Archives par étiquette : journalisme

L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études « L’historien, la mémoire et les médias », 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Continuer la lecture