Archives par étiquette : savoir

« La chose publique ou l’invention de la politique » à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. « Du langage académique au langage de la fable« . Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème « La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie » en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

Pour une science (plus) durable en Méditerranée

propos de la dernière conférence GID Parmenides 6, Malte, 12-14 novembre 2013.

En assistant à la dernière rencontre du cycle Parmenides organisée par le GID (Groupe Inter-académique de Développement, fondé en 2008 à l’initiative de l’Institut de France) du 12 au 14 novembre 2013 à l’université de La Valette à Malte  ( http://g-i-d.org/spip.php?article148), j’ai éprouvé le même sentiment que les sessions précédentes auxquelles j’ai été associée1 : le plaisir de parler de mon expérience d’historienne de la Tunisie contemporaine, à des scientifiques chevronnés venant d’horizons divers, soucieux de donner un sens plus efficace à leur savoir et de relier leur connaissance à une meilleure action sur le devenir humain, notamment dans le pourtour méditerranéen. Le GID est aujourd’hui soutenu par six académies françaises auxquelles se sont associées la Bibliotheca Alexandrina d’Egypte, l’Academia Nazionale dei Lincei d’Italie, l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques du Maroc et l’Académie Nationale des Sciences et des Techniques du Sénégal. L’Académie tunisienne des Sciences des Lettres et des Arts (Bayt al Hikma), fondée en 1983 et présidée par l’historien Hichem Jaït depuis février 2012, était représentée par le géographe Mongi Borgo, en vue de joindre de façon opérationnelle le réseau GID-EMAN (Euro-Mediterranean Academic Network) qui regroupe 20 académies des sciences dont 10 appartenant à l’Europe du Sud et l’Afrique.

Traduire le savoir en action

Le dialogue instauré par les participants à cette sixième rencontre Parmenides s’est particulièrement focalisé autour des sciences marines qui ont servi d’axe à une réflexion générale sur les rapports entre science, savoir et pouvoir. L’ordre du jour était de concevoir un observatoire pour le développement de la Méditerranée (ODMED). Quels forme et contenu donner à un outil qui aiderait à résoudre les problèmes écologiques, politiques, économiques et humains qui se posent sur les deux berges méditerranéennes, regroupant 23 pays et englobant plus de 150 millions d’habitants ? Partant du constat que les savoirs sont inaccessibles et illisibles aux pouvoirs en place, ce dispositif est appelé à « traduire » (dans tous les sens du terme) l’éventail des possibles qui peuvent intégrer les connaissances scientifiques et techniques dans l’environnement social et économique et donc leur donner un sens. Toute la difficulté est de ne pas accoucher d’une nième ONG qui ne ferait qu’ajouter aux innombrables organismes d’intervention un « machin de plus » dont les phrases de recommandations dormiraient dans les tiroirs. L’objectif est ambitieux et les organisateurs ont prévu de faire témoigner des animateurs de projets réussis (Gênes, Izmir, Malte, Palma…) pour engager les participants à penser concrètement ce qui peut être réalisé.

Continuer la lecture

  1. Vers une vision intégrée du développement scientifique en Méditerranée, conférence Parmenides 5, Paris, 20-21 mars 2012 ; Assises du GID, Paris, 22 octobre 2012. []