Archives par étiquette : identité

Violence et responsabilité

Ce texte fait partie d’un dossier demandé par la rédaction du magazine Réalités, suite à l’assassinat de Chokri Belaïd. Texte d’intervention citoyen, guidé par le sentiment que la violence qui règne passe par les mots : légitimité, identité ont pris la place de liberté et dignité. Le sentiment d’historienne qui sous tend ce texte est que la culture du conflit en Tunisie est anesthésiée par l’idéologie victimaire. La responsabilité est aussi du côté des historiens : notre histoire, notamment contemporaine, est à relire.

“Ightiyyal Chokri Belaïd” (assassinat de Chokri Belaïd)

La parole peut libérer et tuer. Après nous avoir enseigné la première loi, la transition tunisienne nous apporte une confirmation tragique de la seconde. Deux ans après un mouvement social pacifique contre les formes d’injustice, un homme de la parole est assassiné. L’énergie surgie des blocages autoritaires ayant d’abord et surtout libéré la parole, voilà qu’un de ceux dont l’éloquence prônait le dialogue est abattu. C’est si facile de faire taire un homme qui parle.

Une digue a sauté. Allons-nous nous laisser submerger ? Après des décennies d’un quotidien politique confiné entre une bureaucratie verrouillée et une poignée de militants, trempé dans un béton langagier et actionné par une boîte noire sécuritaire, il est difficile de rompre avec les habitus de violence qui ont façonné relations et comportements depuis des décennies.

Alors que l’état d’urgence devrait imposer l’horizon de le suspendre, l’activité au sommet de l’Etat s’est réinstallée dans les canaux d’exercice habitués à l’éternité du silence et de l’impunité. L’embellie des élections a redistribué une part de l’espoir semé par la « Révolution » sans que les jeunes, les chômeurs, les habitants des régions déshéritées qui ont mis le feu aux poudres entrevoient une raison de croire à une ouverture. Dans un climat social pesant, les instances issues de la première floraison « démocratique » se sont engouffrées dans les habitudes du pouvoir, minées par le népotisme et tissées par le mensonge. Continuer la lecture