Archives par étiquette : Transition

Festivals été 2014 : impressions d’une spectatrice

L’été a été meurtrier. Les festivals se sont tenus, tant bien que mal, avec des moyens sporadiques, une infrastructure inchangée, des moments de plaisir et des couacs. En dépit des morts, incendies et troubles divers, du temps, du travail et de l’argent ont été transformés en concerts, pièces, ballets, projections de films et de photos à travers la République. Le principe qui fait passer la joie avant le deuil joue toujours. Qu’il n’y ait pas eu de décrochage essentiel dans le programme festivalier de l’été 2014 est un signe de vitalité de la société tunisienne, un de plus, même s’il est adossé à des carences, des blocages et des difficultés qui datent et peinent à disparaître, faute d’une gestion publique plus saine, de réformes adéquates et de mœurs citoyennes.

Organisation et public 

La festivalite est une manne culturelle et touristique éprouvée. L’essaimage des festivals entretient depuis des décennies les loisirs estivaux tunisiens : on a fêté deux cinquantenaires, celui du Festival de Carthage et celui du Festival International du film amateur de Kélibia  (FIFAK). Sans cacher les inégalités qui séparent les grandes manifestations soutenues par l’Etat et les chancelleries des formules qui réussissent à imposer spécificité et régularité, la carte festivalière s’est étendue et diversifiée. Elle est sensiblement la même en ce quatrième été depuis 2011, avec ses écarts et disparités, des efforts et des mésaventures, des équipes fluctuantes, des prix qui n’ont pas tari les publics, un élan vers les régions moins nanties. Trafics de billetterie et régimes de faveur sont surveillés et combattus mais il ne faut pas se leurrer : le marché noir prospère et les resquilleurs sont toujours plus malins que les vigiles. Le sponsoring –encore plus nécessaire en temps de disette publique- introduit son lot de faveurs et de désordres, les habitudes de traficotage faisant le reste.

Une constante : les faiblesses du son. Les artistes équipés et avertis travaillent avec leurs techniciens et matériel propres. Autrement, le spectateur subit le vacarme des hauts parleurs et des consoles qui diffusent un tapage de boîte de nuit, sans le savoir-faire de d-j. Les pannes et fautes de balance, l’abus des effets sonores (comme l’écho) sont une insulte à la qualité des artistes et aux oreilles des spectateurs. Pourquoi nos festivals ne juguleraient-ils pas les techniciens formés par les écoles de cinéma et d’audio-visuel ? Les comités qui travaillent toujours dans la précipitation trouveraient dans ces compétences une efficacité de bon aloi.

Beaucoup reste à faire en amont des standards d’organisation comme du côté des usagers. Le tohu-bohu des bandes, les babillages pendant les spectacles et les bruits d’enfants parasitent les ambiances jusqu’à gêner la concentration des artistes. A la sortie, bouteilles en plastique, détritus de fruits secs et emballages de gâteaux et sandwichs tapissent les sols. Ces scènes off sont un de nos miroirs : le désir de spectacle s’apparente aux joies familiales et aux fêtes de quartier, réflexes de nuisance et de pollution compris. Même les festivals à forte sélectivité n’échappent pas à l’incivilité. Réformer le public est-il un objectif de politique culturelle ? La révolution est loin d’être advenue dans le domaine de la culture, régi par une grammaire commerciale paresseuse et un public désinvolte.

Programmer d’accord mais la vision ?

Pour le bonheur du public, les ressources festivalières sont rôdées : les organisateurs ont pensé à des valeurs sûres, en variant selon les goûts, les âges et les cachets des artistes. Des écrans dressés dans certaines villes ont relié des populations éloignées à des spectacles difficiles à déplacer, à des cycles de cinéma itinérant. On a allié des célébrités internationales avec des artistes du crû, des vedettes consacrées avec des talents qui montent. Le one man show est cependant omniprésent, la scène culturelle comme la scène politique exhibent des potentialités anciennes qui peinent à se renouveler, à accoucher de modes de fonctionnement plus collectifs. Le besoin de détente et d’amusement est un carburant en temps de crise et, à leur manière, les artistes sont des secouristes et des thérapeutes. Côté musical, différents genres occidentaux et orientaux ont égayé les grands et les petits. Le centenaire de la chanteuse Saliha (1914-1958) a marqué la saison ; le rap, sorti de l’underground, se voit consacré à travers les noms les plus connus ; la musique soufie, jouée cette année sous tous arrangements, fait office de référent patriotique. Le théâtre a exhibé le répertoire « post-révolution », chargé de référence aux événements, avec des textes et des interprétations mis à jour au fil de l’actualité. Entre dérision et caricature, les citations de la vie politique et les moqueries envers les gouvernants transportent les publics. Les sketchs construits ou improvisés autour des sorties verbales des politiciens, de leur accoutrement et de leurs frasques sont des moments de gaie concorde. Les scènes de festival fonctionnent comme des espaces d’un exercice de la politique, direct et spontané, enjoué mais pas dénué de sens. Collectes pour les martyrs, rappels de solidarité avec Gaza et clins d’œil envers les policiers de service servent de liens et de messages. Joie de vivre et scepticisme envers la politique trouvent des soupapes à travers les spectacles qui canalisent, dans l’éphémère et l’amusement, un rejet de l’ordre arrogant de la politique.

En dépit des inévitables (quoique !) annulations et des bisbilles entre artistes, la programmation a tourné mais panachage et planification ne signifient pas vision. Au niveau de chaque festival comme sur le plan national, on vit sur l’acquis. Les mesures légales, les procédures et les équipes en l’état ne permettent pas d’aller au-delà de la planification des représentations, du marketing et de l’effort de suivi.

Epaisseur et médiation 

Conformément aux b.a ba gestionnaires, les supports d’information et de communication sont actionnés. Les spots d’annonces en boucle et les pages facebook informent quotidiennement sur les programmes, diffusent déclarations d’artistes et de responsables. Les avis de spectateurs prennent leur place dans les reportages. Les affiches et les flyers jonchent murs et sols et les voitures de publicité circulent dans les rues et sur les plages. La matière journalistique (interviews, critiques, extraits et échos) est telle que les pages « Culture » refusent des papiers, dit-on. Une manifestation chassant la précédente, des chroniques ne parviennent pas à parution. La nouvelle est à double tranchant : bonne parce que ça dit la profusion culturelle et le besoin d’en faire plus côté information, mauvaise parce que ce débordement reflète l’étroitesse des relais médiatiques et le manque de décentralisation. Si la radio arrive à couvrir les festivals régionaux, la télévision et la presse écrite sont moins en phase. C’est un signal en soi. Pourquoi ne pas penser à des magazines plus structurés ? A côté des plateaux qui font écho à l’événementiel, pourquoi ne pas réfléchir à des débats approfondis à partir de la vie culturelle et de son pic estival ? Comme ailleurs, la vitesse des faits et le foisonnement de l’actualité en appellent à un journalisme de plus d’épaisseur. Il est naturel que les magazines culturels, en papier ou en ligne, soient branchés sur ce qui se passe à chaud mais pourquoi ne pas penser à des formes d’expression plus réfléchie, même si cela exige du temps et de la collégialité, en amont des comités de rédaction et des agendas ? Investir davantage dans l’enquête et la médiation peut entraîner le métier de journaliste pris de court, comme d’autres, par l’explosion de la parole et de la créativité, vers une meilleure adaptation.

Entre désir de faire la fête, une armature matérielle, médiatique et juridique inadaptée et comportements inciviques, les festivals de l’été 2014 reflètent une image de la Tunisie, en suspens, se tenant sur un fil joyeux, mais fragile et menacé. L’aspiration au changement qui s’est exprimée en 2011 fait du sur-place, laissant flotter un espoir immobile, figé par l’insécurité ambiante, attristé par les morts récentes et bloqué par des carcans. Un espoir quand même ? La société tunisienne, vivante mais bridée attend de secouer ses torpeurs, de tracer un sens qui prendrait en charge les pièges d’une prise en otage par l’argent, la précipitation et le mépris de la culture.

Hammam-Lif, le 1er septembre 2014

Publié

-dans le magazine REALITES n° 1497, Tunis, 3-10 septembre 2014, pp. 52-53

http://www.realites.com.tn/2014/09/06/festivals-de-lete-2014-laspiration-au-changement-fait-du-sur-place/

et dans Le Quotidien d’Oran, jeudi 4 septembre 2014, p. 12.

 

 

 

Pour ne pas oublier les Révolutions

Histoires minuscules des révolutions arabes, Wassyla Tamzamli (Dir.), éd. Chèvre feuille étoilée, 2012

Wassila Tamzali (ed.), Histoires minuscules des Révolutions arabes, Montpellier, Editions Chèvre feuille étoilée, 2012, 359 p.

« La Révolution n’est (déjà !) plus ce qu’elle a été. Mais il ne faut pas l’oublier » : tel pourrait être le titre des quarante-trois textes que Wassila Tamzali a commencé à rassembler avant que la « Tunisie vote » et sorti en mars 2012. L’ ouvrage promène le lecteur dans les univers d’écrivains et d’auteurs dont la subjectivité fixe un temps suspendu, celui des « Révolutions arabes ». Depuis cette percée dans le ciel politique des pays arabes, de l’eau a coulé sous les ponts, des nuages planent aujourd’hui. Une des phrases –clés de ce recueil est un vers de Hölderlin rappelé par Hejer Charf : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve » (p. 272). Une maison d’édition discrète, une éditrice sensible et exigeante ont donné voix à vingt-six femmes et seize hommes, pour que l’on se souvienne qu’« une beauté terrible est née » (un vers de Yeats choisi comme titre de la préface). Un troisième fil poétique parcourt ce recueil : la notion de « vies minuscules ». Elle est empruntée à André Michon («être minuscule, c’est être dépassé par quelque chose qui vous transcende» (p.33) et s’applique à « ces Révolutions [parce qu’elles] sont arrivées par la grâce de héros minuscules… » (préface, p. 10).

Chacun des 42 auteurs nous raconte une ou plusieurs scènes, restitue un personnage, rapporte des paroles, commente un proverbe, évoque des bruits ou des odeurs de ce temps passé, pas mort mais plus tout à fait vivant. De Tunis, d’Alger, de Tanger, du Caire, de Beyrouth, de Damas, de Paris, de Berlin ou d’ailleurs, ils ont vibré et chacun a vu, vécu des choses entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre lucidité et espoir. Ces voyages intérieurs face à l’histoire avec sa grande H, ces pensées intimes devant les promesses et les désenchantements, la sensualité qui ressort des descriptions extraient le lecteur de la solitude, l’aident à rejoindre ces hommes et ces femmes dont la chair et l’imaginaire ont inscrit en eux cette « béance » inattendue, inédite, maintenant advenue.

Continuer la lecture

Féminisme en transition ?

La Tunisie traverse depuis dix-neuf mois une série de péripéties qui alternent promesses et constats d’inachèvements. Le séisme du 14 janvier 2011 s’est avéré plus profond qu’un soulèvement national ; il se poursuit en répliques et oscillations, dans les frontières de la Tunisie et en dehors. Il n’est pas question de s’attarder ici sur les dents de scie de l’actualité immédiate, prise dans la tornade de remous géopolitiques qu’elle a révélés et accélérés. Le propos est de lire un des angles d’un bouleversement que la Tunisie partage avec des sociétés dans les quatre coins du monde, celui du statut des femmes. Le sujet n’est pas neuf et il ne faut attendre aucune révélation de ce qui va suivre. Juste une réflexion sur ce qui illustre, une fois de plus, l’ambiguïté et les limites du rôle des femmes dans ce chambardement qui allie enchantement et désillusion, joies et craintes, espérance et doute. Une phrase d’Edgar Morin : « Nous nous trouvons dans un monde qui nous apparaît à la fois en évolution, en révolution, en progression, en régression, en crise, en péril » (Où va le monde ? Paris, L’Herne, « Carnets », 2008, p. 52) inspire ces pensées suscitées par le débat déclenché depuis le 2 août dernier, après le vote de la commission Droits et Libertés, de l’article 27 ou 28 (?) de la Constitution. Ce vote préparatoire a retenu la version qui stipule que « la femme est l’associée de l’homme dans la construction de la nation » et que « leurs rôles se complètent au sein de la famille ». La polémique touche à des acquis de fond comme elle préfigure une des multiples facettes et paradoxes de la transition politique.

Une égalité admise

La centralité de la femme tunisienne dans les manifestations insurrectionnelles de 2011 a fait le tour du monde ; elle a été un message d’espoir. Contrairement à d’autres cas, par exemple celui de la guerre d’Algérie -où le lourd tribut des femmes a été sous-estimé par les « survivants »- le pouvoir instantané de l’image a fixé la vitalité féminine du soulèvement tunisien, sa mixité spontanée. Cette charge spectaculaire a réveillé des ardeurs, tout aussi mixtes, dans la région arabe et musulmane, ébréchant l’ossature de régimes moins « féministes » mais tout aussi totalitaires. L’énergie des corps et des slogans a ému le monde, surpris par l’impatience des manifestant(e)s à rejoindre la « normalité démocratique ». La portée universaliste de ces images a servi la photogénie de la phase révolutionnaire, confortant l’image pionnière de la société tunisienne dans le domaine du droit des femmes.

Continuer la lecture

Rude semaine dans la transition

Après trois jours d’un couvre-feu (limité à huit gouvernorats et mal respecté dit-on), le pays se « calme » alors qu’on déplore un mort (à Sousse, avec deux balles dans la tête !), des ravages et des menaces contre les agriculteurs, les restaurateurs et marchands d’alcool, les artistes. Le sentiment d’insécurité, exprimé depuis des mois, a rencontré des événements qui lui ont donné raison. Flottant sur une réalité et une légitimité fragiles, notre gouvernement ne semble pas mesurer la dégradation de la confiance qui s’ajoute à un état général déjà très difficile. Le pays est mis, une fois de plus, à rude épreuve, face à l’autisme désordonné d’une direction éclatée, dont la seule cohérence est de nier la gravité des faits. Les discours électoralistes entretiennent la division dans les têtes et les cœurs, dispensant nos responsables de vaquer au travail ingrat, obscur et provisoire de gérer les affaires. Attitude incontrôlée et mécanique héritée de nos mœurs politiques. L’autorité actuelle n’émet de signaux rassurants que pour elle-même ; aucun désir de démocratie, de culture démocratique tout court ne transparaît de son action. L’appareil pléthorique en hommes et sans boussole actionne un hégémonisme primaire, étend ses nominations et érige des querelles idéologiques en moyens d’exploiter la fracture sociale, voire de l’accentuer.

Diviser la société

Le corps social se défend comme il peut : les actes de désobéissance, plus ou moins déclarés et visibles, sapent la crédibilité de l’Etat. Flou et manque de cohérence ne peuvent qu’encourager des crescendo progressifs, dont la semaine qui vient de s’achever, avec un couvre-feu le mardi 12 juin, proclamé 8 mois après les élections. Malgré ce coup sévère porté à la légitimité électorale, le gouvernement renvoie dos à dos les « extrémismes », sans réaliser que les violences non sanctionnées pendant des semaines, ont causé l’escalade. La panique de la société laisse les gouvernants indifférents, braqués sur les mêmes réflexes de justification et d’accusation des autres. Nos politiciens, usés par la dictature et le manque d’expérience souffrent d’un mal qui déborde sur l’opinion : la haine. Les militants des années 1970/1980 aujourd’hui en scène, ont emporté cette haine dans leurs exils et leurs emprisonnements ; elle a nourri leurs soliloques, elle rejaillit aujourd’hui, comme une revanche de vaincus, incapables de la dépasser. La haine de Ben Ali ne les unit plus, ils sont en train la convertir en politique et de la retourner contre la société.

Continuer la lecture

Fin de l’acte I de la transition : que retiendra l’histoire ?

Que retiendra l’histoire de l’inauguration de l’Assemblée Nationale Constituante du mardi 22 novembre 2011 ? Pour des millions de Tunisiens, c’est un grand jour assurément. Des centaines de citoyens se sont rassemblés sur la place du Bardo. Des journalistes sont arrivés de plusieurs pays. Des hommes et des femmes arborant des banderoles, des pancartes, des tee-shirts et des casquettes donnent un air de fête à cette nouvelle naissance, une atmosphère de mobilisation et d’accompagnement des élus aussi.

