Archives de catégorie : Historiographie

Les archivistes et les sciences humaines, une histoire renouvelée ?

Le moment actuel, que l’on appelle aujourd’hui la société de l’information, oblige à réfléchir sur les ressorts profonds des logiques documentaires, des habitudes de recherche et des usages sociaux. Le développement considérable des technologies de l’information et de la communication contraint à penser la perception des archives, à situer le phénomène et le poids de la mémoire dans le temps, à envisager ensemble les aspects matérialistes et symboliques de l’archive, de ses variantes et de ses destinations.

Le présent ouvrage ( Les Archives, la Société et les Sciences Humaines), vise à répondre à une préoccupation commune aux archivistes, aux documentalistes et aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Il est le produit d’un colloque organisé à l’initiative des Archives Nationales de Tunisie et du Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales sur le thème Les archives, la Société et les Sciences humaines. Les deux institutions, préoccupées par le statut conjoint des archives et de la recherche, se sont accordées sur l’opportunité d’engager un échange d’idées et d’expériences et sur l’utilité d’entendre plusieurs types de voix débattre d’une liaison consacrée et évolutive : la production des archives, le traitement de l’information et l’exploitation scientifique ainsi que de la place de cette chaîne circulaire dans la société.

La chaîne documentaire

Le spectre des sources et des vecteurs d’information s’élargit de jour en jour. Quelle que soit la provenance ou la composition des archives, qu’elles appartiennent à l’Etat ou viennent de fonds privés, qu’elles constituent des sources orales ou correspondent à des supports iconographiques, qu’il s’agisse de documentation audio-visuelle ou de données informatiques, que l’on parle de patrimoine matériel ou immatériel, on constate que les gestes nécessaires à la maîtrise des ressources documentaires se complexifient à mesure que les techniques se multiplient à tous les stades. La maitrise de cette complexité galopante est de plus en plus difficile, du point de vue des protocoles de la recherche, de sa validation, de sa crédibilité sociale. A un bout de la chaîne, on s’efforce de mettre en place des dispositions concrètes, on édicte des lois, on développe des enseignements, on crée des filières professionnelles. La recherche en sciences humaines et sociales s’enrichit mais elle doit également adapter ses questionnements au cheminement des données, elle est tenue d’emprunter des approches qui expliquent leur production, elle doit charrier une conscience de leur facture et composer avec leur fragilité.

Continuer la lecture

Fragments d’une histoire de l’université tunisienne

Après l’indépendance. Parcours et discours. Textes réunis par Michaël Béchir Ayari et Sami Bargaoui
Actes de la rencontre Culture et contexte au Maghreb. La génération intellectuelle des indépendances, Bizerte, 17 et 18 mars 2008, Tunis, Diraset/Arabesques, 2011, 281p.

L’ouvrage rassemble les actes d’une rencontre universitaire organisée par le laboratoire Diraset-Études Maghrébines en mars 2008, quarante ans après le mars 1968 tunisien qui a vu des troubles importants au sein de l’université tunisienne. L’argumentaire de la rencontre ouvert sur le Maghreb débouche sur un ouvrage recentré sur une histoire des années 1960 en Tunisie avec quelques éclairages comparatifs. Intitulé Après l’indépendance. Parcours et discours, le volume réunit sous la houlette du politologue Michaël Béchir Ayari et de l’historien Sami Bargaoui, des textes centrés sur les groupes politiques qui se partagent l’action dans l’espace estudiantin et au sein desquels le Groupe d’études et d’action socialiste en Tunisie (GEAST) a joué un rôle primordial. Articulé sur trois parties, l’ouvrage emprunte des approches différentes des discours et itinéraires de la jeunesse étudiante, révélateurs du contexte politique de la Tunisie indépendante.

La première partie regroupe cinq textes qui dessinent le portrait de groupe d’une génération dissidente des années 1960, les principales figures qui la représentent, les débats qui la structurent, les divisions qui la composent. La deuxième partie reproduit trois témoignages recueillis en 2005 qui sont autant de points de vue de protagonistes jetant un regard rétrospectif sur l’époque, ses contradictions et ses limites. Les quatre articles de la troisième partie élargissent la réflexion vers l’Égypte, le Maroc et l’Algérie.
L’ouvrage part d’un niveau de recherche sur la question encore faible. Sur le contexte et l’activité politique de cette époque, on dispose d’une documentation restreinte, éparpillée, peu connue. La fondation Temimi a organisé pendant des années des rencontres périodiques autour d’acteurs marquants ; les témoignages obtenus et publiés forment une matière première précieuse mais encore peu exploitée par les historiens. Les travaux universitaires sont rares, ils restent mal identifiés et peu diffusés. Dans le monde de l’édition, une vague, surtout post-bourguibienne, d’autobiographies, de souvenirs et de mémoires a ouvert la voie à des récits d’acteurs dont le nombre augmente avec le temps. Aussi ce travail historien arrive-t-il à point nommé en proposant de lire un contexte politique et intellectuel à travers le milieu estudiantin composé alors de trois tendances principales : destouriens, gauchistes et islamistes.

Continuer la lecture

Écrire l’histoire en Tunisie : la « Fabrique de l’histoire » sur France Culture

Emmanuel Laurentin m’a invitée à son émission « La Fabrique de l’histoire », ce vendredi 14 septembre sur France culture.

Pour écouter cet entretien (à partir de 31′).

La présentation de l’émission :

« Un ans après la révolution tunisienne et à l’heure où la France s’interroge sur sa « Maison d’Histoire de France », nous aborderons l’écriture de l’histoire de Tunisie avec Kmar Bendana. »