Archives de catégorie : Transition

2012, l’an II de la transition tunisienne

Difficile de résumer l’année qui s’achève, du moins d’en faire un bilan simple. Le ballottement que l’on vit depuis deux ans ne permet pas de saisir pour l’instant la signification de ce que l’on voit ou entend, sans parler de ce qui échappe à la perception. Flotte tout de même un sentiment d’appréhension devant des signaux nouveaux quotidiens de plusieurs types, et la perplexité se conjugue avec l’impression que se jouent des choses capitales qui n’échappent pas qu’à moi (maigre consolation). Cela renforce l’inquiétude mais aussi l’intuition que le changement en cours creuse des niches, décapsule des bouchons, draine des flux. Cela suffira-t-il à ouvrer des possibles durables ? Bien entendu, les gens et les habitudes sont mus par les intérêts instantanés, les plus forts et les plus malins profitent du tribut immédiat. Mais les “plus forts” (mafieux compris) sont en train de se renouveler en apparence, tout au moins sont-ils en train de vivre le changement. Cet appel d’air général n’est pas dénué d’accidents imprévus et d’échecs comme de parades et de forces rétrogrades. Rien n’interdit d’espérer qu’il  porte des opportunités et des situations nouvelles. En attendant de voir clair, le mélange des intérêts et des défenses contradictoires qui se forgent augmente l’incertitude générale.

Médias et affaires politiques

Ce mois de décembre (et après le méga-conflit avec l’UGTT qui suit son cours, en espérant que la commission d’enquête qui vient de se former apportera des lumières et constituera un exemple de négociation) s’achève sur deux affaires significatives dans un pays qui en aligne des centaines mais celles-ci, largement “publicisées”, voient leur importance démultipliée à cause de leur impact public et médiatique. Les médias étrangers semblent en veilleuse en cette période de relâche, et suivre la roue des faits qui s’accélère alors que la presse nationale peine à se reconstruire comme un relais “fiable” ajoute à la non visibilité des conséquences microscopiques en cours.

Continuer la lecture

Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.

Continuer la lecture

Les festivals et après ?

Affiche de la 33ème session du Festival de Boukornine, été 2012

Dans une tension sociale continue et une placidité gouvernementale déconcertante, il est impossible de suivre au GPS une actualité culturelle éclatée (261 festivals environ et 2557 spectacles au cours de cet été), encore moins de s’adonner à des projections. La scène culturelle tunisienne reflète les convulsions que suscite l’écroulement d’une conduite autoritaire. La production aux contenus apparemment plus diversifiés reste prisonnière des cadres et des habitudes de fonctionnement. L’hyper-contrôle de l’Etat affronte aussi une transition dans le domaine de la création, de la pensée et de l’art.

Le calendrier annonçant la Foire du Livre -qui ne s’est pas tenue en 2011- et les JCC –manifestation arabo-africaniste mondialement reconnue- est estampillé de l’incertitude qui empreint la vie publique. Cette réflexion porte sur quelques indices d’une actualité brouillée, qui montre ce qui bouge sous des résistances de fond. Quand on voit les hostilités face aux manifestations d’arts plastiques, de cinéma, de musique ou de théâtre, on note que ces secteurs ont connu une évolution de la consommation qui intègre la Tunisie dans une conception -par le haut- de la culture de masse, corrélat de sa politique éducative. Aujourd’hui, dans les contenus comme dans les formes, l’activité culturelle semble vieillie ; elle manque d’espace pour se déployer, elle étouffe sous des formes désuètes, bourgeonne par endroits. Elle a besoin, comme tout le reste, de se renouveler : encore faut-il qu’elle trouve les moyens pour s’enhardir et trouver d’autres chemins.

L’Etat et la culture

Le phénomène des festivals découle des choix d’une politique culturelle de l’Etat, des influences et des contingences qui l’ont marquée. Au cours des années 1960, la Tunisie enregistre une vague de créations de maisons de la culture, de festivals spécialisés et même d’une cinémathèque, institutions qui s’inscrivent dans l’air du temps, en épousant la coloration et les moyens locaux. Avant la création, en 1969, d’un Ministère de la Culture en bonne et due forme, un secrétariat d’Etat aux affaires culturelles et à l’Information naît par décret, le 11 décembre 1961. L’inspiration d’André Malraux -ministre de la culture sous de Gaulle et père du concept « maison de la culture »- teintée d’une conception « soviétique » de la culture constitue le mélange mis en forme pour éduquer la jeunesse tunisienne montante. La planification étatique implante un réseau de clubs et d’associations culturelles qui, à côté d’une action au niveau des écoles et lycées, contribue à diffuser une culture et une curiosité. Il s’ensuit une dynamique économique puis l’émergence de statuts professionnels d’artistes. Le système de coopération culturelle succédant à la colonisation a soutenu au départ l’infrastructure du pays qui a engendré par la suite des personnalités à l’origine d’initiatives qui ont alimenté un vivier de créateurs et des expériences diverses dans le théâtre, le cinéma, les beaux arts, la musique.

Continuer la lecture

Retour sur la « complémentarité »

On était prévenus que la démocratie était le moins mauvais des régimes et que sa construction serait pavée de dangers. A chaque écueil de la restructuration de la vie politique, on perçoit les profondeurs de la société, le poids des mentalités et les usages qu’en font les politiciens du moment. Après le serpent de mer de la chariâa, source ou inspiration du futur droit positif (officiellement rejeté), le spectre de l’égalité entre les sexes vient empoisonner la phase constitutionnaliste d’une prise de pouvoir qui passe par les mots en forçant les institutions.

Un mot, une brèche

La bataille immédiate qui chauffe à l’approche du 13 août, jour anniversaire de la promulgation du Code du Statut Personnel (CSP, 1956) est partie du mot « complémentarité » qu’un texte préparatoire issu de la commission Droits et Libertés a estimé bon d’intégrer dans le futur article à soumettre à la discussion générale. A part dans le domaine de la procréation, on voit mal comment une femme est complémentaire de l’homme, et vice versa. A quoi rime la précision de la famille et de la patrie -deux consensus mous- dans la définition constitutionnelle de l’égalité ? Alors que cette constitution est appelée à reconnaître les libertés individuelles et le droit naturel de la femme à être considérée comme l’égale de l’homme, sa réécriture introduit un risque de taille, celui de réduire la définition même de l’égalité. La majorité actuelle n’a pas l’habitude d’argumenter ; elle pense qu’elle n’en a pas besoin. Comme ses vues résonnent favorablement dans les esprits croyants et/ou conservateurs, elle profite du flou psychologique pour avancer ses pions. Au sein de l’ANC, elle a les possibilités de fonctionner comme une majorité de proposition. Or, face à la question de l’égalité des sexes, elle dévoile une conception politique arriérée, dans une société où les vécus sont complexes même si les rapports entre les sexes ne sont pas clairement exprimés.

Concernant le statut de la femme, tablerait-elle sur son pouvoir de blocage comme sur le conservatisme et la langue de bois ? La polémique arrive à pic pour éclaircir le brouillard de l’inconscient collectif et instaurer une communication plus claire. Le parti Ennahdha a pu se doter de 89 voix (sur 217) dont quarante cinq députées, en vertu de la loi électorale d’avril 2011 qui a imposé la parité à l’Assemblée Nationale Constituante. Il ne faudrait pas que cette parité avantageuse fonctionne comme un alibi, ou pire, comme un instrument pour réduire l’égalité acquise depuis le CSP, générateur, entre autres transformations, de cette loi d’essence démocratique.  Tel est le danger que le jeu politique tunisien actuel est en train de mettre au jour. Le terme « complémentarité » qui ramène à la sexualité normée lève un gros lièvre. La formulation de l’article désigne deux cadres licites et moraux : la famille et la patrie, comme si la primauté de l’individu et de ses droits naturels y étaient solubles. Usant de sa majorité provisoire, Ennahdha introduit dans le projet constitutionnel des marches – pieds idéologiquement chargés. Qualifier les rapports hommes/femmes selon les seules appartenances familiale et patriotique, c’est restreindre l’existence naturelle de l’individu. La Constitution doit-elle bavarder en tournant le dos aux droits individuels dans la société ?

Continuer la lecture

Rude semaine dans la transition

Après trois jours d’un couvre-feu (limité à huit gouvernorats et mal respecté dit-on), le pays se “calme” alors qu’on déplore un mort (à Sousse, avec deux balles dans la tête !), des ravages et des menaces contre les agriculteurs, les restaurateurs et marchands d’alcool, les artistes. Le sentiment d’insécurité, exprimé depuis des mois, a rencontré des événements qui lui ont donné raison. Flottant sur une réalité et une légitimité fragiles, notre gouvernement ne semble pas mesurer la dégradation de la confiance qui s’ajoute à un état général déjà très difficile. Le pays est mis, une fois de plus, à rude épreuve, face à l’autisme désordonné d’une direction éclatée, dont la seule cohérence est de nier la gravité des faits. Les discours électoralistes entretiennent la division dans les têtes et les cœurs, dispensant nos responsables de vaquer au travail ingrat, obscur et provisoire de gérer les affaires. Attitude incontrôlée et mécanique héritée de nos mœurs politiques. L’autorité actuelle n’émet de signaux rassurants que pour elle-même ; aucun désir de démocratie, de culture démocratique tout court ne transparaît de son action. L’appareil pléthorique en hommes et sans boussole actionne un hégémonisme primaire, étend ses nominations et érige des querelles idéologiques en moyens d’exploiter la fracture sociale, voire de l’accentuer.

