Archives par étiquette : revue

Porte d'entrée de l'IBLA, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

IBLA rouvre ses portes aux lecteurs

Les lecteurs de la bibliothèque de l’Institut des Belles Lettres Arabes (IBLA) peuvent de nouveau frapper à la porte bleue du 12 rue Jamaâ El Houa. Elle est juste derrière la mosquée de l’ancienne « place aux moutons », rebaptisée « place du leader » après l’indépendance. L’incendie du 5 janvier 2010 a privé chercheurs, étudiants et lycéens d’un lieu de travail et d’étude, abritant plus de 30.000 ouvrages et de 600 périodiques. Depuis le 5 mai 2014, toutes les matinées de la semaine, et les après-midi des mercredis et jeudis, on peut consulter ce fonds, un des plus riches de la capitale, en arabe et en français (en italien, en anglais, en allemand et en espagnol aussi) sur la Tunisie, le Maghreb et le Machrek.

Ancrage dans le XXème siècle tunisien

Que l’on s’intéresse à l’histoire, à la littérature, à la philosophie, à l’anthropologie, à la psychologie, à la linguistique, que l’on pose des questions à la période contemporaine ou aux temps plus reculés, la documentation de cette bibliothèque, initiée et gérée par les Pères Blancs, depuis les années 1930, a valeur de boussole et de référence de premier plan. La maison du fond de l’impasse est, depuis 1932, le lieu d’habitation et d’étude des membres de la Société des Missionnaires d’Afrique, fondée par le Cardinal Lavigerie, cinquante ans avant, en Algérie. Leur fixation dans cette demeure de faubourg leur permet de constituer la documentation amassée en bibliothèque et de pérenniser le bulletin (Les Cahiers et Documents Tunisiens) né en 1928 et destiné à s’initier aux règles de la vie tunisienne. Dans cette maison est conçue la revue IBLA, acronyme de l’Institut des Belles Lettres Arabes. Le premier numéro paraît en 1937 et la publication périodique ronéotypée devient imprimée en 1942. Le Père André Demeerseman (1901-1993) qui s’est fait remarquer en jugeant provocatrice la tenue du 30ème Congrès Eucharistique de Carthage (7-11 mai 1930) est l’un des animateurs de la communauté et du travail d’observation et de relais qu’elle se donne. Arrivé en Tunisie en 1922, il s’intéresse de près à la vie intellectuelle tunisoise, suit les cours de la Khaldouniyya et notamment ceux de Tahar Sfar (à qui il consacre un ouvrage Là-bas à Zarzis… et maintenant, MTE, 1969), lit les journaux, ouvrages et revues de la place. Ses travaux (125 articles et plus d’une centaine de recensions dans la revue IBLA et 20 ouvrages) et ceux de beaucoup de ses compagnons (André Louis, 1912-1978 ; Jean Quémeneur, 1911-1970 ; Gabriel Magnin, 1910-1977 ; Michel Lelong né en 1925 ; Jean Fontaine né en 1936) consignent le mouvement des idées, les écrits des intellectuels, l’évolution de la famille, et toutes sortes d’aspects de la vie quotidienne, les faits de langue, les coutumes, traditions et arts de faire des différentes régions du pays.

Née dans la veine orientaliste, IBLA évolue avec le contexte politique et culturel tunisien, s’en imprègne et en rend compte. Mathilde/Moufida et Habib Bourguiba habitent dans le voisinage. Avec prudence et discrétion, les Pères Blancs montrent un soutien au mouvement nationaliste. L’éditorial de la revue IBLA écrit en février 1952 (n° 56, daté 1951), en arabe et en français, en écho aux massacres du Cap Bon, condamne la haine et en appelle à la justice. L’audience de la revue culmine entre 1950-1970, dépassant les deux mille exemplaires. Entretemps naît à Rome, en 1965, un des lieux de rapprochement entre les pays arabes et musulmans et l’Europe : le Pontifico Istituto di Studi Arabi et d’Islamitici (PISAÏ), qui ouvre la mission locale des Pères blancs à une dimension internationale.

Un besoin d’avenir

Cours d'arabe tunisien, niveau 1, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

Cours d’arabe tunisien, niveau 1, Tunis, 2014. Crédit photographique : Loïc Le Pape, Licence CC BY-NC 2.0

Après l’indépendance, les Pères Blancs abandonnent le burnous qui les distinguait,  adoptent une tenue civile et poursuivent leur travail éducatif et culturel. Le soutien scolaire aux élèves du quartier s’organise avec des dons de manuels et l’investissement des étudiants passés par là et devenus enseignants ou cadres de l’administration tunisienne. Les cours de tunisien prodigués par les sœurs blanches attirent des visiteurs curieux et les gens de passage ou en mission prolongée, désirant mieux connaître la Tunisie. Ces cours viennent d’être édités sous forme de manuel (Maison d’étude des sœurs blanches, Cours d’arabe tunisien. Niveau 1 par Madeleine Prim, 246 pages). Comme l’a montré Jean Fontaine au deuxième forum EXPOLUGHA consacré aux langues (3 et 4 mai 2014), et où  l’IBLA a occupé un stand, le dialecte tunisien commence par être traité dans un but utilitaire (collection Le Bled) puis devient un objet d’étude en soi : les contes, les proverbes et la poésie populaire font partie des sujets clés des articles et comptes rendus de la revue. Le fonds documentaire fait également une place de choix au dialecte tunisien, en tant que source et en tant que phénomène structurant de l’histoire culturelle tunisienne.

