Retour sur la « complémentarité »

On était prévenus que la démocratie était le moins mauvais des régimes et que sa construction serait pavée de dangers. A chaque écueil de la restructuration de la vie politique, on perçoit les profondeurs de la société, le poids des mentalités et les usages qu’en font les politiciens du moment. Après le serpent de mer de la chariâa, source ou inspiration du futur droit positif (officiellement rejeté), le spectre de l’égalité entre les sexes vient empoisonner la phase constitutionnaliste d’une prise de pouvoir qui passe par les mots en forçant les institutions.

Un mot, une brèche

La bataille immédiate qui chauffe à l’approche du 13 août, jour anniversaire de la promulgation du Code du Statut Personnel (CSP, 1956) est partie du mot « complémentarité » qu’un texte préparatoire issu de la commission Droits et Libertés a estimé bon d’intégrer dans le futur article à soumettre à la discussion générale. A part dans le domaine de la procréation, on voit mal comment une femme est complémentaire de l’homme, et vice versa. A quoi rime la précision de la famille et de la patrie -deux consensus mous- dans la définition constitutionnelle de l’égalité ? Alors que cette constitution est appelée à reconnaître les libertés individuelles et le droit naturel de la femme à être considérée comme l’égale de l’homme, sa réécriture introduit un risque de taille, celui de réduire la définition même de l’égalité. La majorité actuelle n’a pas l’habitude d’argumenter ; elle pense qu’elle n’en a pas besoin. Comme ses vues résonnent favorablement dans les esprits croyants et/ou conservateurs, elle profite du flou psychologique pour avancer ses pions. Au sein de l’ANC, elle a les possibilités de fonctionner comme une majorité de proposition. Or, face à la question de l’égalité des sexes, elle dévoile une conception politique arriérée, dans une société où les vécus sont complexes même si les rapports entre les sexes ne sont pas clairement exprimés.

Concernant le statut de la femme, tablerait-elle sur son pouvoir de blocage comme sur le conservatisme et la langue de bois ? La polémique arrive à pic pour éclaircir le brouillard de l’inconscient collectif et instaurer une communication plus claire. Le parti Ennahdha a pu se doter de 89 voix (sur 217) dont quarante cinq députées, en vertu de la loi électorale d’avril 2011 qui a imposé la parité à l’Assemblée Nationale Constituante. Il ne faudrait pas que cette parité avantageuse fonctionne comme un alibi, ou pire, comme un instrument pour réduire l’égalité acquise depuis le CSP, générateur, entre autres transformations, de cette loi d’essence démocratique.  Tel est le danger que le jeu politique tunisien actuel est en train de mettre au jour. Le terme « complémentarité » qui ramène à la sexualité normée lève un gros lièvre. La formulation de l’article désigne deux cadres licites et moraux : la famille et la patrie, comme si la primauté de l’individu et de ses droits naturels y étaient solubles. Usant de sa majorité provisoire, Ennahdha introduit dans le projet constitutionnel des marches – pieds idéologiquement chargés. Qualifier les rapports hommes/femmes selon les seules appartenances familiale et patriotique, c’est restreindre l’existence naturelle de l’individu. La Constitution doit-elle bavarder en tournant le dos aux droits individuels dans la société ?