Diviser la société

Le corps social se défend comme il peut : les actes de désobéissance, plus ou moins déclarés et visibles, sapent la crédibilité de l’Etat. Flou et manque de cohérence ne peuvent qu’encourager des crescendo progressifs, dont la semaine qui vient de s’achever, avec un couvre-feu le mardi 12 juin, proclamé 8 mois après les élections. Malgré ce coup sévère porté à la légitimité électorale, le gouvernement renvoie dos à dos les « extrémismes », sans réaliser que les violences non sanctionnées pendant des semaines, ont causé l’escalade. La panique de la société laisse les gouvernants indifférents, braqués sur les mêmes réflexes de justification et d’accusation des autres. Nos politiciens, usés par la dictature et le manque d’expérience souffrent d’un mal qui déborde sur l’opinion : la haine. Les militants des années 1970/1980 aujourd’hui en scène, ont emporté cette haine dans leurs exils et leurs emprisonnements ; elle a nourri leurs soliloques, elle rejaillit aujourd’hui, comme une revanche de vaincus, incapables de la dépasser. La haine de Ben Ali ne les unit plus, ils sont en train la convertir en politique et de la retourner contre la société.

Continuer la lecture

La femme et le drapeau

Le 8 mars de cette deuxième année de transition a suscité une actualité particulière. 14 mois après une Révolution qui a donné au drapeau tunisien une visibilité internationale et redoré le blason de la femme non officielle, le pays pétrit ces deux symboles dans la confusion. Une lecture à chaud de la façon dont ils se conjuguent dans l’espace public donne la mesure des bouleversements qui traversent le champ politique comme la sphère sociale. Ce qui frappe avant tout c’est la violence avec laquelle le monopole de l’Etat en cours de recomposition essaie de contrer le mouvement de revendication et d’espoir qui persiste dans l’air, qui anime encore les esprits et dirige des volontés. On a le sentiment d’une lutte inégale, avec des moyens apparents mais aussi des manœuvres cachées derrière des habitudes anciennes dont le pays peine à se débarrasser.
A l’assaut du drapeau noir

Les manifestations autour du drapeau de la faculté de La Manouba ont nourri les célébrations de la fête internationale de la femme d’un happening plein d’enseignements. Une femme a créé, en direct, un événement qui va certainement marquer la symbolique de cette transition : le 7 mars, devant la grille de la faculté, une étudiante grimpe le mur pour monter à l’assaut de l’étendard noir érigé à la place du drapeau national. Sous les yeux et les cris d’une foule suspendue à la scène, elle affronte la violence physique de l’auteur de cette profanation provocatrice. Etudiante à la faculté, Khaoula Rchidi a agi par colère et pour mettre un terme à l’impuissance de l’attroupement. La jeune femme a fait vivre à ses camarades un acte de résistance spontané et ses déclarations ultérieures n’en tirent aucun orgueil, juste le sentiment d’avoir accompli un devoir. Elle raconte son bref échange avec l’arracheur du drapeau qui la met à terre puis la menace d’un bâton. L’image des deux silhouettes s’affrontant circule. Elle rappelle le combat de David contre Goliath, dont on connaît le dénouement : « ils le mirent en fuite, avec la permission de Dieu… Dieu accorda à David la royauté et la sagesse ; il lui enseigna ce qu’il voulut ». Que cette lutte spontanée et finalement victorieuse se passe aux portes de l’université porte plus d’un espoir, pour les femmes, pour le drapeau et pour le savoir.
Malgré la défaite infligée à Jalout alias Goliath, une limite symbolique est atteinte. Le geste bouleverse l’opinion et les cris d’alarme pleuvent, jusqu’à secouer la somnolence de l’Assemblée Nationale Constituante qui se colore, enfin, de rouge et blanc. La Présidence de la République et le Premier Ministère se fendent de communiqués dignes d’institutions de l’opposition alors que ce sont les instances d’un Etat enfin légitime et doté de pouvoirs. Deux rassemblements devant l’ANC et devant le Ministère de l’enseignement supérieur ont protesté contre un acte qui augmente l’inquiétude et la tension dans le pays car il représente un dérapage inadmissible. On apprend que le groupe devant la faculté se divise en multipliant les déclarations : toute lutte est devenue médiatique dans la Tunisie de l’après 14 janvier. On ne peut s’empêcher de penser que l’image de cette victoire du drapeau rouge et blanc sur la bannière noire met en scène une division de plus, inutile et nocive.

Une violence entretenue ?

Les troupes et attaques de La Manouba rappellent un autre site assailli,  avec les mêmes desseins faussement démocratiques : l’esplanade en face de la télévision nationale. Depuis quelques jours, un sit-in de drapeaux noirs et de tentes luxueuses se dresse devant le temple de l’information dite mauve, une maison qui se débat depuis des mois dans une transition difficile. Si le froid et la pluie semblent les avoir chassés, rien ne garantit qu’ils ne reviendront pas. Pourquoi les responsables laissent-ils cette pression supplémentaire troubler une institution gangrenée qui a plutôt besoin d’un minimum d’autonomie pour secouer sa léthargie et guérir ses tares ? Comme à la faculté de La Manouba, le mouvement exige au “nom du peuple” (echa’ab yourid)  et les forces de l’ordre fantomatiques ici et là prétendent défendre une jeunesse libre de s’exprimer. Des communiqués officiels, instrumentalisant la rhétorique révolutionnaire mâtinée de principes droitsdel’hommistes, entretiennent une zizanie dangereuse, à l’aide de méthodes éculées.
Le pays attend que ses gouvernants ne se conduisent plus en déclamateurs ou rédacteurs de communiqués et démentis. Les élections sont un mandat populaire pour agir dans le sens du bien commun. 217 députés sont sortis des urnes pour rédiger une constitution et garantir la marche vers les prochaines élections. Personne n’a demandé à la jeune Khaoula Rchidi de défendre la dignité du drapeau ; elle a agi sous l’appel du devoir. Personne n’a poussé le député Brahim Gassas à demander des comptes vue la gravité de ces incidents ; il a parlé en tant que représentant de sa région. Personne n’a incité les députés à brandir le drapeau de la Tunisie ; c’est un message envers les électeurs. Devant le franchissement des limites, à chacun selon ses moyens ; ceux du gouvernement sont immenses, forces de sécurité comprises. A quoi celles-ci sont elles employées ? Que fait le gouvernement ? Le monopole de la force appartient à l’Etat : il est au service de quelle cause ? Il est temps que l’autorité profite à la sécurité du citoyen, au respect du savoir et à la paix sociale afin que le pays avance.

Elus, administrateurs et responsables sont censés travailler à l’intérêt de tous. Leur tâche est d’instaurer la confiance en cette phase critique de notre passage vers un avenir qui nous fasse oublier les malheurs de la désinformation et de la manipulation qui ont couvert mafieuserie et prédation et bloqué, jusque là, tout chemin vers l’air libre de la démocratie.

Hammam-Lif, le 12 mars 2012

Paru sur La Presse de Tunisie, 12 mars 2012.

Being a Historian after January 2011

This text is the translation made by Sarah Fredj of “Être historienne après janvier 2010“.

In the space of one year, even if a revolutionary breeze has swept away a lot of things in Tunisia, the work of a researcher, a slow task that takes place in the background, cannot undergo such a sudden, direct turnabout. Of course, this does not stop researchers, like everyone else, from being moved by what is happening every day, which affects people and institutions, and also alters the concrete and moral conditions of the way they exercise their profession. It is impossible for researchers to be indifferent to their surroundings or avoid the emotion marking this exceptional period in Tunisia,even if the profession itself encourages distance and is based on the capacity to observe the complexity of the questions asked and the number of points of view linked to the facts themselves, if not coldly, then at least by taking into account the many sides to a situation, as best as possible. Between the fever that comes from the swiftness and magnitude of the facts and the intellectual demands of the researcher’s profession, there is a wide scope of possible reactions.

I will speak only of my reaction, since I have been asked to talk about my experience as a researcher in Tunisia since January 2011, to illustrate one of the ways the historian’s profession is concerned by the revolutionary potential, which was triggered off at the very beginning of last year.

Three lessons

In Tunisia, as elsewhere, the word ‘history’ has several meanings. It refers to a culture, sometimes appeals to knowledge and, less frequently, refers to a condition, a profession. The love of the past is very widespread in public opinion; the penchant for history is part of contemporary Tunisian culture, just as it lies deeply in the roots of our intellectual heritage. History also calls for awareness of the passing of time and the study of the way it rules human relationships, in such and such a society, at a given period. Lastly, history is also a modern profession, along with close social sciences and more distant hard sciences, which evolves in an intrinsic way with intermingled aspects to it; In addition to the history of contents and forms that this expression of the individual or group’s past can have, that each person or community carries in them, there is also the history of the men and institutions that make it up. For me, the year 2011 was a lesson on each of the three levels.

A lesson of culture

Experiencing an uprising that breaks out after a man has set fire to himself and entails consequences on the scale we see today is, to say the least, eye-opening as far as public opinion is concerned, and also in the way it can affect reality. The man’s desperate act which is neither the first of its kind, nor unfortunately the last, is one of the founding myths of the Tunisian Revolution. Creating the myth obviously summons its reverse, as shown with the battle surrounding the commemoration dates (December 17? January 14?), the efforts to blend the ‘people’ into the figure of the ‘martyr’ and the rivalry to win an impossible ‘leadership’. Public opinion which is common to both journalism and social science and is choice material for politicians has become a vivid source of inspiration. Observing the galvanizing words spoken and the media, I have been able to check the magic of a phenomenon, forever evading any forecasts and manipulations, even if one never gives up reifying it afterwards and even if politicians never give up the temptation of goading it on and sounding it out, since they fear it so much.

Does a vote equal an opinion? Is culture a sum of opinions? Are the media alone when face to face with public opinion? All these questions find a sequence of incomprehensible alchemy in the Tunisian situation, if you merely keep to the tip of current events and speeches. Studying public opinion is doubtless rendered more complex still by the technicality of social networks, that accelerate facts and reactions, but to me, understanding the present situation also suffers from a lack of historical, sociological, psychological and journalistic studies on the cultural features and the evolution of people’s mentalities. The tensions exploding in the face of the Tunisians, of their political classes and of the whole world reveal among other things a lack of knowledge of our society. If you consider the rising of politics and given that the social and economic problems make up the volcano lava (as well as interiorized anger), the unexpected detonator of this Revolution, history can help to establish useful connexions to understand society today better.

