Archives de catégorie : Culture

Revoir Omar Gatlato et L’Homme de cendres

Rapprocher Omar Gatlato (Merzak Allouache, 1976) et L’Homme de cendres (Nouri Bouzid, 1986) rafraîchit la mémoire de ceux qui ont eu l’occasion de voir ces films autant qu’il stimule la réflexion de ceux qui ne les connaissent pas. Pour le bonheur des uns et des autres, Tahar Chikhaoui, directeur artistique d’Aflam, a choisi de programmer ces deux films dans un cycle de projections organisé au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM, Marseille) en marge de l’exposition « Au bazar du genre » pour introduire un débat autour de la place de l’homme dans le cinéma arabe. Ce choix a la vertu de déplacer le regard du spectateur vers la condition masculine alors qu’il est devenu banal de parler de la femme pour expliquer le retard des sociétés arabes. Ce leitmotiv qui tourne parfois à vide a besoin d’être pris à rebours et cette programmation montre que Merzak Allouache et Nouri Bouzid l’ont fait il y a plusieurs décennies.

Deux façons de traiter la virilité

Affiche du film Omar Gatlato

Affiche du film Omar Gatlato

Omar Gatlato, réalisé à la fin de la période Boumediène en Algérie met en scène une société urbaine qui pullule dans les rues, les intérieurs, les plages ou les transports. Les hommes côtoient les femmes mais on n’y voit ni une vie commune, ni des échanges soutenus, y compris dans les mariages (où les hommes dansent seuls) et dans les chambres surpeuplées des appartements familiaux. Le monde masculin se nourrit de camaraderie, de taquineries, de plaisirs solitaires, de foot ou de musique chaâbi. Entre néo-réalisme à l’italienne et nouvelle vague française, Merzak Allouache filme un Alger où les hommes s’agitent et bougent mais ils s’ennuient, sont mous et sans autre énergie que d’accomplir le devoir et le quotidien. Les femmes existent, travaillent, regardent la télé, élèvent des enfants mais semblent inaccessibles, craintes ou simplement non « reconnues ». Parole et musique sont vitales pour les personnages, les dialogues du film sont savoureux et l’humour affleure dans la morosité. Féru de chaâbi, Omar tombe sur un enregistrement de la voix de Selma en récupérant un vieil appareil. Ce soliloque féminin le fait rêver et le berce mais il sera incapable de franchir la rue pour aller voir Selma qui l’attend, alors qu’il a tout fait pour obtenir un rendez-vous. Il préfère garder en lui et en réserve la promesse de la rencontre pour le lendemain. Le spectateur est directement pris à partie par Omar pour constater la distance, sourire avec lui de la routine, de la promiscuité ou de la saleté et le récit en reste au constat désenchanté, sans trouver le moyen de combler le vide ni de traverser les cloisons.

Continuer la lecture

Jeunes comédiens et cinéastes au devant de la scène

La société civile n’est pas entièrement tombée dans l’escarcelle du politique en Tunisie. Encore une raison d’espérer en cette période de discorde. Parmi les semailles en cours, deux événements, l’un théâtral, l’autre cinématographique attirent l’attention par le parallélisme de leur démarche, conçue à l’adresse de jeunes en formation dans les écoles de théâtre et de cinéma. Les mardi 1er, mercredi 2 et jeudi 3 octobre 2013, trois représentations d’une pièce intitulée « Un courant d’air dans le crâne » ont lieu dans la salle Mohamed Agrebi de l’Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD). Vendredi 4 octobre, dans la salle du Colisée de Tunis, le public est convié à voir les dix films issus d’un concours franco-allemand et réalisés sur le thème de la « Réconciliation » ; deux prix et une mention spéciale sont décernés au cours de cette soirée.

