Archives de catégorie : Université

À quoi sert l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National ?

Le sort en est jeté. L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN pour les intimes) n’aura pas d’élection ; son directeur est en voie de nomination. La recherche serait-elle un secteur oublié des dieux ou des anges de cette transition ? Loin de moi l’idée d’idéaliser l’opération de vote que des années d’exercice politique ont eu le temps de rendre suspecte, vidée de sens. Nous avons traversé assez d’expériences électives frelatées à la base pour que le simple acte de voter ne suffise pas à garantir la transparence, ni à signifier démocratie. Depuis l’indépendance, nous sommes devenus les champions d’élections Canada Dry, qui ressemblent à des scrutins démocratiques, en ont la couleur mais n’en sont pas. Le rendez-vous du 23 octobre est décisif en tant que coup d’envoi pour commencer à inverser cette tendance ; aussi voit-on fuser de toutes parts des embûches destinées à entacher ce baptême civique, à entraver le galop d’essai pour récolter « proprement » les opinions et choix de chacun. Croisons les doigts et surtout les efforts pour rester unis autour de cet objectif fondateur afin de déjouer les pièges et les mauvais génies qui veulent empêcher cet accouchement de la citoyenneté.

Sur le terrain universitaire, une première vague d’élections a eu lieu. On en attend une meilleure ambiance de travail et une base de concertation qui sorte petit à petit nos institutions de la paralysie et change les manières de faire. Sans jeter l’anathème sur cette pratique basique, notons que le vote, dans une institution universitaire comme ailleurs, peut être une coalition d’intérêts immédiats, un fastfood qui répond au prêt-à-sauter pour occuper la chaise vide. Celle du directeur de l’ISHMN est vacante. Qui peut l’occuper ?

Quatre éventualités se présentent, en l’absence d’élections. La première serait de reconduire l’ancien directeur. La « loi » lui permet, paraît-il, de se représenter à un second mandat. Comme si rien ne devait changer après une gestion de trois ans publiquement contestée. Un vent de changement ne peut-il pas souffler sur une institution étouffée par la loi du silence et par la confusion entre les pratiques du savoir et les habitudes du pouvoir ?

Deuxième éventualité : on pourrait désigner l’un des quatre chercheurs permanents représentants du corps A (entendre professeurs de l’enseignement supérieur). Que peut-on attendre des candidats internes d’une institution déchirée par une sourde guérilla qui a éteint la dynamique collective et tué les conditions de réfléchir à une politique scientifique ? Comme les années précédentes, pour l’année à venir, l’ISHMN n’a annoncé ni programme, ni projet collectif. Comment attendre que l’un de ces quatre « gradés », séparés par la fracture, plâtre un fossé organique ? La communication, slogan d’une réconciliation annoncée, résiderait dans la capacité à tracer un projet immédiat pour cette institution sans boussole, à impulser une direction de recherche qui conjuguerait les approches des quatre unités d’études.

Troisième possibilité : désigner à la tête de l’institution un universitaire extérieur. Est-ce qu’il doit être historien ? Et de quelle spécialité ? L’histoire du mouvement national est une spécialité inventée et canonisée par le politique. La formule a servi à ennoblir l’histoire de la Tunisie coloniale, expression jugée infâmante et devenue quasiment tabou. Elle a éclipsé la mention courante d’Histoire contemporaine, coupé la voie à l’exercice de l’histoire immédiate, face à des journalistes, hélas eux aussi muselés. Ce double cantonnement a fini par mettre à l’étroit les historiens dans l’espace-temps imparti par la politique, les menant à revendiquer une histoire du temps présent, une catégorie historiographique française consacrée dans les années 1980.

Dernière option : le futur directeur peut-il être une « personnalité nationale », catégorie entrée par la littérature médiatique dans les textes juridiques ? Que recouvre la formule ? Des militants ? Beaucoup, la plupart sont morts. Des membres du Parti Socialiste Destourien (PSD) dont certains ont travaillé à le transformer en Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) ? L’ancien personnel de l’Etat, de l’administration, des associations ? En quoi ces acteurs politiques, passés ou en exercice, peuvent-ils réfléchir à leur implication ? Ils peuvent être des témoins privilégiés et apporter à la recherche des éclairages nouveaux, des souvenirs inédits. La distance et le recul exigés par la recherche feront le tri. Dans nos mœurs jusque là non démocratiques, soumettre le fonctionnement scientifique à l’« arbitrage » de tiers non académiques n’a jusque là donné que des conseils scientifiques et d’administration rendus impuissants avec le passage du temps et l’autoritarisme ambiant. Alors que les cinq directeurs de l’ISHMN ont été choisis, depuis 1990, parmi les historiens de métier, les instances politiques n’ont servi qu’à les nommer ou à les dégommer, sans impulser de ligne ni assurer une quelconque neutralité.

