Archives par étiquette : Syrie

Panarabisme et diplomatie européenne, 1912-1914

Compte rendu de l’ouvrage de Kaïs Ezzerelli, Diplomatie Occidentale et dissidence arabe. La France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane (1912-1914), Tunis, Dar al Wasla, 2014, 218 p.

Edité par une toute nouvelle maison d’édition (Dar al Wasla), cet ouvrage est signé par un jeune auteur tunisien travaillant sur les relations intellectuelles et politiques entre le Machrek et l’Europe principalement. En attendant l’achèvement de sa thèse sur l’intellectuel syrien Muhammad Ali Kurdi (1876-1953)[1], Kaïs Ezzerelli livre une étude de la diplomatie européenne au Moyen Orient dans la période qui précède la Première Guerre mondiale. Ayant vécu en Syrie et interpellé par la situation dramatique où se trouve ce pays depuis 2011, l’auteur reprend un ouvrage préparé de longue date à partir d’un dossier d’archives du Ministère Français des Affaires Etrangères, de revues (L’Asie française, La Correspondance d’Orient, La Géographie, Revue du monde Musulman), d’articles de presse et de rapports de l’époque consacrés au mouvement arabiste qui se développe dans la Syrie ottomane entre 1912 et 1914. Divisé en trois parties et huit chapitres, l’ouvrage se déroule selon un plan chronologique.

L’angle d’approche inspiré par les événements actuels est celui du poids des relations internationales dans la situation syrienne ainsi que l’impact des facteurs économiques. A la veille de la Première Guerre mondiale, la France est la deuxième puissance coloniale après la Grande Bretagne au Moyen Orient et l’Empire ottoman est en cours de dislocation. La Révolution Jeune Turque (1908) fait apparaître une conscience « arabe » qui impose sa représentation au Parlement. Une série de révoltes au Yémen, au Hijaz et dans la montagne des Druzes (1911), dans les Balkans (l’Albanie est indépendante en 1912) affaiblissent le pouvoir central. L’espoir et l’idée d’un califat arabe qui sortirait de l’emprise d’Istanbul se répand au Machrek, encouragé par l’Angleterre, à un moment où la France déploie ses capacités d’occupation au Maghreb (le Maroc entre sous protectorat en 1912, la régence de Tripoli est sous occupation italienne depuis 1911).

Les rivalités entre la France, l’Angleterre et l’Allemagne sont portées par les antécédents et les objectifs des représentations consulaires dans la région. La France, protecteur séculaire des Chrétiens d’Orient, entretient un réseau d’écoles et d’hôpitaux auquel s’ajoutent des projets industriels d’envergure, notamment pour l’infrastructure ferroviaire. L’Angleterre est proche des milieux musulmans et vise à renforcer sa présence dans les abords du canal de Suez. L’Allemagne entre en concurrence par le développement de la langue allemande et des marchés comme celui du chemin de fer de Bagdad. Au milieu de ces convoitises, la question syrienne va fixer la stratégie diplomatique de la France pour un temps.

En Syrie, la presse fait apparaître des noyaux intellectuels qui revendiquent décentralisation et autonomie par rapport à Istanbul. Al Muqtabas, premier quotidien de Syrie fondé en 1908, prend une coloration « arabiste » à partir de 1909 en réclamant une administration arabe, un service militaire local et des réformes sous le contrôle d’experts étrangers. La connexion entre ces groupes intellectuels et la diplomatie française trouve son terreau dans ces revendications autonomistes qui prennent une connotation sécessionniste quand elles sont relayées par les wali-s. La France entreprend de soutenir ce mouvement politique qui regroupe musulmans et chrétiens engagés pour des réformes décentralisatrices et la défense de la langue arabe. Dans les archives apparaissent les traces d’organismes voués à sonder les populations de ces contrées : une Commission Interministérielle des Affaires Musulmanes est créée en juin 1911 et l’encadrement sanitaire se structure autour du pèlerinage de la Mecque qui se développe grâce au chemin de fer.

L’ingérence du lobby colonial français fait l’objet de dissensions au sein du courant réformiste entre les adeptes d’un arbitrage étranger et les défenseurs d’une ligne indépendante. De son côté, la diplomatie française, loin d’être unanime, s’inquiète des retombées probables d’un effondrement de l’Empire ottoman, parvient à convaincre les militants arabistes d’organiser un congrès qui a lieu à la Société de Géographie de Paris du 18 au 23 juin 1913[2]. Le Congrès arabe syrien de Paris porte la marque de l’objectif d’adoucir les tendances séparatistes : tout en ménageant le rattachement ottoman, les résolutions votées par le congrès gomment (dans la version arabe tout au moins) la distinction entre syriens et arabes.

Cette étape fondatrice du mouvement arabiste portée par les étudiants syriens et libanais de Paris va être prise entre les enjeux économiques et militaires européens et les rapports de force locaux. La France entre dans une accélération des péripéties politiques et abandonne ce soutien qu’elle croyait tactiquement bénéfique. Le revers diplomatique français favorise la montée de la présence anglaise dans la région.

Ce court épisode d’histoire politique élargit la perspective du lecteur d’aujourd’hui. La chronologie dressée par l’auteur de 1906 à 1914 (pp. 195-210) permet de retrouver les faits saillants d’une période où des liens politiques se recomposent. L’historien retrouve des éléments pour comparer des segments d’équilibre géo -politiques en fonction des moyens mobilisés par les acteurs en présence dans la région. L’arabisme qui fermente à cette époque va traverser plusieurs étapes face aux courants ottomanistes et panislamistes qui structurent l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Avant d’être consacré par une mobilisation politico-militaire d’ampleur (la révolte de 1916-1918), le mouvement unit des intellectuels syro-libanais qui aspirent à se débarrasser du joug ottoman. L’orientalisme européen est une ressource diplomatique et un trait d’union entre des protagonistes finalement soumis à des considérations économiques et stratégiques. Les élites jouent des rôles différenciés dans ces scènes mouvantes où les accointances et les résultats n’apparaissent qu’avec le temps.

Les coïncidences entre les mouvements de libération (et les horizons qui les sous-tendent) et les intérêts des puissances agissantes ne préjugent pas de l’écriture de l’histoire mais en replaçant les acteurs dans les logiques des contextes où ils évoluent, on comprend mieux la suite des événements. L’entrée en scène de la France puis de l’Angleterre, dans un style et à des moments différents, vont infléchir les tendances de l’histoire du Moyen-Orient au XXème siècle. Les intérêts économiques qu’offre cette région face aux compétitions et aux possibilités d’intervention des puissances étrangères vont peser sur toute forme d’évolution ultérieure.

La lecture de cet ouvrage est d’autant plus stimulante qu’elle dessine des pistes de comparaison éclairantes pour comprendre les troubles géo-politiques actuels qui secouent la région et la situation de la Syrie contemporaine.

Hammam-Lif, le 31 janvier 2015

[1] Engagée sous la direction de Nadine Picaudou et poursuivie sous celle de Bernard Heyberger.

[2] Le rapprochement avec les congrès organisés entre 2011 et 2013 autour de la situation syrienne fait l’objet d’un article de l’auteur publié dans La Presse de Tunisie des 2 et 3 juillet 2013 (reproduit pp.175-185)

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°19, Publications de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, La Manouba, 2014, pp. 81-84