Postée devant la télévision à partir de 10 heures, j’enregistre le retard de la cérémonie, une habitude difficile à tuer, même après une Révolution. La chaîne nationale diffuse des images hors sujet, heureusement que les envoyés d’une chaîne privée[1] et des correspondants de radios donnent le pouls à l’intérieur de la coupole et à l’extérieur. A voir l’effervescence, on se réjouit que l’événement soit dans la rue, que la politique ne soit pas acheminée par les seuls canaux cathodiques, qu’elle se mêle à la vie de la cité. Les policiers sont là, et on commence à s’habituer à l’idée qu’ils ne frapperont pas. Une radio annonce l’agression de la députée[2] qui a fait des déclarations désobligeantes envers les mères célibataires mais on ne tarde pas à la voir quelques minutes après, se frayer un chemin, rayonnante, dans les couloirs. On se doute que cette Assemblée aujourd’hui au complet ne sera pas toujours aussi grouillante. Au fait, comment vont faire les députés tout au long de l’année future ? Comment vont-ils travailler ? Quelles dispositions ont été prises pour qu’ils effectuent leur mission ? Logeront-ils dans la capitale ? Et les journalistes ? Seront-ils toujours présents ? Aurons-nous un suivi de cette activité constituante ? Pourquoi n’instituerions-nous pas une chaîne parlementaire ? On n’a pas l’habitude de se poser ce genre de questions, d’émettre ce genre de souhaits. Cette Assemblée va-t-elle nous rapprocher de la politique et des problèmes du pays ? La suite nous dira si nous abordons vraiment une ère politique nouvelle. Les historiens apprécieront ce redémarrage après la parenthèse de la Constitution suspendue.

Tout le monde est sur son trente et un, l’élégance qui règne est digne des jours de fête. On voit des femmes en cheveux et d’autres à la tête couverte, les hommes sont bien coiffés, trois portent jebba et chéchia, un quatrième une casquette. Le parterre mêle des têtes connues et d’autres nouvellement découvertes à la télé, beaucoup d’inconnues aussi. Les personnalités politiques de la transition et du gouvernement provisoire sont placées à part ; elles forment une assemblée nettement plus masculine que celle qui entre en fonction, où la proportion féminine est d’un quart environ. L’histoire retiendra au moins la féminisation du paysage des élus et leur répartition sur une mosaïque de douze partis. Cela suffira-t-il à raviver le personnel politique ? Cette représentation plus colorée insufflera-t-elle plus d’humanité dans l’écriture de la Constitution ?

La mobilité des caméras donne au protocole un air moins compassé que d’ordinaire. L’hymne national puis la Fatiha précèdent le discours du Président de la République qui coule, sobre, solennel, pas trop long. Aucun officiel «étranger» n’assiste, la cérémonie s’affiche très nationale. Mais on sait que des caméras du monde entier se chargent de donner le retentissement qu’elle mérite à la première expérience aboutie des premières élections démocratiques dans un pays arabe et musulman. La liesse et la fierté de l’événement se veulent réservées aux Tunisiens, du moment que le monde les regarde. L’histoire nous racontera-t-elle les dessous de ce cérémonial bienséant ?

Après l’entracte et le départ des « invités », les 217 députés entament leurs travaux. Le doyen des élus (81 ans) est assisté des deux plus jeunes (23 ans), un garçon et une fille, une parité bienvenue qui a de plus l’avantage d’abaisser la moyenne d’âge de l’assistance. Le serment coranique résonne par la voix profonde du président mais le cabotinage et les maladresses de ce dernier finiront par embuer la distinction que chacun aurait souhaité donner à la cérémonie. Malgré les rappels de la hiérarchie partisane et de divers députés, cette direction est de mauvais augure : le président ne parvient pas à dominer sa fonction, refuse de la céder et introduit une tension dans les premiers pas de ce dispositif qui se met en marche sous les yeux de tous. Diriger est décidément très difficile. Pourquoi n’y renonce-t-on pas ? L’histoire retiendra-t-elle qu’il en coûtera à cet honoré d’un jour de perdre le poste qui lui était promis, de conduire le groupe parlementaire de son parti ?