Aujourd’hui, l’Université est soumise au défi de sortir des ornières de la fabrication d’un chômage qualifié et d’entrer qualitativement dans une dynamique d’innovation scientifique. Alors que les sciences humaines et sociales sont en nette déconsidération dans la formation générale et la culture du Tunisien, le destin de l’ISHMN est emblématique et le choix de sa direction doit être soucieux des enjeux pédagogiques, académiques, politiques, historiques et mémoriels auxquels il doit faire face. La mémoire du pays est orpheline d’une histoire critique et globale de la période coloniale. Anesthésiée par une conception victimaire et un enseignement scolastique de cette période marquante, l’opinion tunisienne traîne une incompréhension de cette époque, méconnaissant son héritage et ses paradoxes. Nos arts, notre littérature, nos médias, nos manuels véhiculent une image poussiéreuse de cette histoire prégnante dans notre société, présente dans notre économie, notre vie politique, notre urbanisme, notre quotidien. La relance de cette institution, toute politique qu’elle soit, doit être à la mesure de nos espoirs de réformer l’université, de tonifier la recherche, de mieux connaître notre passé et de donner à notre jeunesse l’envie d’étudier et d’enseigner aux générations futures une histoire complexe et riche de ressources.

Hammam-Lif, le 10 septembre 2011

Ce texte a été publié dans La Presse de Tunisie le 23 septembre 2011, page 9

Justice et opinion de transition : Mélange de genres et clameurs

La transition politico-juridique tunisienne poursuit sa marche. La justice est certainement un des secteurs-clés où l’on attend les images et les effets de rupture avec l’ancien régime. Même si le monde juridique occupe le premier plan dans la gestion de la crise politique, les affaires judiciaires ont tardé à émerger devant une opinion longtemps paralysée et désinformée, encore traumatisée et inquiète devant la persistance de certains signes du passé. Alors que le pouls général du pays monte, on note une actualité faite d’initiatives de contestations, de revendications, de scènes de proclamations qui sont autant de manifestations de pédagogie citoyenne. En l’absence de rouages juridiques pertinents, ces opérations plus ou moins médiatisées traduisent, une avancée dans la « juridicisation » de la vie et de l’opinion publiques. Les conflits s’expriment dans les formes comme dans les contenus à travers un langage et des actions juridiques, prolongeant une tendance engagée depuis un certain temps, jusque là détournée au profit de la dictature. Dans cette phase, la nonchalance de la loi, l’ouverture molle des médias, les rapports crispés et maladroits entre les mondes judiciaire et médiatique font partie des symptômes de la difficile gestation d’une opinion politique en Tunisie. Ce papier est une lecture de l’une des ébauches du dégel transitionnel.

La volonté de savoir
A observer le mental et l’imaginaire « post–révolutionnaires » en Tunisie, la justice et la vérité apparaissent comme deux ordres ébranlés. Depuis le 14 janvier, tout le monde réclame son droit à l’information, chacun veut tout savoir. Après l’apathie craintive et la passivité, la curiosité des Tunisiens se débride. On court derrière la comptabilité des fortunes amassées par les Ben Ali et les Trabelsi, on aligne ouvertement les noms de leurs amis, on reconstitue les arbres de leurs alliances, on suit le sort de leurs biens, on s’informe sur leurs allées et venues dans le pays et à l’étranger, on vérifie les adresses des fuyards, on échange les détails de leur train de vie avant et après la Révolution. Un immense sujet de conversation est né dans les foyers, dans les cafés, dans les bureaux, dans les boutiques, dans les marchés comme dans les réseaux sociaux, un méga-thème éditorial et médiatique a fait irruption. Le silence réservé qui avait couvert l’hégémonie mafieuse s’est transformé en feuilleton national sur le mal en paroles, en chiffres et en images. Des millions de Tunisiens partagent une série d’histoires sur les vices du pouvoir, des récits sur les injustices et les victimes, des versions sur les abus. L’opinion fait feu de tout bois, additionne et croise les sources : des souvenirs comme des témoignages, des livres jusque là interdits, des articles au ton plus libre, des commentaires et des vidéos sur Internet alimentent la chronique de l’instruction judiciaire des familles déchues. Chacun y va de ses bribes et les tresse avec les innombrables anecdotes qui fleurissent. Le pouvoir de l’image et de l’instantanéité aidant, le ciment des médias de tout acabit englobe le tout, lisse le récit. Le concert des rumeurs joue sur les harmoniques de la crédibilité ; bulles et buzz gonflent et dégonflent au gré des répliques, des contre attaques ou du simple effet d’extinction, chaque infox étant suivie par une multitude d’autres. Des nouvelles plus ou moins inédites circulent, des films et des photos ressortent, comme si des détenteurs avisés, conscients de cette réceptivité, veillaient à distiller de quoi entretenir la braise.

