Un an et après ?

Couverture de Chronique d'une transition, par Kmar Bendana

Couverture de Chronique d'une transition, par Kmar Bendana

Mon ouvrage Chronique d’une transition vient de paraître. 2011 a été une suite de cascades inattendues et a vu un basculement aussi brusque que désordonné. Cet ouvrage s’apparente à la persistance rétinienne d’un regard frappé par des événements qui modifient le quotidien, embrouillent la vision du futur et bouleversent la lecture du passé. Il témoigne d’une conjoncture toujours en recomposition, un an après les événements spectaculaires du déclenchement. Sa publication survient à un moment où émergent d’autres possibles, imposant aux acteurs et aux témoins une actualité toujours lourde d’inconnu et porteuse de l’inquiétude qui accompagne les chemins de l’incertain. Il signe la fin d’un premier acte de la transition tunisienne : le tapuscrit  est déposé chez l’éditeur le jour où l’Assemblée Nationale Constituante déclare Hamadi Jebali premier ministre. Sa sortie en librairie survient alors que la Tunisie entre dans une autre phase, sous un horizon politique impensé en janvier dernier, dans les circonvolutions des faits et la prise de court de chacun.

Le point de vue de l’éditeur

Comment vit-on une transition ? Comment peut-on en parler ? Que peut-on en raconter ?
Dix-sept textes écrits au fil de la transition tunisienne, dont deux traduits en arabe, constituent une lecture personnelle d’une réalité nouvelle, survenue avec une violence imprévue. Kmar Bendana livre en pointillés ses réactions aux événements, à l’ambiance politique, aux moments de tension et aux mille facettes d’un quotidien en bouleversement. Témoin et observatrice des effets immédiats de la Révolution tunisienne sur son entourage, elle compose un tableau chronologique d’une année 2011 qui ne se réduit pas à ces instantanés. Cette chronique inspirée par la cascade de faits inattendus et difficiles à comprendre amène son auteur à recourir petit à petit à des outils historiens pour débroussailler le présent.

Introduction de l’auteur : faire le pas

L’ensemble des textes qui suit est né d’une stupeur puis d’une lente libération. Il trouve son origine dans la réaction progressive d’un témoin impressionné par la Révolution tunisienne, un témoin surpris par les événements et pour qui l’écriture a constitué une réponse instinctive, non raisonnée. Comme on tient un journal et à la façon dont on entame un ouvrage manuel pour affronter la peur de l’inconnu, ces textes sont nés d’un besoin de se retirer devant une actualité soudain si intense, difficile à vivre, offerte de surcroît à une infinité de voix et à des interprétations incertaines. La vitesse des faits et leur incompréhension m’ont jetée derrière l’écran de mon ordinateur sur lequel je projetais les premières explications que je parvenais à formuler à l’adresse des amis inquiets et pour moi-même. Petit à petit, ce journal s’est nourri des discussions familiales, des retours de courrier et des questionnements qui clarifiaient mes doutes et calmaient mon anxiété. De mails en notes personnelles, j’ai traversé les journées de janvier pendue à cette écriture hachée, tendue par un présent tissé de mauvais pressentiments entretenus par une actualité difficile à décrypter mais lourde, angoissante.

Je ne sais pas comment j’ai fait le pas de publier ces commentaires sur le vif destinés à mes amis et à moi-même. J’ai rédigé le premier papier au lendemain de la réunion syndicale organisée avec la réouverture de la Faculté des lettres de La Manouba, le 24 janvier. J’ai couché par écrit des propos qu’il me semblait avoir mal exprimés oralement la veille à mes collègues. Ma fille, à qui j’ai soumis la mouture, l’a appréciée, en a choisi le titre (« Pour que d’autres Bouazizi soient épargnés »), tout en me conseillant de le poster en « billet » sur Facebook. N’étant pas inscrite sur le réseau, j’ai préféré adresser ce texte à La Presse de Tunisie, un quotidien de langue française réputé être une chasse gardée de la communication présidentielle. Le plaisir de voir l’article publié le lendemain a été augmenté de la satisfaction de recevoir les réactions d’amis, de collègues, de membres de ma famille, d’anciens camarades de faculté et même de lycée. Cette audience et cet accueil inhabituels ont certainement favorisé un déclic, impulsé une envie de renouveler une sortie impromptue sur la place publique, gratifiante et soulageante : sans plan prémédité et à raison d’une contribution par mois environ, j’ai commencé à envoyer à La Presse de Tunisie des textes courts, réagissant à des événements d’actualité, des opinions sur les débats en cours et les questions dans l’air du temps. Les commentaires que j’ai reçus en retour à ces textes ont entretenu le fil et maintenu l’envie d’écrire. Ce faisant, cet échange en pointillés a comblé ma perplexité, accompagné une solitude, rompu un silence.

