Archives par étiquette : Transition

Festivals été 2014 : impressions d’une spectatrice

L’été a été meurtrier. Les festivals se sont tenus, tant bien que mal, avec des moyens sporadiques, une infrastructure inchangée, des moments de plaisir et des couacs. En dépit des morts, incendies et troubles divers, du temps, du travail et de l’argent ont été transformés en concerts, pièces, ballets, projections de films et de photos à travers la République. Le principe qui fait passer la joie avant le deuil joue toujours. Qu’il n’y ait pas eu de décrochage essentiel dans le programme festivalier de l’été 2014 est un signe de vitalité de la société tunisienne, un de plus, même s’il est adossé à des carences, des blocages et des difficultés qui datent et peinent à disparaître, faute d’une gestion publique plus saine, de réformes adéquates et de mœurs citoyennes.

Organisation et public 

La festivalite est une manne culturelle et touristique éprouvée. L’essaimage des festivals entretient depuis des décennies les loisirs estivaux tunisiens : on a fêté deux cinquantenaires, celui du Festival de Carthage et celui du Festival International du film amateur de Kélibia  (FIFAK). Sans cacher les inégalités qui séparent les grandes manifestations soutenues par l’Etat et les chancelleries des formules qui réussissent à imposer spécificité et régularité, la carte festivalière s’est étendue et diversifiée. Elle est sensiblement la même en ce quatrième été depuis 2011, avec ses écarts et disparités, des efforts et des mésaventures, des équipes fluctuantes, des prix qui n’ont pas tari les publics, un élan vers les régions moins nanties. Trafics de billetterie et régimes de faveur sont surveillés et combattus mais il ne faut pas se leurrer : le marché noir prospère et les resquilleurs sont toujours plus malins que les vigiles. Le sponsoring –encore plus nécessaire en temps de disette publique- introduit son lot de faveurs et de désordres, les habitudes de traficotage faisant le reste.

Une constante : les faiblesses du son. Les artistes équipés et avertis travaillent avec leurs techniciens et matériel propres. Autrement, le spectateur subit le vacarme des hauts parleurs et des consoles qui diffusent un tapage de boîte de nuit, sans le savoir-faire de d-j. Les pannes et fautes de balance, l’abus des effets sonores (comme l’écho) sont une insulte à la qualité des artistes et aux oreilles des spectateurs. Pourquoi nos festivals ne juguleraient-ils pas les techniciens formés par les écoles de cinéma et d’audio-visuel ? Les comités qui travaillent toujours dans la précipitation trouveraient dans ces compétences une efficacité de bon aloi.

Beaucoup reste à faire en amont des standards d’organisation comme du côté des usagers. Le tohu-bohu des bandes, les babillages pendant les spectacles et les bruits d’enfants parasitent les ambiances jusqu’à gêner la concentration des artistes. A la sortie, bouteilles en plastique, détritus de fruits secs et emballages de gâteaux et sandwichs tapissent les sols. Ces scènes off sont un de nos miroirs : le désir de spectacle s’apparente aux joies familiales et aux fêtes de quartier, réflexes de nuisance et de pollution compris. Même les festivals à forte sélectivité n’échappent pas à l’incivilité. Réformer le public est-il un objectif de politique culturelle ? La révolution est loin d’être advenue dans le domaine de la culture, régi par une grammaire commerciale paresseuse et un public désinvolte.

Programmer d’accord mais la vision ?