Le paysage juridique
Dans la chaîne d’allumage de l’opinion, les procès arrivent lentement sur la scène médiatique et bousculent à leur tour les habitudes des Tunisiens, leur attitude face au secret, leurs attentes face à l’information, réveillant leur désir de justice. La justice tunisienne a des traditions de formation et de fonctionnement, reflet et résultat d’une histoire liée aux besoins de la société et aux impératifs du pouvoir politique. L’université tunisienne comprend cinq facultés de droit dont les recrues en hausse sont disséminées dans le tissu administratif, économique et politique du pays. Le régime de Ben Ali s’est consolidé entre autres en enfourchant un système qui lui a fourni des outils de spoliation, lui a donné des mécanismes d’exclusion et a armé sa domination par des dispositifs appropriés. Dans son évolution récente, le système juridique tunisien, réputé par son dynamisme et ses compétences y compris sur le plan international, a également sécrété des scribes aux ordres, des textes sur mesure, des sièges fantoches et des institutions complaisantes. A l’instar d’autres secteurs, il s’est imprégné de pratiques d’autant plus opaques qu’elles sont enfouies dans la technicité du droit, dans les subtilités de chaque métier, dans le rapport de forces entre les différents rôles de la sphère juridique. La toile d’araignée du pouvoir, de l’administration et des intérêts économiques a tissé des procédures, construit des barrières, fondé des légitimités, monté un appareil solide et structuré autour de 1800 juges, 8000 avocats sans compter les huissiers de justice, les greffiers, les notaires, les experts comptables etc. Le paysage que dessinent ces différentes professions est loin d’être homogène ; il repose sur des collusions classiques, se recompose autour de rivalités d’intérêts, de corporatismes en éveil et de conflits d’influence. Dans ce monde qui s’apparente à un clergé séculier, on devine des connivences matérielles, des coalitions naturelles et des complicités de formation et de condition qui font la solidité de l’échafaudage. Les inimitiés politiques apparues dernièrement secouent l’équilibre de l’édifice car, à côté des différences d’implication dans le processus révolutionnaire, ces tensions expriment également des antagonismes corporatistes.