A lesson of history

I am used to contemporary history which is approached mainly from written archives, even if it has begun to open up to testimony and I have appraised ‘live’ the methodological importance of the basic questions that are taught in the discipline. What is a source? What is information? Who is the author of a document? How does information circulate? From the slap that was said to have caused Bouazizi’s suicide to the flow of rumours that robbed a buzz of its originality and invented ’false information’, the historian drifts amidst a multitude of events, the multiplication of the number of means of expression, the freedom of tone and even dissolute language. In time, I began to notice the sometimes surprising way that data is organised, depending on unsuspected actors, how events that were benign to begin with become important and how news is made.

The physics of events and the more or less successful ‘mayonnaise’of a power that is made day by day is a living compost for a researcher to reflect on the birth of a political culture that may be changing. I was used to the language mechanisms of dictatorship and have turned my attention to a post-revolutionary vocabulary which has managed to become acceptable too. The word ‘Revolution’ which has been used a lot for convenience’s sake, out of laziness or pride, calls for reflection on the efficiency of words in today’s game and then on their repercussion in the writing of history.

Before going more deeply into the analysis of the speeches that orchestrate political life today and the arguments exchanged in all the medias, even the private ones, I watch more television, read more newspapers, listen to more radios and surf on the Web. A society is displayed there, revealing the birth of stifled possibilitites, that have been denied or are merely unknown, the rebellious young, both full of energy and desperate, women everywhere in public view and new expressions.

While the results of the elections of the National Constituent Assembly are being interpreted as the figures representing the people, these images of Tunisian society seem to me, scientifically to begin with, to pinpoint an ignorance of the diversity of a Tunisia that is under- analysed and the multiple forces across the country. In comparison, the political practices of the party in power seem rigidified with time, too old for the urgent needs of the country and too poor in view of its complexity. The fact that there are more men politicians than women and the average age of our politicians is an obvious sign of the gap between society and power. There are other gaps too.

A civic lesson

In a country where scientific research lacks revues and space for debates and traditions, politics mesmerizes the intellectual professions, subjugates them, in the sense that they are established as the only legitimate source, as the ultimate aim of any success. The conditions and practice of the researcher’s profession are no worse than anything else, though one must add that they represent a totalitarian conception of mind-deadening knowledge which is a depreciating conception of the professions of knowledge, in the long run. One year is not enough to act on the hypertrophy of the ideology of University degrees, supervising ideas, mechanisms that paralyze creative forces, in other words all the seeds that have planted a feeling of disenchantment for the intellectuals and erected partisan cleavages in universities. I know I am part of sectors that are undermined by lack of political freedom and denial, the cult of technicality putting a final touch to humanities in Tunisia. Politicians and scientists have a lot of work ahead to make things better and to give knowledge its humanistic function back and the place it deserves in global wealth.As a researcher, during this past year, I have felt more conscious of the importance of the discipline of history, when faced with the rising emotions, the expression of individual claims and the affirmation of the religious and memory phenomenon. As with all important referential – and this Revolution is certainly that- , history must remain alert, in the way the meteorologist still watches the nice weather, in case it becomes bad. Thinking ahead, thinking of future knowledge and the reasonable organisation of the present that is unrolling as I write this seems to me to be a healthy reaction in view of the governance of events today and hasty political answers. After the journalists, whose job it is to record the immediate news, following the lawyers, sociologists, geographers, economists and other social science experts who are interested in the short term, historians must wait patiently in the background, watching the multi-shaped society and its contradictory impacts, not forgetting the virtual and concrete archives that are being created nor the effects of people’s memory that are becoming part of reality, under our very eyes, as we bring witness, though not always clairvoyantly.

Text published in La lettre de l’IRMC, N°8, January-April 2012, page 8

Rude hiver pour la transition

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîné s’ajoute le méli-mélo politico-médiatique. Alors que les tensions sociales et les regards se déplacent vers un Nord-Ouest envahi par la neige puis par les eaux, le nouveau gouvernement qui traverse les cent jours décisifs semble débordé de tous côtés.

L’information, tendon d’Achille de démocraties plus anciennes, est au cœur des houles qui soulèvent le monde politique, la bataille pour chacun étant d’avancer sous les coups en attendant de mettre de l’ordre et d’introduire des règles du jeu. Ordre et jeu sont les maîtres mots d’une agitation où les commandements sont improbables et les déroulements imprévisibles. Dans une défiance partagée, la nouvelle équipe dirigeante pressée par le temps et probablement perdue devant l’immensité de la tâche, se retrouve bousculée par une parole inhabituelle et une pratique de contestation ouverte. Il faut du sang froid, des idées révolutionnaires et une abnégation impossibles pour de nouveaux venus sur la scène politique, longtemps exclus de l‘exercice du pouvoir. Compter les points et relever les incohérences d’un gouvernement encore peu rôdé lui est d’autant plus insupportable que les décisions sont ressenties comme lentes ou inappropriées aux urgences d’un pays qui a accumulé tares et misères et dont l’économie peine à se redresser. L’atmosphère est survoltée par les mauvaises nouvelles que les différents médias enfilent. Les responsables sont excédés par les échos critiques ou les moqueries. Ils accusent les journalistes de susciter le mécontentement et de noircir le tableau, comme si un thermomètre était responsable de la fièvre qu’il enregistre. Alors que les médias peinent à aller vers un professionnalisme plus libre, les pouvoirs publics habitués à un exercice plus soft et plus obéissant les boudent, les brident ou les chargent.

Le billet qui suit a été écrit le 26 février dernier, au paroxysme d’une des vagues qui opposent presque journellement gouvernement, médias, partis et société civile. L’espace public longtemps paralysé s’est animé grâce aux médias sociaux qui ont contribué à enhardir la contestation et à la propager entre les divers canaux. Le texte rend compte d’une étape – déjà dépassée- où se croisaient des troubles d’origines diverses, allant des grèves des agents municipaux aux populations isolées et furieuses devant les lenteurs des secours et se sentant éclipsées par une politique étrangère électrifiée par des positions incompréhensibles à propos de la Syrie. L’affrontement avec le syndicat national, une organisation habituellement crainte par les pouvoirs politiques depuis la période coloniale et avec laquelle Bourguiba comme Ben Ali ont toujours dû composer, a très vite dégénéré par de nombreuses attaques de locaux de l’UGTT. La dernière crise syndicale, celle de janvier 1978 est une des plus meurtrières de l’histoire récente de la Tunisie. La mémoire encore vive de ces événements et le rôle de l’UGTT dans les derniers scénarios de janvier 2011 auraient dû tempérer cet épisode, un de plus où l’on ressent l’emballement des faits comme l’excitation des acteurs, peut-être une insécurité de plus. Dans la confusion, on peut lire en filigrane les enjeux immédiats de cette phase transitoire : la poursuite d’une libéralisation médiatique redoutée, la capacité du gouvernement provisoire à réformer la police et les chances de voir naître un appareil judiciaire plus indépendant.

Ce billet est paru sur La Presse de Tunisie du lundi 5 mars 2012 (http://www.lapresse.tn/05032012/46317/le-temoignage-le-juge-et-lopinion.html) alors que des accords sont venus apaiser cette tempête. Celle des médias dure encore. Ne parlons pas de la tourmente secrète au sein du Ministère de l’Intérieur ni de la citadelle de la justice, encore difficile à décrypter dans l’avalanche des procès et la judiciarisation tous azimuts de la vie politique. A suivre….

Le témoignage, le juge et l’opinion

Le film de la transition est-il en train d’enregistrer un nouveau rapport entre le témoignage, le juge et l’opinion, trois phénomènes en chambardement ? La vie politique tunisienne est-elle en train de traverser une séquence significative de son évolution imprévisible ? Est-on en voie de façonner la naissance chaotique d’une vie politique moins commandée par la force d’un pouvoir univoque? Comment lire cette phase de la lutte que se livrent le vice dictatorial et la vertu démocratique ?

Samedi 25 février 2012, une manifestation de protestation contre les agressions des locaux de l’UGTT a lieu à Tunis, empruntant le même trajet que la marche du 14 janvier 2011, de la place Mohamed Ali, siège de l’organisation syndicale au Ministère de l’Intérieur. La manifestation qui se déploie sur l’avenue Bourguiba draine une foule très nombreuse, des figures et des anonymes, des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux. Elle ressemble à la déferlante populaire du matin qui a précédé le départ de Ben Ali, signe que l’offense envers un emblème de la mémoire nationale est un pas de trop. Les auteurs de ces actes irrévérencieux peuvent-ils comprendre l’avertissement ? Alors que le pays passe de grèves en sit-in et de sabotages en attaques, que les malheurs de la vague de froid multiplient les sinistres des populations du Nord Ouest, la grève des services municipaux est-elle d’une gravité qui autorise de tels agissements ? Les fomenteurs de ces attaques sont-ils conscients de jouer avec une symbolique forte du pouvoir en Tunisie ? Ou bien est-on dans une logique de test réciproque ? A moins que l’on soit dans une spirale qui échappe à l’observation et à la prévision, tant les points d’impact de cette transition sont éclatés, les poches d’action disséminées. Il est difficile de comprendre comment on a pu atteindre cette limite dangereuse pour toutes les parties en présence. L’autorité est diffuse en ces temps transitoires alors que le pouvoir falot cherche ses marques, on ne sait où. On peut admette que c’est un stade de recomposition, mais le flou ne doit pas justifier les excès.