J’ai fait un deuxième pas au mois de juin, celui de créer un blog. Au bout du cinquième ou sixième article paru sur La Presse, à la faveur d’une rencontre à Tunis sur la transition démocratique face à la question des archives, question qui me semblait ouverte à un intérêt large, citoyen autant qu’historien, j’ai ouvert un blog sur la plate-forme Hypotheses.org où j’ai rendu compte de cette manifestation en espérant qu’elle intéresserait des historiens et des archivistes. Le titre que j’ai donné à ce carnet de recherche : Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine (hctc.hypotheses.org) est issu de la série des textes écrits depuis janvier. Au fur et à mesure de la rédaction de ces textes d’opinion, je me suis exercée à « lire » l’actualité tunisienne avec des outils historiens, à lier le présent que je vivais avec des bribes du passé que je connaissais. Alors que j’avais commencé par observer ce qui m’entourait, j’ai imperceptiblement pris la posture d’essayer de capter si, dans la situation en train de se dérouler, l’histoire et la culture pouvaient avoir un sens, un rôle, une action quelconque. Tout en restant branchée sur les événements, je me suis mise à utiliser mes références d’historienne, quand elles me semblaient utiles, pour rappeler l’antécédence d’un fait, trouver la parenté avec un événement, comparer un terme récent avec un plus ancien. Sur le mode intuitif et sans travail de documentation ni d’enquête, cette écriture sur le présent a commencé à se raccorder au passé. Le lecteur se rendra aisément compte de cette évolution à travers les textes qui sont ici reproduits dans leur ordre chronologique de parution et qui rentrent dans cette phase de transition d’une façon tâtonnante. Il notera également la publication des versions arabes de deux de ces textes, demandées par les revues Transeuropéennes et Naqd et qui élargissent l’audience de cette chronique.

L’histoire appartient à ceux qui la font plus qu’à ceux qui en parlent ou l’écrivent. Et ceux qui l’écrivent sont de toutes sortes : les journalistes aujourd’hui sont en première ligne. Jadis, les chroniqueurs sollicités par le pouvoir ou livrés à leur seul désir d’écrire disposaient d’un certain temps. Ils étaient peu lus ; on a fait de quelques-uns qui ont traversé la postérité des historiens. De nos jours, l’écriture s’est banalisée et répandue tandis que la question du temps, primordiale, a séparé la parole des témoins de celle des observateurs immédiats et des analyses différées. Rendre compte de l’actualité est une entreprise facilitée par la vitesse des moyens d’information et de communication certes, mais la célérité généralisée ne favorise pas plus la compréhension immédiate des choses. A ces problèmes d’époque, s’ajoutent nos carences journalistiques et les douves qui enserrent la vie scientifique en Tunisie.

La transition politique advenue, encore en cours, m’aura ouvert deux chemins, tracé deux passerelles qui atténuent l’isolement de l’universitaire et les difficultés de l’échange et du débat qui sévissent dans le pays. Chaque texte paraissant dans La Presse de Tunisie étant posté sur le carnet de recherche, les deux supports me valent deux lectorats plus nombreux et plus réactifs que les rares usagers fantomatiques de mes articles scientifiques. Ma riposte inconsciente face aux événements a pris la forme du témoignage, une trace que ma pratique classique d’historienne avait tendance à minimiser, en comparaison avec l’archive écrite. A une leçon d’histoire s’ajoute le plaisir de voir mon écriture toucher un public plus large, plus diversifié et finalement plus concerné. Ce n’est pas là le moindre des apports de cette Révolution tunisienne à mon métier d’historienne.

Je dédie cet ouvrage à la mémoire de Raouf Hamza, qui va beaucoup manquer à l’histoire de la Tunisie contemporaine encore si peu connue et dont il était si imprégné.

Hammam-Lif, 17 décembre 2011

Complément : interview de l’auteure sur Radio Tunis chaîne internationale


3 réflexions au sujet de « Un an et après ? »

  1. Ping : Quelques questions à Kmar Bendana | Devenir historien-ne

  2. Daniel MORGEN

    Kmar Bendana Ecrire dans la tourmente arabe
    Bonjour
    Comment est-il possible de se procurer ce livre, en France? Avez-vous une diffusion en France?

    Barkalaoufik!

    18, rue Wimpfeling F-6888 COLMAR
    dmorgen@orange.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *