La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Un scénario prédit

L’hypothèse d’une dramaturgie par chaîne satellitaire interposée naît avec le changement en cours autant qu’elle le suscite. Cette grille interprétative s’inscrit dans le droit fil des conséquences qui sont en train de révolutionner le jeu politique en dévoilant l’ampleur des blocages institutionnels et mentaux qui fondent la division du monde. L’indigence démocratique de la culture politique en Tunisie est l’un des résultats d’une prédation à plusieurs tiroirs. La puissance des médias -et pas uniquement des réseaux sociaux- éclate dans un environnement longtemps écrasé par la bureaucratie, le clientélisme l’opacité et la peur. Alors que le champ politique tunisien peine à se restructurer avec des acteurs vieillis dans leurs méthodes, leurs visées et leurs représentants, cette première phase donne raison aux scénarios ayant prédit la victoire de l’islam politique aux élections. Il serait naïf de croire à la répétition de schémas comme l’Iran d’après Khomeiny ou l’AKPturque. Le moment actuel, issu des élections, s’enlise dans les arcanes d’un bouillonnement sans règles, les vainqueurs des urnes bloquant toute possibilité d’asseoir des codes pour construire des institutions moins engluées dans un fonctionnement de parti-Etat. L’écriture de la Constitution, l’instance et le code des prochaines élections, la régulation des médias, l’indépendance de la justice sont otages de cette séquence politicienne lourde de vieux réflexes. La thèse de l’ouvrage illustre cette interprétation, mais dans un positionnement en aplomb qui ne montre pas que l’ébranlement du pouvoir a occasionné des brèches dans le paysage social et politique à des profondeurs différentes. Si on s’en tient au panorama sur la Tunisie (Chapitre 1 : «Révoltez-vous, vous êtes filmés »,  pp. 21-35 et chapitre 9 : «Tunisie, le laboratoire incertain » : pp.199 -210), on relève des imprécisions de peu d’importance mais surtout une absence aux dynamiques qui se déroulent dans mille et un lieux, depuis les mairies jusqu’aux écoles en passant par les usines, les bureaux, les transports, la rue, les mosquées, les théâtres, les galeries d’art et jusque dans les familles. Le scénario tunisien ne se cantonne pas à la scène politicienne ; l’écorce en pleine mue recouvre un sous-sol en fissuration.

Reflets locaux

On suit l’auteur dans l’idée que l’image est un moteur de la vie politique tunisienne. En ajoutant que les scénographies influentes ne se jouent pas dans les sièges du pouvoir officiel (les salles de réunion et les conférences de presse ont un look désespérément vieillot) ni sur les plateaux de télévision (dont le statisme lasse l’audimat et n’assure pas la photogénie des participants). Al Jazeera l’a compris dans les semaines qui ont précédé le départ de Ben Ali en faisant feu des bouts de films amateurs (recette reprise partout). Depuis, le ciel médiatique tunisien a éclaté en une constellation d’écrans pendant que d’autres télévisions (la chaîne bilingue France 24 en premier) ont organisé leurs services d’information au regard d’une actualité fournie et d’acteurs émergents. Une quantité de chaînes locales captent le téléspectateur privant le story telling de la chaîne qatarie de son exclusivité et donc d’une certaine efficacité. En plus de la nouveauté de retransmettre les débats de l’Assemblée Nationale Constituante (une fenêtre pour une pédagogie civique), la chaîne la plus regardée est At-tounissiyya (sur un total de dix environ), les images les plus frappantes sont les marches (1er mai 2012, 13 août 2012), les grèves et sit-ins (dont le gouvernement a réussi à réduire la médiatisation), les prières en plein air (manifestement destinées à hystériser la dévotion), la prise de parole des gens ordinaires ou d’artistes interdits ou inconnus (nouvelles stars de plateaux). Le changement est considérable si on ajoute à cette fabrique accrue d’images le relais radiophonique lui-même démultiplié, très branché sur la nervosité du web, libéralisé depuis janvier 2011. L’intérêt pour la politique augmente mais celle-ci n’a plus tout à fait un centre, encore moins des canaux attitrés. Quantité d’associations, de jeunes, d’experts, une foule d’activités, de centres d’intérêt et d’organes d’expression percent, enrichissant l’offre médiatique. Facebook et twitter charrient des opinions, des rumeurs, des querelles, des campagnes, autant de données qui obligent le journalisme local à résorber, malgré ses manques, la matière offerte afin de répondre aux exigences d’un public plus informé, plus averti et plus curieux de la politique en train de se faire et de l’effervescence générale.

La conclusion de l’ouvrage qui se demande si on ne va pas vers un ancrage plus fort du religieux dans le politique pose une question réelle mais partielle. Elle résume une inquiétude immédiate sans tenir compte de foyers d’énergie qui éclosent un peu partout, à un niveau infra-politique. La musique, le théâtre, le cinéma, la danse, la photographie, les graffiti, la poésie… sortent à la vue des Tunisiens, sans toutefois que l’exploitation de ce tonus soit optimisée ni généralisée. L’auteur exclut l’éventualité d’un phénomène de la nature et de l’ampleur de la movida espagnole post-franquiste. Or, l’ébullition dans la vie associative et culturelle libère une énergie qui ne peut rester sans suite, même si manque, encore, une foi dans cette vitalité de la part d’une classe politique accaparée par l’instant. Il faudrait qu’une intelligence collective transforme ces feux de résistance en foyer de fabrication de petites possibilités de démocratie. Alors que la vie politique est tiraillée par des intérêts géo-stratégiques transcendants et lointains et des tractations d’urgence, quel peut être le poids réel de ces minuscules changements ouverts dans le quotidien du pays, dans la sécurité comme dans les projets concrets de vie des hommes et des femmes ? Face aux prévisions des experts et aux plans des officines internationales et plus que la question de la « manipulation », la capacité des sociétés à métaboliser, à ras de sol, les desseins des gouvernants et les effets de la crise est aujourd’hui l’inconnue la plus déterminante.

Hammam-Lif, le 10 décembre 2012.
Paru dans Le Maghreb Magazine n° 16, janvier 2013, pp.20-21.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.