Pour le bonheur du public, les ressources festivalières sont rôdées : les organisateurs ont pensé à des valeurs sûres, en variant selon les goûts, les âges et les cachets des artistes. Des écrans dressés dans certaines villes ont relié des populations éloignées à des spectacles difficiles à déplacer, à des cycles de cinéma itinérant. On a allié des célébrités internationales avec des artistes du crû, des vedettes consacrées avec des talents qui montent. Le one man show est cependant omniprésent, la scène culturelle comme la scène politique exhibent des potentialités anciennes qui peinent à se renouveler, à accoucher de modes de fonctionnement plus collectifs. Le besoin de détente et d’amusement est un carburant en temps de crise et, à leur manière, les artistes sont des secouristes et des thérapeutes. Côté musical, différents genres occidentaux et orientaux ont égayé les grands et les petits. Le centenaire de la chanteuse Saliha (1914-1958) a marqué la saison ; le rap, sorti de l’underground, se voit consacré à travers les noms les plus connus ; la musique soufie, jouée cette année sous tous arrangements, fait office de référent patriotique. Le théâtre a exhibé le répertoire « post-révolution », chargé de référence aux événements, avec des textes et des interprétations mis à jour au fil de l’actualité. Entre dérision et caricature, les citations de la vie politique et les moqueries envers les gouvernants transportent les publics. Les sketchs construits ou improvisés autour des sorties verbales des politiciens, de leur accoutrement et de leurs frasques sont des moments de gaie concorde. Les scènes de festival fonctionnent comme des espaces d’un exercice de la politique, direct et spontané, enjoué mais pas dénué de sens. Collectes pour les martyrs, rappels de solidarité avec Gaza et clins d’œil envers les policiers de service servent de liens et de messages. Joie de vivre et scepticisme envers la politique trouvent des soupapes à travers les spectacles qui canalisent, dans l’éphémère et l’amusement, un rejet de l’ordre arrogant de la politique.

En dépit des inévitables (quoique !) annulations et des bisbilles entre artistes, la programmation a tourné mais panachage et planification ne signifient pas vision. Au niveau de chaque festival comme sur le plan national, on vit sur l’acquis. Les mesures légales, les procédures et les équipes en l’état ne permettent pas d’aller au-delà de la planification des représentations, du marketing et de l’effort de suivi.

Epaisseur et médiation 

Conformément aux b.a ba gestionnaires, les supports d’information et de communication sont actionnés. Les spots d’annonces en boucle et les pages facebook informent quotidiennement sur les programmes, diffusent déclarations d’artistes et de responsables. Les avis de spectateurs prennent leur place dans les reportages. Les affiches et les flyers jonchent murs et sols et les voitures de publicité circulent dans les rues et sur les plages. La matière journalistique (interviews, critiques, extraits et échos) est telle que les pages « Culture » refusent des papiers, dit-on. Une manifestation chassant la précédente, des chroniques ne parviennent pas à parution. La nouvelle est à double tranchant : bonne parce que ça dit la profusion culturelle et le besoin d’en faire plus côté information, mauvaise parce que ce débordement reflète l’étroitesse des relais médiatiques et le manque de décentralisation. Si la radio arrive à couvrir les festivals régionaux, la télévision et la presse écrite sont moins en phase. C’est un signal en soi. Pourquoi ne pas penser à des magazines plus structurés ? A côté des plateaux qui font écho à l’événementiel, pourquoi ne pas réfléchir à des débats approfondis à partir de la vie culturelle et de son pic estival ? Comme ailleurs, la vitesse des faits et le foisonnement de l’actualité en appellent à un journalisme de plus d’épaisseur. Il est naturel que les magazines culturels, en papier ou en ligne, soient branchés sur ce qui se passe à chaud mais pourquoi ne pas penser à des formes d’expression plus réfléchie, même si cela exige du temps et de la collégialité, en amont des comités de rédaction et des agendas ? Investir davantage dans l’enquête et la médiation peut entraîner le métier de journaliste pris de court, comme d’autres, par l’explosion de la parole et de la créativité, vers une meilleure adaptation.

Entre désir de faire la fête, une armature matérielle, médiatique et juridique inadaptée et comportements inciviques, les festivals de l’été 2014 reflètent une image de la Tunisie, en suspens, se tenant sur un fil joyeux, mais fragile et menacé. L’aspiration au changement qui s’est exprimée en 2011 fait du sur-place, laissant flotter un espoir immobile, figé par l’insécurité ambiante, attristé par les morts récentes et bloqué par des carcans. Un espoir quand même ? La société tunisienne, vivante mais bridée attend de secouer ses torpeurs, de tracer un sens qui prendrait en charge les pièges d’une prise en otage par l’argent, la précipitation et le mépris de la culture.