De jeunes comédiens tunisiens interprètent une pièce de théâtre française

Affiche d'Un courant d'air dans le crâne

Affiche d’Un courant d’air dans le crâne, Institut Supérieur des Arts Dramatiques (ISAD), Tunis

« Un courant d’air dans le crâne » est un texte de Marylin Matteï, étudiante en formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) de Lyon, choisi parmi 16 textes courts préparés dans le cadre d’un programme d’écriture dramatique. Françoise Coupat, metteur en scène et coordinatrice de la coopération, l’a choisi en accord avec la direction de l’ISAD pour sa résonance des deux côtés de la Méditerranée. Le texte sert de base à un dispositif original qui consiste à engager avec les étudiants un cycle de répétitions balisé par une lecture en juin, deux filages publics en septembre, enfin trois représentations à Tunis début octobre et autant à Lyon, à la fin du mois.

Le thème de la pièce est l’enfermement. Le texte de la jeune auteure française parle aux jeunes comédiens qui la jouent. Il fallait de la connivence pour engager le travail théâtral autour d’un sujet transversal, pour braver les difficultés de lecture et prendre de front les tics de prononciation que les enseignants, issus de générations autrefois francophones, déplorent chez leurs élèves. Une des jeunes actrices avoue l’effort d’entrer dans la langue française mais elle dit aussi le plaisir de découvrir petit à petit sa « délicatesse ». L’élaboration du spectacle sert de plate-forme linguistique et théâtrale. Cela aboutit à aplanir l’accès et l’appropriation de la langue française autant qu’à construire un spectacle empreint de la sensibilité des acteurs qui l’interprètent. Continuer la lecture

Films vus à Hammam-Lif

A l’occasion du 2ème festival du film des droits de l’homme (Human Screen Festival, 2013), Hammam-Lif a eu droit à trois projections de films, jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 septembre. C’est une aubaine pour une ville souffrant d’un vide culturel de plus en plus patent mais l’événement a attiré très peu de spectateurs. Plutôt que de se laisser aller à la tristesse du constat, ce papier revient sur la question du public du cinéma dans la roue socio-économique avant de rendre compte de la bouffée d’air et d’art apportée par une autre façon de parler des droits humains.

Voir des films à Hammam-Lif

Cinéma L'Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Cinéma L’Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Aller au cinéma coûte, c’est un effort même pour ceux qui aiment les films. Les habitudes de consommation filmique ont changé depuis longtemps et les salles de cinéma qui disparaissent une à une, témoignent d’une mutation mondiale à laquelle s’ajoute un manque de « foi ». Or, il en faut pour promouvoir l’art comme il faut de l’argent pour créer les conditions d’en faire et une volonté politique pour protéger son exercice. Renforcer le maillon des spectateurs est un levier puissant, expérimenté entre autres au Maroc : une politique offensive de constructions de salles de cinéma a couvert le territoire marocain et cette implantation volontariste est en train de donner ses fruits, y compris du côté de la production de films. Continuer la lecture

Multiples leçons

Les transitions politiques qui suivent les « printemps arabes » accouchent de situations inconnues et révèlent des obstacles inédits avec des héritages pesants. Au milieu des multiples leçons qu’ils portent et malgré la vitesse à laquelle sont soumis les hommes et les faits, on apprend que le facteur temps est primordial. Sa gestion n’est pas aisée et sa compréhension encore moins. On s’apercevra plus tard des coups de poker plus ou moins réussis, comme des certitudes démenties, ou des vieux préceptes réactivés. Il faut du temps pour comprendre ce que le temps et la conjoncture ont permis de faire. Le cocktail coup d’Etat militaire/ redressement du processus démocratique qui s’est joué en Egypte donne lieu à des interprétations qui vont d’un extrême à l’autre, depuis ceux qui dénoncent à ceux qui se réjouissent. A chaud, l’émotion est maîtresse et selon chaque camp de la bipolarisation dessinée au sein de l’opinion« autorisée », on se conforte dans une extrémité. A chaque coude de ce long cours in-tranquille, à chaque configuration, les gens applaudissent, s’inquiètent, tremblent, lancent des mots d’ordre voire des menaces. Là aussi, le temps doit faire son travail pour qu’on sache si on est proche du scénario algérien ou s’il s’agit d’un « stop » imposé par l’urgence. L’armée égyptienne reprend-elle le flambeau après une concession accordée sous la pression des élections ou bien va-t-elle se contenter d’arrêter les dégâts pour alléger les crispations causées par une année d’une gestion qui a augmenté l’insatisfaction et l’insécurité ?

