Une journée mémorable

Wassim Ghozlani

Ce vendredi 8 février 2013, la Tunisie a vécu une journée mémorable. Je l’ai suivie à la télévision et à travers la radio.  Quatre chaînes (Nessma Tv, les deux chaînes nationales et en partie At-Tounissiyya) ont transmis en direct les images des obsèques nationales de Chokri Belaïd, secrétaire général du parti Ejjeb’ha ach’abiyya (Front populaire), assassiné en sortant de chez lui, le 6 février. Heureusement que nous avons ces reportages « faits maison » avec du son en direct car j’apprends qu’Al Jazeera a collé des images de l’enterrement avec un rassemblement pro–Ennahdha devant l’ANC et une bande son avec des slogans … contre le RCD !!! C’est la première fois que je réalise l’ampleur de la manipulation et du culot de cette chaîne, plusieurs fois dénoncée depuis le 14 janvier 2011 et aujourd’hui objet de méfiance, à cause de ces pratiques.

Voici mes impressions personnelles en cette fin de journée exceptionnelle.
Des hommes et des femmes sont venus de partout depuis le matin. En ce jour de grève générale, un million quatre cent mille personnes selon le Ministère de l’Intérieur ont accompagné le cortège des funérailles. Des jeunes, des vieux et des enfants, des fleurs et des drapeaux, des pleurs et des youyous, des slogans anti gouvernement (en nommant Ennahdha et Ghannouchi) et des versets du Coran, l’hymne national et le chant de l’Internationale en arabe, des phrases signées Chokri Belaïd et des photos de lui, souriant. Son cercueil recouvert des drapeaux national et syndical, de sa toge d’avocat, de branches de palmier et de fleurs quitte la maison paternelle vers dix heures du matin. Le cortège fait une halte par la Maison de la Culture de Jbel Jloud, la banlieue déshéritée où est né Chokri Belaïd. On assiste à une courte cérémonie solennelle où le gouvernement dont la présence n’a pas été souhaitée par la famille est remplacé par de nombreuses personnalités syndicales, politiques et culturelles. Basma Khalfaoui, l’épouse de Chokri Belaïd appelle au calme et à la discipline au micro ; elle est drapée des couleurs nationales puis elle arborera sa robe d’avocate. Dehors, le dessin de la moustache et du grain de beauté du défunt sont tagués sur le mur par un dessinateur des Zwawla. Le cercueil ressort, il est posé dans un véhicule militaire où prennent place sa fille Nayrouz, son épouse, sa soeur  et Maya J’ribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri à côté des soldats.

Malgré le temps de pluie, un flot de gens continu sur les cinq kilomètres séparant Jbel Jloud du cimetière du Jellaz a marché pendant quatre heures environ. A part les avocats et les juges en robe, les syndicalistes reconnaissables du service d’ordre, le nombre et la composition de cette longue colonne humaine défie tout découpage sociologique. Deux images m’ont frappée : une femme en sefsari et khama noire attend sous un arbre dans le cimetière… rappelant une photo de l’enterrement de Moncef Bey de 1948 ; un avocat en robe court derrière des casseurs qui jettent des pierres en réponse aux assauts de molotov des policiers et essaye de les retenir.

La fin du cortège est accueillie par des incidents de casseurs et de pilleurs dans les alentours du cimetière. La cérémonie se passe sous un nuage noir, celui des voitures brûlées et des bombes lacrymogènes destinées à disperser les bandes d’agresseurs dont les radios nous apprennent qu’elles se déversent méthodiquement depuis le quartier Saïda Manoubiyya qui surplombe celui du Jellaz. Malgré la bousculade et les informations qui précisent que des attaques armées sont orchestrées dans divers coins de la capitale, de la banlieue et du pays, la mise au tombeau se fait dans brouhaha et ferveur. Le noyau de la cérémonie n’a pas été atteint. Les dernières images de la tombe montrent des gens recueillis et éplorés s’attardant dans le carré officiel des martyrs.

Les reporters radio et télé enchaînent avec des témoignages et des rapports sur les différentes marches qui ont eu lieu. Des enterrements symboliques ont condamné la violence partout et la grève générale, largement suivie dans le pays, donne des images de villes et villages déserts, sous la pluie et le vent de la fin de l’après-midi.
Journée émouvante, où se mêle la tristesse de la perte et le réconfort de cette communion pacifique. Plein de raisons de se dire que les Tunisiens ont de quoi empêcher que cet assassinat se répète. Pourvu que Chokri Belaïd ne soit pas mort pour rien.

Hammam-Lif, le 9 février 2013

La première version de ce texte a été publiée dans Le Quotidien d’Oran, dimanche 10 février 2013.


4 réflexions au sujet de « Une journée mémorable »

  1. chantal chanson-jabeur

    Merci, chère Kmar, pour ce texte « à chaud » ; j’ai suivi avec beaucoup d’émotion, d’angoisse, mais aussi de colère cet évènement. Ce que tu écris sur « Al Jazeera » est tout à fait intéressant et confirme une nouvelle fois le rôle et les perspectives de cette chaîne sans scrupules. Ce rôle de veille est important, et à l’étranger, même très concernés, nous ne pouvons guère l’assumer. Merci et amitiés,

    chantal cj

    Répondre
  2. Touriya

    Merci Kmar pour le partage. La Tunisie que nous aimons vaincra la violence et l’obscurantisme tant qu’il y a des femmes et des hommes qui croient aux valeurs de liberté et de respect des différences.

    Répondre
  3. Nora Lafi

    merci kmar de nous faire partager tes impressions sur ces tristes événements. courage, meme en ce moment j’ai confiance en la tunisie et aux tunisiens.
    bien amicalement,
    nora tunisienne par le coeur

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.