Je vote dimanche

Comme partout, la situation en Tunisie est très compliquée et rien n’est clair.  Nos deux candidats du 2ème tour sont différents, assez simplets, incomplets, sans profondeur. Le débat télévisé de vendredi soir https://www.youtube.com/watch?v=vGf35QHvYUg n’a pas influencé mon choix. Chaque profil pose de vrais problèmes de conscience et de perception aux pauvres votantEs que nous sommes. Aucun ne dégage un charisme et ils ne rassurent ni sur l’avenir du pays ni sur la fonction. Les deux finalistes disent peut-être/surtout la pauvreté du choix que nous avons réussi à construire en 9 ans. C’est tout ce que l’on a devant nous, dans l’isoloir.

J’irai voter demain parce qu’aller aux urnes est un acquis à préserver. J’ai commencé trop tard à voter dans la vie pour bouder ce geste que j’accomplis pour la huitième fois depuis 2011. Tellement de gens sont morts pour cette liberté que je ne me permets pas de faire la fine bouche devant un choix effectivement limité, pauvre, sans jus.

L’image des candidats

L’image du premier candidat (Kaïs Saïed) est rattachée aux islamistes par de multiples fils développés en motifs d’appartenance. Son frère, entre autres, est un islamiste notoire. SI le parti Ennahdha n’appelle pas à voter pour lui (les bases suivraient-elles une consigne ?), il a exprimé sous plusieurs formes son « soutien ». De toutes les représentations qui émanent de KS, la plus persistante est qu’il est loin des magouilles d’argent (ni train de vie ni campagne électorale à l’américaine). Il répond à une image d’intégrité qui manque dans la société tunisienne où les exemples d’enrichissement se sont multipliés. L’arrivisme est devenu tellement prégnant dans les familles, les quartiers, les institutions, les partis que ce personnage apparaît comme sorti d’un conte moral, d’un temps révolu. Cette réputation est sûrement exagérée, gonflée par le besoin de pureté qu’elle représente. Même si c’est une légende, le personnage fournit un symbole auquel on peut croire, un espoir qu’on peut brandir face à un réel sauvagement compétitif.

Que peut faire un futur Président de la République à part nommer des conseillers, obtenir des privilèges, proposer des lois ou représenter l’Etat à l’intérieur et à l’extérieur ?  Si on s’en tient aux textes, sécurité et diplomatie sont ses prérogatives mais on sait la résilience des corps de l’Etat et de l’administration et on vit les habitudes de rétention de l’information. KS n’a aucun parti derrière lui donc pas d’outil politique à manipuler ni de poids au Parlement. Il est tenu par la Constitution plus qu’il ne peut agir dessus. Il défend des idées vagues sur la décentralisation et le pouvoir local avec des références juridico-politiques qui parlent aux jeunes. Symboliquement, il fait écho à des couches de la population (souvent diplômées) qui pensent avoir été broyées par le processus transitoire depuis 2011, se morfondent dans des situations subalternes et expriment une hostilité au pouvoir et à ses représentants (« intellectuels » compris) qui confine à la haine sociale parfois.

Le second (Nabil Karoui) est porté par un parti (Qalb Tounès). Affairiste des médias et de la publicité, il est galvanisé par la volonté de puissance et les défis de conquête de position. Il fait carrière avec une chaîne de télévision Nessma Tv qui mise sur le marché maghrébin. Depuis 3 ans, il fait sa « rédemption » en donnant aux pauvres qu’il a découverts en sillonnant le pays. Après avoir fondé une association de bienfaisance, NK quitte puis recycle le parti Nida Tounès porté par Béji Caïd Essebsi, d’où son inimitié avec le chef de gouvernement actuel (Youssef Chahed) qui, une fois nommé en 2016, se cabre contre son mentor et son fils, héritier. De son côté, NK pense qu’il peut passer aux manettes du pouvoir politique après avoir « fabriqué » BCE et travaillé au fameux « consensus » -entre lui et Rached  Ghannouchi- qui gère le pays depuis 2013. BCE est mort le 25 juillet après avoir laissé son fils (aujourd’hui en France) décomposer la coalition électorale qui avait permis de rééquilibrer l’exercice du pouvoir en Tunisie (on dit aussi « éviter la guerre civile ») après 2013. NK fait cavalier seul dans cette aventure d’un autre type pour parvenir à la primature, après son passage par le parti présidentiel. Avec son sens commercial, il récupère un parti en juin 2019 et entraîne des forces constructrices de l’économie entrepreneuriale qui, comme lui, crèvent de relancer des affaires empêchées par l’instabilité politique. Tous pensent que la « Révolution » est terminée ou, tout au moins, à stopper car le « chaos » ne permet pas d’établir des contrats ni d’attirer des capitaux. Emprisonné juste avant le déclenchement de la campagne électorale et relâché quatre jours avant le 2ème tour, il est érigé par le système médiatico-politique (et pas seulement sa télé) comme victime d’injustice.