On se rend compte que sur le chemin de l’Etat de droit, les formes d’expression démocratique connues sont incomplètes et ne suffisent pas à faire face aux nouvelles situations. L’objectif de trouver des cadres d’organisation qui tâtonnent pour réparer des excès, sans compromettre la marche vers la démocratie, est criblé d’embûches. Le mouvement « Tamarrod » a été inventé après une élection « aux normes », un mode certes nouveau en Egypte mais qui a montré ailleurs -y compris dans les pays anciennement démocratisés- ses imperfections. L’action porte loyalement son nom qui signifie « rébellion », née en opposition aux méthodes du gouvernement de Morsi. Elle a eu le temps de coaliser en Egypte un mouvement d’opinion et de favoriser des liens entre les mécontents, dans tout le pays et au-delà du cercle des partis d’opposition. Pourquoi cette mobilisation serait-elle moins légitime qu’un déplacement aux urnes ? Elle peut au moins être complémentaire dans une situation de réveil au devoir citoyen et d’ouverture de l’intérêt pour la politique. L’évolution de « Tamarrod » depuis avril 2013 incarne une forme de participation simultanée au pouvoir, sur fond de difficultés extrêmes et donc d’intéressement aux modes de gouvernement comme aux résultats immédiats. Les millions d’Egyptien/nes qui y ont participé ont démontré une vigilance digne de respect et de considération qui mérite une traduction effective sur le terrain de l’action.

Continuer la lecture

Fanon et l’Afrique/L’Afrique et Fanon

Affiche du colloque "L’Afrique aujourd’hui et Fanon", Alger, 1-3 juin 2013

Affiche du colloque “L’Afrique aujourd’hui et Fanon”, Alger, 1-3 juin 2013

L’Afrique aujourd’hui et Fanon, tel est le titre du colloque (le deuxième en moins d’un an1 et le quatrième en Algérie depuis 19872) organisé par le Centre National de recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) d’Alger les 1er, 2 et 3 juin 2013. Prenant appui sur le rôle joué par Frantz Fanon vers la fin des années 1950 en faveur d’un rapprochement entre l’Afrique encore largement colonisée et le Front de Libération Nationale algérien en quête d’alliances et de solidarités internationales, cette rencontre a réuni vingt-cinq chercheurs d’horizons divers pour débattre du verbe et de l’action de Fanon aujourd’hui, à la lumière des bouleversements géo-politiques et économiques en cours dans le monde et en Afrique en particulier.

Le temps des indépendances

La première impression qui se dégage de cette rencontre polyphonique est que le moment actuel incite à retourner sur la phase des indépendances politiques vécue par ce psychiatre français d’origine martiniquaise devenu algérien puis militant du FLN. Son observation nourrie de ses idéaux et de sa pratique ont donné lieu à quatre ouvrages dont le plus célèbre, Les Damnés de la Terre sorti fin 1961 a connu une notoriété mondiale grâce à sa traduction en anglais en 1965, parce qu’il faisait écho au combat du Black Power aux Etats Unis. L’écriture de Fanon, dont le lyrisme révolutionnaire était incrusté d’une vision aigüe des rapports sociaux et politiques autour de lui, continue à susciter la réflexion dans les sociétés africaines et arabes actuelles toujours confrontées à des défis de développement et d’existence dans le concert mondial des nations. Fanon a ardemment défendu l’avènement de l’Afrique dans le droit international comme il a travaillé à l’émancipation de l’homme noir et du colonisé comme sujet dans ces années d’après-guerre qui ont vu apparaître le tiers-mondisme et le féminisme, relancé le panafricanisme timide du début du XXème siècle, autant de mouvements qui ébranlent la conception universaliste classique. Continuer la lecture

