Les festivals et après ?

Affiche de la 33ème session du Festival de Boukornine, été 2012

Dans une tension sociale continue et une placidité gouvernementale déconcertante, il est impossible de suivre au GPS une actualité culturelle éclatée (261 festivals environ et 2557 spectacles au cours de cet été), encore moins de s’adonner à des projections. La scène culturelle tunisienne reflète les convulsions que suscite l’écroulement d’une conduite autoritaire. La production aux contenus apparemment plus diversifiés reste prisonnière des cadres et des habitudes de fonctionnement. L’hyper-contrôle de l’Etat affronte aussi une transition dans le domaine de la création, de la pensée et de l’art.

Le calendrier annonçant la Foire du Livre -qui ne s’est pas tenue en 2011- et les JCC –manifestation arabo-africaniste mondialement reconnue- est estampillé de l’incertitude qui empreint la vie publique. Cette réflexion porte sur quelques indices d’une actualité brouillée, qui montre ce qui bouge sous des résistances de fond. Quand on voit les hostilités face aux manifestations d’arts plastiques, de cinéma, de musique ou de théâtre, on note que ces secteurs ont connu une évolution de la consommation qui intègre la Tunisie dans une conception -par le haut- de la culture de masse, corrélat de sa politique éducative. Aujourd’hui, dans les contenus comme dans les formes, l’activité culturelle semble vieillie ; elle manque d’espace pour se déployer, elle étouffe sous des formes désuètes, bourgeonne par endroits. Elle a besoin, comme tout le reste, de se renouveler : encore faut-il qu’elle trouve les moyens pour s’enhardir et trouver d’autres chemins.

L’Etat et la culture

Le phénomène des festivals découle des choix d’une politique culturelle de l’Etat, des influences et des contingences qui l’ont marquée. Au cours des années 1960, la Tunisie enregistre une vague de créations de maisons de la culture, de festivals spécialisés et même d’une cinémathèque, institutions qui s’inscrivent dans l’air du temps, en épousant la coloration et les moyens locaux. Avant la création, en 1969, d’un Ministère de la Culture en bonne et due forme, un secrétariat d’Etat aux affaires culturelles et à l’Information naît par décret, le 11 décembre 1961. L’inspiration d’André Malraux -ministre de la culture sous de Gaulle et père du concept « maison de la culture »- teintée d’une conception « soviétique » de la culture constitue le mélange mis en forme pour éduquer la jeunesse tunisienne montante. La planification étatique implante un réseau de clubs et d’associations culturelles qui, à côté d’une action au niveau des écoles et lycées, contribue à diffuser une culture et une curiosité. Il s’ensuit une dynamique économique puis l’émergence de statuts professionnels d’artistes. Le système de coopération culturelle succédant à la colonisation a soutenu au départ l’infrastructure du pays qui a engendré par la suite des personnalités à l’origine d’initiatives qui ont alimenté un vivier de créateurs et des expériences diverses dans le théâtre, le cinéma, les beaux arts, la musique.

On apprendrait beaucoup d’une histoire et d’une géographie de ce mouvement juridico-administratif qui a façonné les élites locales et donné au projet d’état national un background culturel qui l’a porté jusqu’à nos jours. Expression du centralisme de l’Etat, l’histoire institutionnelle et matérielle de la culture en Tunisie obéit au même logiciel qui mélange bureaucratisme, censure, corruption et inégalités régionales et qui va se gangrener au fil des années. Alors que la consommation culturelle se diffuse, on note que les salles de cinéma ferment, qu’on ne construit pas de théâtres, que la musique et la peinture se font de plus en plus dans des espaces privés. La volonté politique de créer des festivals instaure une façon de « faire de la culture pour tous » qui répond à l’impératif apparemment démocratique de décentraliser.

La tentation de la festivalite

Dans le tiers-mondisme ambiant et les débuts du tourisme culturel des années post-coloniales, émergent les concepts de festivals qui prônent de mettre à la disposition du plus grand nombre les richesses culturelles de l’humanité et de mettre en valeur les plus inconnues. Les festivals d’été de Carthage (1964), de Hammamet (1964) et de Dougga (1966), les journées cinématographiques de Carthage (JCC, 1966) sont les applications pionnières qui mêlent une conception internationaliste de la culture et la volonté d’exhiber des productions ignorées par le main stream médiatique et le commerce culturel. Les premiers mastodontes qui accaparent l’effort étatique sont progressivement dupliqués par les comités culturels municipaux et régionaux créés dans le cadre de la même tendance centralisatrice. La formule essaime un peu partout au gré des particularités régionales, des opportunités politiques et des notabilités locales. La vogue du patrimoine prend le relais de l’archéologie pour faire de la recette des festivals une manne périodique dans la vie des régions. Leur gestion politique demande peu à l’Etat qui, sous prétexte de construire l’autonomie des régions, réclame et monnaye l’aide du capital et de l’initiative privés.