Le retour du refoulé

Face aux protestations, la réplique d’Ennahdha se veut rassurante et conciliante. Elle affirme que la « complémentarité » a été ajoutée pour renforcer l’égalité. Mais pourquoi l’égalité aurait-elle besoin d’être renforcée ? Elle existe ou pas et si elle est reconnue, ses implications juridiques sont claires : l’égalité dans les droits et les devoirs de tous les individus dans une société est la base juridique de la citoyenneté.
A regarder de près, et à entendre les débats au sein de l’arène de l’ANC, le terme «complémentarité» traduit une obsession courante, s’appuie sur un non dit social et psychologique partagé. Si son choix est politique en dernier recours, il répond à une anxiété diffuse (ou une souffrance ?) devant le changement social. Dans les foyers, l’épouse, la mère, la fille ou la sœur sont pleinement et concrètement responsables. Cette position décisive des femmes dans tous les aspects de la vie libère du joug masculin ; mais on sait aussi qu’elle est souvent lourdement vécue du côté féminin. Tous milieux confondus, les femmes sont des décideurs à part entière : les succès scolaires, les salaires, la garde des enfants, l’entretien des parents, l’acquisition des biens les font peser dans le cercle familial. Féministes ou non, les hommes sont loin d’y être défavorables ; les époux, les pères, les fils, les frères baignent et s’adaptent à cette donne sociologique. La société tunisienne avance en grande partie grâce à cet équilibre domestique et moral non exempt de crises et querelles. Les histoires de familles et les chroniques judicaires sont tissées des conflits quotidiens que pose ce nouvel ordre social.
Comme pour le débat autour de la chariâa, on observe un retour significatif du refoulé sur le plan politique. La « complémentarité » couvre un phénomène sociologiquement dominant et admis –y compris dans sa facette conflictuelle-, qui ne porte pas atteinte aux conventions extérieures. C’est dans le for intérieur que les choses sont plus compliquées et il faudrait plus d’une révolution pour venir à bout des démons de la société et des inhibitions intimes. Dans ce chamboulement généralisé, le démon machiste, qui n’est pas caché dans les seuls imaginaires mâles, a besoin lui aussi de vigilance sociale et politique.
Une effraction
En d’autres temps, le terme serait passé inaperçu. Mais l’atmosphère actuelle est chargée de violence envers les femmes. Il sonne alors comme une effraction au niveau symbolique. A tous les niveaux de la société, les femmes tunisiennes travaillent, gagnent de l’argent, assument la vie des familles ascendantes et descendantes. Elles opèrent des choix, et la baisse de la natalité est un indice de la maitrise de leur sexualité. Si le chômage les touche plus que les hommes, elles acceptent plus facilement de travailler en dessous de leur qualification. Elles affrontent les difficultés morales et matérielles parfois seules et souvent dans une indifférence qui peut se confondre avec une nouvelle normalité. On n’a pas besoin d’être psychanalyste pour savoir que le silence des mots permet de vivre et d’avancer, sans empêcher toutefois le développement des complexes ni les stratégies de contournement. A condition que la femme reste discrète, ne revendique rien et se conduise avec la pudeur qui sied à son sexe, la famille et la patrie sont bien gérées. Pour les hommes, l’équilibre est « naturellement » admis, parfois il embarrasse et en cas de conflit, la prééminence de la femme est vécue comme une blessure d’orgueil, souvent occultée et mal supportée. Le schéma est le même sur le plan de la visibilité politique : les responsabilités féminines, désormais vitales dans la roue économique et politique, se doivent d’être silencieuses. En plus de la bienséance, la prudence leur impose de préserver ce gage d’indépendance, la culpabilité n’étant jamais très loin. Si elles ont reconnaissance et aide, c’est souvent pour des raisons morales, les pesanteurs psychologiques ne cédant que devant la loi.
Dans cet équilibre social muet et fragile, il est facile de mettre le feu aux poudres. Munie de son karcher destructeur, Ennahdha brandit une fois de plus la hache de guerre. Comme pour la chariaâ, elle orchestre une nouvelle déchirure dans le tissu social tunisien. Après avoir assimilé les laïques aux mécréants, elle met en mots une autre séparation, menaçant la citoyenneté, conciliation politique entre les sexes. Exploitant l’inconscient collectif conservateur -ébranlé par la conjoncture révolutionnaire et les difficultés économiques- la « complémentarité » sème une zizanie de plus dans le chamboulement actuel. Alors que l’égalité décomplexée a besoin d’être supportée et acceptée par les deux parties pour traverser le gué où nous sommes, Ennahdha porte le fer politique là où une partie de la société a mal.
La fin de la bataille serait de considérer « égalité » comme un mot à part entière qui n’a besoin ni de ciment ni de rattrapage, juste d’être réaffirmé. Et pour reprendre le modèle du couple cher à nos constituants : pour écrire la Constitution de la Tunisie de demain, pourquoi ne pas considérer la démocratie, comme un mariage consenti entre hommes et femmes plutôt que comme un divorce sournoisement ourdi….

Hammam-Lif, le 11 août 2012
Paru dans La Presse de Tunisie du 18 août 2012, page 8.


1 réflexion sur « Retour sur la « complémentarité » »

  1. Emna Belhaj Yahia

    Analyse très fine. Comme c’est important d’examiner ce “retour du refoulé” politique, et d’essayer de voir plus clair dans ce “brouillard de l’inconscient collectif”! Nous avons du pain sur la planche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.