Archives par étiquette : intellectuel

Les intellectuels et les transformations historiques dans le monde arabe, mai 2014, Tunis

L’intellectuel, un objet en transformation

Compte rendu du colloque Les intellectuels et les transformations historiques dans le monde arabe, Gammarth, 17-18 mai 2014.

Un colloque est fait pour soulever des questions. Les intellectuels [arabes ?] et les transformations historiques dans le monde arabe l’a fait avec une telle densité qu’il est difficile de rendre compte d’une rencontre s’inscrivant dans l’activisme intellectuel fouetté par les « révolutions arabes ». Organisé par la Fondation Moulay Hichem pour la recherche en sciences sociales sur l’Afrique du Nord et le Moyen Orient, Khadija Finan-Mohsen et Mohamed Kerrou, le colloque a réuni une vingtaine d’intervenants, répartis en quatre panels (Les intellectuels arabes dans l’histoire ; Les intellectuels et la modernité ; Les jeunes, les nouveaux médias et les réseaux sociaux ; Les intellectuels et le pouvoir) et une assistance fournie sur deux jours (17-18 mai 2014). Il a eu le mérite de mettre à plat les définitions, écoles et références de la sociologie des intellectuels, interpellées par un mouvement transnational qui a créé la surprise et dont les effets restent difficiles à saisir.

Les définitions face au changement

Le nœud caractérisant l’étude des intellectuels était sensible à travers les débats : l’intellectuel comme sujet/auteur de discours -sur le pouvoir et sur lui-même, mais pas seulement- est une catégorie sociale agissante qui renseigne sur son groupe d’appartenance et sur l’environnement qui fabrique ses moyens d’expression. Les circonstances -immédiates et lointaines- qui contraignent les personnalités et les situations ainsi que les façons de les voir et/ou de les étudier ont leur poids. Pour comprendre les intellectuels, il faut observer ce qu’ils font et ce qu’ils regardent, en considérant la composition de leurs lunettes et la teneur de leurs actes, sans perdre de vue les moyens dont ils disposent. Cette évidence structure l’histoire des intellectuels, liés à la nature et aux formes du pouvoir politique qui les détermine ainsi qu’aux vecteurs à travers lesquels ils se révèlent (ou non) à leurs contemporains.

Malgré l’asymétrie qui marque la tradition de catégoriser les intellectuels, ceux du monde arabe obéissent aux critères de légitimité connus : en produisant sens et/ou savoir, l’autorité intellectuelle intéresse/concerne le pouvoir. Ce qui manque à ce stade des connaissances, c’est moins l’histoire des mots qui les désignent (alim, faqih, mufakkir, muthaqqaf….) que les situations dans lesquelles ils évoluent et agissent et les portées concrètes de leur existence et de leurs œuvres. Appellations et définitions sont ouvertes aux changements en cours. Pour en rester aux exemples tunisiens évoqués au cours de la rencontre, Hichem Jaït estime que Abdelaziz Thaâlbi, Habib Bourguiba et Rached Ghannouchi sont des intellectuels mais pas les « bloggeurs de la révolution ». Comment ne pas attribuer le qualificatif d’intellectuel à Azyz Amami alors qu’il rassemble en lui, au même âge, les caractéristiques de ces trois personnages qui ont écrit, agi, fait de la prison et agrégé autour d’eux les adeptes d’un même idéal de libération ? Les trois premiers cas ont investi la culture de leur époque (l’écrit grâce à la presse, puis la radio et la télévision) tandis que Amami représente une « cyberculture » qui introduit d’autres formes d’action et de réflexion, d’autres temporalités. On ne sait pas ce que cette tendance va engendrer comme moyens et comme résultats. L’avenir dira si d’autres « figures de conscience », dans le sillage d’une jeunesse à cheval entre les champs virtuel et réel, vont traverser le temps, porter des transformations, entraîner ou non une modification dans la définition de l’intellectuel, pour l’instant trempée dans les exemples consacrés par la trilogie de l’expert/l’engagé/l’académicien.

Nombre (s) et genre(s)

Beaucoup d’échanges ont tourné autour de la « modernité », la ligne essentielle de la compétition engagée depuis le XIXème siècle, dans le cadre d’une lame de fond plus puissante : les intellectuels ont augmenté en nombre et en genre (s), au cours du XXème siècle. Les cycles de formation se multiplient et la culture se massifie dans le monde arabe, à des rythmes et degrés divers. Les décalages entre colonisateurs et colonisés structurent la montée des élites, tout en conditionnant la différenciation à l’intérieur des sociétés colonisées. La « modernité » comme le « pouvoir » occupent certes les tenants et les usagers de la culture mais se limiter aux prises de position sur ces questions reconduit une combinaison (intellectuels/pouvoir) qui évolue selon l’histoire et la géographie. On ressort du colloque avec le sentiment qu’on a privilégié (consciemment ?) l’écrit et les médias classiques et qu’on a pensé, en creux et en relief, surtout à la religion (= l’islam ?), d’où l’hyper-présence des binômes tradition/modernité et religion/sécularisation. L’identité, ferment intellectuel majeur et le diagnostic de « schizophrénie », entretenu à propos des intellectuels arabes -et par eux- n’ont pas manqué à l’appel. En somme, a dominé au cours de cette rencontre une conception de l’action politique, telle que vue par des intellectuels du XXème siècle.

Il suffirait de considérer le nombre, les générations et les types d’intellectuels pour relativiser ce prisme de lecture. La compétition entre les intellectuels s’est accrue avec leur accroissement, les institutions et les mécanismes qui la font exister (université, édition..) ainsi que les lieux où elle se déploie, se sont diversifiés. L’évolution des technologies y est pour quelque chose sans compter les circulations trans-frontières et surtout l’apparition des femmes dans le champ. L’impact des intellectuels est un élément du débat qui les anime ou les divise, une question qui concerne la gestion du pouvoir mais leur efficience (rarement immédiate) permet surtout de comprendre comment se fabrique un intellectuel sur la durée et en fonction de quels besoins. L’influence des idées féministes de Tahar Haddad a mis deux générations avant de s’imposer dans le champ politique tunisien, avec l’appui d’intellectuels, de revues et de relais médiatiques et scolaires, faisant écho au féminisme bourguibien.

Il a été peu question des supports matériels qui véhiculent les usages sociaux de la culture et du savoir et assurent leur impact : les capacités des manieurs d’idées et d’idéologies se logent souvent dans des moules discrets voire invisibles. Nous vivons des bouleversements induits par la vitesse, le pouvoir de l’image, la circulation des langues et le rôle accru de la jeunesse et des femmes. Si les jeunes ont toujours été un moteur de changement, les femmes arrivent dans un âge de la politique qui ne réside plus dans les seules compétences de l’écrit. Les expressions corporelles, la musique, le dessin et l’image font éclater la grammaire de la politique alors que le pouvoir change dans ses apparences comme dans ses manifestations.

L’intellectuel arabe contemporain est plus d’un (e), son histoire peu faite et son avenir incertain. La capacité à peser sur la cité qui a contribué à conférer utilité et prestige aux tenants classiques du savoir et du sens se dilue. Les langages nouveaux, la fluidité des identités, les allures paradoxales, voire antagonistes de la « modernité » défient le sens de l’action politique et questionnent la fonction des intellectuels dans le monde arabe, comme ailleurs.

Hammam-Lif, le 21 mai 2014

Publié dans At-tariq el Jadid n° 373, Tunis, 24-30 mai 2014, p. 6.