Lien

Ce billet est une présentation de l’article « Sur les traces de Frantz Fanon à Tunis« , paru dans la revue mensuelle Algérie Littérature / Action (n° 163-164, septembre-octobre 2012)

Frantz Fanon

Frantz Fanon, by Pacha J. Willka, licence cc-by-sa 3.0

En ces temps où la violence s’exprime de plus en plus fort en Tunisie, beaucoup d’auteurs et d’écrits sont à lire et/ou à relire. La résonance de ceux de Frantz Fanon est double : parce qu’il a vécu à Tunis et parce que la situation coloniale a nourri  son œuvre propagée à travers les lectures américaines sur fond des mouvements Black Power dans les années 1960.

Expulsé d’Algérie en 1956, Frantz Fanon (1925-1961) se réfugie en Tunisie où le Front de Libération Nationale a ses quartiers officiels. Il y vit près de cinq ans, exerce en tant que médecin dans les hôpitaux Er-Razi puis Charles Nicolle, crée le centre de neuro -psychiatrie de jour, enseigne la psychopathologie sociale à l’Institut de sociologie, travaille à la rédaction de la partie française du journal Al Moujahid, participe à former les cadres du FLN. C’est à Tunis qu’il endosse le rôle d’agent de liaison du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (officiellement né en 1958) et sculpte le panafricanisme qui va accompagner le mouvement de libération nationale. A Tunis, il dicte son dernier ouvrage Les damnés de la terre, traduit en arabe à Beyrouth en 1966.

Quand il meurt des suites d’une leucémie à l’hôpital de Bethesda (Baltimore, Maryland, USA), il est porteur d’un passeport tunisien, sous le nom d’Omar Frantz Fanon. La pièce est aujourd’hui déposée dans les archives de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC) à l’Abbaye d’Ardenne.

Un de ses amis, le diplomate Mahmoud Maâmouri (mort en 2012) m’a accordé un entretien en mai 2010, après la rédaction de l’article ci-joint, issu d’une communication à un colloque sur le thème de la Solidarité maghrébine (1945-1962), organisé par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National. Comme à Lilia Ben Salem et Néjia Zemni que j’ai interrogées sur leur souvenir de cet homme, j’ai posé des questions sur la sociabilité de cet intellectuel, la manière dont il vivait à Tunis. Je voulais savoir qui il fréquentait, ses sujets de conversation, ses occupations et ses loisirs. Quel est le spectre des amis et relations de Frantz Fanon à Tunis ? Quels étaient ses centres d’intérêt ? Quelle a pu être l’inscription intellectuelle et politique de ce psychiatre noir dans une après-indépendance chargée des effets de la colonisation ? Que lui a apporté cette étape tunisoise dans son itinéraire de médecin, dans son discours de militant contre le racisme et dans sa pratique de la politique ? Différentes connexions, aujourd’hui invisibles, ont été faites à travers lui : entre Algériens d’Algérie et d’ailleurs, avec des Tunisiens de différents milieux, au sein de la classe politique locale, avec des intellectuels de passage en Tunisie, dans les milieux diplomatiques, entre revues et éditeurs, entre tiers-mondisme et courant de la négritude en éclosion…

Vu de Tunis, l’écho de ces différentes connexions est faible après plus de cinquante ans. S’intéresser à cette parenthèse d’une vie qui a connu une notoriété planétaire mais qui semble localement pâle et effacée, c’est revenir à un moment de la vie intellectuelle tunisienne, réveiller quelques souvenirs d’un segment de complexité et rappeler une phase des accointances intra-maghrébines, méconnues et sacrifiées par les passions politiques.

Cet article est la première étape d’une enquête en cours sur l’ancrage et l’inscription d’un intellectuel passé par Tunis et qui a certainement laissé des traces.

Plan de l’article

  • Ecrits et biographies de Fanon : une notoriété paradoxale, une audience en dents de scie
  • L’itinéraire fulgurant d’un idéaliste
  • « De l’Algérie à l’Afrique en passant par la Tunisie »
  • Psychiatrie sociale et enseignement
  • Le « milieu algérien » de Tunis
  • Les Damnés de la Terre : la fin d’une météorite ?

 


2 réflexions sur « L’inscription de Fanon dans l’histoire de la Tunisie contemporaine : un chantier »

  1. Ping : Un morceau d’histoire algéro-tunisienne | HCTC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.