Archives par étiquette : Tunisie

La « manipulation » comme explication du « printemps arabe »

 

Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

À propos de l’ouvrage de Naoufel Brahimi El Mili, Le printemps arabe, une manipulation ?, Paris, éditions Max Milo, 2012, 220 p.

Cet ouvrage -paru en octobre 2012 et couvrant les 18 mois du « Printemps arabe »- n’est pas le premier à développer l’hypothèse que la vague des événements qui se succèdent dans le monde arabe n’est ni spontanée ni le fruit de mouvements sociaux parvenus à explosion à force d’avoir été réprimés puis « libérés » par l’action des réseaux sociaux qui ont fini par fendre la censure. Pour l’auteur, le feuilleton auquel on assiste depuis janvier 2011 est une mise en scène orchestrée par la chaîne El Jazeera interposée. Le parti pris clairement posé, l’ouvrage déroule la démonstration avec une enquête qui se déploie sur les différents pays, sous les visées rivales du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Il dégage à chaque escale le niveau qui relie, par l’histoire et la géo-politique, le terrain à l’hypothèse d’un antagonisme attisé par les événements. Il présente enfin l’avantage d’évoquer la longue durée, se démarquant des analyses qui surfent sur l’actualité avec légèreté ou ingénuité. Trois parties sérient les questionnements autour des faits enregistrés en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Lybie, en Syrie avec, en arrière-plan, la Turquie et l’Iran. Le contrepoint avec l’Algérie (qui a vécu d’autres « printemps » en 1980, 1986, 1988 et une longue guerre civile) et des incursions vers le Maroc, la Jordanie, le Bahreïn et l’Afrique subsaharienne élargissent la perspective au-delà des théâtres les plus chauds. Tout cela à travers le prisme de la force de médiatisation des phénomènes sur fond de plans tracés par des états-majors avisés, sur l’avenir énergétique et les placements financiers.

Vu de Tunisie

Le désordre incessant que nous vivons et les analogies relevées entre les situations tunisienne et égyptienne peuvent accréditer un agenda commun combinant projections externes, forces intrinsèques et difficultés de gestion. Il est trop tôt pour se prononcer sur la plausibilité d’une telle hypothèse, même si elle précise l’importance du conflit sunnisme/chiisme et des questions de frontières. Pour s’en tenir au fil directeur choisi par l’auteur, on peut aussi penser à un effet d’influence ou d’inspiration réciproque : la dissémination médiatique est devenue indissociable de la guérilla politico-financière comme des innombrables niveaux de la vie économique, sociale et culturelle où s’inscrit le chambardement en cours. La persistance de turbulences exprime d’abord et surtout l’ampleur du chômage, l’importance de la pauvreté et le règne de la corruption, handicaps socio-économiques restés intacts. Mais si la méga-connectivité du monde actuel y est pour quelque chose, c’est que les gens vivent aussi une nouvelle manière de lire, de sentir et de juger le monde qui les entoure et la politique sensée les régir. La démultiplication des réseaux et des connexions montre qu’Internet a instauré un nouvel âge de communication qui produit des enchaînements imprévus parce que les retombées des faits suscitent des réactions, modifient les attentes. Cette réalité contemporaine affaiblit les velléités de complot centralisé et ne permet plus d’interpréter le rapport des forces politiques dans le monde arabe sur la base d’inimitiés ou d’alliances simples. L’ouvrage souligne la complexité accrue de la question palestinienne dans les diplomaties arabes et au sein des clans des pouvoirs locaux.

Continuer la lecture

Réécrire l’histoire de la Tunisie ou du mouvement national : un refrain classique

On entend souvent les Tunisiens réclamer une réécriture de l’histoire, notamment celle du mouvement national. La présidence de la République a organisé deux conférences-débats qui ont donné la parole à deux historiens, signe positif dans le tourbillon politicien qui assombrit l’horizon. Hichem Jaït a distingué, au cours d’une conférence sur le thème La mémoire et l’histoire nationale (1er avril 2012), les deux aspects de l’étude du passé que sont la mémoire et l’histoire. Le débat qui a suivi n’a pas manqué d’aborder un des leitmotivs de l’opinion intellectuelle : la revendication d’une réécriture de l’histoire tunisienne et notamment de l’histoire contemporaine récente. Il en a été de même après la conférence de Abdejellil Temimi, programmée le 1er septembre 2012 pour commémorer le 64ème anniversaire de la mort de Moncef Bey. Là aussi, certains intervenants ont réclamé la création d’une commission pour réécrire l’histoire du mouvement national.

