Les connaissances humanistes en Tunisie : aperçu historique

  1. Les bouleversements socio-économiques, politiques et culturels qui ont traversé le vingtième siècle, selon des périodisations qui changent dans les différentes aires géoculturelles de référence, ont indubitablement comporté des mutations dans le domaine des identités des connaissances et de leurs hiérarchies. Dans ce tableau, quelle place occupent les connaissances humanistiques dans votre pays?

Au cours du XXème siècle et concernant la Tunisie, on peut suivre l’histoire des sciences humaines dès la période coloniale. Selon les disciplines, l’implantation institutionnelle et le rythme d’évolution sont différents. Les disciplines traditionnelles (comme le droit et l’histoire par exemple) ont pris le relais d’une accumulation antérieure; elles se sont développées en interaction plus ou moins consciente avec l’orientalisme ambiant. Les disciplines «modernes» comme l’économie ou la sociologie se sont lentement infiltrées, à travers érudits et amateurs, animant des associations ou des revues. Des personnalités isolées, lancées dans certaines filières (ex: Docteur Gobert et ses études sur le folklore) et des associations ont servi l’introduction progressive de réflexions scientifiques appliquées au terrain tunisien (ex: l’économie politique a été enseignée par Tahar Sfar au sein de la Khaldouniyya, Lucien Berthelon a fondé La Revue Tunisienne (1896-1953) et André Demeerseman la revue IBLA (née en 1937). Des travaux sur la sociologie, le folklore, l’histoire et l’archéologie en Tunisie ont ainsi été publiés en français et en arabe dans l’entre-deux-guerres. A la fin des années 1940, l’intérêt des administrateurs coloniaux, plus avertis sur le terrain, a rencontré la création de filières de formation plus préoccupés de la connaissance de la Tunisie, sa langue, ses traditions. Le droit musulman et le droit foncier sollicités pour la conduite des affaires se sont reversés dans l’enseignement. Le passage entre érudition et académisme a été consacré vers 1945 : l’Institut des Hautes Etudes de Tunis (IHET) a introduit des certificats d’archéologie tunisienne, des cours d’économie, de géographie… et la Khaldouniyya  a orienté l’enseignement vers l’histoire, la linguistique, etc…

Avec l’indépendance (1956), les sciences humaines et sociales prônent leur décolonisation. L’université nationale créée en mars 1960 démarre avec deux facultés: l’une de lettres et sciences humaines et l’autre de droit. On y crée des filières de formation de langues et littérature (arabe, français, anglais), de philosophie, de sociologie, d’histoire (ancienne, médiévale, moderne et contemporaine), de géographie, de psycho- pédagogie, de linguistique. Côté recherche, le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES) né en 1962, s’oriente vers les questions de développement économique, de planification et d’éducation tout en réservant une grande place à la démographie, la linguistique (cf. La Revue Tunisienne de Sciences sociales).

Cinquante ans après, le paysage universitaire tunisien s’est développé, décentralisé et diversifié. Il se répartit entre secteurs public et privé. La part des sciences humaines, déjà faible dans les 13 universités publiques réparties sur le pays est encore plus réduite dans les établissements privés qui privilégient les disciplines économiques et de gestion. Les laboratoires consacrés aux sciences humaines ne dépassent pas la dizaine, comparés au chiffre des laboratoires de sciences dures. Les unités de recherche, plus modestes mais réparties sur les universités n’ont pas suffisamment de publications ni vocation à être des structures trans-institutionnelles.

La recherche privée est quasiment nulle en humanités avec une exception notable, celle de la Fondation Temimi pour les sciences humaines et sociales (FTERSI qui publie deux revues). Le cloisonnement entre institutions publiques et privées et la faiblesse de la recherche en sciences humaines et sociales, refermée sur elle-même, montrent le peu d’intérêt accordé par les pouvoirs publics à la production et la diffusion d’une culture de sciences humaines en Tunisie.

  1. Au sein des divers domaines des connaissances humanistes (philolittéraires, linguistique, historico-géographique, philosophique, archéologique et historico-artistique, musical et spectacle, de la communication), quels changements sont advenus, quelles aires disciplinaires ont acquis une prééminence, lesquelles sont en déclin et pour quelles raisons?

