe Mongi Borgo, en vue de joindre de façon opérationnelle le réseau GID-EMAN (Euro-Mediterranean Academic Network) qui regroupe 20 académies des sciences dont 10 appartenant à l’Europe du Sud et l’Afrique.

Traduire le savoir en action

Le dialogue instauré par les participants à cette sixième rencontre Parmenides s’est particulièrement focalisé autour des sciences marines qui ont servi d’axe à une réflexion générale sur les rapports entre science, savoir et pouvoir. L’ordre du jour était de concevoir un observatoire pour le développement de la Méditerranée (ODMED). Quels forme et contenu donner à un outil qui aiderait à résoudre les problèmes écologiques, politiques, économiques et humains qui se posent sur les deux berges méditerranéennes, regroupant 23 pays et englobant plus de 150 millions d’habitants ? Partant du constat que les savoirs sont inaccessibles et illisibles aux pouvoirs en place, ce dispositif est appelé à « traduire » (dans tous les sens du terme) l’éventail des possibles qui peuvent intégrer les connaissances scientifiques et techniques dans l’environnement social et économique et donc leur donner un sens. Toute la difficulté est de ne pas accoucher d’une nième ONG qui ne ferait qu’ajouter aux innombrables organismes d’intervention un « machin de plus » dont les phrases de recommandations dormiraient dans les tiroirs. L’objectif est ambitieux et les organisateurs ont prévu de faire témoigner des animateurs de projets réussis (Gênes, Izmir, Malte, Palma…) pour engager les participants à penser concrètement ce qui peut être réalisé.

Continue reading

  1. Vers une vision intégrée du développement scientifique en Méditerranée, conférence Parmenides 5, Paris, 20-21 mars 2012 ; Assises du GID, Paris, 22 octobre 2012. []

About the sequence of the unexpected

The news changes the vision. It is what we feel in Tunisia, where we are living in an amazing speed all kinds of changes. Visitors to the “transition” are legion and if their number does not reach the millions of tourists missed by our hoteliers, businessmen, journalists and experts leave the country with impressions and observations that one wonders what their immediate or delayed impact is going to be like.
Internal mobility is slow to follow
Our politicians are traveling more than ever, more often abroad than to the interior of the country, to the point of irritating Tunisians who are worrying about public money and willing to change the habits of Tunisians rulers. The latter continue to make speeches in meetings while the country needs decisions to be made. Intellectuals, artists and scholars are often invited to take part in international events despite the crisis and budgetary constraints. Even if expressing oneself in the fields of art, ideas and knowledge is equivalent to taking action, internal mobility is slow to follow as it takes a long time to shake the inter-cultural walls as well as the separation between art, science and society. Solidarity and mobility are good but they also take us by surprise.
Thirty-three months have passed since the famous images of Ben Ali’s plane flying over the Tunisian sky and heading to the south-eastern Mediterranean. In the beginning we did not believe he left, then we feared a possible return, then we said he fled, then we feared it was a sham. We have long been suspicious of a scene. Finally, we were able to say : “Ben Ali , it’s over”. These images have been shared throughout the world in a communicative jubilation and they had to play in the process of future events, in Tunisia and elsewhere. Immediately, we had to live the “afterwards”.

Continue reading

De l’enchaînement des inattendus

Affiche du colloque "L'inattendu dans la création littéraire et artistique, à la lumière du printemps arabe", octobre 2013

Affiche du colloque “L’inattendu dans la création littéraire et artistique, à la lumière du printemps arabe”, octobre 2013

L’actualité change le regard. On le sent bien en Tunisie, où l’on vit à une vitesse époustouflante toutes sortes de changements. Les visiteurs de la “transition” sont légion et, si leur nombre n’atteint pas les millions de touristes regrettés par nos hôteliers, hommes d’affaires, journalistes et experts de passage repartent avec des impressions et des observations dont on se demande quel peut être l’impact, immédiat ou différé.

La mobilité intérieure tarde à suivre

Nos politiques voyagent plus que jamais, davantage à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays, au point d’agacer les Tunisiens désormais soucieux des deniers de l’État et désireux d’agir sur les habitudes des gouvernants. Ceux-ci continuent à porter la bonne parole dans les cénacles, alors que le pays a besoin de décisions. Intellectuels, artistes et chercheurs sont plus sollicités dans les manifestations internationales, malgré la crise et les restrictions budgétaires. Même si prendre la parole dans l’art, les idées et le savoir équivaut à faire acte, la mobilité intérieure tarde à suivre aussi, les cloisons interculturelles comme les murs séparant l’art, la science et la société étant longs à ébranler. Solidarité et mobilité font du bien mais elles nous prennent aussi de court. Trente-trois mois se sont écoulés depuis les fameuses images de l’avion de Ben Ali volant au-dessus du ciel tunisien et se dirigeant vers le sud-est de la Méditerranée. On n’y a pas cru, puis on a redouté un retour possible, puis on s’est dit “c’est une fuite”, ensuite on a craint une feinte. On s’est longtemps méfié d’une mise en scène. Enfin, on a pu dire : Ben Ali, c’est fini. Les images partagées de par le monde dans une jubilation communicative ont dû jouer dans la probabilité des événements ultérieurs, en Tunisie et ailleurs. Tout de suite, il a fallu vivre l’“après”. Continue reading