Hammam-Lif, le 1er septembre 2014

Publié

-dans le magazine REALITES n° 1497, Tunis, 3-10 septembre 2014, pp. 52-53

http://www.realites.com.tn/2014/09/06/festivals-de-lete-2014-laspiration-au-changement-fait-du-sur-place/

et dans Le Quotidien d’Oran, jeudi 4 septembre 2014, p. 12.

 

 

 

Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.

Continuer la lecture

Féminisme en transition ?

La Tunisie traverse depuis dix-neuf mois une série de péripéties qui alternent promesses et constats d’inachèvements. Le séisme du 14 janvier 2011 s’est avéré plus profond qu’un soulèvement national ; il se poursuit en répliques et oscillations, dans les frontières de la Tunisie et en dehors. Il n’est pas question de s’attarder ici sur les dents de scie de l’actualité immédiate, prise dans la tornade de remous géopolitiques qu’elle a révélés et accélérés. Le propos est de lire un des angles d’un bouleversement que la Tunisie partage avec des sociétés dans les quatre coins du monde, celui du statut des femmes. Le sujet n’est pas neuf et il ne faut attendre aucune révélation de ce qui va suivre. Juste une réflexion sur ce qui illustre, une fois de plus, l’ambiguïté et les limites du rôle des femmes dans ce chambardement qui allie enchantement et désillusion, joies et craintes, espérance et doute. Une phrase d’Edgar Morin : « Nous nous trouvons dans un monde qui nous apparaît à la fois en évolution, en révolution, en progression, en régression, en crise, en péril » (Où va le monde ? Paris, L’Herne, « Carnets », 2008, p. 52) inspire ces pensées suscitées par le débat déclenché depuis le 2 août dernier, après le vote de la commission Droits et Libertés, de l’article 27 ou 28 (?) de la Constitution. Ce vote préparatoire a retenu la version qui stipule que « la femme est l’associée de l’homme dans la construction de la nation » et que « leurs rôles se complètent au sein de la famille ». La polémique touche à des acquis de fond comme elle préfigure une des multiples facettes et paradoxes de la transition politique.

Une égalité admise

La centralité de la femme tunisienne dans les manifestations insurrectionnelles de 2011 a fait le tour du monde ; elle a été un message d’espoir. Contrairement à d’autres cas, par exemple celui de la guerre d’Algérie -où le lourd tribut des femmes a été sous-estimé par les « survivants »- le pouvoir instantané de l’image a fixé la vitalité féminine du soulèvement tunisien, sa mixité spontanée. Cette charge spectaculaire a réveillé des ardeurs, tout aussi mixtes, dans la région arabe et musulmane, ébréchant l’ossature de régimes moins « féministes » mais tout aussi totalitaires. L’énergie des corps et des slogans a ému le monde, surpris par l’impatience des manifestant(e)s à rejoindre la « normalité démocratique ». La portée universaliste de ces images a servi la photogénie de la phase révolutionnaire, confortant l’image pionnière de la société tunisienne dans le domaine du droit des femmes.

Continuer la lecture

Rude semaine dans la transition

Après trois jours d’un couvre-feu (limité à huit gouvernorats et mal respecté dit-on), le pays se « calme » alors qu’on déplore un mort (à Sousse, avec deux balles dans la tête !), des ravages et des menaces contre les agriculteurs, les restaurateurs et marchands d’alcool, les artistes. Le sentiment d’insécurité, exprimé depuis des mois, a rencontré des événements qui lui ont donné raison. Flottant sur une réalité et une légitimité fragiles, notre gouvernement ne semble pas mesurer la dégradation de la confiance qui s’ajoute à un état général déjà très difficile. Le pays est mis, une fois de plus, à rude épreuve, face à l’autisme désordonné d’une direction éclatée, dont la seule cohérence est de nier la gravité des faits. Les discours électoralistes entretiennent la division dans les têtes et les cœurs, dispensant nos responsables de vaquer au travail ingrat, obscur et provisoire de gérer les affaires. Attitude incontrôlée et mécanique héritée de nos mœurs politiques. L’autorité actuelle n’émet de signaux rassurants que pour elle-même ; aucun désir de démocratie, de culture démocratique tout court ne transparaît de son action. L’appareil pléthorique en hommes et sans boussole actionne un hégémonisme primaire, étend ses nominations et érige des querelles idéologiques en moyens d’exploiter la fracture sociale, voire de l’accentuer.

