Archives par étiquette : dialectal

Constitution tunisienne de 2014 en arabe dialectal

Communiquer entre l’arabe et le français, en Tunisie, aujourd’hui

L’explosion de la parole qui a éclaté il y a un peu plus de trois ans a-t-elle évolué ? Se heurterait-elle avec le temps à la loi du « chassez le naturel, il revient au galop » ? Or, concernant la liberté et la parole, le « naturel » ne signifie pas grand-chose. Il y a du culturel, du politique et même de l’économique dans la parole. Suite au déverrouillage, l’espace public peine à retrouver la rigidité qui le caractérisait. Même si le champ médiatico-politique est essoufflé par les habitudes de non débat, quelques trouées d’air le traversent. L’espace de l’échange – qui a construit un exercice du pouvoir à travers la guéguerre hypocrite arabe/français – cherche des issues. Et si la liberté ne semble pas garantie, la communication bouge dans ses propres interstices.

Entre le balancier bilingue, l’alternative du dialectal

Ben Ali n’a pas eu le temps d’expérimenter la recette du dialectal. Avec lui saute le monopole de l’arabe sur le discours politique. L’anglais est présenté comme alternative contre les francophones mais c’est le dialectal qui opère comme solution médiane dans le pendule bilingue. Cette concurrence linguistique médiatisée en temps réel fait son effet : le français n’est plus – seulement- la langue du colonisateur. Il est aussi la langue de Tunisiens du monde de la communication politique, au moins de deux catégories d’entre eux : ceux formés dans les premières décennies de l’indépendance et ceux de la diaspora. Le français continue à déclencher des discours de disqualification mais sa connotation antipopulaire s’estompe avec l’usage et la tension, qui s’exprimait les premiers mois « post -révolutionnaires », se relâche. De là à prédire que l’« intégrisme » linguistique ne joue pas dans la course de nouveau ouverte pour le pouvoir, est un pas difficile à franchir. Les compétitions de l’élite politique post -indépendance se sont jouées sur fond de compétence linguistique, dans la bi-polarité français/arabe. L’ouverture et l’accélération des échanges, les réseaux sociaux et les humoristes ont battu en brèche le magistère de l’arabe littéraire sur fond de francophonie, structurant le logiciel politique tunisien. La « darija » prend place en même temps que l’assignation à s’exprimer en arabe classique perd de son intransigeance. Il est vrai que la photogénie audio-visuelle n’a pas suivi, à commencer au sein de l’Assemblée Nationale Constituante. Transmettre en direct les débats parlementaires a montré que les interventions les plus percutantes se font en arabe dialectal. A voir le registre dans lequel s’exprime le dernier gouvernement -mélange entre arabes classique, médian et dialectal auxquels s’ajoutent le français et l’anglais- une autre façon de concevoir l’efficacité d’une communication politique pointe.

Continuer la lecture