Jeunes comédiens et cinéastes au devant de la scène

La société civile n’est pas entièrement tombée dans l’escarcelle du politique en Tunisie. Encore une raison d’espérer en cette période de discorde. Parmi les semailles en cours, deux événements, l’un théâtral, l’autre cinématographique attirent l’attention par le parallélisme de leur démarche, conçue à l’adresse de jeunes en formation dans les écoles de théâtre et de cinéma. Les mardi 1er, mercredi 2 et jeudi 3 octobre 2013, trois représentations d’une pièce intitulée « Un courant d’air dans le crâne » ont lieu dans la salle Mohamed Agrebi de l’Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD). Vendredi 4 octobre, dans la salle du Colisée de Tunis, le public est convié à voir les dix films issus d’un concours franco-allemand et réalisés sur le thème de la « Réconciliation » ; deux prix et une mention spéciale sont décernés au cours de cette soirée.

De jeunes comédiens tunisiens interprètent une pièce de théâtre française

Affiche d'Un courant d'air dans le crâne

Affiche d’Un courant d’air dans le crâne, Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD), Tunis

« Un courant d’air dans le crâne » est un texte de Marylin Matteï, étudiante en formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) de Lyon, choisi parmi 16 textes courts préparés dans le cadre d’un programme d’écriture dramatique. Françoise Coupat, metteur en scène et coordinatrice de la coopération, l’a choisi en accord avec la direction de l’ISAD pour sa résonance des deux côtés de la Méditerranée. Le texte sert de base à un dispositif original qui consiste à engager avec les étudiants un cycle de répétitions balisé par une lecture en juin, deux filages publics en septembre, enfin trois représentations à Tunis début octobre et autant à Lyon, à la fin du mois.

Le thème de la pièce est l’enfermement. Le texte de la jeune auteure française parle aux jeunes comédiens qui la jouent. Il fallait de la connivence pour engager le travail théâtral autour d’un sujet transversal, pour braver les difficultés de lecture et prendre de front les tics de prononciation que les enseignants, issus de générations autrefois francophones, déplorent chez leurs élèves. Une des jeunes actrices avoue l’effort d’entrer dans la langue française mais elle dit aussi le plaisir de découvrir petit à petit sa « délicatesse ». L’élaboration du spectacle sert de plate-forme linguistique et théâtrale. Cela aboutit à aplanir l’accès et l’appropriation de la langue française autant qu’à construire un spectacle empreint de la sensibilité des acteurs qui l’interprètent. Continue reading

Transitions et droits humains

 

Affiche de l'école d'été "Human Rights and Democratic Transition", La Manouba, 2013

Affiche de l’école d’été “Human Rights and Democratic Transition”, La Manouba, 2013

Compte rendu de l’Université d’été, août 2013, initiée par l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de La Manouba.

L’été tunisien a été dur, plombé par une actualité violente et obscurci par des assassinats. Au cours de l’année universitaire, l’Université de la Manouba avait construit avec l’Université Libre de Bruxelles et d’autres organismes le projet de réunir entre le 18 et le 24 août des étudiants et des enseignants de sciences humaines et sociales, du Nord et du Sud de la Méditerranée, pour croiser les vues et les approches autour des risques et des espoirs engendrés par les transitions en cours. Malgré la menace et les appréhensions, les organisateurs ont décidé de maintenir la manifestation pour entretenir l’espoir, ne pas décevoir le désir de rencontre et donner sa chance à l’ambition partagée de débattre et de comprendre l’actualité. La manifestation était dédiée à la mémoire d’Eric Remacle, Chokri Belaïd, deux militants pour les droits humains morts début 2013 : les événements ont hélas adjoint le nom de Mohamed Brahmi, assassiné le 25 juillet.

Fresque internationale

Plusieurs institutions se sont associées en cours d’organisation pour monter La Manouba International Summerschool autour du thème : Droits humains et transitions démocratiques : entre espoirs et risques. Le programme européen Erasmus Mundus GEM PhD School, the GR:EEN FP7 Research Project, le pôle et la fondation Bernheim pour la culture de la paix et l’Institut d’Etudes Européennes de Bruxelles ont étendu les dimensions et les moyens de la rencontre, appuyée par la délégation de Wallonie Bruxelles à Tunis. La conjugaison des forces a permis de réunir plus de 80 étudiants et 25 encadreurs, de vingt nationalités et appartenant à des universités du Nord et du Sud. L’arabe, le français et l’anglais ont été les trois langues de travail. Vue du côté tunisien, cette semaine a permis de fournir à une vingtaine d’étudiants et dix intervenants tunisiens un voyage mêlant découverte, labeur, contact et détente…sans visa.

