Archives par étiquette : législation

Bourguiba et le droit : le difficile passage de l’individu au citoyen

Billet de 1 dinar tunisien à l'effigie de Bourguiba

Billet de 1 dinar tunisien à l’effigie de Bourguiba

La réputation de la Tunisie est fréquemment associée à Habib Bourguiba, leader charismatique qui a institué le Code du Statut Personnel en août 1956, à peine cinq mois après la déclaration de l’indépendance (mars 1956). Après la suppression légaliste du Protectorat, la reconquête nationale du droit s’effectue à l’épreuve de réformes politiques et sociales. A côté de la libération de la femme, une série de mécanismes institutionnels charpentent la vie politique du jeune Etat indépendant, imprimant l’évolution de la société tunisienne.

Le CSP, levier sociologique

Le Code du Statut Personnel met en place des dispositions juridiques clés pour un processus de réforme sociale au long cours. Ce faisant, il fournit à Bourguiba l’occasion de se positionner culturellement et politiquement contre l’establishment religieux, alors même que le texte s’inspire d’un projet préalable de Zaytouniens éclairés sur la nécessité de suivre le sens pris par la mutation des relations matrimoniales dans le pays. La législation de l’Etat national s’inscrit dans une interprétation jurisprudentielle (Ijtihad) du Coran et de la Sunna mais dépasse al majjalla achar’iyya en ciblant trois nœuds : interdiction de la polygamie, fixation de l’âge au mariage et remplacement de la répudiation par le divorce obligatoirement prononcé par un tribunal. Les conséquences de ces dispositions sur les rapports juridiques et sociaux sont considérables, notamment au sein de la cellule familiale où une pratique égalitaire des droits entre l’homme et la femme commence à se bâtir au quotidien.

Le régime patriarcal ne pouvait pas être menacé par ces orientations mais la Tunisie émerge à partir des années 1960, comme un pays où se généralise une modernité réservée ailleurs dans le monde arabe et musulman et, dans le meilleur des cas, à des couches sociales privilégiées. En imposant de respecter l’exclusivité du lien matrimonial, le levier juridique instaure un terrain d’égalité entre les hommes et les femmes dans le cadre familial. De cette façon, l’expérience tunisienne brûle des étapes sur la voie de l’affirmation d’un individu nouveau. Dans la veine réformiste et rationaliste qui travaille l’élite tunisienne depuis le XIXe siècle, le geste autocratique de Bourguiba ouvre la voie à une pédagogie concrète de la contestation légaliste des droits dans la sphère familiale. L’essor des classes moyennes et la diffusion d’une culture urbaine vont progressivement banaliser le modèle conjugal par le nombre, l’exemple et la loi, au-delà de Tunis et des grandes villes.

Continuer la lecture