Archives par étiquette : Masculin

Revoir Omar Gatlato et L’Homme de cendres

Rapprocher Omar Gatlato (Merzak Allouache, 1976) et L’Homme de cendres (Nouri Bouzid, 1986) rafraîchit la mémoire de ceux qui ont eu l’occasion de voir ces films autant qu’il stimule la réflexion de ceux qui ne les connaissent pas. Pour le bonheur des uns et des autres, Tahar Chikhaoui, directeur artistique d’Aflam, a choisi de programmer ces deux films dans un cycle de projections organisé au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM, Marseille) en marge de l’exposition « Au bazar du genre » pour introduire un débat autour de la place de l’homme dans le cinéma arabe. Ce choix a la vertu de déplacer le regard du spectateur vers la condition masculine alors qu’il est devenu banal de parler de la femme pour expliquer le retard des sociétés arabes. Ce leitmotiv qui tourne parfois à vide a besoin d’être pris à rebours et cette programmation montre que Merzak Allouache et Nouri Bouzid l’ont fait il y a plusieurs décennies.

Deux façons de traiter la virilité

Affiche du film Omar Gatlato

Affiche du film Omar Gatlato

Omar Gatlato, réalisé à la fin de la période Boumediène en Algérie met en scène une société urbaine qui pullule dans les rues, les intérieurs, les plages ou les transports. Les hommes côtoient les femmes mais on n’y voit ni une vie commune, ni des échanges soutenus, y compris dans les mariages (où les hommes dansent seuls) et dans les chambres surpeuplées des appartements familiaux. Le monde masculin se nourrit de camaraderie, de taquineries, de plaisirs solitaires, de foot ou de musique chaâbi. Entre néo-réalisme à l’italienne et nouvelle vague française, Merzak Allouache filme un Alger où les hommes s’agitent et bougent mais ils s’ennuient, sont mous et sans autre énergie que d’accomplir le devoir et le quotidien. Les femmes existent, travaillent, regardent la télé, élèvent des enfants mais semblent inaccessibles, craintes ou simplement non « reconnues ». Parole et musique sont vitales pour les personnages, les dialogues du film sont savoureux et l’humour affleure dans la morosité. Féru de chaâbi, Omar tombe sur un enregistrement de la voix de Selma en récupérant un vieil appareil. Ce soliloque féminin le fait rêver et le berce mais il sera incapable de franchir la rue pour aller voir Selma qui l’attend, alors qu’il a tout fait pour obtenir un rendez-vous. Il préfère garder en lui et en réserve la promesse de la rencontre pour le lendemain. Le spectateur est directement pris à partie par Omar pour constater la distance, sourire avec lui de la routine, de la promiscuité ou de la saleté et le récit en reste au constat désenchanté, sans trouver le moyen de combler le vide ni de traverser les cloisons.

Continuer la lecture