Procès et médias
En cette période de tous les apprentissages, l’opinion s’ouvre sur les contradictions de cet univers juridique par le biais des luttes intestines qui le traversent comme elle re-découvre les « affaires judiciaires ». Le genre avait fleuri dans la presse coloniale ; un des exemples les plus célèbres est le fameux procès infligé à Abdelaziz Thaâlbi pour blasphème en 1904 et la polémique qui s’en est suivie. Le procès de Jarjar, Gtari et autres acteurs des événements du Jellaz de 1911 avait donné lieu à une abondante couverture de presse, des chansons, une littérature de prison. Après l’indépendance, les lecteurs de La Presse de Tunisie se souviennent de la chronique « De chaque côté du prétoire », de Ammar Dakhlaoui (signature ADAC) concernant les échos des tribunaux. Cette fenêtre sur la vie judiciaire a par la suite dévié vers les rubriques de faits divers tandis que l’ensemble de la presse s’enlisait progressivement dans la langue de bois et le phrasé convenu qui ont fini par devenir une marque de fabrique, droit sortie de l’officine du Palais de Carthage.
Le déferlement d’opinion autour des premiers procès de cette transition révèle l’impréparation de la justice, son manque d’aptitude à informer et parfois une certaine niaiserie. C’est, une fois de plus, les médias qui portent la tempête. La médiatisation des premières « affaires judicaires » a concerné Ben Ali et les familles alliées. Une liste de 150 noms environ est rapidement établie et les procès qui ont lieu à partir de juin sont accueillis comme des parades, des mises en scène. On crie à la parodie, des victimes attendent d’autres incriminations, l’opinion réclame d’autres vérités. Entretemps, la juridicisation de la vie politique déjà entamée sous Ben Ali mais au service exclusif du pouvoir, se généralise au cours de cette transition, touchant les gouvernants, la société civile, les anciens responsables, les nouveaux acteurs. Une bataille de procès est déclenchée pour contester la formation ou les décisions des commissions, contre des propos du penseur Mohamed Talbi, contre le film de Nadia El Fani et autres actes symboliques de personnalités en vue. L’activité judiciaire gonflée par les événements s’accroît de jour en jour et rejoint l’avant-scène politico-médiatique. Les secousses se multiplient dernièrement : la relaxe de Béchir Tekkari (ex ministre de la justice), la sortie du territoire de Saïda Agrebi (proche de Leïla Trabelsi et présidente du « gâteau » de l’Association des mères de Tunisie), les accusations des avocats d’Abderrahim Zouari (dernier ministre des transports) et le non lieu de Ali Seriati (responsable de la sécurité présidentielle) dans l’affaire des faux passeports de l’aéroport de Carthage ébranlent une machine judicaire hyper-sollicitée qui comparaît à son tour devant le ban de l’opinion. La communication autour des plaintes, les interprétations des verdicts expriment le remue-ménage qui agite un pouvoir judiciaire jusque là surprotégé par le secret, un pouvoir médiatique longtemps interdit d’enquêter et la rigidité de la bureaucratie qui tenait l’un et l’autre. Les pressions s’enchevêtrent, les commentaires font déborder l’opinion, faisant ainsi bouger les frontières entre ces différentes instances et déplaçant les bornes. Les juges communiquent dans la hâte des verdicts que les journalistes reprennent à leur manière, les avocats organisent des conférences de presse, le ministère fournit des explications, les magistrats crient à l’indépendance, les familles donnent leur version des faits via Facebook, sur les radios et les plateaux de télévision. On se bouscule dans l’immense prétoire qu’est devenue la scène médiatique, à défaut de voir les salles de tribunal aussi investies par les caméras et les micros qu’en Egypte. Le slogan de la transparence, plus que jamais brandi, couvre mal les mille et un désordres qui bouillonnent dans les coulisses.

Signe d’affolement ?
Justice et médias sont des métiers de la parole et de la représentation, ils partagent des ingrédients communs, en appellent à des compétences similaires : techniques de l’enquête, arts de l’argumentation, ficelles rhétoriques, procédés de l’attaque et de la défense. Mais chaque domaine a son périmètre d’action, son terrain d’efficience, son langage. Le recours irrationnel aux médias signe un des troubles de cette transition en train de se faire, où les conférences de presse d’avocats expriment le comble du mélange des genres et de la confusion des messages. Pourquoi des avocats sortent-ils des prétoires pour traiter des affaires, pour défendre un accusé, pour dénoncer des confrères ? Alors que le pays n’a pas reconstitué le récit du mal qui lui a été fait, un des réflexes d’affolement est de se poster dans le camp du bien, de se positionner parmi les bons : qu’on réclame une place, qu’on invoque l’indépendance ou qu’on clame son innocence, chacun cherche les formules et les canaux susceptibles de calmer une opinion ébranlée, déchaînée contre symboles et pratiques de l’ancien régime et qui n’a pas encore trouvé les siens.

Hammam-Lif, le 16 août 2011

Une version de ce texte a paru sur La Presse de Tunisie en date du 19 août 2011.

Lectures de transition

Qu’est ce qu’écrire ? Un acte intime ? Un geste public ? Une réaction pensée ? Un besoin impérieux ? Certains disent que ça sert à vivre, à résister à la difficulté, à la guerre, au deuil, à la torture, à l’ennui.  L’histoire de l’humanité est peuplée d’écrits pas toujours publiés qui ont aidé leurs auteurs, dans la maladie, en prison, face à une dictature, dans un camp, dans la pauvreté ou dans l’isolement.

