Au fil de la transition tunisienne

Peut-être que les termes les plus significatifs pour parler de la situation tunisienne sont-ils « désordres » et « incertitudes ». Depuis 2011, les Tunisiens ont appris que la fragilité et l’instabilité peuvent durer. Et qu’elles peuvent être associées à des initiatives ou des accomplissements que l’on doit s’habituer à penser comme des étapes susceptibles d’accoucher de mutations et d’inconstances, voire de retournements. Les éléments auxquels il faut faire face pour infléchir l’avenir sont tellement nombreux.

Face au temps

L’issue de chaque action dépend du moment où elle advient et de son articulation avec d’autres. La Constitution du 27 janvier 2014 passée par quatre moutures au moins, a nécessité plus de deux ans de débats impactés par les assassinats politiques de 2013 et le poids des menaces sur la sécurité du pays. Les risques traversés ont contribué à sculpter un texte-référence à l’application flottante. Les principes d’égalité, de liberté de conscience ou d’Etat civil, principales avancées de ce trophée de la transition tunisienne, sont enfreints à plusieurs reprises. Fierté et irrévérence coexistent envers ce texte composite et ouvert à des interprétations contradictoires. Les principes fondamentaux votés par 200 députés de l’Assemblée Nationale Constituante et signés par deux présidences et un chef de gouvernement sont loin d’être métabolisés par les administrateurs, les juges ou les agents de l’ordre. Evitements et palabres forgent un rapport de forces informel et inconfortable. Les formes par lesquelles ce texte va imprimer la vie concrète et les relations entre les citoyens comme les lois et les gestes qui doivent traduire ses préceptes tardent à être mis au point. Le blocage de la Cour Constitutionnelle (prévue depuis 2015) est l’un des symptômes de l’inachèvement d’un édifice qui a besoin d’être consolidé par des gens moins désinvoltes que les gouvernements et plus impliqués que les députés dans l’harmonisation des codes avec l’esprit et la lettre de la Constitution. Le personnel politique, objet de méfiance et de calculs partisans, attend d’être élargi et diversifié, au-delà des compositions pléthoriques des gouvernements successifs. C’est l’un des enjeux des élections municipales du 6 mai 2018, reportées à quatre reprises : fabriquer de nouvelles forces pour gérer la chose publique demande le temps de moduler des instances au niveau régional et municipal. Grâce aux quotas imposés par la loi électorale, les femmes et les jeunes sont plus présents sur les listes gagnantes des municipales. Sauront-ils pour autant défier les vieilles façons de faire et instaurer de nouvelles pratiques de gestion ?

Malgré ou à cause de l’accélération de l’information, le sentiment d’avoir perdu des occasions et du temps depuis 2011 vire à la crise de confiance. Produire d’autres énergies investies dans la politique servirait à compenser les lenteurs bureaucratiques, à impulser l’hésitation des affaires, à réfléchir aux bases et valeurs d’une transition traversée par des vents contraires et des temporalités antagoniques. Car les freins aux changements sont multiples : le brouillage de la politique avec la religion, les bénéficiaires des anciens privilèges, le monde judiciaire, la technocratie sans oublier les déçus par les promesses entrevues dans le court laps de l’espérance révolutionnaire. Discours défaitistes et appels catastrophistes alimentent les explications par la force de l’inertie ou le complot. La mélancolie post -2011 est entretenue par la revanche du temps long : une crise économique persistante et une société inégalitaire.

Face à l’injustice

Kasserine, un des foyers du soulèvement de 2010/2011, enregistre le taux de succès le plus faible au baccalauréat (juin 2018). Les inégalités régissant le renouvellement des élites, la distribution régionale des richesses et des opportunités de développement persistent. Le modèle scolaire instauré après l’indépendance n’a pas su conserver son élan égalitariste, sauf à hisser les femmes aux premiers rangs des diplômes. Le creusement des disparités se voit à travers la géographie de l’immigration clandestine, dans le désintérêt des pouvoirs publics pour la mise en valeur rurale, dans les difficultés d’investir dans les régions et les refus de s’y installer. Le système économique est dépassé après les percées des années 1970/80, bâties sur le choix de la sous-traitance et des bas salaires, la proximité avec l’Europe créant l’essentiel de la dynamique d’échanges, tourisme compris. Les négociations sur l’Accord de Libre Echange Complet et Approfondi (ALECA) butent sur une asymétrie bien installée. « La terrible machine à mélanger et à concasser qu’est une révolution populaire » (Frantz Fanon, Les damnés de la terre) a momentanément servi à abolir distances géographiques, rapports de sexe et clivages sociaux. La solidarité éphémère des semaines insurrectionnelles n’a pas étanché les ruées suicidaires vers la mer ni transformé les capacités productives et organisationnelles du pays. Une énergie associative s’est dégagée du feu du soulèvement ; cette vitalité a engrangé un travail de mobilisation et de consignation remarquables, face à des partis politiques dont le nombre a explosé depuis 2011 (210 à ce jour), sans créer un paysage politique suffisamment alerte. Passer du parti unique à deux grandes formations hégémoniques (Nida Tounès et Ennahdha) peut être interprété comme un changement significatif ; ces deux partis -vivant chacun à sa façon une mue interne- ne proposent cependant pas de choix économiques et sociaux capables de sortir le pays du marasme. La grogne sociale ne se calme pas, la fiscalité continue à épargner les nantis et la corruption à gangrener les mécanismes de gouvernement. L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), organe rôdé à la régulation, montre des signes de dépassement au regard de l’ampleur des réformes inaccomplies (éducation, droits sociaux, impôts…) et des défis fondamentaux (développement durable, écologie…) qui auraient pu commencer à intégrer les territoires délaissés et les populations démunies.

