Archives par étiquette : Zaytouna

À propos de la récente « réouverture » de l’Université de la Zaytouna

Une cérémonie a fait couler beaucoup d’encre dernièrement : celle qui a marqué, le samedi 12 mai 2012, la « réouverture » de l’Université de la Zaytouna. Entre louanges et félicitations pour « réhabiliter» un enseignement considéré comme victime de la réforme éducative bourguibienne de 1958 et les inquiétudes que soulève cette parade officialisée par la présence de trois ministres – dont ceux de l’éducation et de l’enseignement supérieur -, essayons de saisir la signification d’un protocole sans originalité et la portée des signaux médiatiques envoyés à travers cette manifestation.

Peut-on parler de « réouverture » alors qu’une université de la Zaytouna existe depuis plusieurs années ? Zine el Abidine Ben Ali a ordonné une cérémonie similaire et dans le même décor prestigieux pour relancer cette université, dans la lignée des gesticulations envers l’islam auxquelles il s’est adonné. Avant de poser en 2000 la première pierre de la mosquée El Abidine de Carthage, inaugurée en 2003, Ben Ali avait installé les nouveaux cours de cette université « ressuscitée » dans le quartier de Montfleury puis dans les bâtiments actuels, en face du Rectorat de l’Université de Tunis et de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tunis (boulevard du 9 avril 1938). Lui aussi s’en est pris à l’idée répandue d’un Bourguiba anti-islam et a orchestré des gestes grandiloquents et coûteux censés marquer le retour à une défense et illustration de l’ « identité musulmane » de la Tunisie. Kairouan, capitale de la culture islamique (mars 2009) a été une des dernières démonstrations ostentatoires du régime de Ben Ali pour réaffirmer pompeusement ce discours idéologique de façade.

Rien de neuf donc dans cette cérémonie du 12 mai 2012, promotion ostensible d’un islam de décor contribuant à diffuser une imagerie folklorique à l’adresse des Tunisiens et du reste du monde. Dans cette investiture convenue où l’on a annoncé que la Zaytouna serait un lieu d’enseignement pluridisciplinaire allant de la médecine aux sciences humaines, où étaient les scientifiques, les pédagogues, les enseignants et les chercheurs ? On a vu des responsables politiques, des fonctionnaires, des fidèles également (et certains mécontents se sont bruyamment exprimé dans les parages), des donateurs probablement mais pas ou peu de représentants du monde enseignant. Dans la cérémonie benalienne, les formes avaient été mieux observées : une leçon inaugurale avait été prononcée par le mufti de la République, Mokhtar Sellami dont la réputation scientifique était reconnue par ses pairs. Les conseillers d’alors avaient pris le soin de concevoir un cérémonial conforme aux normes universitaires et qui respecte les rituels pédagogiques. Qui sont les conseillers actuels ? A quoi ont-ils pensé en organisant ce mauvais remake, plus proche de l’intronisation d’un conseil d’administration d’entreprise privée que de l’inauguration d’un lieu de savoir, d’enseignement et de recherche ?

Continuer la lecture