Outre ce diagnostic alarmant pour le rapport de force et pour la conduite de la transition, ce qui interpelle en cette journée d’expression du refus de laisser toucher à l’organisation syndicale tunisienne, c’est qu’elle met en confrontation de nouvelles façons de gouverner. Jusqu’à quel point l’opinion gouverne ? Jusqu’à quel degré peut-on dire que le gouvernement maîtrise les choses ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité quand on apprend que les forces de l’ordre ont attaqué, en toute fin de manifestation, des journalistes, s’en prenant à leur matériel et ciblant les gilets d’identification. Preuve que les policiers ne connaissent pas toujours les journalistes. C’est en principe une bonne nouvelle, qui plaide en faveur d’un cheminement possible vers la démocratie puisque cela pourrait signifier que les policiers n’agissent plus selon les fichiers d’antan. Peut-on espérer qu’ils ne sont plus préparés comme avant ? Mais alors pourquoi les gilets prévus pour garantir l’exercice du métier de journaliste, deviennent-ils une cible pour ceux-là mêmes qui les ont acceptés comme une règle de partage de l’espace public en manifestation ? Les brassards vont-ils servir à remplacer les fichiers, donnant aux policiers les moyens d’agir sur le terrain ? Quelles sont les directives données aux forces de l’ordre ? A quel niveau de la hiérarchie peut-on établir la nature des instructions pour l’encadrement de cette manifestation ? Celle-ci est d’une haute teneur politique. Le commandement de son déroulement doit être à la hauteur de la symbolique bafouée. Les Tunisiens sont conscients de la place de l’UGTT dans leur histoire, soucieux de son rôle dans leur présent et en alerte quant à son importance pour l’avenir. Les ordres du Ministère de l’Intérieur ont intérêt à être coordonnés et pensés dans l’intérêt de tous, cette transition incertaine ne peut se permettre de jouer avec ces sentiments civiques.

On le sait, les journalistes sont harcelés depuis un certain temps et, malgré les difficultés, ils n’ont pas l’air de reculer devant les intimidations des forces de l’ordre. Depuis début 2011, la liberté d’informer est devenue le rêve de beaucoup de journalistes, une exigence de millions de Tunisiens, une nécessité vitale de la transition. On ne peut y arriver d’un coup mais il est très risqué de compromettre l’ébranlement de la locomotive du droit à l’information. On ne peut arrêter par la force, surtout selon les moyens d’antan, un train qui est déjà parti et dont les voyageurs, échaudés, sont plus avertis.

Intéressante est la suite de ces prises à partie de journalistes. Le communiqué du syndicat des journalistes est ferme. Les certificats médicaux établis vont servir à porter plainte contre le Ministère de l’intérieur. De plus, des vidéos de ces agressions ont été tournées ; elles circulent. D’autres vont servir aux confrontations judiciaires. Le Ministère de l’Intérieur s’engage à mettre au clair les responsabilités au sein de ses troupes. Dans la gymnastique des répliques qui s’est instaurée, on se félicite de ne pas lire un nième démenti. Serait-t-on devant un premier cas de réciprocité devant les communiqués ? Assiste-t-on à un début de confrontation égalitaire des témoins et des preuves ? Chacun s’occupe de mettre de l’ordre dans son camp, de défendre ses ouailles, le droit devant départager les responsabilités.

Il faut espérer que cette réciprocité se maintienne jusque devant les tribunaux pour que les témoignages soient à égalité, que les responsables soient identifiés puis entendus et les coupables sanctionnés. En attendant que témoignage, juge et opinion s’acheminent vers un équilibre de reconnaissance du droit d’informer comme du devoir de gouverner, ce qui serait de bon augure dans l’hiver très rude de cette transition.

Hammam-Lif, le 26 février 2012

Paru dans La Presse de Tunisie, 5 mars 2012.

Être historienne après janvier 2011

Dans l’intermède d’un an, et même si un souffle révolutionnaire a balayé beaucoup de choses en Tunisie, la pratique de chercheur, une activité lente et d’arrière-plan ne peut vivre un retournement brusque et direct. Ce qui n’empêche pas les chercheurs d’être touchés, comme tout le monde, par ce qui arrive au quotidien, qui atteint les hommes et les institutions comme il ébranle les conditions matérielles et morales d’exercice du métier. Les chercheurs ne peuvent être indifférents à leur contexte ni éviter l’émotion qui empreint cette période exceptionnelle, même si la profession incite au recul et se construit sur la capacité à observer, sinon froidement, du moins en tenant compte, au maximum, des facettes d’une situation, de la complexité des questions, de la pluralité des points de vue qui se rattachent aux faits. Entre la fièvre causée par l’hyper-rapidité et l’ampleur des faits et les impératifs intellectuels du métier, une palette de réactions est possible. Je ne parlerai que de la mienne puisqu’on me demande de faire part de mon expérience de chercheur en Tunisie depuis janvier 2011, pour illustrer une des façons dont la profession d’historien est concernée par le potentiel révolutionnaire qui s’est déclenché au tout début de l’année qui vient de s’achever.

Trois leçons

En Tunisie comme ailleurs, le terme histoire recouvre plusieurs sens : il renvoie à une culture, il en appelle parfois à la connaissance et désigne plus rarement une condition, un métier. La passion du passé est répandue dans l’opinion ; le goût de l’histoire fait partie de la culture tunisienne contemporaine comme il s’enracine dans un héritage intellectuel. L’histoire en appelle également à une conscience du temps et à l’étude de la façon dont il régit les rapports humains dans une société, au cours d’une époque. Etudier l’histoire constitue enfin un métier contemporain qui, avec les sciences sociales voisines et les sciences dures moins mitoyennes, possède une évolution intrinsèque, aux aspects entremêlés : à l’ histoire des contenus et des formes que peut prendre cette expression du passé d’individu et de groupe que chaque personne ou communauté porte en elle, s’ajoute l’histoire des hommes et des institutions qui la fabriquent. L’année 2011 a été pour moi une leçon à chacun des trois niveaux de conception de l’histoire.

Leçon de culture

Vivre un soulèvement qui se déclenche après l’immolation d’un homme et entraîne des conséquences avec l’ampleur constatée est pour le moins édifiant sur le phénomène de l’opinion et sur la façon dont il peut agir sur le réel. Cet acte désespéré, pas le premier du genre ni, hélas, le dernier, est un des mythes fondateurs de la Révolution tunisienne. La construction du mythe appelle évidemment son contraire ainsi que le montrent la bataille autour des dates de commémoration (17 décembre ? 14 janvier ?), les tentatives de fondre le peuple dans la figure du martyr et les rivalités pour capter un leadership introuvable. L’opinion, objet commun au journalisme et aux sciences sociales et matériau de choix des acteurs politiques, est devenue une source vivante d’inspiration. Face à l’électrification de la parole et des médias, j’ai pu vérifier la magie d’un phénomène échappant toujours aux prévisions et aux manipulations, même si on ne renonce jamais à le réifier après coup, et même si les politiciens ne guérissent jamais de la tentation de l’aiguillonner et de le sonder, tellement il est craint. Est-ce qu’un vote signifie opinion ? La culture est-elle une somme d’opinions ? Les médias sont-ils seuls face à l’opinion ? Toutes ces interrogations trouvent dans la situation tunisienne une série d’alchimies incompréhensibles si on s’en tient à la crête de l’actualité et des discours. Etudier l’opinion est certes complexifié par la technicité des réseaux sociaux, accélérateurs de faits et de réactions, mais la compréhension de la situation actuelle souffre surtout à mes yeux d’un déficit d’études historiques, sociologiques, psychologiques, journalistiques sur les traits culturels et l’évolution des mentalités. Les tensions qui explosent à la face des Tunisiens, de leur classe politique et du monde, révèlent, entre autres, un déficit de connaissances sur la société. Considérant la remontée en surface de la politique, et sachant que les problèmes économiques et sociaux constituent une lave volcanique et que la colère intériorisée et partagée est un détonateur imprévu de cette Révolution, l’histoire peut aider à établir des connexions utiles pour mieux comprendre la société actuelle.

Leçon d’histoire

Habituée à une histoire contemporaine qui se fait essentiellement à partir des archives écrites, même si elle a commencé à s’ouvrir sur le témoignage, j’ai pris la mesure et en live de l’importance méthodologique des questions basiques enseignées par la discipline. Qu’est ce qu’une source ? Qu’est ce qu’une information ? Qui est l’auteur d’un document ? Comment circule une nouvelle ? Depuis la gifle qui aurait causé le suicide de Bouazizi jusqu’aux nuées de rumeurs qui ont banalisé buzz et inventé le terme d’infox, l’historienne flotte dans la multitude d’informations, la multiplication des modes d’expression, la liberté de ton et jusqu’au libertinage des propos. Avec le temps, j’ai commencé à noter la façon, parfois surprenante, dont les données s’organisent en fonction d’acteurs insoupçonnés, comment des événements au départ bénins prennent de l’importance, comment se fabrique l’actualité. Cette physique de l’événement et la mayonnaise plus ou moins réussie d’un pouvoir qui se façonne au jour le jour, représente pour la chercheuse un terreau de réflexion vivace sur la naissance d’une culture politique, peut-être en transformation. Entraînée aux mécanismes langagiers de la dictature, j’ai déplacé l’attention au vocabulaire post-révolutionnaire parvenu lui aussi à recevabilité. Le mot Révolution qui a beaucoup servi par commodité, par paresse ou par fierté appelle à réfléchir sur l’efficience des mots dans le jeu du présent puis leur répercussion sur l’écriture de l’histoire. En attendant d’approfondir l’analyse des discours qui orchestrent la vie politique et les arguments échangés tous médias confondus et jusque dans le privé, je regarde davantage la télévision, lis plus de journaux, écoute plus les radios, fréquente la toile. S’y déploie une société en pleine éclosion de capacités étouffées, niées ou simplement ignorées, une jeunesse contestatrice, énergique et parfois désespérée, des femmes omniprésentes dans l’espace public, des expressions nouvelles. Alors que les résultats des élections de l’Assemblée Nationale Constituante sont interprétés comme les chiffres d’une représentation populaire, ces images de la société me semblent mettre le doigt sur une ignorance, d’abord sur le plan scientifique, de la diversité d’une Tunisie sous-analysée et des forces plurielles qui la traversent. En comparaison, les pratiques de pouvoir apparaissent rigidifiées par le temps, trop vieilles pour les besoins et urgences du pays, trop pauvres devant sa complexité. La masculinité et la moyenne d’âge des responsables politiques sont un des signes d’un décalage flagrant entre la société et le pouvoir. D’autres gaps s’y ajoutent.

