Multiples leçons

Les transitions politiques qui suivent les « printemps arabes » accouchent de situations inconnues et révèlent des obstacles inédits avec des héritages pesants. Au milieu des multiples leçons qu’ils portent et malgré la vitesse à laquelle sont soumis les hommes et les faits, on apprend que le facteur temps est primordial. Sa gestion n’est pas aisée et sa compréhension encore moins. On s’apercevra plus tard des coups de poker plus ou moins réussis, comme des certitudes démenties, ou des vieux préceptes réactivés. Il faut du temps pour comprendre ce que le temps et la conjoncture ont permis de faire. Le cocktail coup d’Etat militaire/ redressement du processus démocratique qui s’est joué en Egypte donne lieu à des interprétations qui vont d’un extrême à l’autre, depuis ceux qui dénoncent à ceux qui se réjouissent. A chaud, l’émotion est maîtresse et selon chaque camp de la bipolarisation dessinée au sein de l’opinion« autorisée », on se conforte dans une extrémité. A chaque coude de ce long cours in-tranquille, à chaque configuration, les gens applaudissent, s’inquiètent, tremblent, lancent des mots d’ordre voire des menaces. Là aussi, le temps doit faire son travail pour qu’on sache si on est proche du scénario algérien ou s’il s’agit d’un « stop » imposé par l’urgence. L’armée égyptienne reprend-elle le flambeau après une concession accordée sous la pression des élections ou bien va-t-elle se contenter d’arrêter les dégâts pour alléger les crispations causées par une année d’une gestion qui a augmenté l’insatisfaction et l’insécurité ?

On se rend compte que sur le chemin de l’Etat de droit, les formes d’expression démocratique connues sont incomplètes et ne suffisent pas à faire face aux nouvelles situations. L’objectif de trouver des cadres d’organisation qui tâtonnent pour réparer des excès, sans compromettre la marche vers la démocratie, est criblé d’embûches. Le mouvement « Tamarrod » a été inventé après une élection « aux normes », un mode certes nouveau en Egypte mais qui a montré ailleurs -y compris dans les pays anciennement démocratisés- ses imperfections. L’action porte loyalement son nom qui signifie « rébellion », née en opposition aux méthodes du gouvernement de Morsi. Elle a eu le temps de coaliser en Egypte un mouvement d’opinion et de favoriser des liens entre les mécontents, dans tout le pays et au-delà du cercle des partis d’opposition. Pourquoi cette mobilisation serait-elle moins légitime qu’un déplacement aux urnes ? Elle peut au moins être complémentaire dans une situation de réveil au devoir citoyen et d’ouverture de l’intérêt pour la politique. L’évolution de « Tamarrod » depuis avril 2013 incarne une forme de participation simultanée au pouvoir, sur fond de difficultés extrêmes et donc d’intéressement aux modes de gouvernement comme aux résultats immédiats. Les millions d’Egyptien/nes qui y ont participé ont démontré une vigilance digne de respect et de considération qui mérite une traduction effective sur le terrain de l’action.

La réalité qui se déroule nous fait prendre conscience des dangers à traverser compte tenu des pesanteurs de nos cultures politiques et des héritages historiques. Les modèles politologiques et les cadres d’analyse sont en train d’être secoués. Le temps de l’autoritarisme est manifestement révolu mais les relations électeurs/élus, à peine nées avec ces premières expériences, peinent à se dégager des comportements ancestraux. Elles sont mues par l’impatience qui est en partie le fruit de l’espoir donné par des révoltes encore présentes dans les esprits, alors que les problèmes restent entiers. Comme dans toute période de changement, les rythmes se mélangent et le croisement des cadences agit sur la nature et l’ampleur des bouleversements. L’énergie déployée par des populations dont les yeux se dessillent est une donne insoupçonnée qui déplace tous les curseurs. En l’absence de contre-pouvoirs, autre héritage des temps passés, la “légitimité” électorale peut être une parade hypocrite, une façon de gagner du temps, une guerre de position qui permet de capter des ressources et des positions de force. L’armée et la police font partie des ressources convoitées et l’histoire a fait qu’elles représentent les deux seules institutions “sûres”, hélas. L’étape actuelle nous apprend que beaucoup reste à faire pour combler le vide institutionnel et pour se doter d’autres instances d’équilibrage.

Nous sommes en train de vivre des opérations chirurgicales à vif, d’expérimenter des situations humaines qui dépassent les scénarios vécus et disséqués par les observateurs -fussent-ils avertis-, et débordent des calculs et des souhaits -fussent-ils ceux des puissants. Le prix immédiat (violences sociales, retards dans les réformes, oubli des plus démunis, sentiment d’insécurité, manque de confiance…) détermine le cours des choses et rien ne permet de conclure aujourd’hui à un rapport de forces définitif ni à un dénouement prévisible. La volonté de ceux qui vivent ces situations est la plus grande des inconnues et l’actualité est en train de nous enseigner qu’on ne peut minimiser le poids de ces énergies ni leurs effets sur les événements en devenir.

Face à un « processus révolutionnaire », les officines, les experts et les chercheurs apprennent. Les acteurs ? Même s’ils sont dans la mélasse, rien ne les empêche d’être sensibles aux leçons données par des événements, des femmes et des hommes embarqués dans une « transition » qui présente des similitudes, malgré tout.

Hammam-Lif, le 5 juillet 2013
Paru dans La Presse de Tunisie, samedi 6 juillet 2013, p. 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.