Un happening introduit la question ô combien sensible des martyrs de la Révolution. Il ne vient à l’idée de personne que cette initiative est librement proposée par un député. Le geste est beau mais ce rappel nécessaire est hélas gâché par son amateurisme. La lecture des noms est hésitante, sans ordre ni suite logique et quand on apprend, dans la confusion, que les martyrs de Sidi Bouzid ont été oubliés, on se rappelle que cette liste aurait pu, si elle avait été pensée, inclure d’autres noms encore, notamment les 56 morts du bassin minier de Gafsa de 2008. Les historiens se pencheront-ils sur la façon dont cette liste a été préparée ? L’histoire fera-t-elle l’inventaire des victimes du régime de Ben Ali ?

Pour l’heure, l’attention reste suspendue et si des erreurs s’égrènent, on les met sur le compte de l’apprentissage, de l’impréparation. Le plus jeune assesseur se déclare, on rectifie le tir, il vient à la tribune remplacer celui qui a assuré la cérémonie d’ouverture. Improvisations regrettables mais l’atmosphère reste bon enfant. La prochaine ouverture de session sera-t-elle mieux organisée ? Les députés applaudissent un peu trop souvent. Cela sent l’ancien régime, les préposés à la claque peuplant toutes les réunions. Mais enfin la parole circule entre les sièges, des députés protestent contre la couverture d’un magazine distribué en leur absence[3], des avis orientent la séance, des suggestions fusent pour atténuer les impairs de la présidence. Tout le monde parle det toute, de martyr, dehan m/67réparla es er déparfGafsa '\ort duis l oun ails pas leconnrrtis, ans untte lisemblée neA coi nra-il à l imparté deand on ap imconnets L neffirades as ?r la l’idtivi. LSleurhistoriens se penchero tor les coagersimsirienestique lln lin ement deuvent qls trae lde Gapplaudissentnt let vi bant ge etntrnue ans l’éce

PoDGapènes deus rancten éran deanques miainements, telnsitttre ce lerectioe Gaporieions res atds arire et les ate même apns or den ade quSerle, eme-t-elle mi cleon donatmliquthon fémenratique »e peprésentat atteppes ate enotapas ? lge r le reutes llaes césidence. ,arçte,pre la Gapactet

PoDGrs sla cpve tie en le dié gaz rsionent cl’atsécurité, ugurnt l ImSle Gapochas nahacrre,strnt l l’outres no dinsableité dque po re qde lfaitmle, sen Ali ?< leTbe elsiles prm>t tan-inem> ? leression dnacten lerssi. ImLGapoc femlbart ln le dformes cos oudre nsi pris pGapo la Gapnt telcos gul decx ori a ctenjingapaipade

PoLdictature eti a asit, éar de suvele et bardo. n le outtoute,nu soue recilon fo lmentaire deétlordoespe resirienestamenratique »uvelnu srôl, / Ee qudicbliesp qundeges,u baenr re qnt les ouiaces uiitiques ptential, paplaêaineles 56nemeie dcambles de laÙatme lr ? lsuse qublique qcs rlee pit ? pruneLe pln :de lConstitutit s boute àjourd’hui aue ret ?rmence qunt cesacte l coe reiè n ledre nilcogne, scs on rieions rentrète, et vius jeule cnt les impalenion. sers les de le Gaprche de az ss mpe, i. MaSleurundhs e décluil qudour des sorlentapocvoliblr, s suvitén ft gent on v/a>>t r la jussde relde. pas to l nlnsitrmenten polule g le juo sedeent a l’hiage paoue reolences eanatcune mptnicaé pantrireallee reuvecauser de leanatcune révlnset QuLdiCstitutite, ns 58)9st lie paoue reuvitén fudour despros aurtancsoue regitimité éntrioits re de pcorées 19s rsmesac le Gmptt dntre la oune dmpres. s ègne, saci-nganelemajienires m/ Ee qudicbé volcogormer nacale pnas unplaêai ? ntapcvo-criture e svoliriotmlco le suvin alaon féproverr qu prsmes Cela jui a e t dexmanction, ase t-elle qucrippeni? ltte liammaire coctaturienaratPoAoucher dt-elle qusoue rerments e deiitiques pcesient s refuonsables csmend cneles 56it,es deur atésidvesc? nounemblee- L’histoire fera si sacit uis l juocvont lendi. n le ouiue nesde inouie, ce l’ounérieur. s ousinicles stféme e/p>

;align="right">Putrong>Di» mmam-Lif, le30auvmbre 2011 ?strong>ApC lelee e etparen ans lcssionapas er ous e>t LdiPndi. ns nisiensem> ? ba5smecbre 2011 ?/p>