Leçon civique

Dans un pays où la vie scientifique manque de revues, de lieux et de traditions de débat, le politique magnétise les professions intellectuelles, les asservit aussi dans la mesure où il s’est érigé en source unique de légitimité, en but ultime de toute réussite. Exercice et conditions du métier de chercheur ne sont pas pires que le reste, encore faut-il ajouter qu’ils illustrent une conception totalitaire du savoir desséchante et, à la longue, dévalorisante des métiers de la connaissance. Une année ne peut suffire à agir sur l’hypertrophie de l’idéologie des diplômes, la surveillance des idées, les mécanismes gelant les forces créatrices, autant de graines qui ont semé dans la société un désamour envers les intellectuels et dressé des clivages partisans à l’université. Je sais faire partie de secteurs minés par le manque de liberté et le déni politiques, le culte techniciste achevant de rendre les sciences de l’homme en Tunisie inutiles à lui-même. Politiques et scientifiques ont beaucoup à faire pour soigner ces maux afin de redonner au savoir sa fonction humaniste et la place qui lui revient dans la richesse globale. En tant que chercheur, j’ai cependant éprouvé, au cours de cette année, une conscience accrue de l’importance de la discipline historique face à la montée des émotions, l’expression des revendications individuelles et l’affirmation des phénomènes religieux et mémoriel. Comme tout référentiel important -et cette Révolution en est un de taille-, l’histoire doit rester en alerte, un peu comme une veille météorologique en cas de beau temps, en prévision des intempéries. Penser à la suite, à la connaissance future et à la mise en ordre raisonné d’un présent en déroulement me semble être une hygiène à conserver face à la gestion des événements et aux réponses politiques hâtives. Derrière les journalistes chargés de la consignation immédiate, à la suite des juristes, sociologues, géographes, économistes et autres experts en sciences sociales mobilisés par le court terme, les historiens doivent maintenir un recul patient face à l’actualité multiforme et à ses impacts contradictoires. Sans perdre de vue les archives virtuelles et matérielles en fabrication ni les effets de mémoire qui sont en train de s’incorporer dans le réel, sous nos yeux, pas toujours clairvoyants, de témoins.

Texte paru dans La Lettre de l’IRMC, n° 8, janvier-avril 2012, page 8.

Ce texte a été traduit en anglais par Sarah Fredj sous le titre « Being a Historian after January 2011 », et publié sur ce carnet.

L’an I de la transition tunisienne. Chronologie, décembre 2010-décembre 2011

Il y aurait une infinité de façons de résumer l’année 2011 en quelques dates-clés. Je propose quelques repères temporels dans une année où la précipitation des événements a gonflé la matière à classer et multiplié les points de vue à partir desquels on peut les agencer. J’ai construit cette grille pour accompagner la publication de l’ouvrage Chronique d’une transition qui regroupe des textes écrits tout au long de cette année. Comme les articles et conférences qui constituent le volume, cet exercice se situe entre le témoignage et le besoin de recul. A peine cet inventaire chronologique bouclé, j’ai commencé à noter une série de faits qui auraient pu y figurer, rendant compte d’autres aspects de l’actualité récente apparus depuis. Syndrome vulgarisé par Jorge Luis Borgès à travers le fantasme d’étendre les dimensions des cartes à celles du monde qu’elles sont censées représenter. La chronologie comme la carte géographique sont une traduction schématisée d’une réalité incorporée dans une période ou un espace. Comme tout support d’interprétation, cette grille chronologique pose la question de son échelle, elle véhicule une vision partielle des faits comme elle est appelée à subir un travail intrinsèque constant.

L’établissement de cette chronologie de la transition tunisienne a porté les enseignements de cette période extraordinaire jusqu’au cœur de mon métier d’historienne. A travers cet exercice, j’ai expérimenté, par-delà l’aspect technique, l’idée que les dates parlent directement et que leur raccourci révèle autant qu’il cache. Tout récit étant conditionné par l’usage qu’on lui réserve et le contexte de son élaboration, le langage et le contenu de cette grille restent datés. En donnant une trame à des textes écrits au fil des événements, sans fil conducteur pré- établi, j’ai éprouvé le pouvoir à la fois structurant et fluctuant de l’outil. A sa manière, cette chronologie constitue un texte à l’image de ceux qu’il est censé éclairer et relier. Je ne saurais pas expliciter les critères sous-jacents au choix des jalons illustrant à mes yeux de témoin le processus de la transition en 2011. Mais je sens que ces bornes de marquage sont appelées à bouger, toute chronologie étant éphémère, appelée à être reprise, recomposée par les événements, par ceux qui les vivent et ceux qui en parlent. En dépit de leur spécialisation professionnelle, les historiens n’ont pas le monopole d’ordonner les faits afin d’en restituer un sens provisoire, en attendant le cours ultérieur de l’histoire. En confectionnant ce support pour lire les événements dans le temps court de cette année 2011, j’ai pensé aux chronologies des manuels d’histoire qu’elle soit universelle ou nationale, politique, religieuse, sociale ou scientifique. L’histoire des idées, de la littérature, des religions ou des sciences traduisent des rythmes commandés par les évolutions et les changements étalés dans le champ temporel correspondant. A défaut de hiérarchiser les changements intervenus en 2011, cette chronologie m’a rappelé qu’ordonner le temps est un art et une pédagogie utiles à des conteurs, des romanciers, des policiers, des avocats, des juges, des médecins… et à des historiens. Le succès et les limites de l’opération sont, comme toujours, conditionnés par la situation dans laquelle a été élaboré le déchiffrement de la première année d’une transition qui ne fait que commencer et qu’il va falloir raccorder à plusieurs grilles d’interprétation.

Ceci pour dire que cette reconstitution d’une année dense, débordant d’événements plus ou moins intelligibles est définitivement provisoire. En attendant les nombreuses grilles chronologiques qui se façonneront au fur et à mesure que les lectures qu’appelle cette transition se développeront, je signale aux lecteurs une chronologie politique détaillée et plus riche en événements, élaborée par Abdelkrim Gabous et parue sur les pages 21 à 31 de l’édition du 14 janvier 2012 du quotidien tunisien en langue arabe, Al Maghrib.

17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid.
19 décembre 2010, Déclenchement d’un mouvement social et populaire à Sidi Bouzid.
24 décembre 2010, Premiers tués par balles à Menzel Bouzaïane.
27 décembre 2010, Des avocats se mobilisent à Tunis en faveur des événements.
29-30 décembre 2010, Remaniement ministériel, mouvement de gouverneurs de Sidi Bouzid, Jendouba, Zaghouan. Reportage et débat de la chaîne Nessma Tv, le 30 décembre en soirée.
6 janvier 2011, Grève des avocats pour protester contre les violences policières et les tirs par balles.
8 janvier 2011, Enterrement de Mohamed Bouazizi (mort le 4 janvier à l’hôpital de Ben Arous) à Sidi Bouzid.
9 janvier 2011, L’état de siège est décrété sur tout le territoire.
11, 12 et 13 janvier 2011, Les manifestations se répandent partout, organisées par l’UGTT. Elles parviennent à Tunis et banlieues. Le 13 au soir, Ben Ali intervient pour la troisième fois depuis fin décembre à la télévision déclarant qu’il a « compris ».
14 janvier 2011, Une grande manifestation a lieu le matin à Tunis. Zine El Abidine Ben Ali quitte le pays avec sa famille en fin d’après midi. Son avion atterrit en Arabie Saoudite.
15 janvier 2011, La procédure de passation des pouvoirs opérée selon l’article 56 de la Constitution (le Président de la République absent est remplacé par le Premier Ministre Ghannouchi) est remaniée conformément à l’article 57 (En cas de vacance du pouvoir, l’intérim est assuré par le Président de l’Assemblée Nationale). Troubles dans les prisons.
17 janvier 2011, Formation du premier gouvernement provisoire Mohamed Ghannouchi. Fouad M’baza’a, Président de la République par intérim. Création de trois commissions : pour la réforme politique (présidée par Yadh Ben Achour), pour enquêter contre les malversations et la corruption (présidée par Abdelfattah Amor), pour les victimes de la répression du régime de Ben Ali (présidée par Taoufik Bouderbala).
Premiers mouvements de contestation à Oman et au Yémen.
22 janvier 2011, Suppression de la police universitaire en Tunisie.
23 janvier 2011, Mouvement dit Kasbah I : des caravanes des différentes régions convergent pour un sit-in place de la Kasbah, siège du premier ministère, protestant contre la présence de ministres symboles de l’ancien régime dans la nouvelle formation du gouvernement.
24 janvier 2011, Larbi Nasra, directeur de la chaîne Hannibal TV, arrêté la veille pour des soupçons d’intervention télévisée de Ben Ali, est libéré. Trois des plus proches collaborateurs de Ben Ali : Abdelaziz Ben Dhia, Abdallah Kallel, Abdelwaheb Abdallah sont mis en résidence surveillée.
25 janvier 2011, Premières manifestations au Caire, à Alexandrie, à Tanta et d’autres villes appelant au départ de Moubarak.
27 janvier 2011, Deuxième gouvernement Mohamed Ghannouchi.
1er février 2011, La marche d’un million en Egypte. Hosni Moubarak annonce qu’il ne se représente pas aux élections.
2 février 2011, Le président Salah déclare qu’il ne se présentera pas aux élections présidentielles du Yémen en 2013.
7 février 2011, Une grande manifestation organisée à Alger est dispersée par les forces de l’ordre.
7 et 9 février 2011, Le Parlement tunisien vote une loi permettant au président par intérim de gouverner par décrets-lois. Dissolution de l’Assemblée Nationale.
11 février 2011, Formation du Conseil National pour La Protection de la Révolution (CNPR) à partir de 26 organisations dont l’UGTT.
Démission de Hosni Moubarak. Le pouvoir est transféré à l’armée égyptienne.
13 février 2011, L’opposition à Mouammar Kadhafi appelle à un soulèvement pour le 17 février. Insurrection à Benghazi, El Baïda et Zentan et début de la répression en Libye. Début d’un mouvement de milliers de réfugiés en direction de la Tunisie.
14 février 2011, Premières protestations à Bahreïn. Répression et distribution d’aide financière aux familles.
18 février 2011, Un décret-loi crée la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (HIRORRPTD) par élargissement de la Commission de Réforme politique.
20 février 2011, Une marche de plusieurs milliers de personnes a lieu à Casablanca et dans d’autres villes au Maroc.
21 février 2011, Déclenchement du mouvement Kasbah II réclamant le départ de Mohamed Ghannouchi.
27 février 2011, Béji Caïd Essebsi remplace Mohamed Ghannouchi en tant que premier ministre.
Formation du Conseil National de Transition libyen.
4 mars 2011, Suspension de la Constitution Tunisienne.
7 mars 2011, Béji Caïd Essebsi nomme son premier gouvernement provisoire : 32 ministres dont deux femmes.
9 mars 2011, Dissolution du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) par décision de justice. Mohamed VI annonce une réforme constitutionnelle avec référendum pour le Maroc.
11 mars 2011, Manifestations de masse au Yémen à Sanaâ, Taïz, Aden contre le président Abdallah Salah.
14 mars 2011, L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis envoient des troupes pour soutenir le roi de Bahreïn.
15 mars 2011, Elargissement de la HIRORRPTD de 72 à 165 membres.
Premières manifestations massives en Syrie.
28 mars 2011, Le Ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi est remplacé par Habib Essid.
6 avril 2011, Accord tuniso-italien « régularisant » 22.000 Tunisiens ayant débarqué clandestinement à Lampedusa.
11 avril 2011, Vote de la loi électorale.
18 avril 2011, Décret-loi créant l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE).
5 mai 2011, Crise à la suite des déclarations de Ferhat Rajhi sur le fonctionnement du gouvernement, l’existence d’un « gouvernement de l’ombre », les enjeux et les nominations.
16 mai 2011, Election des membres de l’ISIE et report des élections d’une Assemblée Nationale Constituante prévues le 24 juillet au 23 octobre.
19 mai 2011, Affrontement armé entre militaires tunisiens, garde nationale et membres du réseau Al Qa’ida du Maghreb Islamique (AQMI), à Rouhia, gouvernorat de Siliana. Trois morts, dont le Général Ayari.
29 mai 2011, Samir Fériani, responsable dans la police politique est arrêté. Il avait donné l’alerte sur des actions en faveur du retour de Ben Ali.
4 juin 2011, Le roi Salah, blessé, quitte le Yémen.
20 juin 2011, Début des procès contre Ben Ali et les Trabelsi
26 juin 2011, Attaques contre le cinéma Afric’art à Tunis pour la projection du film Ni Allah ni maître de Nadia El Fani.
1er juillet 2011, Remaniement du gouvernement. Es-sabah publie le Pacte Républicain élaboré au sein de la HIRORRPTD.
11 juillet 2011, Démarrage des inscriptions sur les listes électorales.
14 août 2011, Clôture des inscriptions des électeurs.
23 août 2011, Kadhafi prend la fuite. Tripoli passe sous le contrôle du CNT.
29 septembre 2011, Le tribunal militaire prononce un non-lieu dans l’affaire Samir Fériani.
1er octobre 2011, Démarrage de la campagne électorale.
9 octobre 2011, Des groupes armés tentent d’attaquer le siège de la télévision privée à Tunis, Nessma TV, à la suite de la diffusion du film iranien Persépolis, doublé en dialectal.
13 octobre 2011, Clôture des travaux de la HIRORRPTD.
20 octobre 2011, Mort de Mouammar Kadhafi, tué par des insurgés.
23 octobre 2011, Elections de l’Assemblée Nationale Constituante.
26 octobre 2011, Des violences éclatent à Sidi Bouzid à la suite de l’annulation des listes du parti El Aridha Acha’biyya (Pétition populaire) arrivé en tête des résultats électoraux.
27 octobre 2011, Résultats partiels des élections.
2 novembre 2011, Décret-loi sur la liberté de la presse, de l’imprimerie et de l’édition
12 novembre 2011, La Ligue Arabe décide de suspendre la Syrie de son organisation.
14 novembre 2011, Publication des résultats définitifs des élections tunisiennes.
22 novembre 2011, Première séance de l’Assemblée Nationale Constituante élue : 217 sièges, 215 présents, 28 partis représentés. Election de Mustapha Ben Jaâfar (parti Ettakatol) comme président de l’ANC.
28 novembre 2011, Début des élections législatives en Egypte.
12 décembre 2011, Election du Président de la République tunisienne. Moncef Marzouki (parti du Congrès Pour la République) obtient 153 voix.
14 décembre 2011, Hamadi Jebali (parti Ennahdha), futur premier Ministre, est chargé de former le nouveau gouvernement.

Compléments :

interview de l’auteure sur Radio Tunis chaîne internationale

Une interview effectuée par la chaîne marocaine Inter, le 5 juin 2012  :  http://www.chaineinter.ma/detail_invite.php?id=434

Un an et après ?

Couverture de Chronique d'une transition, par Kmar Bendana

Couverture de Chronique d'une transition, par Kmar Bendana

Mon ouvrage Chronique d’une transition vient de paraître. 2011 a été une suite de cascades inattendues et a vu un basculement aussi brusque que désordonné. Cet ouvrage s’apparente à la persistance rétinienne d’un regard frappé par des événements qui modifient le quotidien, embrouillent la vision du futur et bouleversent la lecture du passé. Il témoigne d’une conjoncture toujours en recomposition, un an après les événements spectaculaires du déclenchement. Sa publication survient à un moment où émergent d’autres possibles, imposant aux acteurs et aux témoins une actualité toujours lourde d’inconnu et porteuse de l’inquiétude qui accompagne les chemins de l’incertain. Il signe la fin d’un premier acte de la transition tunisienne : le tapuscrit  est déposé chez l’éditeur le jour où l’Assemblée Nationale Constituante déclare Hamadi Jebali premier ministre. Sa sortie en librairie survient alors que la Tunisie entre dans une autre phase, sous un horizon politique impensé en janvier dernier, dans les circonvolutions des faits et la prise de court de chacun.

Le point de vue de l’éditeur

Comment vit-on une transition ? Comment peut-on en parler ? Que peut-on en raconter ?
Dix-sept textes écrits au fil de la transition tunisienne, dont deux traduits en arabe, constituent une lecture personnelle d’une réalité nouvelle, survenue avec une violence imprévue. Kmar Bendana livre en pointillés ses réactions aux événements, à l’ambiance politique, aux moments de tension et aux mille facettes d’un quotidien en bouleversement. Témoin et observatrice des effets immédiats de la Révolution tunisienne sur son entourage, elle compose un tableau chronologique d’une année 2011 qui ne se réduit pas à ces instantanés. Cette chronique inspirée par la cascade de faits inattendus et difficiles à comprendre amène son auteur à recourir petit à petit à des outils historiens pour débroussailler le présent.

Introduction de l’auteur : faire le pas

L’ensemble des textes qui suit est né d’une stupeur puis d’une lente libération. Il trouve son origine dans la réaction progressive d’un témoin impressionné par la Révolution tunisienne, un témoin surpris par les événements et pour qui l’écriture a constitué une réponse instinctive, non raisonnée. Comme on tient un journal et à la façon dont on entame un ouvrage manuel pour affronter la peur de l’inconnu, ces textes sont nés d’un besoin de se retirer devant une actualité soudain si intense, difficile à vivre, offerte de surcroît à une infinité de voix et à des interprétations incertaines. La vitesse des faits et leur incompréhension m’ont jetée derrière l’écran de mon ordinateur sur lequel je projetais les premières explications que je parvenais à formuler à l’adresse des amis inquiets et pour moi-même. Petit à petit, ce journal s’est nourri des discussions familiales, des retours de courrier et des questionnements qui clarifiaient mes doutes et calmaient mon anxiété. De mails en notes personnelles, j’ai traversé les journées de janvier pendue à cette écriture hachée, tendue par un présent tissé de mauvais pressentiments entretenus par une actualité difficile à décrypter mais lourde, angoissante.

Je ne sais pas comment j’ai fait le pas de publier ces commentaires sur le vif destinés à mes amis et à moi-même. J’ai rédigé le premier papier au lendemain de la réunion syndicale organisée avec la réouverture de la Faculté des lettres de La Manouba, le 24 janvier. J’ai couché par écrit des propos qu’il me semblait avoir mal exprimés oralement la veille à mes collègues. Ma fille, à qui j’ai soumis la mouture, l’a appréciée, en a choisi le titre (« Pour que d’autres Bouazizi soient épargnés »), tout en me conseillant de le poster en « billet » sur Facebook. N’étant pas inscrite sur le réseau, j’ai préféré adresser ce texte à La Presse de Tunisie, un quotidien de langue française réputé être une chasse gardée de la communication présidentielle. Le plaisir de voir l’article publié le lendemain a été augmenté de la satisfaction de recevoir les réactions d’amis, de collègues, de membres de ma famille, d’anciens camarades de faculté et même de lycée. Cette audience et cet accueil inhabituels ont certainement favorisé un déclic, impulsé une envie de renouveler une sortie impromptue sur la place publique, gratifiante et soulageante : sans plan prémédité et à raison d’une contribution par mois environ, j’ai commencé à envoyer à La Presse de Tunisie des textes courts, réagissant à des événements d’actualité, des opinions sur les débats en cours et les questions dans l’air du temps. Les commentaires que j’ai reçus en retour à ces textes ont entretenu le fil et maintenu l’envie d’écrire. Ce faisant, cet échange en pointillés a comblé ma perplexité, accompagné une solitude, rompu un silence.

J’ai fait un deuxième pas au mois de juin, celui de créer un blog. Au bout du cinquième ou sixième article paru sur La Presse, à la faveur d’une rencontre à Tunis sur la transition démocratique face à la question des archives, question qui me semblait ouverte à un intérêt large, citoyen autant qu’historien, j’ai ouvert un blog sur la plate-forme Hypotheses.org où j’ai rendu compte de cette manifestation en espérant qu’elle intéresserait des historiens et des archivistes. Le titre que j’ai donné à ce carnet de recherche : Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine (hctc.hypotheses.org) est issu de la série des textes écrits depuis janvier. Au fur et à mesure de la rédaction de ces textes d’opinion, je me suis exercée à « lire » l’actualité tunisienne avec des outils historiens, à lier le présent que je vivais avec des bribes du passé que je connaissais. Alors que j’avais commencé par observer ce qui m’entourait, j’ai imperceptiblement pris la posture d’essayer de capter si, dans la situation en train de se dérouler, l’histoire et la culture pouvaient avoir un sens, un rôle, une action quelconque. Tout en restant branchée sur les événements, je me suis mise à utiliser mes références d’historienne, quand elles me semblaient utiles, pour rappeler l’antécédence d’un fait, trouver la parenté avec un événement, comparer un terme récent avec un plus ancien. Sur le mode intuitif et sans travail de documentation ni d’enquête, cette écriture sur le présent a commencé à se raccorder au passé. Le lecteur se rendra aisément compte de cette évolution à travers les textes qui sont ici reproduits dans leur ordre chronologique de parution et qui rentrent dans cette phase de transition d’une façon tâtonnante. Il notera également la publication des versions arabes de deux de ces textes, demandées par les revues Transeuropéennes et Naqd et qui élargissent l’audience de cette chronique.

L’histoire appartient à ceux qui la font plus qu’à ceux qui en parlent ou l’écrivent. Et ceux qui l’écrivent sont de toutes sortes : les journalistes aujourd’hui sont en première ligne. Jadis, les chroniqueurs sollicités par le pouvoir ou livrés à leur seul désir d’écrire disposaient d’un certain temps. Ils étaient peu lus ; on a fait de quelques-uns qui ont traversé la postérité des historiens. De nos jours, l’écriture s’est banalisée et répandue tandis que la question du temps, primordiale, a séparé la parole des témoins de celle des observateurs immédiats et des analyses différées. Rendre compte de l’actualité est une entreprise facilitée par la vitesse des moyens d’information et de communication certes, mais la célérité généralisée ne favorise pas plus la compréhension immédiate des choses. A ces problèmes d’époque, s’ajoutent nos carences journalistiques et les douves qui enserrent la vie scientifique en Tunisie.

La transition politique advenue, encore en cours, m’aura ouvert deux chemins, tracé deux passerelles qui atténuent l’isolement de l’universitaire et les difficultés de l’échange et du débat qui sévissent dans le pays. Chaque texte paraissant dans La Presse de Tunisie étant posté sur le carnet de recherche, les deux supports me valent deux lectorats plus nombreux et plus réactifs que les rares usagers fantomatiques de mes articles scientifiques. Ma riposte inconsciente face aux événements a pris la forme du témoignage, une trace que ma pratique classique d’historienne avait tendance à minimiser, en comparaison avec l’archive écrite. A une leçon d’histoire s’ajoute le plaisir de voir mon écriture toucher un public plus large, plus diversifié et finalement plus concerné. Ce n’est pas là le moindre des apports de cette Révolution tunisienne à mon métier d’historienne.

Je dédie cet ouvrage à la mémoire de Raouf Hamza, qui va beaucoup manquer à l’histoire de la Tunisie contemporaine encore si peu connue et dont il était si imprégné.

Hammam-Lif, 17 décembre 2011

Complément : interview de l’auteure sur Radio Tunis chaîne internationale

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

Dédramatiser, comprendre. Lettre à une amie

"Progression to Progress VI", by Ojame, licence CC BY-NC-SA 2.0

Le 30 octobre 2011

J’essaie de dé-dramatiser. J’essaie de comprendre. Et je prépare mon intervention de jeudi prochain à Paris I : je suis très contente de repartir encore et de parler avec d’autres. C’est un des cadeaux de la “Révolution” au chercheur que je suis.

Ma façon à moi de dédramatiser est de me répéter que nous sommes dans un processus inédit pour nous et difficile à analyser avec les grilles politistes des démocraties occidentales. Ou des récits de campagne. Ou des éditorialistes “spécialistes” des pays arabes. Aussi talentueux et honnêtes que soient les observateurs, nous devons accepter les limites de nos lunettes. En tant que chercheur, je sais que le journalisme, le nôtre aussi bien sûr et surtout, est démuni. Par ailleurs, je refuse de me laisser aller au pessimisme. Même si c’est une période très rude à vivre. J’ai conscience que nous sommes dans un chemin difficile et opaque. Je garde un espoir car je vois des choses minuscules bouger autour de moi, tous les jours. Ecrire pour moi et sur La Presse est une thérapie et une façon de lutter contre la confusion des grilles de lecture.

J’avoue que des choses me font peur en ce moment, en tant que femme mais pas seulement. J’observe par hygiène une certaine retenue et ne veux pas tirer des sirènes que tout le monde actionne. On a besoin surtout d’agir au jour le jour, de nous doter d’une constitution plus sûre… J’ai vu tellement de Tunisiens de valeur ces derniers mois. Pourquoi il n’y en aurait pas d’autres dans la Constituante, dans le prochain gouvernement ?

Bien sûr, je sais que les négociations politiciennes polluent cette période où on devrait penser plutôt au pays. Je ne suis pas angélique. Mais je réagis aussi à la façon dont on parle de cette élection après avoir accueilli la Révolution. Je n’aime pas ces appels après les encensements des premiers mois, il y a quelque chose d’insultant à se sentir ballotés par des lecteurs pressés, pas toujours bien informés et surtout apeurés. La plupart des articles que j’ai lus (notamment français) charrient une peur profonde de l’Islam et une ignorance des réalités sociales, complexes et très différentes d’un pays à l’autre, de ceux qu’on considère comme musulmans. Ce n’est la faute à personne, le manque de recherches en sciences sociales sur la Tunisie me semble particulièrement important en ce moment.

Analysons ces résultats électoraux qui ne me surprennent pas à vrai dire. Ils disent en chiffres ce que l’on vit depuis longtemps : les islamistes sont présents dans la société. Et on en a une idée plus nette, qui sera définitive quand on aura mis au clair toutes les affaires de fraude dans une dizaine de jours, après que la justice ait examiné les plaintes. Là aussi c’est un processus qui peut sembler dérisoire mais il apporte avec lui une lenteur “pédagogique”, un apprentissage donc puisque les Tunisiens prendront le temps d’ingurgiter ce deuxième moment des résultats, d’admettre peut-être d’autres invalidations et donc la force du droit. Car il y a eu des tas de manipulations au cours de ces élections, que l’on peut considérer comme réussies, ayant donné une fois de plus une image de Tunisiens attirés par la vie citoyenne (donc encore un cran de sécularisation, dans les formes tout au moins). Ces chiffres de 40% de sièges revenant à Ennahdha dans la Constituante sont un peu douloureux, mais j’espère que les islamistes ainsi “reconnus” officiellement vont fabriquer moins de ressentiment… peut-être. Ces mêmes chiffres disent en même temps que moins de 50% des Tunisiens ont voté (on a 52% environ d’abstentions) et qu’un Tunisien sur cinq seulement a voté pour Ennahdha, beaucoup de voix venant d’ailleurs des Tunisiens en France….On voit que nous assistons à une montée d’une droite en Tunisie, ce qui est sombre. Alors même que nous n’avons pas de vie politique organisée et encore moins des institutions démocratiques, nous devons “admettre” ce diagnostic peu réjouissant mais prévu comme une base pour avancer vers une vie plus démocratique. Deux objectifs lourds, très lourds.

Le plus grand pas est de marquer une distance plus nette avec la dictature sans compter tout le reste (pauvreté, inégalités sociales flagrantes, manque de perspectives autonomes sans aide extérieure, corruption dans les rouages de l’État..) qui enveniment la marche de cette transition. Nous partageons le phénomène d’une montée des forces de droite avec beaucoup de pays dans le monde et le projet de sortir de la dictature avec d’autres pays du monde arabe qui ne nous ressemblent pas vraiment. Notamment en termes de présence de l’armée dans la société et le pouvoir, en termes d’acquis sociaux aussi notamment pour les femmes… Je sais que la Libye inquiète en ce moment mais pour ma part, je crains surtout des choses du côté du régime militaire algérien ! Mais là je manque encore d’éléments précis.

Les élections tunisiennes préparées selon des normes “internationales” ont énormément coûté en hommes et énergies. Je trouve cette opération admirable même si elle est marquée de nos insuffisances et même si on n’a pas évité un certain nombre de perversités. Face à ce travail de mise en place qui est en soi un acquis et une expérience qui marquera la vie politique, le paysage social reste inchangé, difficile à investir, à connaître en peu de temps. Ce premier rendez-vous électoral (j’ai parlé depuis de “brouillon” d’élections, disons un premier essai) n’a permis à personne de bien se préparer, ni aux Tunisiens engagés très rapidement dans l’action politique de faire des priorités. Comme les nahdhaouis ont un peu d’avance dans le tissu social car ils ont été persécutés, ils marquent les esprits comme des “résistants” qui ont payé un tribut humain à la dictature, ce qui est vrai. Voter pour eux c’est d’abord voter contre l’ancien régime qui les a persécutés sauvagement. Ils sont également aidés par les capitaux d’Arabie Saoudite qui n’ont jamais cessé de les alimenter pendant les 20 ans de leur résistance. La contre-révolution est hélas bien renflouée.