  1. Esprit Frantz Fanon, du 1er au 10 juillet 2012 (brochure bilingue publiée dans la cadre de l’an 50 de l’indépendance de l’Algérie, Ministère de la Culture, APIC Editions, 27+5 pages). []
  2. Les actes du colloque de décembre 1987 n’ont pas été publiés. Le colloque international qui s’est tenu à l’occasion du 2ème festival panafricain en juillet 2009 a été publié par le CNRPAH (Nouvelle série N° 10, 2011, 294p). []

L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études “L’historien, la mémoire et les médias”, 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Continuer la lecture

Une journée mémorable

Wassim Ghozlani

Ce vendredi 8 février 2013, la Tunisie a vécu une journée mémorable. Je l’ai suivie à la télévision et à travers la radio.  Quatre chaînes (Nessma Tv, les deux chaînes nationales et en partie At-Tounissiyya) ont transmis en direct les images des obsèques nationales de Chokri Belaïd, secrétaire général du parti Ejjeb’ha ach’abiyya (Front populaire), assassiné en sortant de chez lui, le 6 février. Heureusement que nous avons ces reportages « faits maison » avec du son en direct car j’apprends qu’Al Jazeera a collé des images de l’enterrement avec un rassemblement pro–Ennahdha devant l’ANC et une bande son avec des slogans … contre le RCD !!! C’est la première fois que je réalise l’ampleur de la manipulation et du culot de cette chaîne, plusieurs fois dénoncée depuis le 14 janvier 2011 et aujourd’hui objet de méfiance, à cause de ces pratiques.

Voici mes impressions personnelles en cette fin de journée exceptionnelle.
Des hommes et des femmes sont venus de partout depuis le matin. En ce jour de grève générale, un million quatre cent mille personnes selon le Ministère de l’Intérieur ont accompagné le cortège des funérailles. Des jeunes, des vieux et des enfants, des fleurs et des drapeaux, des pleurs et des youyous, des slogans anti gouvernement (en nommant Ennahdha et Ghannouchi) et des versets du Coran, l’hymne national et le chant de l’Internationale en arabe, des phrases signées Chokri Belaïd et des photos de lui, souriant. Son cercueil recouvert des drapeaux national et syndical, de sa toge d’avocat, de branches de palmier et de fleurs quitte la maison paternelle vers dix heures du matin. Le cortège fait une halte par la Maison de la Culture de Jbel Jloud, la banlieue déshéritée où est né Chokri Belaïd. On assiste à une courte cérémonie solennelle où le gouvernement dont la présence n’a pas été souhaitée par la famille est remplacé par de nombreuses personnalités syndicales, politiques et culturelles. Basma Khalfaoui, l’épouse de Chokri Belaïd appelle au calme et à la discipline au micro ; elle est drapée des couleurs nationales puis elle arborera sa robe d’avocate. Dehors, le dessin de la moustache et du grain de beauté du défunt sont tagués sur le mur par un dessinateur des Zwawla. Le cercueil ressort, il est posé dans un véhicule militaire où prennent place sa fille Nayrouz, son épouse, sa soeur  et Maya J’ribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri à côté des soldats. Continuer la lecture