Deux précédents

Il est bon de rappeler que si le sentiment est légitime, le refrain est classique. Pour l’histoire du mouvement national proprement dite, je peux témoigner en tant que professionnelle, d’avoir vécu deux moments où la demande d’écrire ou de réécrire cette histoire -qui n’est après tout qu’une partie de l’histoire contemporaine de la Tunisie- a été faite. Il suffirait de revenir aux médias de l’époque pour se rendre compte de ce phénomène qui prouve, une fois de plus, que la mémoire humaine est très courte. Le premier moment a eu lieu sous Bourguiba dont on sait qu’il a répandu à loisir les expressions « Mouvement national » et « Combattant suprême ». Tout en ayant orchestré une histoire officielle qui a occulté des acteurs importants (Abdelaziz Thaâlbi, Moncef Bey, Ferhat Hached, Salah Ben Youssef et bien d’autres), il ordonne en 1979 la création d’un enseignement et d’une recherche universitaires pour donner une autre impulsion à l’Histoire du Mouvement National. Cette forme institutionnalisée de la volonté du Prince a été confiée à une commission comprenant des historiens de métier, tunisiens et français, et d’autres spécialistes en sciences sociales. La mission d’écrire scientifiquement l’histoire du mouvement national -dont j’ai rattrapé le cours au tout début, en tant que chercheuse débutante- répondait alors à la volonté d’élargir les méthodes pour sortir d’une histoire politique plate. Evitant de parler des phases les plus récentes et de heurter la susceptibilité du pouvoir, cette histoire a abordé les questions de contexte, différentes formes de résistance à la colonisation, des personnalités autres que celles de Bourguiba.

Continuer la lecture

L’influence de la culture française en Tunisie, entre héritage et appropriation

Tentons une archéologie de la présence culturelle française en Tunisie. Dans un climat chargé de tensions identitaires, l’exercice est risqué mais suivre sur la longue durée les étapes et les effets d’une influence imposée peut aider à comprendre les enjeux politiques immédiats. L’histoire des rapports culturels entre la France et la Tunisie à l’époque contemporaine à travers l’empire immatériel de la langue est marquée par une liaison qui s’est avérée dangereuse pour le colonisateur contre lequel ont été retournées la culture et la langue introduites. Après l’indépendance de la Tunisie, en 1956, la relation coloniale avec la France bifurque pour se focaliser sur la question linguistique. La mobilisation de la langue dans la définition de l’État-nation français, transposée en terre tunisienne, constitue un des effets miroirs des politiques des deux États, dont les rapports ont évolué entre conjonctions souterraines et conflits apparents.

Un réservoir d’idéaux

La France incarne, aujourd’hui encore, une certaine idée de la modernité dans un pays où les élites sont férues de cet idéal, depuis plusieurs générations. La colonisation française a permis d’asseoir une domination d’État et une politique d’enseignement qui, au bout de soixante quinze ans de protectorat, ont donné à la culture française un statut de référence incontournable dans la culture tunisienne contemporaine. Le trauma qui entache cette prise d’influence est un fait dont les suites sont inscrites dans les discours et l’action anticoloniaux, comme dans ceux des générations de la République tunisienne.
L’histoire contemporaine de la nation tunisienne s’est construite à travers la référence aux valeurs de liberté et d’égalité, mais également dans l’affirmation d’une identité arabo-musulmane. Le mouvement de libération nationale puis l’État républicain qui en est issu sont le produit de ces deux réservoirs intellectuels. Les effets de cet accouplement sont complexes et leur lecture, toujours liée au contexte où elle advient, est elle même induite par un assemblage historique qui, en donnant naissance à la politique en a formaté l’exercice.

La philosophie des Lumières et les idéaux des droits humains se sont diffusés en Tunisie, depuis près de deux siècles via la langue française (autrefois à portée universaliste) et ont alimenté la formation des principes et des méthodes de gouvernement nationalistes. Le point de vue aujourd’hui dominant qui lie langue et nation est bien l’un des héritages de la colonisation française. S’il est aussi prégnant, c’est qu’il a pris le temps de s’imposer sur deux niveaux : dans les processus et rouages de l’État colonial comme à travers les contenus qu’il a propagés dans la société. La lutte de libération nationale puis l’indépendance politique ont été un retour de balancier, la réponse en deux temps du dominé qui, ayant appris la politique en situation coloniale, réagit en s’inspirant de ses fondamentaux et en empruntant ses moyens, dont la langue.

Continuer la lecture

La femme et le drapeau

Le 8 mars de cette deuxième année de transition a suscité une actualité particulière. 14 mois après une Révolution qui a donné au drapeau tunisien une visibilité internationale et redoré le blason de la femme non officielle, le pays pétrit ces deux symboles dans la confusion. Une lecture à chaud de la façon dont ils se conjuguent dans l’espace public donne la mesure des bouleversements qui traversent le champ politique comme la sphère sociale. Ce qui frappe avant tout c’est la violence avec laquelle le monopole de l’Etat en cours de recomposition essaie de contrer le mouvement de revendication et d’espoir qui persiste dans l’air, qui anime encore les esprits et dirige des volontés. On a le sentiment d’une lutte inégale, avec des moyens apparents mais aussi des manœuvres cachées derrière des habitudes anciennes dont le pays peine à se débarrasser.
A l’assaut du drapeau noir