Sous le conglomérat Etat-parti, les manifestations culturelles continuent leur bonhomme de chemin saisonnier, où les aléas de la programmation sont pris entre le clientélisme local, l’opacité des budgets et l’évolution des standards de production. Faute d’investissements et d’infrastructures, elles sont arrivées à épuisement bien avant le 14 janvier 2011, les spectateurs l’ont senti et la presse, même timorée, l’a traduit dans ses colonnes. Rien d’étonnant à constater aujourd’hui les mêmes défaillances à penser et à organiser cette respiration rythmant depuis des décennies la vie du pays, encrassée par des décennies de conformisme, de paresse et d’arrangements douteux. Sans crier à la festivalite, un mal répandu partout, interrogeons-nous sur la capacité des élites locales à contourner les anciennes pratiques et à promouvoir une culture absente des programmes politiciens. La culture, point aveugle ou angle mort des manifestes politiques, ressort de tous les affrontements comme une nourriture de base, un facteur de proximité ou de discorde sociale.

Les cas de boycott qui ont eu lieu et même s’ils n’ont concerné que quelques spectacles (d’après le Ministère de la Culture, sept festivals-dont Goubellat et Sejnane- et 92 représentations -dont Lotfi Abdelli à Menzel Bourguiba, Adel Bouallègue, une troupe Iranienne à Kairouan- ont été empêchées), remettent au premier plan une exigence vitale de la vie culturelle : la liberté d’expression. Car en plus de sortir du tropisme des festivals précurseurs, eux aussi avariés par la marchandisation des spectacles et l’uniformisation des goûts, les festivals supposent de disposer pleinement de l’espace public et de protéger créateurs et public. Les sessions sous la houlette de ce quatrième gouvernement provisoire marquent un déficit de sécurité d’autant plus inquiétant, que malgré les trente six procès intentés, les responsables politiques semblent dépassés par l’importance de l’horizon des loisirs et le besoin de s’ouvrir sur le monde qu’exprime la création culturelle et sa consommation.

Pour conclure, je me permettrai une mention particulière au festival de Boukornine parce que j’ai eu à le fréquenter et qu’il me semble exprimer les difficultés d’une spécificité à tenir (devant la vogue des programmes passe-partout) et les efforts d’une société civile qui, sous la houlette de Leïla Toubel, a fait de cette 33ème édition une promesse pour qu’un nouvel esprit souffle dans une banlieue désertée par la culture.
L’animation culturelle ne peut être dictée par le haut ni livrée aux pressions locales, encore troublées par l’ordre ancien et otages du désordre de la transition. Confiée à la responsabilité des créateurs, elle doit refléter la capacité de l’Etat à doter les instances régionales de l’autonomie nécessaire à leur transition partagée. Il y va de la survie de l’Etat, de la santé de la société et de la culture, c’est-à-dire du bien vivre ensemble.

Hammam-Lif, 23/8/2012
Publié dans Maghreb Magazine n° 12, septembre 2012, pp. 9-11.


1 réflexion sur « Les festivals et après ? »

  1. Salem

    Superbe article !
    Un angle de perspective très interessant et eclairant, que je n’avais pas encore etabli moi-meme !
    Merci pour vos lumieres….
    Je vais me precipiter et prendre connaissance de vos autre billet, surtout le billet “Réécrire l’histoire de la Tunisie ou du mouvement national : un refrain classique” qui me semble bien croustillant.

    Longue vie a votre blog..et si d’avenir vous pouviez mettre quelques liens vers d’autres lectures d’autres historiens de l’art, artistes….cela serait un grand plus plus plus 🙂
    PS:
    Je décourvre votre blog, suite a votre passage sur les ondes de France Cluture ce matin (14/09), dans l’emission “La Fabrique de l’Histoire” de l’excellent Emmanuel Laurentin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.