La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Continuer la lecture

2012, l’an II de la transition tunisienne

Difficile de résumer l’année qui s’achève, du moins d’en faire un bilan simple. Le ballottement que l’on vit depuis deux ans ne permet pas de saisir pour l’instant la signification de ce que l’on voit ou entend, sans parler de ce qui échappe à la perception. Flotte tout de même un sentiment d’appréhension devant des signaux nouveaux quotidiens de plusieurs types, et la perplexité se conjugue avec l’impression que se jouent des choses capitales qui n’échappent pas qu’à moi (maigre consolation). Cela renforce l’inquiétude mais aussi l’intuition que le changement en cours creuse des niches, décapsule des bouchons, draine des flux. Cela suffira-t-il à ouvrer des possibles durables ? Bien entendu, les gens et les habitudes sont mus par les intérêts instantanés, les plus forts et les plus malins profitent du tribut immédiat. Mais les “plus forts” (mafieux compris) sont en train de se renouveler en apparence, tout au moins sont-ils en train de vivre le changement. Cet appel d’air général n’est pas dénué d’accidents imprévus et d’échecs comme de parades et de forces rétrogrades. Rien n’interdit d’espérer qu’il  porte des opportunités et des situations nouvelles. En attendant de voir clair, le mélange des intérêts et des défenses contradictoires qui se forgent augmente l’incertitude générale.

Médias et affaires politiques

Ce mois de décembre (et après le méga-conflit avec l’UGTT qui suit son cours, en espérant que la commission d’enquête qui vient de se former apportera des lumières et constituera un exemple de négociation) s’achève sur deux affaires significatives dans un pays qui en aligne des centaines mais celles-ci, largement “publicisées”, voient leur importance démultipliée à cause de leur impact public et médiatique. Les médias étrangers semblent en veilleuse en cette période de relâche, et suivre la roue des faits qui s’accélère alors que la presse nationale peine à se reconstruire comme un relais “fiable” ajoute à la non visibilité des conséquences microscopiques en cours.

Continuer la lecture

Lire, écrire après la “Révolution tunisienne”

Livres de la révolution, Bibliothèque nationale de Tunisie

Parmi les activités sorties tout droit de la Révolution tunisienne, celle de l’écriture est une des plus remarquables. En arabe, en français et même en anglais, sur facebook, twitter et dans les blogs, jusqu’ aux ouvrages, en passant par les sites et la presse papier, la production a enflé. Les journalistes et les chroniqueurs ont du mal à enserrer cette vague déferlante, les comptes rendus se multiplient sans embrasser l’ampleur d’une énergie encore difficile à évaluer. A vue de nez, à l’instar de la presse qui prolifère tous genres confondus, les librairies s’animent au-delà des rentrées scolaires, les éditeurs turbinent sans juguler les offres de textes, les lecteurs voient des étalages plus fournis et choisissent des titres plus diversifiés. On note presque un effet de saturation alors que les critiques continuent de pleuvoir, signe que les attentes des Tunisiens, dont l’expression s’est libérée depuis le 14 janvier 2011, sont loin d’être comblées dans ce domaine comme dans d’autres. Il faut savoir se réjouir de cette inflation, même si elle recouvre le meilleur comme le pire.

La lecture au centre

La 29ème Foire internationale du Livre qui s’est tenue au “Palais du Kram” du 2 au 11 novembre 2012 a eu son lot de commentaires. Elle n’a pas manqué de susciter des attaques sur l’approvisionnement des étalages ou le genre de livres offerts. Il est sain que la première manifestation autour du livre depuis janvier 2011 déclenche autant de réclamations. Ces protestations s’ajoutent aux signes, mineurs, qui rassurent sur cette transition chaotique. Sous la croûte des activités politiciennes qui polluent l’air et le mental des citoyens, l’émoi autour du livre porte un besoin encore vivant de nouveauté, un appétit persistant pour la nourriture de l’esprit. Les appels lancés pour renouveler le stock de livres sur la religion, sortir de la médiocrité des opuscules qui inondent les trottoirs des mosquées révèlent une exigence du public, une faim inassouvie. Cette manifestation expose au grand jour les problèmes du secteur éditorial et c’est bien qu’on en parle. Continuer la lecture

Que peut la littérature ? Que peuvent les mots ?

