Archives par étiquette : société civile

Rude semaine dans la transition

Après trois jours d’un couvre-feu (limité à huit gouvernorats et mal respecté dit-on), le pays se « calme » alors qu’on déplore un mort (à Sousse, avec deux balles dans la tête !), des ravages et des menaces contre les agriculteurs, les restaurateurs et marchands d’alcool, les artistes. Le sentiment d’insécurité, exprimé depuis des mois, a rencontré des événements qui lui ont donné raison. Flottant sur une réalité et une légitimité fragiles, notre gouvernement ne semble pas mesurer la dégradation de la confiance qui s’ajoute à un état général déjà très difficile. Le pays est mis, une fois de plus, à rude épreuve, face à l’autisme désordonné d’une direction éclatée, dont la seule cohérence est de nier la gravité des faits. Les discours électoralistes entretiennent la division dans les têtes et les cœurs, dispensant nos responsables de vaquer au travail ingrat, obscur et provisoire de gérer les affaires. Attitude incontrôlée et mécanique héritée de nos mœurs politiques. L’autorité actuelle n’émet de signaux rassurants que pour elle-même ; aucun désir de démocratie, de culture démocratique tout court ne transparaît de son action. L’appareil pléthorique en hommes et sans boussole actionne un hégémonisme primaire, étend ses nominations et érige des querelles idéologiques en moyens d’exploiter la fracture sociale, voire de l’accentuer.

Diviser la société

Le corps social se défend comme il peut : les actes de désobéissance, plus ou moins déclarés et visibles, sapent la crédibilité de l’Etat. Flou et manque de cohérence ne peuvent qu’encourager des crescendo progressifs, dont la semaine qui vient de s’achever, avec un couvre-feu le mardi 12 juin, proclamé 8 mois après les élections. Malgré ce coup sévère porté à la légitimité électorale, le gouvernement renvoie dos à dos les « extrémismes », sans réaliser que les violences non sanctionnées pendant des semaines, ont causé l’escalade. La panique de la société laisse les gouvernants indifférents, braqués sur les mêmes réflexes de justification et d’accusation des autres. Nos politiciens, usés par la dictature et le manque d’expérience souffrent d’un mal qui déborde sur l’opinion : la haine. Les militants des années 1970/1980 aujourd’hui en scène, ont emporté cette haine dans leurs exils et leurs emprisonnements ; elle a nourri leurs soliloques, elle rejaillit aujourd’hui, comme une revanche de vaincus, incapables de la dépasser. La haine de Ben Ali ne les unit plus, ils sont en train la convertir en politique et de la retourner contre la société.

Continuer la lecture