Côté électorat

En face, électeurs et électrices voient et vivent des signes de décomposition depuis 2011 : notre classe politique « scissipariste » n’a entrepris aucun travail véritable face aux problèmes sociaux, aux inégalités et aux grands choix économiques. La dégradation matérielle et économique (inflation des prix, transport, santé, enseignement, administration, environnement…) a atteint les partis politiques qui n’ont pas coalisé des réflexions ni dessiné des directions de travail, encore moins établi des programmes. L’Etat n’a pas cessé de s’affaiblir avec la valse des gouvernements inefficaces et vite essoufflés : 9 formations en 9 ans et des centaines de ministres tournants. La corruption a gagné en surface, s’est « démocratisée » tout en devenant un leitmotiv honteux et menaçant la « cohésion » des nantis, intermédiaires et profiteurs (médias, douanes, hommes d’affaires, juges, avocats…). Aucune réforme de fond n’a pu naître (les députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple y ont bien veillé) et cela se voit partout et particulièrement dans les mondes judiciaire et médiatique où se concentrent les nœuds mortifères de la nouvelle « gouvernance ». Fric et influences ont accentué et alimenté les poisons de la justice et des médias, principaux artisans du paysage électoral 2019 avec ses imbroglios, ses rebondissements et ses tensions, en plus de quelques surprises (dues en partie à la mort de BCE). 

Ces élections nous font vivre une période épique, un tourbillon de rapports de forces, un apprentissage de la politique violent et accéléré, pas satisfaisant en tous cas.  Nous allons vers une législature difficile mais ce n’est qu’une nouvelle gageure, après celle de 2014/ 2019, responsable des blocages des lois et des réformes (l’absence de Cour Constitutionnelle est un des résultats de cette tactique d’obstacles). 

J’irai voter car un Président de la République ne peut pas grand’ chose, surtout dans ce désordre. Il peut cependant être une conscience, empêcher des choses, arbitrer et veiller, en principe, à la Constitution. Si KS est élu, le magnat des médias n’aura pas profité des instruments de la domination mais son parti peut travailler au sein de l’ARP et au gouvernement. A la lumière des débats et des faits, les écartés depuis 2011 peuvent se projeter en KS, alors qu’ils se sont sentis exclus par un « ancien régime » qui a eu le temps de faire un retour recyclé partout dans la politique et l’économie. N’est-ce pas le mouvement dialectique de l’histoire ?

Pour ce pari sur cinq ans, il faut accepter d’affronter les risques politiques liés à la crainte des islamistes qui sont au Parlement, affaiblis en nombre (52 sièges sur 217) mais plus incrustés dans d’autres rouages. La bagarre politique doit continuer, avec celle de la morale.

Quelque soit le résultat, et à partir de lundi, nous serons dans une autre psychologie collective et, j’espère, moins d’hystérie. Plus de TunisienNEs auront pensé et senti la politique de près et certainEs travailleront à perpétuer calmement quelques leçons apprises au cours de cette transe estivale, le premier des enseignements étant l’indigence du choix des candidats.

Nous avons à construire l’avenir du pays avec plus de règles, plus de morale et à nous habituer/obliger à appliquer la loi. Nos juges sont douteux et nos médias nous polluent la vue et la vie. Ces domaines, comme d’autres, peuvent tirer des améliorations de cette immense leçon de choses politiques que nous sommes en train de vivre en accéléré, sans rien dominer.

C’est vrai que les transitions politiques sont fatigantes, surtout par les magouilles qu’elles libèrent comme des bactéries après le dégel. Mais cela a l’avantage de faire bouger les lignes, de faire émerger des gens à une allure effrénée, de détrôner quelques privilégiés. On apprend à toucher nos limites et on doit accepter de savoir qu’elles sont dures à cuire et qu’elles sont aussi en chacun de nous. Il faut juste supporter le mouvement incessant, le ballottement de nos perceptions, l’incertitude de nos jugements. Le plus dur est d’accepter que rien ne soit acquis ni limpide tout en dégageant un cap pour continuer à décider sans se décourager, pour entreprendre des petites choses, le seul niveau d’action possible. 

Voter est une épreuve psychologique et éthique qui vient après des décennies d’inertie politique mais je vois tellement de gens supporter cet inconfort et travailler, chacun à sa manière et avec ses moyens, sans rien demander en échange. Alors je ne me sens pas trop seule.

Hammam-Lif, le 12 octobre 2019

Paru sur Le Quotidien d’Oran, lundi 14 octobre 2019

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5282365

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.