On n’encourage jamais assez les revues. L’audience par nature limitée de ce média exige foi et mobilisation pour soutenir un mode d’expression porteur de textes personnels, expérimentaux, tâtonnants qui ne peuvent pas trouver place dans la presse généraliste et qui servent parfois à faire naître ouvrages, essais, nouvelles, recueils poétiques…

Aussi faut-il savoir gré à l’Institut français de Tunisie et à la Foire internationale du livre de Tunis d’avoir programmé une jeune revue littéraire francophone Riveneuve Continents dont la quatorzième livraison publie des textes fixant un peu du souffle littéraire qui a traversé les “Printemps arabes”. Alain Jauson, directeur des éditions Riveneuve et Gilles Kraemer, directeur de la revue étaient présents. Ils ont fait l’historique de la maison – qui espère renouveler Maisonneuve et Larose disparue en 2001 – et abordé les enjeux que l’édition numérique introduit face au statut de l’auteur et de l’éditeur.

Printemps arabes, le souffle et les mots rassemble 36 auteurs (trois des 7 contributeurs tunisiens étaient présents) de 39 textes, échos et formulations diverses face aux événements qui secouent les sociétés arabes. Du poème à la chanson, du courriel au slogan, du graffiti à la nouvelle, ce recueil tente de répondre à la question : « que peut la littérature ? que peuvent les mots ? ».

Il était important de poser ces paroles dites dans la fureur des événements dans le bruit de la première foire du livre post -14 janvier 2011. La démocratie, dont la revue est un média significatif, c’est aussi faire entendre la voix des démunis.

Liste des auteurs publiés dans ce numéro :

Mogniss H. Abdallah, Samir Aita, Mohamed Benchicou, Kmar Bendana, Mustapha Benfodil, Kamal Ben Hameda, Hakim Ben Hammouda, Siham Boucheikh, Mustapha Bourakkadi, Mahmoud Chalbi, Ali Chibani, Najwan Darwish, Amir Eid, Ghassan El-Hakim, Moufida Fedhila, Ali Fenjiro, Hicham Gad, Yves Gonzalez Quijano, HK, Tania Hadjithomas-Mehanna, Kaoutar Harchi, David Hury, Abdelaziz Kacem, Selima Karoui, Osama Khalil, Tahani Khalil Ghemati, Farah Khelil, Driss Ksikes, Souad Labbize, Dalila Morsly, Mustapha Nadi, Alexandre Najjar, François Pradal, Magdi Abdel-Hafez Saleh, Hyam Yared, Samar Yazbek.

                                                                                                                                                                                                 Hammam-Lif, le 6 octobre 2012

Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée. Continuer la lecture

L’influence de la culture française en Tunisie, entre héritage et appropriation

Tentons une archéologie de la présence culturelle française en Tunisie. Dans un climat chargé de tensions identitaires, l’exercice est risqué mais suivre sur la longue durée les étapes et les effets d’une influence imposée peut aider à comprendre les enjeux politiques immédiats. L’histoire des rapports culturels entre la France et la Tunisie à l’époque contemporaine à travers l’empire immatériel de la langue est marquée par une liaison qui s’est avérée dangereuse pour le colonisateur contre lequel ont été retournées la culture et la langue introduites. Après l’indépendance de la Tunisie, en 1956, la relation coloniale avec la France bifurque pour se focaliser sur la question linguistique. La mobilisation de la langue dans la définition de l’État-nation français, transposée en terre tunisienne, constitue un des effets miroirs des politiques des deux États, dont les rapports ont évolué entre conjonctions souterraines et conflits apparents.

Un réservoir d’idéaux

La France incarne, aujourd’hui encore, une certaine idée de la modernité dans un pays où les élites sont férues de cet idéal, depuis plusieurs générations. La colonisation française a permis d’asseoir une domination d’État et une politique d’enseignement qui, au bout de soixante quinze ans de protectorat, ont donné à la culture française un statut de référence incontournable dans la culture tunisienne contemporaine. Le trauma qui entache cette prise d’influence est un fait dont les suites sont inscrites dans les discours et l’action anticoloniaux, comme dans ceux des générations de la République tunisienne.
L’histoire contemporaine de la nation tunisienne s’est construite à travers la référence aux valeurs de liberté et d’égalité, mais également dans l’affirmation d’une identité arabo-musulmane. Le mouvement de libération nationale puis l’État républicain qui en est issu sont le produit de ces deux réservoirs intellectuels. Les effets de cet accouplement sont complexes et leur lecture, toujours liée au contexte où elle advient, est elle même induite par un assemblage historique qui, en donnant naissance à la politique en a formaté l’exercice.

