Archives par étiquette : Archivistes

Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage ( Les Archives, la Société et les Sciences Humaines), vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

Continuer la lecture