Internet est en train de changer les usages de l’écriture, notamment du point de vue de leur écho et de leur circulation : on écrit moins de lettres et de cartes postales, les « archives» restent dans les mémoires d’ordinateurs… La destination de l’écrit agit sur sa production, y compris sur l’écriture personnelle et le journal intime. Auteurs, médias et lecteurs sont en train de vivre des mutations importantes dans les genres de l’écrit, mutations qui redessinent les frontières entre le privé et le public, l’individuel et le collectif, et en conséquence, transforment les codes du lien politique, le rapport de chacun à la chose publique.

Deux ouvrages que je viens de lire montrent, au-delà des situations qu’ils relatent,  comment l’acte d’écrire contient et fabrique une énergie. Parce qu’il réagit secrètement, le geste génère une forme souterraine de résistance. Quoique privée et individuelle, la démarche incorpore une part du destin collectif. Si la publication d’un journal n’est jamais assurée et même si sa réception est plus ou moins aboutie, l’arrivée d’un écrit intime sur la scène éditoriale révèle un sens particulier face à l’histoire qu’il raconte et qui l’explique.

Le premier ouvrage est construit autour du « cahier » qu’un père iranien se met à écrire, de 1988 et jusqu’à sa mort en 1994, en persan sur le dos de son exemplaire du Coran. Il y reprend l’histoire de la vie familiale qui bascule à la suite de l’arrestation et de l’exécution de deux de ses filles, poursuivies en tant qu’opposantes à la Révolution islamique. Le second ouvrage est l’édition d’un blog tenu à partir de 2008 par une jeune tunisienne révoltée par la situation politique de son pays. Elle fait de son journal un moyen de dénoncer la censure qui se développe face à la montée de ce nouveau moyen d’expression qui brise le mur du silence imposé.

Le premier récit enchaîne avec un deuil et espère fixer les souvenirs de deux mortes pour les proches qui leur survivent, le second raconte ce que l’on sait aujourd’hui être une victoire contre l’appareil de censure de l’Etat tunisien. La plume simple et ferme de l’un et l’autre me parle, me rassure en cette période de brouillage des codes de l’écrit comme de l’oral dans la communication politique. Ces expériences intimes me confortent dans le sentiment flou mais tenace que la transition, à côté des urgences, se joue aussi dans l’écriture, ne serait-ce que parce que le mensonge gangrène le système politique tunisien et que l’information est formatée par la langue de bois. Ils éclairent pour moi l’idée que ce blog qui est une façon comme une autre de faire la traversée, de vivre la « transition », est peut-être, aussi, une expérience civique.

Chowra Makaremi, Le cahier d’Aziz, Au cœur de la révolution iranienne, Paris, Gallimard, Collection « Témoins », 2011, 199 p.

Dans le catalogue des bouleversements contemporains, la révolution iranienne de 1979 fait office d’événement majeur. Quoique très présente dans les mémoires, son histoire qui a  donné lieu à de nombreux travaux n’est pas complètement élucidée, notamment du point de vue de ses acteurs ordinaires, de la population. Très largement couverte par les médias internationaux, cette histoire violente a soulevé des passions contradictoires et continue de délivrer des messages qui amènent à réfléchir en profondeur sur l’évolution géo-politique du Moyen Orient : le rôle de l’Islam dans la politique des pays arabes et/ou musulmans, les relations entre sunnisme, chi’isme et wahabisme, la question des droits humains et de la torture, la place des femmes dans la société sont autant de questions que le cas iranien a mis au devant de la scène internationale.