Un des phénomènes essentiels qui caractérise l’évolution récente des sciences humaines en Tunisie est la vague d’arabisation. Commencée dans les années 1970 dans l’enseignement secondaire, elle s’affirme dans les années 1980 dans le cycle supérieur. L’arabisation stimule certes la réflexion sur le transfert des connaissances, elle donne lieu à des rencontres et des congrès mais elle divise en même temps le champ culturel. Des tensions opposent francophones (formés à l’université française) et arabophones (formés en Tunisie ou dans les universités du Machrek) ; ces derniers défendent la langue nationale comme seul vecteur pour s’approprier la légitimité des sciences sociales et humaines appliquées à la Tunisie. Une ligne de fracture idéologique oppose, au sein des institutions d’enseignement et de recherche, les défenseurs des sciences humaines arabes et ceux des sciences humaines en arabe. Cette lutte d’influence entre un courant francophone relativement plus ouvert sur la recherche et un courant arabophone, plus efficace dans la formation et l’enseignement au fur et à mesure que l’arabisation avance, paralyse une grande partie des énergies, privant le secteur d’une conjonction nécessaire pour avancer face à «l’anglicisation» mondiale.

Le deuxième phénomène de masse auquel est soumis le secteur des sciences humaines et sociales en Tunisie est celui de la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Ce développement technologique a relié plus fortement les chercheurs tunisiens à l’étranger et les a ouverts à des milieux scientifiques, des banques de données, des programmes internationaux. Il a aéré le secteur mais a été plus déterminant dans les filières comme celles de l’archive, de la documentation et du journalisme qui se sont multipliées dans le paysage universitaire à partir des années 1990 et se sont technicisées.

Face à la demande de techniciens, des mastères professionnels ont été créés dans les établissements comme l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI), l’Institut Supérieur de Documentation (ISD),… pourvoyeurs d’emplois d’archivistes et de documentalistes.

La fonction de bibliothécaire reste cependant moins développée: l’indigence de l’infrastructure des bibliothèques universitaires est probablement un facteur. Ce qui ramène à la question de l’éclatement des établissements universitaires, sous la pression démographique. L’absence de bibliothèques reflète la faible place accordée à l’encadrement de la recherche; elle explique et renforce le manque de liens entre les différentes cultures disciplinaires.

L’ensemble du secteur des sciences humaines en Tunisie depuis les années 1960 se caractérise par une forte volonté d’ancrage territorial, national, suite à un désir de s’affranchir de la «science coloniale»: après le « développementalisme » des années 1960, la question de l’identité et celle de la spécificité tunisienne restent des axes constants dans les recherches, avec des variantes comme les thèmes de patrimoine, de local…

Les intentions d’élargir les comparaisons vers le Maghreb et le reste du monde arabe et musulmans sont assez fréquentes dans les discours mais la coopération étant assez faible (peu d’échanges intermaghrébins d’enseignants et chercheurs, pas de circulation d’étudiants), les résultats en termes de connaissance et de recherche restent limités.

  1. Vis-à-vis des connaissances humanistes se manifeste une demande sociale provenant aussi des secteurs productifs, et pour quelles activités?

Aujourd’hui, en Tunisie, il n’existe pas de statut de chercheur stricto sensu depuis la mutation du Centre d’Etudes et de Recherche Economiques et Sociales (CERES) qui a perdu après 1990 son assise de chercheurs pour devenir un centre de publications de rencontres et colloques. A l’Institut National du Patrimoine (INP), le statut subsiste mais la double tutelle du Ministère de la Culture sur cette institution le rend indépendant. Quelques institutions de coopération implantées à Tunis (IRMC, IRD et CEMAT) représentent des pôles de connexion avec les universités et centres de recherche à l’étranger. L’absence de statut de chercheur prive le secteur des sciences humaines d’une dynamique collective, affaiblit sa capacité d’indépendance et entrave sa diffusion «horizontale». Paradoxalement, les travaux de recherche restent un critère d’avancement dans les carrières des enseignants-chercheurs, ce qui dévalorise indirectement l’enseignement et la formation dans l’effort général de productivité des connaissances en sciences humaines et sociales.

En dehors de l’enseignement et dans une dynamique de recherche plutôt faible, la demande sociale envers les sciences humaines provient de quelques secteurs de la gouvernance politique et économique. Le monde professionnel instrumentalise directement certaines disciplines «utiles» comme le droit, la géographie ou la sociologie. Les bureaux d’étude privés ou internationaux en appellent parfois aux compétences de psychologues, de sociologues, anthropologues. Les domaines de consultation et d’expertise concernent le planning familial, la santé publique, la condition féminine, l’éducation, la communication… Même si le secteur public consomme de l’expertise, en économie (emploi et travail), en géographie (urbanisation, mouvements migratoires), en droit (famille, législation foncière), le secteur privé et les ONG demeurent les principaux demandeurs d’études de terrain (agriculture, éducation, humanitaire, santé).

Un secteur des sciences humaines connaît depuis plus d’une décennie une évolution particulière en Tunisie: l’archéologie enseignée à l’Université depuis l’indépendance s’exerce dans le cadre d’une institution parallèle à l’Université, l’Institut National du Patrimoine (INP). La politique des fouilles, coûteuse en temps et en argent, est une affaire nationale qui obéit à des règles internationales. Cette double «demande sociale» a orienté l’exploitation du secteur en lien avec le tourisme culturel mais n’a pas empêché, hélas, l’aliénation de ce secteur à une fructification illicite. La situation de l’archéologie et son rapport aux ressources économiques expliquent les dérives récentes qui ont verrouillé les fouilles, influencé les logiques du travail archéologique jusqu’à plomber le domaine.

Avec le développement des politiques culturelles, on observe, depuis une vingtaine d’années environ, que l’enseignement artistique, l’urbanisme, l’architecture sont des filières très dynamiques notamment en termes d’enseignement. Côté recherche, elles souffrent d’un déficit d’encadrement car elles sont souvent assurées par des professionnels peu attirés par une carrière universitaire. En conséquence de cette demande sociale immédiate, les cursus restent largement voués à la professionnalisation et peu producteurs de travaux de fond, à intérêt transversal, à portée théorique.

Le secteur des sciences humaines et sociales en Tunisie souffre d’un déficit d’image qui diminue en amont – les moyens alloués étant faibles – et en aval – le pouvoir d’attractivité de ce secteur de la connaissance étant dérisoire. En effet, les humanités sont considérées comme peu performantes dans la formation des citoyens tunisiens et l’emploi qu’ils peuvent générer est anormalement ignoré. La structure de l’enseignement primaire et secondaire conduit logiquement à ne pas créer des recrues de qualité capables d’alimenter un enseignement productif dans le domaine, ce qui alimente un cercle vicieux. La peur du chômage rend les disciplines de sciences humaines moins attrayantes. Celles-ci attirent les bacheliers des sections lettres, généralement moins performants que les lycéens des sections mathématiques et scientifiques.

Cette disqualification des recrues à l’entrée ajoutée à la massification de l’enseignement, réduit les prévisions de moyens aux disciplines littéraires et humanistes, en constante baisse par rapport aux disciplines scientifiques dures et de management réputées créatrices d’emploi. Depuis quelques années, des solutions pour contrer cette tendance sont mises en place ; des mastères professionnels, par exemple, en orientation éducative et sociale sont créés pour les étudiants de sociologie ou dans les métiers du patrimoine pour les étudiants d’histoire. Mais les résultats restent faibles et le chômage des diplômés des branches de sciences humaines et sociales atteint le chiffre de 40% dans certaines disciplines (langue arabe, histoire, sociologie…).

  1. Dans les systèmes didactiques de l’Ecole Supérieure et de l’Université, quel est le poids des connaissances humanistes, même en termes de financement de la recherche?

On a essayé de créer certaines filières d’excellence (comme les Ecoles Normales Supérieures) dès l’indépendance mais cela n’a pas constitué une politique constante dans les lettres et sciences humaines. Les financements en dents de scie ont contribué à saper encore davantage la confiance en ces filières où les étudiants sont de moins en moins nombreux à entrer et encore plus à réussir à finir les cursus.

Ce manque de politique pour créer des pôles d’excellence pour la formation en les sciences humaines et sociales se voit avec les réformes universitaires engagées depuis le début des années 2000 et celles rattachées à l’implantation du système LMD. Avec l’augmentation des bacheliers, les étudiants de lettres sont plus défavorisés que les autres, puisque les moyens alloués sont plus faibles. L’augmentation des effectifs n’a pas fouetté les critères d’encadrement. Les postes d’enseignants réguliers n’ont pas suivi en conséquence : les enseignants de langues en particulier devenus plus nécessaires pour améliorer le niveau linguistique (en français et en anglais) sont souvent soustraits au cycle secondaire par détachement. On note une nouveauté dans le paysage de l’enseignement en sciences humaines et sociales en Tunisie induite par les réformes de 1992 : la ré-apparition d’un enseignement «modernisé» de la théologie et la création d’une filière d’enseignement civique, afin de «séculariser» la formation du lycéen tunisien. L’Université traditionnelle de la Zitouna avait été fermée en 1956 et transformée en faculté de théologie.

Mais face à la poussée islamiste et dans le but d’encadrer l’enseignement religieux dans les cycles primaire et secondaire, on a développé les filières universitaires consacrées à l’enseignement de l’islam. Dans cette nouvelle formule, l’histoire, la sociologie, servent à rénover les cursus et à tunisifier le contenu de ces matières à fort quotient de culture générale et humaniste.

Malgré cet appel d’offres répondant à une réforme interne de l’enseignement, l’ensemble du secteur de sciences humaines partage une fragilité : l’émiettement et le manque de visibilité de la recherche. Dans le champ académique, l’édition scientifique est peu développée : les revues de sciences humaines et sociales de l’université ne dépassent pas la dizaine. Leur financement est tributaire d’autorisations accordées au compte gouttes et freinées pour des raisons sécuritaires. La pratique des colloques et de leur publication est plus encouragée, car elle est gérée au coup par coup et plus facile à surveiller par l’administration. Il s’ensuit une absence d’accumulation et un manque d’habitude de travail collectif soutenu par des équipes de rédaction stables. Ce phénomène accentue le caractère éclaté de la recherche.

En dehors de l’enseignement et d’un secteur de publication universitaire (CPU), la Tunisie ne possède pas, de canaux et de vecteurs de vulgarisation appropriée des connaissances en sciences humaines et sociales. Le paysage manque en effet de revues culturelles qui seraient un relais de cette connaissance vers un public plus large. La question de la traduction n’est pas prise en charge au niveau éditorial et les expériences de transfert de connaissances, de concepts et de travaux sont des entreprises individuelles et limitées et non pas le fruit d’une politique volontaire. Le confinement du savoir scientifique dans la sphère universitaire est probablement une des conséquences sournoises du verrouillage politique du pays, d’une longue absence de libertés académiques.

Au cours des récents événements de la Tunisie (janvier 2011), on a en effet constaté que les médias tunisiens et étrangers rencontrent des difficultés pour trouver des politologues, des sociologues, des historiens, des anthropologues… Chercheurs et travaux existent mais ils sont peu connus par les journalistes (eux-mêmes mal formés aux sciences humaines et sociales). Le maillon qui servirait à reconstituer le capital de connaissances produits sur la Tunisie pour en faire un discours scientifique à la portée du grand public est donc assez faible aujourd’hui, éclaté dans des publications scientifiques, peu diffusées, peu traduites.

  1. Les soi-disant deux cultures, celle humaniste et celle scientifique-expérimentale : dans votre pays, en quels termes sont-elles discutées, quels sont les échanges entre elles, quelles sont les perspectives dans les secteurs des sciences cognitives, de l’informatique humaniste, des biotechnologies, de la bioéthique?

La Tunisie consacre 7% de son PIB et 30% du budget de l’Etat à l’éducation et à la formation. Mais seuls 13% des étudiants sont dans les filières humanistes. C’est un des signes d’un déséquilibre de fait, qui n’est pas propre à la Tunisie. Ce ratio signifie également un déficit dans la considération des sciences humaines et sociales dans la politique générale de formation et de recherche.

Sous la poussée mondiale (développement du capitalisme financier et du secteur des services), on observe en Tunisie le développement des sciences économiques et de gestion, des filières d’informatique : la création de plusieurs technopoles au cours de la dernière décennie a été perçue comme un facteur d’économie émergente. Seulement, on n’a pas développé dans ces filières d’émergence une conception sérieuse pour y installer une culture de sciences humaines et sociales.

Les échanges entre les cultures humanistes et scientifique-expérimentale posent de sérieux problèmes de «traduction». La circulation entre les deux, déjà tributaire de la question linguistique, demande des formations transversales, des réflexions de fond, inexistantes à l’heure actuelle. Aussi, on constate un véritable hiatus entre les sciences cognitives,

les filières professionnelles créées étant rapidement saturées, faute de formation polyvalente et d’une culture généraliste. En l’absence d’efforts pour créer des voies de transdisciplinarité véritable, on ne dispose pas d’accumulation synthétique entre les différentes disciplines ni d’institutions permettant d’en fabriquer pour un avenir proche.

Le système universitaire tunisien produit évidemment une élite mais moins dans les sciences humaines qu’ailleurs et leur rareté n’encourage pas les aides. Les recrues d’excellence, attirées par des doctorats et post-doctorats à l’étranger, constatent leur déficit en langues et en humanités quand elles se trouvent confrontés à des doctorants de leur niveau. Les étudiants qui parviennent à rejoindre des pôles dynamiques et des laboratoires d’élite en Europe ou aux Etats Unis renoncent souvent à retourner dans l’Université d’origine, étant sceptiques sur la capacité des structures à traduire leurs besoins nouveaux dans l’exercice du savoir aujourd’hui mondialisé et son avance.

Tunis, le 13 avril 2011

Réponses au Questionnaire paru dans Le forme et le storia, n° IV, Catane, 2011, pp. 397-404.

 



Citer ce billet
Kmar Bendana (2022, 22 août). Les connaissances humanistes en Tunisie : aperçu historique. HCTC. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pgn9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.