Diviser la société

Le corps social se défend comme il peut : les actes de désobéissance, plus ou moins déclarés et visibles, sapent la crédibilité de l’Etat. Flou et manque de cohérence ne peuvent qu’encourager des crescendo progressifs, dont la semaine qui vient de s’achever, avec un couvre-feu le mardi 12 juin, proclamé 8 mois après les élections. Malgré ce coup sévère porté à la légitimité électorale, le gouvernement renvoie dos à dos les « extrémismes », sans réaliser que les violences non sanctionnées pendant des semaines, ont causé l’escalade. La panique de la société laisse les gouvernants indifférents, braqués sur les mêmes réflexes de justification et d’accusation des autres. Nos politiciens, usés par la dictature et le manque d’expérience souffrent d’un mal qui déborde sur l’opinion : la haine. Les militants des années 1970/1980 aujourd’hui en scène, ont emporté cette haine dans leurs exils et leurs emprisonnements ; elle a nourri leurs soliloques, elle rejaillit aujourd’hui, comme une revanche de vaincus, incapables de la dépasser. La haine de Ben Ali ne les unit plus, ils sont en train la convertir en politique et de la retourner contre la société.

Continuer la lecture

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle de peuple, de martyr, de nation…Ce sont, certes, de beaux mots mais ne sont-ils pas incorporés dans cette assemblée ? A quoi sert-il de les répéter quand on les incarne ? Il suffit de passer à l’action. Si les historiens se penchent sur ces usages rhétoriques, quel enseignement peuvent-ils tirer des applaudissements et du langage convenu dans l’enceinte de cette Constituante en herbe ? Pourvu qu’elle se penche sur les mots qui vont tracer l’avenir constitutionnel.

Des scènes nous font espérer quelques changements : transmettre en direct des opérations de candidature et de vote, même sans le son, donne le sentiment qu’on est partie prenante dans l’histoire en train de s’écrire. Une lueur de vie s’allume dans ce lieu de parole et de mise en texte : des gestes et des actes émergent, des gens s’affairent. L’histoire retiendra-t-elle le discours senti de la candidate non accréditée par la coalition tripartite[4] ? Soulignera-t-elle la leçon d’application démocratique que représente cet acte voué, non pas à gagner le fauteuil de la présidence, garanti par les tractations antérieures, mais à introduire une liberté de plus : celle d’imposer la visibilité des moins forts ? L’hémicycle est le lieu d’une scénographie démocratique balbutiante. Patience.

Dehors, la pauvreté et le chômage persistent, l’insécurité augmente. Si des procès s’élargissent à d’autres responsabilités que celles des familles Ben Ali et Trabelsi, les sit-in et agressions sont en hausse. Les prix flambent et les forces de l’ordre, surprises par les menaces de juger ceux qui ont jadis tiré, doivent s’habituer à défendre des citoyens demandeurs de compte. Les Tunisiens en métamorphose et en alerte attendent des signes de ce nouveau personnel politique après le chèque électoral, signé par la moitié d’entre eux. Des hommes et des femmes sortis de l’ombre et des prisons, de l’exil même prennent place pour une translation étatique chargée de porter le pays vers un fonctionnement plus démocratique. Que retiendra l’histoire de ces arrivants sur la scène ? Seront-ils des figurants ou des acteurs à part entière de cette transition ?