Le régime politique qui a succédé au Shah arrive dans un contexte de violence extrême que la guerre avec l’Irak (septembre1980 – août 1988) exacerbe. A la corruption et aux inégalités qui sévissaient dans le pays succède un gouvernement qui se dit et se fait épurateur contre tous ses opposants, décrétés monafiqins (blasphémateurs) et donc à supprimer. C’est ce climat que restitue, sans le décrire directement, le témoignage a posteriori de Aziz Zerai, un employé de compagnie pétrolière, père de deux filles exécutées en 1982 et en 1988, parce qu’elles faisaient partie du Parti des Mojahedin-e-khalq opposé à la politique officielle de la République islamique. Le cahier écrit en persan que découvre la petite-fille, raconte le calvaire d’un homme aux prises avec la férocité implacable d’un appareil répressif et les scènes de sa vie de père lancé dans la tourmente. Entamant son écriture dans la ville de Chiraz où il déménage en 1981, après la mort de sa deuxième fille, l’auteur cherche surtout à lutter contre son chagrin et contre l’oubli futur de ses petits-enfants. Aujourd’hui, Chowra Makaremi rend hommage à son grand père en publiant la traduction de ce cahier. Ayant rejoint son père en France en 1986, elle ne retourne en Iran qu’après la mort de son grand’ père. Devenue anthropologue de la migration et des zones d’attente, l’auteur adjoint à ce cahier un récit de sa propre « traversée », son aller et son retour entre Paris et Téhéran. Elle ajoute à l’ensemble un choix de lettres écrites entre 1978 et 1992 qui jalonnent, d’un autre point de vue, les étapes d’un système qui allait progressivement se refermer contre la population iranienne. La tristesse résignée du cahier du père, le ton tranquille du récit de la fille, le style intime et direct des lettres racontent, chacun à sa manière, la souffrance intérieure de gens, qui entrent progressivement sous le règne d’un nouveau despotisme. La vie de chacun de ces acteurs bascule avec les arrestations de Fataneh et Fatemeh qui entraînent l’ensemble de la famille dans une succession de faits installant la peur et l’arbitraire, marquant une nouvelle ère tragique pour la société iranienne. L’essentiel du récit de Aziz relate les confrontations quotidiennes aux règlements et procédures qui coupent de toute possibilité de recours contre les exécutants, gardiens, agents de la Sepah qui ont arrêté, emprisonné, exécuté ses filles.

Pour un lecteur lointain et non spécialiste, ces témoignages apportent un éclairage bouleversant sur la vie des Iraniens qui ont subi l’épuration et la torture pour leurs idées alors qu’ils étaient en droit d’accéder à une vie politique plus digne après le départ d’un dictateur. Leur écriture retenue force l’émotion et leur lecture rappelle que le poison de l’intolérance menace tout changement de régime, aussi révolutionnaire qu’il se proclame. S’ils sont pavés d’utopie exterminatrice, les chemins de sortie de la dictature peuvent dégénérer et ouvrir la voie à de nouveaux tyrans hostiles aux droits humains et à l’exercice de la liberté. Aziz Zerai qui raconte comment une Révolution n’a pas vraiment sauvé les Iraniens, est un des témoins stoïques des malheurs qu’elle a créés à force de fanatisme et d’oppression.

Hammam-Lif, le 26 juillet 2011

Publié dans La Presse de Tunisie du mercredi 3 août 2011.

Lina Ben M’henni, Tunisian girl. Une blogueuse pour un printemps arabe, Paris, Indigène Editions, juin 2011, 32 p.

L’ouvrage de Lina Ben M’henni est édité dans la collection « Indigène Editions » qui a publié le célèbre opuscule Indignez-vous de Stéphane Hessel. Répondant aux canons éditoriaux du bestseller de la fin de l’année 2010 vendu à 300.000 exemplaires (chiffres de décembre 2010), la publication de ce texte témoigne de l’irruption de la Révolution tunisienne dans l’opinion internationale et de son impact émotionnel. « Ceux qui marchent contre le vent »,  le sous-titre de la collection est illustré par le style alerte qu’implique le genre du blogging, une des originalités de cet ouvrage qui s’apparente au genre classique du journal. Le contenu permet d’apprécier le rôle des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire, de suivre la déconfiture qu’infligent les adeptes de ces nouveaux moyens de communication à une censure sévère et hautement technologisée, mais visiblement dépassée par les événements qui secouent le pays, entre décembre 2010 et janvier 2011.