La philosophie des Lumières et les idéaux des droits humains se sont diffusés en Tunisie, depuis près de deux siècles via la langue française (autrefois à portée universaliste) et ont alimenté la formation des principes et des méthodes de gouvernement nationalistes. Le point de vue aujourd’hui dominant qui lie langue et nation est bien l’un des héritages de la colonisation française. S’il est aussi prégnant, c’est qu’il a pris le temps de s’imposer sur deux niveaux : dans les processus et rouages de l’État colonial comme à travers les contenus qu’il a propagés dans la société. La lutte de libération nationale puis l’indépendance politique ont été un retour de balancier, la réponse en deux temps du dominé qui, ayant appris la politique en situation coloniale, réagit en s’inspirant de ses fondamentaux et en empruntant ses moyens, dont la langue.

Continuer la lecture

D’un film à l’autre : épisodes de la transition

Il y a plus d’une raison de rapprocher deux “affaires” qui ont concerné deux films (Laïcité inch’allah et Persepolis) ayant fait sensation au cours de cette transition. Le film de Nadia El Fani intitulé d’abord Ni Dieu ni maître est à l’origine d’un premier épisode. Il est programmé un dimanche de mai par l’association Lam echaml (=Unissons nous) dans le cadre des débats autour du thème : « Touche pas à mon artiste ». La projection est perturbée par une foule agressive, qui pour empêcher la séance, n’hésite pas à s’attaquer aux spectateurs, aux responsables et au bâtiment. Même si le film est projeté et discuté, les suites sont graves : on s’aperçoit que certains attaquants avaient de fausses barbes, que la police a tardé à intervenir. On enregistre surtout que les protestations pacifiques des organisateurs dans les médias, les manifestations de rue et le communiqué du Ministère de la culture condamnent certes l’agression mais ne parviennent pas à maintenir l’existence de la salle de cinéma Afric’art, saccagée. Le propriétaire refuse de renouveler le bail, privant ainsi la ville de Tunis de la seule salle de cinéma d’art et essai existant à Tunis depuis des années. De son côté, pour apaiser la tension, la réalisatrice remplace l’ancien titre du film jugé provocateur par son sous-titre : Laïcité Inch’allah.

La deuxième “affaire” concerne la projection de la version dialectale de Persépolis, le 7 octobre par Nessma TV. Pour une chaîne à vocation et à public maghrébins, la programmation d’un film à succès projeté en version originale à Tunis à sa sortie en 2007, un film depuis deux semaines à l’affiche de la salle Alhambra de La Marsa, et le soir du même vendredi dans la salle Mad’Art de Carthage, découle d’une logique éditoriale cohérente. La projection de ce dessin animé de Marjane Satrapi (https://www.youtube.com/watch?v=xqkXJsfu3VU) racontant la fabrique de la dictature iranienne vue par une enfant est suivie d’un débat animé par quatre intellectuelles reconnues pour leurs travaux sur la littérature, la philosophie et l’histoire des idées. Avant la fin de l’émission, les réactions sur Internet se déchaînent : une avalanche d’attaques verbales et d’appels haineux sont suivis le lendemain par une marche vindicative en direction des locaux de la chaîne. Les forces de l’ordre interviennent à temps, empêchent les agresseurs d’avancer et d’attaquer, les pourchassent et en arrêtent une partie. Le directeur de la chaîne dénonce l’agression le jour même dans les médias, puis, deux jours après, présente des excuses pour avoir offensé involontairement les sentiments religieux des spectateurs. La campagne d’opinion continue, monte, dégénère jusqu’à l’attaque de son domicile et de sa famille.