La dictature qui a fait bâtir la coupole du Bardo et l’a peuplée d’une fiction parlementaire a élaboré une rhétorique démocratique coupée du réel. Elle a doublé le manège du morcellement de l’espace politique potentiel, empêchant les énergies capables de s’atteler à la chose publique, de participer au jeu. Le ring de la Constituante abrite aujourd’hui une performance dont on attend une remise en ordre des règles, des opérations concrètes et plus seulement des résolutions verbales et des marchandages de coulisses. Si le match se déroule autour des seules prévisions de la coalition, game is over : le jeu ne tardera pas à se transformer en pugilat et le pays deviendra l’otage d’une violence qu’aucun communiqué consensuel ne peut cacher et qu’aucune rétractation ne peut guérir.

La Constituante de 1959 est née d’une coalition autour du plus fort, d’une légitimité construite sur des années de prison et de combat contre l’ennemi puis de règles soi-disant majoritaires. Elle a donné des réformes sociales sans empêcher les ré-écritures déviatrices et la confiscation du pouvoir au sommet. Celle qui entre en fonction saura-t-elle échapper à cette grammaire dictatoriale ? Accouchera-t-elle d’une forme de vie politique pacifiante, responsable, défendant les faibles pour préserver l’ensemble ? L’histoire dira son mot mais le présent presse et l’inquiétude gronde, à l’extérieur de l’hémicycle en fête.

    Hammam-Lif, 30 novembre 2011

Cet article a paru dans la version papier de La Presse de Tunisie du 5 décembre 2011.


[1] La chaîne privée Nessma TV.

[2] Souad Abderrahim, députée du parti Ennahdha.

[3] Les députés d’Al Aridha acha’biyya (Pétition populaire) protestent contre des articles sur Hechmi Hamdi publiés dans la dernière livraison de Maghreb Magazine.

[4] Maya Jribi, députée du Parti Démocratique Progressiste (PDP).

Justice et opinion de transition : Mélange de genres et clameurs

La transition politico-juridique tunisienne poursuit sa marche. La justice est certainement un des secteurs-clés où l’on attend les images et les effets de rupture avec l’ancien régime. Même si le monde juridique occupe le premier plan dans la gestion de la crise politique, les affaires judiciaires ont tardé à émerger devant une opinion longtemps paralysée et désinformée, encore traumatisée et inquiète devant la persistance de certains signes du passé. Alors que le pouls général du pays monte, on note une actualité faite d’initiatives de contestations, de revendications, de scènes de proclamations qui sont autant de manifestations de pédagogie citoyenne. En l’absence de rouages juridiques pertinents, ces opérations plus ou moins médiatisées traduisent, une avancée dans la « juridicisation » de la vie et de l’opinion publiques. Les conflits s’expriment dans les formes comme dans les contenus à travers un langage et des actions juridiques, prolongeant une tendance engagée depuis un certain temps, jusque là détournée au profit de la dictature. Dans cette phase, la nonchalance de la loi, l’ouverture molle des médias, les rapports crispés et maladroits entre les mondes judiciaire et médiatique font partie des symptômes de la difficile gestation d’une opinion politique en Tunisie. Ce papier est une lecture de l’une des ébauches du dégel transitionnel.

La volonté de savoir
A observer le mental et l’imaginaire « post–révolutionnaires » en Tunisie, la justice et la vérité apparaissent comme deux ordres ébranlés. Depuis le 14 janvier, tout le monde réclame son droit à l’information, chacun veut tout savoir. Après l’apathie craintive et la passivité, la curiosité des Tunisiens se débride. On court derrière la comptabilité des fortunes amassées par les Ben Ali et les Trabelsi, on aligne ouvertement les noms de leurs amis, on reconstitue les arbres de leurs alliances, on suit le sort de leurs biens, on s’informe sur leurs allées et venues dans le pays et à l’étranger, on vérifie les adresses des fuyards, on échange les détails de leur train de vie avant et après la Révolution. Un immense sujet de conversation est né dans les foyers, dans les cafés, dans les bureaux, dans les boutiques, dans les marchés comme dans les réseaux sociaux, un méga-thème éditorial et médiatique a fait irruption. Le silence réservé qui avait couvert l’hégémonie mafieuse s’est transformé en feuilleton national sur le mal en paroles, en chiffres et en images. Des millions de Tunisiens partagent une série d’histoires sur les vices du pouvoir, des récits sur les injustices et les victimes, des versions sur les abus. L’opinion fait feu de tout bois, additionne et croise les sources : des souvenirs comme des témoignages, des livres jusque là interdits, des articles au ton plus libre, des commentaires et des vidéos sur Internet alimentent la chronique de l’instruction judiciaire des familles déchues. Chacun y va de ses bribes et les tresse avec les innombrables anecdotes qui fleurissent. Le pouvoir de l’image et de l’instantanéité aidant, le ciment des médias de tout acabit englobe le tout, lisse le récit. Le concert des rumeurs joue sur les harmoniques de la crédibilité ; bulles et buzz gonflent et dégonflent au gré des répliques, des contre attaques ou du simple effet d’extinction, chaque infox étant suivie par une multitude d’autres. Des nouvelles plus ou moins inédites circulent, des films et des photos ressortent, comme si des détenteurs avisés, conscients de cette réceptivité, veillaient à distiller de quoi entretenir la braise.

Le paysage juridique
Dans la chaîne d’allumage de l’opinion, les procès arrivent lentement sur la scène médiatique et bousculent à leur tour les habitudes des Tunisiens, leur attitude face au secret, leurs attentes face à l’information, réveillant leur désir de justice. La justice tunisienne a des traditions de formation et de fonctionnement, reflet et résultat d’une histoire liée aux besoins de la société et aux impératifs du pouvoir politique. L’université tunisienne comprend cinq facultés de droit dont les recrues en hausse sont disséminées dans le tissu administratif, économique et politique du pays. Le régime de Ben Ali s’est consolidé entre autres en enfourchant un système qui lui a fourni des outils de spoliation, lui a donné des mécanismes d’exclusion et a armé sa domination par des dispositifs appropriés. Dans son évolution récente, le système juridique tunisien, réputé par son dynamisme et ses compétences y compris sur le plan international, a également sécrété des scribes aux ordres, des textes sur mesure, des sièges fantoches et des institutions complaisantes. A l’instar d’autres secteurs, il s’est imprégné de pratiques d’autant plus opaques qu’elles sont enfouies dans la technicité du droit, dans les subtilités de chaque métier, dans le rapport de forces entre les différents rôles de la sphère juridique. La toile d’araignée du pouvoir, de l’administration et des intérêts économiques a tissé des procédures, construit des barrières, fondé des légitimités, monté un appareil solide et structuré autour de 1800 juges, 8000 avocats sans compter les huissiers de justice, les greffiers, les notaires, les experts comptables etc. Le paysage que dessinent ces différentes professions est loin d’être homogène ; il repose sur des collusions classiques, se recompose autour de rivalités d’intérêts, de corporatismes en éveil et de conflits d’influence. Dans ce monde qui s’apparente à un clergé séculier, on devine des connivences matérielles, des coalitions naturelles et des complicités de formation et de condition qui font la solidité de l’échafaudage. Les inimitiés politiques apparues dernièrement secouent l’équilibre de l’édifice car, à côté des différences d’implication dans le processus révolutionnaire, ces tensions expriment également des antagonismes corporatistes.