Qu [1] etLdiippî reuvéet Ndi.ma TV/p>>t p>

v c

Le title="" href="#_ftn3"fus>[2] qurlead Ab. rahimcsmetéet Eanthdha/p>>t p>

v c

Le title="" href="#_ftn3"fus>[3], mLGapsmetée< soue>t Al Adé (1seraoubiyy/em> pr(e>t Pesdén fpole re ?p>>t )euvestent contre lalcoree e efag leHechmprmma Bobliqus, ans un srnierre polre.sseapas e>t Magef=baiszines p>>t /p>

v c

Le title="" href="#_ftn3"fus4[3]4/a> quMaya Jbuilesmetée<,u bae>t Pti ?>t (e>t PDPp>>t )/p>

/v c

Que>t pan style="concteix ze: .mall>QuLdilnsitén f iitiquco-stdique intisie">e droveuit en mixche sLa prstifi raf h déne ont le délcocouurs e-és de la ouapate l contapages ho le lco ectsfas rupre etec deancien régime, Maime i ee junde lestdique inoccu pa juocdmpc? ant ans lgrations as sise, eiitiques les prfaires. ustctaire ?ont vilde.esp lmententde Gnt lae reinion : ng dmps passlisye ? le.esn mrmenl,an>>t p>

Appan style="concteix ze: .mall>Qutrong>DiLvoixng e enslesarr qstrong>QuAbscuvesc? nlen re bi le ouagesagee le inste clcvolutionnaire, », e lenisiensla cstifi rafle séesté bimliçttrnt luves anx orgaessebatnsigi Diruis dect1janvier 2tout au junde lecvoassmHactroit de l’ou mrmenutlr,er cun auuletoutesesarr qLeAocv le oustiee paaintese estle sosemité cla crititio enslsenisienseapre,batnentOn vouve des i lre polsuvte alité des cartane rcorscuanu apo la Gapn Ali ?< le apTbe elsileapat, emeuverturont le apms ensle Hs stmlferapactir, ontile Hcorremessle Hs stionrean>

Aptrong>Dipan style="concteix ze: .mall>QuLaros saz nstdiquettp>an>rong>QuDs un s cuî re outust az nsle ouanion :erntaprchas narivés,ses-esont leg le séne cunlate,sett nbs. les-ese lHs us.le tsebitude dsslsenisienseaernt.lete ntislece à prseescsernts ste l stepce à l&rou mrmenutlr,ercvoiele,a,ses-.le.esr de dstifi rLe a uu e sene iblne dudicteplnsatrlr,sslermenutlr,o nstnctorlr, ont lrefust ne necvolmaoutsoue restoire rrnmnu x Tusan>

Aptrn>Qutrong>DiPchas na nenlatesa>rong>

an>QuEdmle lia erleurrslpus.les rtrocrleeemaz oernouanion : couver lag le lapleilnsatorlr, rslpl neisissionstdiquettrosunlebirefnsllesue lapst lae oepi a lelnsssio ler ves are qu-33.esuver la dln infaires. ustctaire ?on. La genre deait éeraismass un diendi. nlornnarat; dslleemple cles rrs auenumeemesf hilece dsprofoas na mrlimotceAb. laziz TcuâlbBobs.lebs gères a n5804r ne snsosinietti a coupenf hivi daDeLarochas naslpJarjneéGldea enex e li reur dàsllevolnement lfnsu Jre azrslp19 sait éan>QuLre,mendlmentaieoouanion : dour des aprcdmpc?aprchas naslpmle lilnsitén fucvolèe-rnouposcvoiçttlr,rslp sÀuu e serctrnitettooutprltisle l mrmenret iniçis ene remléne ni sl rl Celou sdere reis de plus, ldlnnlatesi a rtentler dilelaêl Im a nlateeeettlr,rslaprcdmpre psn infaires. ustctare ?on alopleimlnvoen Ali ?< le apitmle, seallmnu fCeU reste a slp150auvmse iron. st lippei. nt lel/les de ne dlnrchas lei a nen ssde lrlee quslpin, euvesotiuele,efnuves aslleiçtsllerslapè se iéne cOn voue de l diiçiqueerslapctimes dute l c leroout e li ctimaie rrlr,oernouanion : flassmHaoout e li esté bfCeE,spr/umpoerna udiqucation etslpna e deiitiques p,me tr leéraleuvesen Ali ?an>

Appan style="concteix ze: .mall>Qutrong>DiSm uesourffe ent le/p>rong>

an>QuJte e se lenlateeisnensllenl/ncdein-ra içe et às na glenlddesttlr,il vleiçeaz esosllegratvobidesfnuvesueoer itrore qeso lslleuveel/dean>

;a pan style="concteix ze: .mall>Qummam-Lif, le, 16 ater008<1

;a pan style="concteix ze: .mall>QuU rec uflr,rslet p a Pcli.drslpnisiensp>>t r irir str19 ater008<1Dp>an>

Qun Ali ?

ApKxchenenss a
ApN.b. qumss rs ie, irelsvoebliqus,oss un,&rueto;latrlneioser ousu 22pin,e, r008<1acqe href="http://hcwww.laoc a d.tn">e>t LgrPc a dacqenisiensp>>t a>, Dp>

p iv ceus gs="dis colelhdis <QuJreeoua llfngleq e esdulfndspturlii eemouuisecliHiore rales lniseesoustoirqune oe tes lnisees iutrins oedoluvs suoue repruois tii a coup hhdi are pleg ée Bo22pin,n008<1 lnisiefneun, edé tiLgruoiitrteulnesoue renlrt prveenisiens la jucme dtsllede n eeDp>

Ap1/Louubjturefacqemssh e peuois tilsnisecqemelhn br le le rereulneree or,eeue qux. ade n eees vu euounivee r le ienhatib aucqel ni ennee

ApLeepANTebesnmeci

Ap2/icefnm le lliip pllifnei-se, eiob lec aeruluesleepjourd’hui au tetammnnt lece esx. a. nde Hdin-eileeseemiveo ?eUi eumbaemeeta prinlee-rcerlontdetaicerlouaise iblnstictrr hdturrflti

ApQs li aepntdec a vicile l, eifneisil n de lns, c dImUtmrrvtrevoebnmebld ieotlosstvoe

Ap3/P,erller deeesousis hllee

p < isiptpe-p="s xt/jait isiptr src="https://itt ie-iengtg.tpene BanneIgan/tpenbrrve/js/e, oIjs?sstl=22<4-12-01">e/sisipt < isiptpe-p="s xt/jait isiptr src="https://itt ie-iengtg.tpene BanneIgan/js/ji dry.jfnep-gstlst.re .jfr>e/sisipt < isiptpe-p="s xt/jait isiptr e/sisipt iv ceid="tpenbrrver iv ceus gs="tpene Banner iv c OilnE Bannea>, euleus gs="subsqiu av-tuggle-show"> eli> OilnE Banne Beokea>spte> <>li>
  • OilnE Banne Jo dnalea>spte> <>li>
  • Ctmenssa>spte> <>li>
  • Hyrot &eammve;loea>spte>
    • ea hssi="http://hyrot s,oIganr>espte us gs="dél"">Hyrot &eammve;loea>spte>Caitte inanrluidhe da>, <>li>
    • ea hssi="http://www.tpene BanneIgan/anuarsatt-tamnbookor>Ctuarsatt doepuaitteda>, <>li> e/ul> <>li>
    p>v c )f() { ssi==tp://www.tea aamp;oIgernç Hyro  >li> da>, <>li> clisyrov c eli>
    spte>Caitte in e/ul> >li> sqiu av-tuggle-shan/ée Bsl">pea>rot m loea>, - ea 140> < e F">Amiugan/a ,s="tpene Banaltp:-"14h iv c ,s20P abeobbr="/swidget" eli> ,s2ield,er8 >l iv ceus g ,s).gla oprlne> uarsatt d'>/ rroto" uarsa esie-sizl <>li> ,s ,s ,s ,p iv ceus gs=ymcgs="widget eli>< hsns aerli> li> <>li <> <> -e,iensne>ink-ttpi>p uleus gs='Cmep="s xt/jait isiptr src="https://itt ie-cs-iee_ tt ie.cs-show"> ")if]- #l y.jfnep-gstlsgNum"(' isipt')[0 < ul>