Films vus à Hammam-Lif

A l’occasion du 2ème festival du film des droits de l’homme (Human Screen Festival, 2013), Hammam-Lif a eu droit à trois projections de films, jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 septembre. C’est une aubaine pour une ville souffrant d’un vide culturel de plus en plus patent mais l’événement a attiré très peu de spectateurs. Plutôt que de se laisser aller à la tristesse du constat, ce papier revient sur la question du public du cinéma dans la roue socio-économique avant de rendre compte de la bouffée d’air et d’art apportée par une autre façon de parler des droits humains.

Voir des films à Hammam-Lif

Cinéma L'Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Cinéma L’Oriental, Hammam Lif (K. Bendana)

Aller au cinéma coûte, c’est un effort même pour ceux qui aiment les films. Les habitudes de consommation filmique ont changé depuis longtemps et les salles de cinéma qui disparaissent une à une, témoignent d’une mutation mondiale à laquelle s’ajoute un manque de « foi ». Or, il en faut pour promouvoir l’art comme il faut de l’argent pour créer les conditions d’en faire et une volonté politique pour protéger son exercice. Renforcer le maillon des spectateurs est un levier puissant, expérimenté entre autres au Maroc : une politique offensive de constructions de salles de cinéma a couvert le territoire marocain et cette implantation volontariste est en train de donner ses fruits, y compris du côté de la production de films.

Cela fait longtemps que l’on sent à Hammam-Lif les  conséquences d’une dégradation de la vie publique. Dans cette banlieue qui ne manque ni d’atouts naturels ni d’acquis urbains, abandon de l’action culturelle et atonie citoyenne se creusent alors qu’il y a des choses à faire. Prenons l’exemple du cinéma : ce n’est pas seulement « de la culture », c’est un loisir et un business. Investir dans le cinéma peut rapporter à la collectivité toutes sortes d’emplois, entretenir la roue économique locale, nourrir la rue tunisienne d’une sociabilité festive et détendue. Le cas d’Hammam-Lif est représentatif mais hélas pas le seul. Située à 16 kms de la capitale, cette localité de 40.000 habitants environ, a vu s’éteindre un à un les écrans de films. Quand on passe devant L’Oriental, ouvert en 1937, on voit depuis des années une grille fermée et des affiches jaunies. La salle du Colisée (El Harran née en 1928) est désaffectée et inaccessible. Le plus vieux cinéma de la ville L’Empire (Dziri) a été démoli dans les années 1990, comme on a reconstruit sur l’espace (Al ‘Iryana) qui servait aux projections en plein air. Ces salles ont permis à des générations d’Hammam-lifois/es de goûter aux délices des spectacles de théâtre, de voir des films, d’assister à des concerts…. Des récits rapportent les souvenirs de ces lieux de loisirs qui ont fait vibrer les spectateurs/trices devant les chevauchées des westerns, les épopées des péplums, les histoires d’amour, les épisodes des « actualités », les musiques de films égyptiens, indiens, américains ou français.

Cinéma Le Colisée, Hammam Lif (K. Bendana)

Cinéma Le Colisée, Hammam Lif (K. Bendana)

Après le public bariolé de la banlieue coloniale, le ciné-club (né en 1966) doublé d’une association de cinéastes amateurs a capté celui des lycéens et étudiants. Le club d’Hammam-Lif a accompagné la période glorieuse du mouvement des ciné-clubs qui a innervé la Tunisie pendant les décennies 1960 et 1970. Cette activité a entraîné plusieurs tranches d’âge de garçons et de filles au plaisir de voir des films, d’organiser projections et débats, de s’intéresser à la cinématographie mondiale. Certains ont créé et distribué un « journal » ronéotypé (Cinéma et culture), d’autres ont lu et discuté. Le spectacle cinématographique a animé l’histoire des habitants, répondu à la curiosité de la jeunesse, égayé des sorties d’adultes et d’enfants, favorisé des amitiés et suscité des vocations. Ceux des Hammam-lifois enclins à la nostalgie se rencontrent dans  la fierté d’avoir côtoyé les débuts de cinéastes tunisiens issus de cette période faste et regrettée.

D’autres énergies s’activent aujourd’hui au sein de la Section locale de la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs. En dehors des cercles cinéphiliques, comment entretenir la flamme du public et donner aux habitants d’Hammam-Lif la possibilité de voir des films sans faire des kilomètres ? Pourquoi les salles L’Oriental ou Le Colisée ne donneraient-elles pas lieu à des projets comme celui du Cinévog du Kram, en cours de rénovation ou celle du Zéphyr de La Marsa, née des décombres du café El Hafsi ? Cela demande des moyens, un projet, une fibre citoyenne et un peu d’espoir. Que font les hommes d’affaires, notamment ceux qui habitent ou connaissent la banlieue sud ? Certains aiment pourtant le spectacle, se souviennent de ce que le cinéma a apporté à leur jeunesse, déplorent la grisaille des lieux publics. La culture engendre de la richesse sous plusieurs formes et les fractures sociales d’aujourd’hui nécessitent de redistribuer aussi les joies de la culture et des loisirs.