Procès et médias
En cette période de tous les apprentissages, l’opinion s’ouvre sur les contradictions de cet univers juridique par le biais des luttes intestines qui le traversent comme elle re-découvre les « affaires judiciaires ». Le genre avait fleuri dans la presse coloniale ; un des exemples les plus célèbres est le fameux procès infligé à Abdelaziz Thaâlbi pour blasphème en 1904 et la polémique qui s’en est suivie. Le procès de Jarjar, Gtari et autres acteurs des événements du Jellaz de 1911 avait donné lieu à une abondante couverture de presse, des chansons, une littérature de prison. Après l’indépendance, les lecteurs de La Presse de Tunisie se souviennent de la chronique « De chaque côté du prétoire », de Ammar Dakhlaoui (signature ADAC) concernant les échos des tribunaux. Cette fenêtre sur la vie judiciaire a par la suite dévié vers les rubriques de faits divers tandis que l’ensemble de la presse s’enlisait progressivement dans la langue de bois et le phrasé convenu qui ont fini par devenir une marque de fabrique, droit sortie de l’officine du Palais de Carthage.
Le déferlement d’opinion autour des premiers procès de cette transition révèle l’impréparation de la justice, son manque d’aptitude à informer et parfois une certaine niaiserie. C’est, une fois de plus, les médias qui portent la tempête. La médiatisation des premières « affaires judicaires » a concerné Ben Ali et les familles alliées. Une liste de 150 noms environ est rapidement établie et les procès qui ont lieu à partir de juin sont accueillis comme des parades, des mises en scène. On crie à la parodie, des victimes attendent d’autres incriminations, l’opinion réclame d’autres vérités. Entretemps, la juridicisation de la vie politique déjà entamée sous Ben Ali mais au service exclusif du pouvoir, se généralise au cours de cette transition, touchant les gouvernants, la société civile, les anciens responsables, les nouveaux acteurs. Une bataille de procès est déclenchée pour contester la formation ou les décisions des commissions, contre des propos du penseur Mohamed Talbi, contre le film de Nadia El Fani et autres actes symboliques de personnalités en vue. L’activité judiciaire gonflée par les événements s’accroît de jour en jour et rejoint l’avant-scène politico-médiatique. Les secousses se multiplient dernièrement : la relaxe de Béchir Tekkari (ex ministre de la justice), la sortie du territoire de Saïda Agrebi (proche de Leïla Trabelsi et présidente du « gâteau » de l’Association des mères de Tunisie), les accusations des avocats d’Abderrahim Zouari (dernier ministre des transports) et le non lieu de Ali Seriati (responsable de la sécurité présidentielle) dans l’affaire des faux passeports de l’aéroport de Carthage ébranlent une machine judicaire hyper-sollicitée qui comparaît à son tour devant le ban de l’opinion. La communication autour des plaintes, les interprétations des verdicts expriment le remue-ménage qui agite un pouvoir judiciaire jusque là surprotégé par le secret, un pouvoir médiatique longtemps interdit d’enquêter et la rigidité de la bureaucratie qui tenait l’un et l’autre. Les pressions s’enchevêtrent, les commentaires font déborder l’opinion, faisant ainsi bouger les frontières entre ces différentes instances et déplaçant les bornes. Les juges communiquent dans la hâte des verdicts que les journalistes reprennent à leur manière, les avocats organisent des conférences de presse, le ministère fournit des explications, les magistrats crient à l’indépendance, les familles donnent leur version des faits via Facebook, sur les radios et les plateaux de télévision. On se bouscule dans l’immense prétoire qu’est devenue la scène médiatique, à défaut de voir les salles de tribunal aussi investies par les caméras et les micros qu’en Egypte. Le slogan de la transparence, plus que jamais brandi, couvre mal les mille et un désordres qui bouillonnent dans les coulisses.

Signe d’affolement ?
Justice et médias sont des métiers de la parole et de la représentation, ils partagent des ingrédients communs, en appellent à des compétences similaires : techniques de l’enquête, arts de l’argumentation, ficelles rhétoriques, procédés de l’attaque et de la défense. Mais chaque domaine a son périmètre d’action, son terrain d’efficience, son langage. Le recours irrationnel aux médias signe un des troubles de cette transition en train de se faire, où les conférences de presse d’avocats expriment le comble du mélange des genres et de la confusion des messages. Pourquoi des avocats sortent-ils des prétoires pour traiter des affaires, pour défendre un accusé, pour dénoncer des confrères ? Alors que le pays n’a pas reconstitué le récit du mal qui lui a été fait, un des réflexes d’affolement est de se poster dans le camp du bien, de se positionner parmi les bons : qu’on réclame une place, qu’on invoque l’indépendance ou qu’on clame son innocence, chacun cherche les formules et les canaux susceptibles de calmer une opinion ébranlée, déchaînée contre symboles et pratiques de l’ancien régime et qui n’a pas encore trouvé les siens.

Hammam-Lif, le 16 août 2011

Une version de ce texte a paru sur La Presse de Tunisie en date du 19 août 2011.

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.

Une transition par et pour les archives en Tunisie ?

Je voudrais relever trois aspects qui m’ont interpellée en tant qu’historienne et en tant que citoyenne au cours d’une rencontre qui s’est tenue hier mercredi 22 juin 2011 à Tunis sous le titre La construction d’une mémoire en Tunisie : le rôle des archives.

1/L’objectif de cette rencontre étant de contribuer à une action pour parvenir aux archives en vue d’accompagner le processus de transition démocratique, ce qui a attiré mon attention est le fait de reconnaître aux archivistes une place active dans cette phase transitoire alors qu’on est habitués à les traiter au mieux comme les experts d’une science du passé (ce qu’ils sont), une catégorie professionnelle aujourd’hui hautement technicisée et académique mais liée à une imagerie de la vie administrative et politique désuète. J’ai ainsi noté la participation de trois responsables des Archives Nationales de Tunisie et leur réponse aux questions que rencontrent actuellement les membres des deux commissions nommées en janvier 2011 (Commission nationale d’investigation sur les violations et les abus, Commission nationale d’établissement des faits sur les affaires de corruption et de malversation) et qui dénotent de la conception et de la pratique envers les archives.
Une législation des archives existe en Tunisie concentrée essentiellement autour de la loi du 2 août 1988 relative aux archives, qui a, par la même occasion, créé Les Archives Nationales de Tunisie. Cette législation qui fonctionne dans le cadre des Archives  Nationales de Tunisie, est à la fois ouverte sur les archives courantes et semi-courantes (et donc sur l’archivage administratif) et sur la recherche (puisqu’elle englobe l’ancienne direction des Archives Générales du Gouvernement tunisien) que les historiens connaissent bien depuis longtemps.

Les ANT bénéficient également depuis quelques années d’une meilleure formation d’archivistes et de documentalistes (l’Institut Supérieur de Documentation existe depuis 1981, il forme depuis 1988 à une maîtrise d’archivistique et a créé depuis 1997 deux DESS de mangement de bibliothèques et d’archives). Aussi la recherche, comme la conservation et le classement de la documentation administrative sont des opérations aujourd’hui soumises à des normes respectables et internationales (l’influence française est largement visible dans les textes et les pratiques).

2/Mais où les choses sont-elles obscures, bloquées aujourd’hui et notamment face aux demandes des commissions ? Une chambre noire semble se loger entre l’administration productrice des archives et celle qui est chargée de les conserver et de les communiquer au public des citoyens, des administrateurs ou des chercheurs. Les marges de manœuvres sont immenses et le travail de transition pour les archives une nécessité brûlante pour les commissions mais pas seulement. Ceci pour les archives de l’Etat pour lesquelles il faut bien se poser la question épineuse des archives de la police, de la défense (les questions de sécurité sont primordiales) mais également celles de l’économie, des syndicats, des banques, des accords internationaux ? Autant de domaines que l’on sait bien gardés et qui nécessitent qu’on se prépare à les percer.

Quelques mesures officielles sont en train de poindre. Un arrêté présidentiel daté du 26 mai 2011 (publié in JOT 31 mai 2011, n° 39, pp. 792-794), soumis à l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (Le texte de loi de 1988 est évoqué dans les attendus) vient rappeler la nécessité de communiquer les archives, les données et toutes sortes d’éléments d’information sur la marche de l’administration. A l’ordre du jour également en ces temps de remise en cause de la fiabilité des chiffres et actions officielles : le recensement de la population est avancé à 2012…

3/Par ailleurs qu’en est-il des archives privées (chapitre 2, titre I de la loi 1988) que Simone Othmani, présidente de l’Association pour la fondation Ahmed Othmani crée en février 2008, a évoquées ? On sait qu’elles sont importantes en Tunisie, jalousement gardées, parfois vendues mais jamais offertes à l’enquête journalistique ou scientifique.
Autre question que l’on peut poser aujourd’hui dans le feu de cette transition : où sont les archives de la société civile ? Comment peut-on les récolter ?