Les manifestations autour du drapeau de la faculté de La Manouba ont nourri les célébrations de la fête internationale de la femme d’un happening plein d’enseignements. Une femme a créé, en direct, un événement qui va certainement marquer la symbolique de cette transition : le 7 mars, devant la grille de la faculté, une étudiante grimpe le mur pour monter à l’assaut de l’étendard noir érigé à la place du drapeau national. Sous les yeux et les cris d’une foule suspendue à la scène, elle affronte la violence physique de l’auteur de cette profanation provocatrice. Etudiante à la faculté, Khaoula Rchidi a agi par colère et pour mettre un terme à l’impuissance de l’attroupement. La jeune femme a fait vivre à ses camarades un acte de résistance spontané et ses déclarations ultérieures n’en tirent aucun orgueil, juste le sentiment d’avoir accompli un devoir. Elle raconte son bref échange avec l’arracheur du drapeau qui la met à terre puis la menace d’un bâton. L’image des deux silhouettes s’affrontant circule. Elle rappelle le combat de David contre Goliath, dont on connaît le dénouement : « ils le mirent en fuite, avec la permission de Dieu… Dieu accorda à David la royauté et la sagesse ; il lui enseigna ce qu’il voulut ». Que cette lutte spontanée et finalement victorieuse se passe aux portes de l’université porte plus d’un espoir, pour les femmes, pour le drapeau et pour le savoir.
Malgré la défaite infligée à Jalout alias Goliath, une limite symbolique est atteinte. Le geste bouleverse l’opinion et les cris d’alarme pleuvent, jusqu’à secouer la somnolence de l’Assemblée Nationale Constituante qui se colore, enfin, de rouge et blanc. La Présidence de la République et le Premier Ministère se fendent de communiqués dignes d’institutions de l’opposition alors que ce sont les instances d’un Etat enfin légitime et doté de pouvoirs. Deux rassemblements devant l’ANC et devant le Ministère de l’enseignement supérieur ont protesté contre un acte qui augmente l’inquiétude et la tension dans le pays car il représente un dérapage inadmissible. On apprend que le groupe devant la faculté se divise en multipliant les déclarations : toute lutte est devenue médiatique dans la Tunisie de l’après 14 janvier. On ne peut s’empêcher de penser que l’image de cette victoire du drapeau rouge et blanc sur la bannière noire met en scène une division de plus, inutile et nocive.

Une violence entretenue ?

Les troupes et attaques de La Manouba rappellent un autre site assailli,  avec les mêmes desseins faussement démocratiques : l’esplanade en face de la télévision nationale. Depuis quelques jours, un sit-in de drapeaux noirs et de tentes luxueuses se dresse devant le temple de l’information dite mauve, une maison qui se débat depuis des mois dans une transition difficile. Si le froid et la pluie semblent les avoir chassés, rien ne garantit qu’ils ne reviendront pas. Pourquoi les responsables laissent-ils cette pression supplémentaire troubler une institution gangrenée qui a plutôt besoin d’un minimum d’autonomie pour secouer sa léthargie et guérir ses tares ? Comme à la faculté de La Manouba, le mouvement exige au « nom du peuple » (echa’ab yourid)  et les forces de l’ordre fantomatiques ici et là prétendent défendre une jeunesse libre de s’exprimer. Des communiqués officiels, instrumentalisant la rhétorique révolutionnaire mâtinée de principes droitsdel’hommistes, entretiennent une zizanie dangereuse, à l’aide de méthodes éculées.
Le pays attend que ses gouvernants ne se conduisent plus en déclamateurs ou rédacteurs de communiqués et démentis. Les élections sont un mandat populaire pour agir dans le sens du bien commun. 217 députés sont sortis des urnes pour rédiger une constitution et garantir la marche vers les prochaines élections. Personne n’a demandé à la jeune Khaoula Rchidi de défendre la dignité du drapeau ; elle a agi sous l’appel du devoir. Personne n’a poussé le député Brahim Gassas à demander des comptes vue la gravité de ces incidents ; il a parlé en tant que représentant de sa région. Personne n’a incité les députés à brandir le drapeau de la Tunisie ; c’est un message envers les électeurs. Devant le franchissement des limites, à chacun selon ses moyens ; ceux du gouvernement sont immenses, forces de sécurité comprises. A quoi celles-ci sont elles employées ? Que fait le gouvernement ? Le monopole de la force appartient à l’Etat : il est au service de quelle cause ? Il est temps que l’autorité profite à la sécurité du citoyen, au respect du savoir et à la paix sociale afin que le pays avance.

Elus, administrateurs et responsables sont censés travailler à l’intérêt de tous. Leur tâche est d’instaurer la confiance en cette phase critique de notre passage vers un avenir qui nous fasse oublier les malheurs de la désinformation et de la manipulation qui ont couvert mafieuserie et prédation et bloqué, jusque là, tout chemin vers l’air libre de la démocratie.

Hammam-Lif, le 12 mars 2012

Paru sur La Presse de Tunisie, 12 mars 2012.

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.