Trois réalisatrices et quatre documentaires

Maison de la culture Aly Ben Ayed, Hammam-Lif (K. Bendana)

Maison de la culture Aly Ben Ayed, Hammam-Lif (K. Bendana)

Malgré l’indigence de l’infrastructure locale, le Human Screen Festival a pu se rapprocher des Hammam-Lifois grâce à la maison de la culture Ali Ben Ayed, inaugurée en 1974. Trois réalisatrices ont accompagné les quatre documentaires projetés devant le public. Le cinéma permet de se faire efficacement une idée de l’état des droits humains partout dans le monde. L’image introduit directement à la réalité vécue. Les quatre documentaires nous ont transportés dans des ateliers d’artistes, auprès d’enfants de Palestiniens immigrés à Copenhague, dans le quotidien des femmes du Caire ou le vécu des jeunes Gazaouis demeurant à Ramallah. En décrivant les expériences de gens privés de leurs droits, la caméra explore l’ampleur des déficits subis et ce que les contextes recèlent comme atteintes à la condition humaine.

Dans Borderland identities, la jordanienne Sawssen Darwaza interviewe des artistes (la chanteuse Rim El Banna, la chorégraphe Imène Smaoui…) sur leurs manières de vivre leur identité. Le débat -animé par Sonia Chamkhi avec la participation de Mourad Ben Cheikh et Imène Smaoui- a déconstruit la notion d’identité à partir de la vision des artistes. L’identité a été abordée comme une quête et une construction toujours en mouvement. La figer dans une définition pré -établie (pour des raisons souvent idéologiques) entretient la négation de l’autre et débouche sur la violence.

Le choix des deux derniers titres de la filmographie -qui compte plus de 100 documentaires- de l’égyptienne Neveen Shalaby  a montré des portraits de femmes cairotes et un court métrage sur les manifestations de la place Râb‘a al ‘Adawiyya. La cinéaste exprime son besoin de filmer à chaud ce qui se passe en Egypte et conçoit son travail comme une veille active sur la condition humaine, en attendant de voir la suite des événements politiques.

Gaza calling de la palestinienne Nahed Awwad filme les difficultés imposées à trois originaires de Gaza qui veulent rejoindre leurs familles. En s’attardant sur des situations, des sentiments et des visages, la caméra décrit l’organisation politique qui soumet la vie et les familles de ces trois jeunes à des épreuves sans fin. Entre humour et résignation, une mère souligne l’inefficacité des ONG qui, depuis des décennies, relayent  le poids de la bureaucratie impuissante à assurer le b.a-ba de la tranquillité des Palestiniens.

Les trois réalisatrices dressent des portraits, suivent sur la durée des tranches de vie et introduisent le spectateur au plus près de la vie des gens. Leurs films témoignent d’une autre manière de faire du cinéma, en Jordanie, en Egypte ou en Palestine ; ils nous ouvrent sur des réalités qui échappent aux médias et en rendent compte sans sensiblerie. Quelque chose serait-elle en train de bouger du côté des artistes dans les sociétés arabes, comme témoins engagés dans les processus de changement en cours ? L’exemple du cinéma documentaire le prouve en tous cas. Il introduit à la diversité des conditions  et des souffrances humaines et donne des raisons d’espérer que les discours idéologiques et l’instrumentalisation des passions identitaires peuvent aujourd’hui être relayés par des langages plus pertinents. Il est bon de sentir à travers ces films des médiations moins pressées que les reportages journalistiques et des regards réfléchis sur les choses et les gens.

Quand on sait que les organisateurs ont failli annuler le Human Screen  Festival 2013, on ne peut que saluer le courage qu’ils ont montré à maintenir cette rencontre de cinéma avec un public qu’ils ont voulu plus large que celui des salles de Tunis. Cette fournée d’images et de discussions autour de la venue de trois cinéastes aurait pu faire le bonheur d’une plus grande assistance à Hammam-Lif. Mais gardons nous de trop de pessimisme et sachons prendre la mesure de ce geste de résistance qui, en faisant parler des cinéastes, ajoute d’autres voix aux initiatives des associations, des organisations culturelles et des artistes qui sont en train de conjurer, à leur manière, l’insécurité et la violence induites par la bagarre politicienne.

Hammam-Lif, le 29 septembre 2013

Paru dans le magazine Réalités n° 1449, Tunis, 3-9 octobre 2013, pp. 56-58


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *