Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.


Ces récits personnels et intemporels font lien et la fiction qui les tisse sert à supporter l’actualité où l’on sent que « les islamistes sont trop disciplinaires, trop grandioses, dans leur messianisme boursouflé, pour être minuscules » (Nadia Tazi, p. 38). Un cahier «d’images risquées » (pp. 101-117) rappelle le rêve de liberté des élections d’octobre 2011, vu de Tunis.

Il faut lire ces quarante-trois histoires minuscules des révolutions arabes parce qu’elles ne sont pas nostalgiques, parce qu’elles sont pleines de lumière. Elles participent à l’après de «l’événement révolutionnaire », et transmettent la foi dans les héros ordinaires qui suivront et prendront d’autres risques, quelque part où ça n’était pas prévu.

Hammam-Lif, le 15 septembre 2012

Paru dans MAGHREB Magazine n° 13, Tunis, page 17.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.