Le récit reprend de larges extraits d’un blog qui a évolué sur plusieurs années, faisant suite à un journal intime tenu par l’auteur dans sa prime jeunesse. Le texte laisse transparaître le portrait d’une tunisienne native de 1983, ayant fait des études d’anglais à l’université de Tunis et qui découvre, dans la Tunisie de ZABA (initiales de Zine El Abidine Ben Ali), la liberté de s’exprimer à travers Internet. Elle adopte progressivement les différentes formules que développe ce nouveau médium ;  elle se connecte ainsi à d’autres militants en Tunisie et de par le monde à travers des textes courts, qui réagissent immédiatement aux faits, mêlant sentiments et raisonnements, modelant l’opinion de leur auteur en interaction directe avec d’autres. L’ouvrage s’articule autour de 12 divisions[1] qui racontent les événements que vit la blogueuse, entre la Tunisie et les Etats Unis où elle s’initie aux subtilités techniques de ce nouveau moyen d’expression. Un glossaire du vocabulaire des internautes en fin de volume reprend une quinzaine de mots, souvent anglais, de ce tout récent « art » de communiquer. L’intérêt de ce témoignage engagé est qu’il restitue les doutes et les espoirs  d’une jeune protagoniste, aux prises avec un système répressif qui ne tarde pas à l’identifier pour la pourchasser, à l’image de tous les cybernautes de son espèce et de son entourage. Expression d’une jeunesse qui se proclame libre des luttes partisanes et rejette les anciens leaderships, l’ouvrage augure peut-être d’une nouvelle forme d’action politique qui remet en question l’idée répandue sur l’apolitisme de la jeunesse tunisienne actuelle. Empruntant les modes d’expression de l’époque (l’auteur raconte comment elle découvre le blogging par internet), la jeune génération investit la blogosphère, entre autres parce que cet espace nouveau lui permet de déjouer les bonnes vieilles méthodes de surveillance. Malgré ses moyens exorbitants et son zèle, la censure benaliste finit par voir son dispositif sophistiqué dépassé par la rapidité des innovations technologiques et par l’inventivité des usagers. La jeune cyber activiste est enrôlée pour quelques mois  au sein de l’Instance nationale indépendante pour la réforme de l’information et de la communication (INIRCI) créée après la Révolution ; elle en démissionne fin mai 2011, déclare vouloir « rester un électron libre », se jure de continuer à être blogueuse. Difficulté à s’adapter à des pratiques politiques qu’elle combattait ou désir de retourner à une liberté plus réconfortante en cette période transitoire ? On ne peut s’empêcher de rapprocher ce retrait d’un autre fait, qu’on peut interpréter comme un comportement « générationnel » face à la politique : les jeunes de moins de trente ans sont particulièrement absents des inscriptions dans les listes électorales. Ayant grandi dans une Tunisie où tout action publique était confisquée ou empêchée, ces jeunes expriment une défiance, marquent une distance envers la politique de « papa » qui se poursuit peut-être, à leurs yeux, dans les rouages de la transition. Il reste que ce témoignage évoque, par certains côtés, d’autres temps et acteurs de la contestation politique en Tunisie : Abdelaziz Thaâlbi, Habib Bourguiba et d’autres sont entrés dans la lutte nationaliste vers l’âge de 25 ans et par l’écriture également, à travers le nouveau médium de l’époque qui était le journal. A chaque époque, sa jeunesse et à chaque jeunesse son combat contre l’ancien ordre.

L’ouvrage, bientôt disponible à Tunis,  mérite d’être traduit en arabe, une langue qui semble investir, entre dialectal et littéraire, une part des échanges sur la blogosphère tunisienne. Celle-ci a connu une explosion spectaculaire ces derniers mois : on parle de deux millions et demi d’internautes tunisiens, leur nombre aurait doublé depuis le 14 janvier 2011.

Hammam-Lif,  le 1er août 2011


[1] Erreur 404 ; « Je suis Fatma » ; 22 mai 2010 : Journée d’enfer pour Ammar 404 ; Et Mohamed Bouazizi s’immola par le feu ; L’avocate et la prostituée ; La riposte des cyberpirates ; Les martyrs ; La joie de mon père ; Minute de silence par sms ; De Nightclubbeuse à Tunisian Girl ; Le bassin minier de Gafsa ; Information, solidarité, mobilisation

HCTC

Ce carnet est destiné à partager des questionnements sur la Tunisie contemporaine au travers des relations entre la culture et l’histoire. L’intention est de diffuser des textes pas seulement scientifiques et de relayer l’actualité éditoriale (journaux, revues, thèses et ouvrages grand public) pour créer un espace de discussion interdisciplinaire et de points de vue sur le passé et le présent de la société et de la culture en Tunisie.