2012, l’an II de la transition tunisienne

Difficile de résumer l’année qui s’achève, du moins d’en faire un bilan simple. Le ballottement que l’on vit depuis deux ans ne permet pas de saisir pour l’instant la signification de ce que l’on voit ou entend, sans parler de ce qui échappe à la perception. Flotte tout de même un sentiment d’appréhension devant des signaux nouveaux quotidiens de plusieurs types, et la perplexité se conjugue avec l’impression que se jouent des choses capitales qui n’échappent pas qu’à moi (maigre consolation). Cela renforce l’inquiétude mais aussi l’intuition que le changement en cours creuse des niches, décapsule des bouchons, draine des flux. Cela suffira-t-il à ouvrer des possibles durables ? Bien entendu, les gens et les habitudes sont mus par les intérêts instantanés, les plus forts et les plus malins profitent du tribut immédiat. Mais les « plus forts » (mafieux compris) sont en train de se renouveler en apparence, tout au moins sont-ils en train de vivre le changement. Cet appel d’air général n’est pas dénué d’accidents imprévus et d’échecs comme de parades et de forces rétrogrades. Rien n’interdit d’espérer qu’il  porte des opportunités et des situations nouvelles. En attendant de voir clair, le mélange des intérêts et des défenses contradictoires qui se forgent augmente l’incertitude générale.

Médias et affaires politiques

Ce mois de décembre (et après le méga-conflit avec l’UGTT qui suit son cours, en espérant que la commission d’enquête qui vient de se former apportera des lumières et constituera un exemple de négociation) s’achève sur deux affaires significatives dans un pays qui en aligne des centaines mais celles-ci, largement « publicisées », voient leur importance démultipliée à cause de leur impact public et médiatique. Les médias étrangers semblent en veilleuse en cette période de relâche, et suivre la roue des faits qui s’accélère alors que la presse nationale peine à se reconstruire comme un relais « fiable » ajoute à la non visibilité des conséquences microscopiques en cours.

Les deux affaires sont celles de Sami Fehri (qui dure depuis quatre mois) et du tout récent « Sheratongate » (du nom d’un hôtel tunisois). 1/ Sami Fehri, patron de la chaine Et-Tounisiyya est entré en grève de la faim depuis le 23 décembre, le ministère de la Justice ayant bloqué l’application du jugement de la cour de cassation qui a prononcé sa libération. 2/ Le « Sheratongate »  déclenché par l’enquête d’une journaliste, implique le Ministre des Affaires Etrangères qui est le gendre de Ghannouchi, chef du parti Ennahdha, mêlant soupçons de malversation publique et de mœurs.

Les deux affaires illustrent le côté business-mafieux d’une toute récente oligarchie qui utilise la force des institutions de l’Etat (encore menées par des procédures benaliennes, envahies de salves de nominations imposées, pas toujours acceptées) pour s’implanter, orienter la marche et les relations de l’Etat sans perdre de vue l’objectif primordial de se donner les moyens de rester en place, le plus longtemps possible. Les trois objectifs sont difficiles à concilier, sauf par la force, la dissimulation, le mensonge et le fait accompli, cocktail usité dont il suffit de fixer le dosage selon les besoins. L’ outrance du pouvoir officiel sème au quotidien un sentiment de violence en crescendo,  et la brutalité affleure de plus en plus à l’air libre parce que la « légitimité » est utilisée comme arme de droit.

Cette crise politique (la énième du genre depuis des mois) et qui aurait fait sauter n’importe quel gouvernement un tant soit peu démocratique bloque, une fois de plus, le processus de la transition attendue, après le chemin entamé. Si on veut résumer superficiellement 2012, on peut dire que cette année aura bloqué la marche vers la deuxième phase transitoire qu’on devait accomplir après les élections d’octobre 2011 et après l’arrivée du gouvernement de la Troïka en décembre 2011. La paralysie en surface s’est construite par la multiplication organisée de délayages « légaux » de la part d’un gouvernement qui ne se décide pas à se remanier et qui ne parvient pas à s’amender. Tout en fabriquant méthodiquement une hégémonie « légaliste » qui prolonge les pratiques de gouvernement par journal officiel interposé (on s’est habitués à la promulgation de textes sur mesure « votés » en assemblée), l’écorce du politique ne semble pas dominer le remue-ménage qui agite la société, sur un plan microscopique et local (le seul que je peux observer de ma position). A plusieurs niveaux qui échappent au centralisme ordinaire et au noyau dirigeant, des petits faits et gestes significatifs se multiplient. On voit des micro-actions évoluer en affaires, même si la succession et la multiplication les rendent difficiles à consigner, à suivre et à relier. Certaines opérations se détachent du lot et se transforment quasiment en « leçons » de politique directe, si l’on y prête attention. Le plus remarquable est que c’est en train d’arriver par le pouvoir et le courage d’individualités exceptionnelles, inédites, inconnues et extérieures à la sphère des politiciens. Les démissions de responsables de médias se multiplient, la pression dans le domaine n’ayant pas baissé malgré le succès de la grève de Dar Essabah qui a abouti à rejeter le directeur parachuté. Pour le bonheur de cette année ardue, des associations s’activent, notamment sur le plan culturel, abandonné des pouvoirs publics jusqu’à voir réduit de plus de moitié sa part dans le budget 2013. Les acteurs du secteur ne chôment pas malgré les menaces. Pendant ces vacances d’hiver, j’ai entendu parler de quantités d’entreprises culturelles et de projets valeureux, en dehors du cadre étatique strict : je peux citer en exemple les Assises de la Société civile qui ont réuni 140 associations à Monastir entre les 17 et 19 décembre et l’initiative de Koulounafen qui investit la ville de Testour du 26 décembre 2012 au 10 février 2013 pour une campagne de restauration des savoir-faire et de la ville.

Messages et pédagogie

Cet « héroïsme » de la société civile qui prolifère à vue d’œil me subjugue et alimente ce qu’on pourrait interpréter comme un optimisme de citoyenne. Il donne aussi à réfléchir autrement  et autorise à ne pas pencher vers un bilan mélancolique d’une année grave. Car, et pour en rester à ces deux cas, on voit deux acteurs de la vie médiatique (un patron de télé et une bloggeuse journaliste) structurer -au prix de leur vie menacée pour chacun – des attitudes qui enclenchent des mouvements d’opinion de mieux en mieux instruits de la façon dont se mène la politique du pays. Dans le cas du patron d’Et-tounisiyya, l’application du jugement étant bloquée par le ministère, une campagne médiatique bien faite et sensible a eu le temps de se mettre en place, expliquant l’orchestration d’un règlement de compte politique. Cette défense fait face à une justification gouvernementale,  plate et répétitive, mêlant deux catéchismes idéologiques lassants qui ne parviennent pas à masquer l’arbitraire de l’exécutif sur la machine judiciaire. Cette expérience de communication éduque les Tunisiens de moins en moins dupes sur les rouages de l’ exercice politique.

L’instruction civique par  médias interposés transparaît de la seconde affaire, qui a éclaté il y a quelques jours. Olfa Riahi, journaliste et bloggeuse prend le risque de tirer plusieurs tiroirs d’informations qui nous mettent devant le cas d’un double scandale d’usage d’argent public mal identifié qui recouvrirait une affaire d’adultère. Cette péripétie inédite dans les annales du journalisme et de la prise de parole en public lève le voile sur un trait important du fonctionnement de la machine de l’Etat. On apprend qu’un don chinois a été versé directement sur le compte du Ministère des Affaires Etrangères sans passer par les circuits habituels de l’Etat : le Ministère des Finances le réclame paraît-il depuis des mois et une association revendique cette aide promise à son programme de puits d’irrigation. Le gouvernement chinois est-il au courant ? Ce qui pourrait être une bombe dans un pays déjà démocratique est pour le moment la première affaire d’investigation qui permet à une journaliste d’exposer un scoop en direct à la télé (Et-tounisiiyya Tv, la plus regardée des chaînes tunisiennes). Le second niveau de pédagogie concerne l’action à entreprendre :  Olfa Riahi demande aux responsables du gouvernement de poursuivre l’enquête qu’elle a commencée, en présentant les premiers éléments de preuve.

Evidemment, le soupçon d’adultère occupe dans l’immédiat les esprits à cause de la personnalité de l’épouse (Soumaya Ghannouchi) et parce que le Tunisien est naturellement gourmand de ragots. Comme dans l’affaire DSK, voyeurisme et haine basique unissent l’opinion ; rien de mieux qu’une morale simple pour être partagée : « ces gens qui nous gouvernent se targuent de moralité musulmane et voilà ce qu’ils font… ». Un point est marqué côté unification de l’opinion publique, ce qui contrebalance -en partie- les tentatives de diviser les Tunisiens qui empoisonnent l’atmosphère et les relations. C’est triste à dire mais dans l’esprit de division devenue arme de pouvoir, cette affaire de mœurs banale –avant même d’être tirée au clair- cimente l’opinion et unit les gens à travers les commentaires d’hostilité et de condamnation. Plus encore que les « salafistes » qui ont indigné les Tunisiens en décrochant le drapeau à l’Université de La Manouba en mars 2012, cette affaire inspire allusions et moqueries, un ingrédient gai anti-stress en cette période particulièrement tendue.

Autre aspect instructif : les Tunisiens sont en train d’apprendre que de l’argent peut être versé dans plusieurs caisses de l’Etat. Seraient-elles parallèles et donc incontrôlables ? Alors que l’on vient de vivre un vote du budget de 2013 avec ses contestations routinières, ses mesquineries et son incroyable copier/coller des grilles de la gouvernance benalienne, on découvre, pièces à l’appui et en direct à la télé, l’existence de canaux de versement d’argent parallèle, non pris en compte dans les tableaux officiels, aussi artificiels et mensongers soient-ils. On parlait du Qatar et de l’Arabie Saoudite comme bailleurs de fonds occultes, sans identifier les voies et les manières de cette manne financière. Et voici qu’on explique à la télévision que des Chinois versent des chèques datés à une banque précise en citant des numéros de compte  ! Ces révélations en direct sur des faits que même les tribunaux auraient du mal à communiquer, après coup, pourraient valoir des poursuites à la bloggeuse. Il n’en demeure pas moins  qu’elles mettent le téléspectateur en prise directe avec une information jusque là interdite d’accès et apportent une bouffée de véracité dans l’ambiance de mensonge politique qui règne, porteuse de violence.

C’est en soi une expérience « politique » considérable dans une période qui déploie du nouveau en tout genre, mais pas dans les méthodes de gouverner. Je pense que nous allons continuer à découvrir et vivre des révélations inattendues, pas seulement au niveau des faits (la violence augmente à vue d’œil et partout) mais aussi sur le plan de l’éducation à la politique, un condiment naissant. En résumé, si cette année 2012 n’a pas fait avancer le cours de la transition (la constitution n’est pas écrite, les élections ne sont pas décidées, les réformes de la justice et des médias sont bloquées), elle est marquée par une férocité qui monte en surface (on a eu droit à un lynchage à mort en octobre 2012 et il faut craindre le premier assassinat politique pur et simple puisque la case scandale sexuel est maintenant franchie) sans compter que des armes circulent et que des réseaux armés sont installés sur le territoire tunisien et les frontières. Le bilan est largement inquiétant eu égard à la violence et à ses différentes formes, en plus d’une situation économique déjà grave. En même temps, on assiste à un bouillonnement général qui ne préjuge pas d’un aboutissement favorable ni d’une fin d’hostilités proche (beaucoup d’intérêts sont menacés) mais cette ébullition est en train de transformer la façon dont les citoyens perçoivent l’ampleur des problèmes intérieurs et la lecture des enjeux internationaux que révèlent les dérapages de la classe politique, celle des affaires et des détenteurs de la puissance de l’argent comme de la surveillance. Qui dit que ces personnages maîtrisent ce magma en éruption ? Et qui sait combien de temps le pays pourra supporter ces « abus de légitimité » et la froide brutalité du mensonge et du déni qu’ ils expriment face aux problèmes persistants ?

De quoi donner envie de lire et/ou de relire Orwell….

Hammam-Lif, le 30 décembre 2012

Publié dans Le Quotidien d’Oran, 7 février 2013. http://www.lequotidien-oran.com/?news=5178945


2 réflexions au sujet de « 2012, l’an II de la transition tunisienne »

  1. Arbi Ben-Achour

    Merci ma chère Kmar pour ce texte clair et bien informé. La situation es alarmante, mais heureusement qu’il y a des gens qui résistent, qui informent et qui continuent la lutte. J’ai passé le texte à julie et à des copains à Washington. J’espère que j’ai ta permission ex-post.

    Bien cordialement et meilleurs voeux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.