Dans les deux épisodes, le passage à la violence et à l’agression est immédiat et hélas efficace perturbant l’ordre public et l’opinion. Comment celle-ci peut-elle changer et dégénérer si vite à chaque fois ? Comment se déchaîne-t-elle en brutalité ? Dans cette période transitoire, la sécurité est une affaire délicate, fragile. On note que si les policiers ont eu la première fois un comportement douteux, ils ont fait leur métier, au cours de la seconde intervention. Aussi doit-on s’arrêter davantage sur la violence qui a accompagné ces deux “affaires” qui ont secoué le pays, entraîné des comportements brutaux et divisé la population. Cette fureur agressive est nourrie de plusieurs phénomènes et il faut en chercher l’explication dans le fond et dans la forme de ces événements culturels et dans leur portée symbolique. Dans les deux cas, on a affaire à des œuvres cinématographiques dans lesquelles les femmes sont auteurs et critiques, créatrices et interprètes. Dans ces deux événements, la forme comme le fond semblent insoutenables, inacceptables, générant ainsi une violence.

Analysons le contenu : la première impression est que l’on se retrouve devant des répliques de l’affaire des caricatures partie du Danemark en 2006, laquelle rappelle la fetwa condamnant Salman Rushdie en 1989 pour son roman Les versets sataniques. Malgré le rapprochement évident avec ces affaires dont l’épicentre européen suscite de loin des réactions dans les pays arabes, que nous disent aujourd’hui ces affaires entièrement locales ? En supposant que tous les protestataires ont vu les films, les déclarations dénotent une réaction épidermique face à l’évocation de Dieu, à travers un titre ou la figuration imaginée de l’idée que s’en fait un enfant. L’évocation semble insupportable, touchant paraît-il à un sacré, alors que le propos de chaque film montre au contraire une vision humaine, une façon de voir profane. Face à ce contresens érigé en malentendu inquisitoire, les spectateurs tunisiens seraient-ils cinématographiquement moins avertis, ou plus susceptibles que leurs voisins algériens et marocains ? Drapés dans une bigoterie de bon aloi, et armés de bien-pensance hargneuse, les agresseurs sont passés à la violence en Tunisie, propageant haine et ignorance, une fois de plus.

Signalons que le mouvement se nourrit de commentaires colportés et que l’interprétation hostile éclate et gonfle en colère avant la projection ou juste le lendemain d’une émission. Cette hyper-réactivité attire l’attention sur un autre détail. Dans le premier film comme dans le second, les femmes sont au premier plan, au centre, au coeur même. Elles sont maîtresses des propos et de la scène, elles occupent l’espace par la parole et par la pensée. Elles sont artistes et médiatrices. Serait-ce là le point inconscient qui suscite autant de violence ? Alors que beaucoup de choses doivent changer, serait-on là devant une limite du supportable ? Dans cette transition toute fraîche, le pouvoir de l’image et la place de la femme déboussolent, activent un possible déjà là mais encore difficile à admettre. L’intolérable, celui qui mène à la violence, serait-il autant dans la facture de ces œuvres que dans leur contenu ? Ces affaires autour de films et de femmes sont-elles en train de nous mettre à l’épreuve de nos limites ?

Dans une phase où tous les coups sont permis par électoralisme, lâcheté ou affairisme, ces deux manifestations culturelles qui exacerbent les passions apportent leur part d’enseignement : elles nous mettent devant deux limites symboliques fortes, deux frontières subliminales aussi difficiles à franchir que le fait de passer de la dictature à la démocratie. A moins que ce ne soit le même chemin…

Hammam-Lif le 21 octobre 2011
Ce texte a paru dans La Presse de Tunisie du 25 octobre 2011, page 11.

À écouter également :

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.