La décomposition de l’autorité de l’Etat rend dérisoire la querelle autour de la succession de Youssef Chahed : les clés sont dans la capacité à tracer les choix du devenir du pays. Qui aura le courage d’affronter à la fois les bailleurs de fond et les agriculteurs ? Les patrons et les travailleurs ? Les mafieux et les juges ? Les harraga-s et les passeurs ? L’administration et les citoyens ? Malgré la tenue de cinq tours d’élections depuis 2011, les sentiments d’impunité et d’injustice bloquent les conditions d’éclosion d’une citoyenneté au profit d’une religiosité diffuse et de tensions identitaires qui en arrivent à jouer le rôle d’anti-pouvoir.

Face à la liberté 

La liberté d’expression demeure le principal acquis de la Tunisie depuis 2011. Les réseaux sociaux y sont pour beaucoup, parce qu’ils ont brisé la censure et instauré de nouvelles connexions. En relayant les événements de 2010/2011 et incarné des mobilisations et des actions d’un nouveau type, les pages facebook, les sites et les blogs ont créé un espace public plus libre où se mélangent des écrits en toutes langues, des images, des vidéos, des chansons… La blogosphère a influencé la politique et le monde médiatique. Au fil du temps et le désenchantement aidant, la saturation se fait sentir. Les internautes perdent d’autant plus l’entrain que la communication est surveillée, instrumentalisée et draine parfois des fake news. Ce désordre alimente le pessimisme ambiant, comme si la liberté d’expression était cause de la pollution du web. Pourtant et malgré la baisse de l’efficacité mobilisatrice, cette parole poly-centrée contrecarre le monopole des médias officiels ou privés, enrichit des échanges virtuels, quitte à troubler l’information. Le sismographe de la blogosphère tunisienne enregistre les turbulences autour de l’Accord de Carthage, de l’Instance Supérieure Indépendante des élections (ISIE) ou de l’Instance Vérité et Dignité (IVD)… comme il accompagne les recompositions en cours (émergence des listes indépendantes aux municipales) et les appels à respecter la loi. Les réseaux sociaux restent les meilleurs atouts des associations ; communiqués et manifestations importantes (comme la marche pour l’égalité de l’héritage du 10 mars 2018) s’appuient sur facebook. Face aux crises d’autorité (de l’Etat, de la famille, de la religion), les échanges virtuels témoignent d’autres désirs ou centres d’intérêts – l’amour de la nature ou des animaux, l’art, la cuisine, le sport, pour ou contre le jeûne- et portent des envies alternatives de voir et d’habiter le monde, reflet d’aspirations individuelles nouvelles.

Cette liberté d’expression éduque la capacité de la société tunisienne -dont la moitié est connectée à Internet- à débattre. La pédagogie du désaccord prend du temps et a besoin d’exercice. Le rapport de la commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) remis au Président de la République le 8 juin 2018 et publié le 20 juin promet d’être un terrain pour cet apprentissage. Embrayant sur la nécessité d’harmoniser le droit du pays avec la Constitution de 2014 et les conventions internationales, les réformes touchent la peine de mort, l’égalité dans l’héritage, l’obligation de la dot, le partage de l’autorité parentale, la dépénalisation de l’homosexualité, l’égalité des droits aux enfants nés dans ou hors mariage, l’ouverture des cafés pendant le Ramadan, la suppression du crime de blasphème… Ces questions remuent les profondeurs mentales et la structure des intérêts. Les Tunisiens et Tunisiennes sont appelés à discuter état des lieux et propositions, pour assimiler la Constitution de 2014, pour faire face à leur temps, pour avancer face à la liberté et contre les privilèges inhérents à l’inégalité.

Hammam-Lif, le 1er juillet 2018

Une version remaniée de ce texte a été publiée sous le titre « La liberté, malgré tout… » par le magazine Manière de voir, n° 160, août-septembre 2018, pp. 94-97


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.