Le deuxième parti classé dans les chiffres électoraux est celui du CPR (Marzouki), le deuxième parti persécuté par Ben Ali, dirigé par un homme plutôt de “gauche” ou plutôt “droits de l’homme”. Les deux chefs d’Ennahdha et CPR (les deux partis en tête) ont vécu à Londres et à Paris, après avoir été pourchassés par Ben Ali… Ce qui me fait dire que la proportion qui leur revient, les plaçant en tête est aussi l’expression d’un vote qui veut rompre avec l’ancien régime et marquer sa détestation et son rejet.

Ajoutons à ce “vote-sanction” comme on dit dans le jargon, l’émiettement des forces démocrates et leur polarisation autour de personnalités qui se sont construites sur une résistance face à Ben Ali. Aucun “héroïsme” d’opposant ne peut fondre en 9 mois de transition. Les dizaines de partis qui n’avaient pas une “histoire héroïque” sont passés inaperçus. Je trouve par ailleurs les analyses des journalistes, y compris les plus informés d’entre eux, partielles, de facture politologique, le regard rivé sur des chiffres électoraux alors que je pense qu’il vaut mieux regarder en profondeur le tissu social où s’exerce ce dispositif. Et ce dispositif est en plus difficile à comprendre par le citoyen, d’où un danger supplémentaire.

Et puisque je suis dans le commentaire, je vais te donner un exemple des choses complexes que recouvrent ces résultats prévisibles pour ce qui est de la supériorité des Nahdhaouis. Le plus intéressant à observer est ailleurs à mon avis. Peut-être as-tu appris les troubles qui ont régné à Sidi Bouzid, la ville- symbole de la “Révolution”. Dans cette région très défavorisée, on aurait pu trouver Ennhadha en tête. Et bien non, on a voté presque massivement pour un zozo qui a été islamiste puis a fondé une télé à Londres (encore !). Après une courte opposition à Ben Ali, il est devenu son antenne, son mercenaire, entre autres pour combattre Ghannouchi, l’islamiste londonien aujourd’hui “victorieux”. Ce type est arrivé au nez de tous à activer les réseaux locaux du système Ben Ali pour faire élire son “parti” dans cette ville et quelques autres. Troisième dans le classement final !!! Avec les dépouillements, on a découvert des chiffres “réglementaires” mais massifs qui recoupent étrangement les votes benalistes de l’avant 14 janvier. Nous sommes dans la phase où on vient de découvrir cette opération incroyable, non répertoriée dans les infractions électorales. Cette mésaventure nous vaut plus qu’une anomalie, une série d’invalidations qui entraîne une autre crise de violence dans une région déjà endolorie par les morts de décembre-janvier. Une région pauvre mais que l’on a pu “acheter” aussi par un travail de terrain mystérieux, parallèle et presque ennemi de celui d’Ennahdha. Ces derniers n’ont pas le monopole de la triche ni de l’achat de la pauvreté dans le pays. La télé de ce londonien originaire de Sidi Bouzid, troisième dans le classement électoral a rapporté des voix en masse à des listes dont les prête-nom cachent d’anciens “notables” de l’ex-régime déchu…Privés de leurs élus, ces gens sont allés brûler le local d’Ennahdha… Et il ya de nouveau un couvre-feu dans la région ! Des gens souffrent alors qu’ils ont été floués, une fois de plus.

C’est à la fois plus grave et plus difficile à corriger que la désunion des “laïcs”, ou le gap entre intello et peuple, vrais et faciles à détecter quand on participe ou qu’on observe les élections. En d’autres termes, la société tunisienne a des carences profondes. Un vrai travail politique est à faire, et ce n’était pas possible dans ce premier essai électoral. Je pense que les associations doivent prendre le relais et ne pas baisser les bras avec ces résultats, au contraire. Je pense aussi que la chape de la parole qui a sauté doit continuer à pousser les limites du silence et des habitudes de passivité. Nous avons acquis une certaine dose de liberté et nous devons la garder vivante.

Nous devons convertir ces résultats électoraux en travail à faire, en essayant de trouver des solutions concrètes, aux problèmes de fond qui sont d’abord la pauvreté et l’injustice qui règnent comme une culture politique dominante, à tous les niveaux. Sur le plan politique, nous devons travailler à ne pas revenir à la case départ : les textes des mois à venir sont fondamentaux (Constitution et règlements) mais également dans des choses moins rigides, des espaces plus discrets. À l’université, des petites expériences ont démarré, très timides. Nous avons un nouveau dirlo. Il nous demande de travailler à re-structurer l’Institut pour lui donner une certaine autonomie, plus de dynamique. Je travaille à ça sans crédulité, en préparant un certain nombre de propositions concrètes. C’est la pratique professionnelle qui va être pour moi, comme avant l’axe de mon travail de “résistance”. En espérant que je ferai plus pour le collectif après avoir été un chercheur solitaire, livré à mes seules forces et mon amour du métier. C’est tout ce que je peux faire dans les années qui restent avant la retraite : croire un peu que la recherche peut faire quelques avancées au niveau collectif.

Par ailleurs, le pays (et l’université en particulier) doivent ouvrir la circulation et les échanges pour les jeunes. Mais là c’est une affaire plus que “nationale”. Et ce n’est pas demain la veille hélas. Il faudrait que l’Europe se réveille et comprenne que ce qui arrive chez nous la concerne au plus haut point.

Cette liberté de circuler serait déjà pas mal à côté de leur propre énergie… À voir mes filles et leurs copains, je pense que les jeunes vont aussi apporter leur part dans ce futur de la Tunisie, encore si difficile à imaginer et à construire. Cela donne du courage à la mère que je suis.

Voilà quelques pensées personnelles que je voulais te faire partager.

Je t’embrasse

K

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.

Une transition par et pour les archives en Tunisie ?

Je voudrais relever trois aspects qui m’ont interpellée en tant qu’historienne et en tant que citoyenne au cours d’une rencontre qui s’est tenue hier mercredi 22 juin 2011 à Tunis sous le titre La construction d’une mémoire en Tunisie : le rôle des archives.

1/L’objectif de cette rencontre étant de contribuer à une action pour parvenir aux archives en vue d’accompagner le processus de transition démocratique, ce qui a attiré mon attention est le fait de reconnaître aux archivistes une place active dans cette phase transitoire alors qu’on est habitués à les traiter au mieux comme les experts d’une science du passé (ce qu’ils sont), une catégorie professionnelle aujourd’hui hautement technicisée et académique mais liée à une imagerie de la vie administrative et politique désuète. J’ai ainsi noté la participation de trois responsables des Archives Nationales de Tunisie et leur réponse aux questions que rencontrent actuellement les membres des deux commissions nommées en janvier 2011 (Commission nationale d’investigation sur les violations et les abus, Commission nationale d’établissement des faits sur les affaires de corruption et de malversation) et qui dénotent de la conception et de la pratique envers les archives.
Une législation des archives existe en Tunisie concentrée essentiellement autour de la loi du 2 août 1988 relative aux archives, qui a, par la même occasion, créé Les Archives Nationales de Tunisie. Cette législation qui fonctionne dans le cadre des Archives  Nationales de Tunisie, est à la fois ouverte sur les archives courantes et semi-courantes (et donc sur l’archivage administratif) et sur la recherche (puisqu’elle englobe l’ancienne direction des Archives Générales du Gouvernement tunisien) que les historiens connaissent bien depuis longtemps.

Les ANT bénéficient également depuis quelques années d’une meilleure formation d’archivistes et de documentalistes (l’Institut Supérieur de Documentation existe depuis 1981, il forme depuis 1988 à une maîtrise d’archivistique et a créé depuis 1997 deux DESS de management de bibliothèques et d’archives). Aussi la recherche, comme la conservation et le classement de la documentation administrative sont des opérations aujourd’hui soumises à des normes respectables et internationales (l’influence française est largement visible dans les textes et les pratiques).

2/Mais où les choses sont-elles obscures, bloquées aujourd’hui et notamment face aux demandes des commissions ? Une chambre noire semble se loger entre l’administration productrice des archives et celle qui est chargée de les conserver et de les communiquer au public des citoyens, des administrateurs ou des chercheurs. Les marges de manœuvres sont immenses et le travail de transition pour les archives une nécessité brûlante pour les commissions mais pas seulement. Ceci pour les archives de l’Etat pour lesquelles il faut bien se poser la question épineuse des archives de la police, de la défense (les questions de sécurité sont primordiales) mais également celles de l’économie, des syndicats, des banques, des accords internationaux ? Autant de domaines que l’on sait bien gardés et qui nécessitent qu’on se prépare à les percer.

Quelques mesures officielles sont en train de poindre. Un arrêté présidentiel daté du 26 mai 2011 (publié in JOT 31 mai 2011, n° 39, pp. 792-794), soumis à l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (Le texte de loi de 1988 est évoqué dans les attendus) vient rappeler la nécessité de communiquer les archives, les données et toutes sortes d’éléments d’information sur la marche de l’administration. A l’ordre du jour également en ces temps de remise en cause de la fiabilité des chiffres et actions officielles : le recensement de la population est avancé à 2012…

3/Par ailleurs qu’en est-il des archives privées (chapitre 2, titre I de la loi 1988) que Simone Othmani, présidente de l’Association pour la fondation Ahmed Othmani crée en février 2008, a évoquées ? On sait qu’elles sont importantes en Tunisie, jalousement gardées, parfois vendues mais jamais offertes à l’enquête journalistique ou scientifique.
Autre question que l’on peut poser aujourd’hui dans le feu de cette transition : où sont les archives de la société civile ? Comment peut-on les récolter ?