La bibliothèque est appelée à poursuivre son rôle de lieu d’information et de recherche, avec un fichier matières qui dépouille les articles de revue, une rareté qui fait l’exclusivité de ce fonds. Les travaux de réaménagement engagés après l’incendie sont soutenus et accomplis par des usagers et admirateurs du rôle de plate-forme intellectuelle joué par l’IBLA. Ils ont permis d’achever l’informatisation des références de la bibliothèque et d’ouvrir une nouvelle salle de lecture au rez-de-chaussée de la maison. Le paysage de la recherche en sciences humaines et sociales en Tunisie amène à s’interroger sur la meilleure façon de faire évoluer ce lieu, de façon à contribuer à animer la vie intellectuelle et éditoriale et à ouvrir la production locale au débat interdisciplinaire ainsi qu’à une réflexion civique sur le savoir.

La revue se tunisifie à petits pas depuis l’indépendance, du côté des signatures comme du côté des responsables de la rédaction (15 membres du comité, 8 femmes et 7 hommes). Âgée de 75 ans, IBLA prépare sa 213ème  livraison semestrielle, comporte plus de 1400 articles, sans compter le capital amassé à travers la recension régulière de la production éditoriale tunisienne, en arabe et en français. Son comité de rédaction composé d’universitaires de la place s’étoffe d’un réseau de collaborateurs maghrébins et européens et travaille à une meilleure visibilité de la part du lectorat arabophone et anglophone.

Pour accompagner la réouverture, une journée d’étude consacrée à la situation et à l’avenir de la revue IBLA a réuni le samedi 22 février 2014, des sympathisants de l’Institut, des fidèles de la bibliothèque et des responsables de publications similaires (Insaniyyat, L’Année du Maghreb, Alawan, Maghreb et sciences sociales). Un projet d’association des amis de la revue est en gestation. L’association est destinée à élargir le cercle des soutiens et des usagers d’une institution ancrée dans l’histoire de la Tunisie contemporaine et qui a besoin, elle aussi, de se renouveler face aux multiples changements en cours.

Hammam-Lif, le 17 juin 2014

Publié dans At-tariq el Jadid n° 377, Tunis, 20 -26 juin 2014, p. 5

Que peut la littérature ? Que peuvent les mots ?

On n’encourage jamais assez les revues. L’audience par nature limitée de ce média exige foi et mobilisation pour soutenir un mode d’expression porteur de textes personnels, expérimentaux, tâtonnants qui ne peuvent pas trouver place dans la presse généraliste et qui servent parfois à faire naître ouvrages, essais, nouvelles, recueils poétiques…

Aussi faut-il savoir gré à l’Institut français de Tunisie et à la Foire internationale du livre de Tunis d’avoir programmé une jeune revue littéraire francophone Riveneuve Continents dont la quatorzième livraison publie des textes fixant un peu du souffle littéraire qui a traversé les « Printemps arabes ». Alain Jauson, directeur des éditions Riveneuve et Gilles Kraemer, directeur de la revue étaient présents. Ils ont fait l’historique de la maison – qui espère renouveler Maisonneuve et Larose disparue en 2001 – et abordé les enjeux que l’édition numérique introduit face au statut de l’auteur et de l’éditeur.

Printemps arabes, le souffle et les mots rassemble 36 auteurs (trois des 7 contributeurs tunisiens étaient présents) de 39 textes, échos et formulations diverses face aux événements qui secouent les sociétés arabes. Du poème à la chanson, du courriel au slogan, du graffiti à la nouvelle, ce recueil tente de répondre à la question : « que peut la littérature ? que peuvent les mots ? ».

Il était important de poser ces paroles dites dans la fureur des événements dans le bruit de la première foire du livre post -14 janvier 2011. La démocratie, dont la revue est un média significatif, c’est aussi faire entendre la voix des démunis.

Liste des auteurs publiés dans ce numéro :

Mogniss H. Abdallah, Samir Aita, Mohamed Benchicou, Kmar Bendana, Mustapha Benfodil, Kamal Ben Hameda, Hakim Ben Hammouda, Siham Boucheikh, Mustapha Bourakkadi, Mahmoud Chalbi, Ali Chibani, Najwan Darwish, Amir Eid, Ghassan El-Hakim, Moufida Fedhila, Ali Fenjiro, Hicham Gad, Yves Gonzalez Quijano, HK, Tania Hadjithomas-Mehanna, Kaoutar Harchi, David Hury, Abdelaziz Kacem, Selima Karoui, Osama Khalil, Tahani Khalil Ghemati, Farah Khelil, Driss Ksikes, Souad Labbize, Dalila Morsly, Mustapha Nadi, Alexandre Najjar, François Pradal, Magdi Abdel-Hafez Saleh, Hyam Yared, Samar Yazbek.

                                                                                                                                                                                                 Hammam-Lif, le 6 octobre 2012