Continue reading

Films vus à Hammam-Lif

A l’occasion du 2ème festival du film des droits de l’homme (Human Screen Festival, 2013), Hammam-Lif a eu droit à trois projections de films, jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 septembre. C’est une aubaine pour une ville souffrant d’un vide culturel de plus en plus patent mais l’événement a attiré très peu de spectateurs. Plutôt que de se laisser aller à la tristesse du constat, ce papier revient sur la question du public du cinéma dans la roue socio-économique avant de rendre compte de la bouffée d’air et d’art apportée par une autre façon de parler des droits humains.

Voir des films à Hammam-Lif

Cinéma L'Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Cinéma L’Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Aller au cinéma coûte, c’est un effort même pour ceux qui aiment les films. Les habitudes de consommation filmique ont changé depuis longtemps et les salles de cinéma qui disparaissent une à une, témoignent d’une mutation mondiale à laquelle s’ajoute un manque de « foi ». Or, il en faut pour promouvoir l’art comme il faut de l’argent pour créer les conditions d’en faire et une volonté politique pour protéger son exercice. Renforcer le maillon des spectateurs est un levier puissant, expérimenté entre autres au Maroc : une politique offensive de constructions de salles de cinéma a couvert le territoire marocain et cette implantation volontariste est en train de donner ses fruits, y compris du côté de la production de films. Continue reading

This time Ramadan is different

Translated by Maaike Voorhoeve

We Tunisians are still in choc by the attack of 25 July. It cost the life to Mohamed Brahmi, a member of the Constituent Assembly with measured yet firm positions such as encouraging rebellion against Ennahda. Next, the massacre of nine soldiers on 29 July struck the Tunisian summer like lightning. Since this moment, the army has been wearing itself out in the deserted region of Mount Chaambi, and the bruised families, proud of the heroes who died for their fatherland, are refusing all official presence of government representatives.

A turning point ?

Emotions are swelling, bringing agony and distrust to light, every wave enlarging the circle of those struck, every strike seeding feelings of insecurity and fear of the future. Over the past 30 months we have learned that this persistent emotion is not the bearer of something better : it only favours the cynical, increases disorderand spreads discord, both in public life and within families.

This summer, tension is reigning. In the violence and the unknown it recalls the months of December 2010 and January/February 2011- but with a feeling of disunity added to it. I don’t exactly know why, but I feel that we find ourselves in the second, decisive phase of a huge change. We cannot call it ‘revolution’ yet, at least not as long as these convulsions do not materialize in concrete changes sufficient to install something that breaks with the intrigues and the discord. For the new (Nahdaouis) and the old (RCD), twins and enemies at once, the battle is becoming serious ; one team is chasing the other (or infiltrating those who allow it) at the expense of the country’s equilibrium and security, not to mention its moral principles and the needs it is most bereft of. There is an air of ‘déjà vu’ with the sentiment that the state is governed by a mafia, ill-prepared for power yet determined to stay.

Continue reading

L’heure de la culture citoyenne a sonné

Un avenir en rose

Un avenir en rose – Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art

Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, Berlin et Stuttgart, ifa &Kerber Art, 2012, 235 p.
« L’heure de la culture citoyenne a sonné » est une phrase extraite d’un texte de Sélima Karoui, un des auteurs qui ont contribué à un ouvrage collectif intitulé Un avenir en rose-Art actuel en Tunisie, publié en août 2012 à l’occasion de l’exposition du même nom et édité par les galeries ifa de Berlin et Stuttgart et Kerber Art. Cette phrase épilogue clôt une suite de phrases insérées dans des pages roses, comme des jalons de réflexion, des haltes qui accompagnent le lecteur entre les œuvres. Elles sont extraites des commentaires des auteurs et des textes qui analysent l’arrière-fond de la production artistique en Tunisie depuis un siècle environ.

Rose et argent

Le premier étonnement pour un lecteur est de rencontrer dans une librairie un ouvrage coloré en rose et argenté, une couleur pour le moins inhabituelle dans l’édition. La formule « avenir en rose », prise au sérieux, s’incarne dans la couverture et certaines pages. L’objet insolite attire la curiosité du lecteur. La surprise est des plus heureuses car la publication allie qualité de la réflexion et souci esthétique, la maquette est belle et les images frappent par leur sensibilité et la force de leurs messages. Au catalogue strict de l’exposition (commissaires : Christine Bruckbauer et Patricia K. Triki) qui a inclus beaucoup de matériaux vivants, les éditeurs ont adjoint une série de textes qui brossent un tableau de la vie artistique en Tunisie depuis l’époque coloniale jusqu’à la période actuelle. Continue reading