Archives par étiquette : révolution

Cinq ans après, un retour sur la ‘Révolution tunisienne’

Ce billet reproduit l’entretien que j’ai eu le plaisir d’avoir avec Olfa Belhassine pour le quotidien La Presse de Tunisie, paru jeudi 14 janvier 2016. Je la remercie de m’avoir donné l’autorisation de le publier sur ce carnet.

Tout d’abord comment l’historienne que vous êtes qualifie-t-elle ce qui s’est passé entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011 : révolution, révolte, soulèvement populaire ou coup d’Etat ?

-Je pense qu’il s’agit de tout cela à la fois ! C’est une crise sociale très forte, aucunement la première dans l’histoire du pays, doublée d’une crise générationnelle, pour cause notamment du chômage des jeunes. On observe également à ce moment là une chaine de soulèvements populaires. Après Sidi Bouzid, Tala s’embrase puis Kasserine, Gafsa, le Kef, Sfax…Le soulèvement est quasi synchronisé, viral, la contagion est rapide grâce notamment au rôle de relais de l’information sur le terrain joué par les réseaux sociaux. Chose qui a entrainé le crash du régime, et Ben Ali est tombé ! On ne sait pas encore très bien s’il est parti de lui-même ou s’il a été poussé au départ en attendant que la situation se calme. Mais ce qui me semble caractéristique d’une révolution, c’est l’ampleur de l’imprévu et des inattendus engendrés par le soulèvement et par ce départ. Nous étions anxieux à la mesure de tous les « vides » immédiats : vide juridique, vide politique, hésitations entre l’application de l’article 56 ou l’article 57 relatifs à la vacance du pouvoir… Tout s’est joué si vite, en à peine deux jours. En fait la conjonction de crises, d’intervenants et d’acteurs a donné cette ampleur exceptionnelle aux évènements de janvier 2011. Je ne pense pas que cela mérite, pour le moment en tout cas, un autre nom qu’une révolution !

Pourquoi cinq ans après, nous n’arrivons pas toujours à donner un nom à ce qui s’est passé chez nous ? Est-ce parce que les témoins directs de cette histoire, à savoir les responsables militaires et sécuritaires notamment, n’ont pas livré la vérité sur les évènements surgis aux alentours de la journée du 14 janvier 2011 ?

–  Il ne faut pas espérer des acteurs vivants qu’ils disent la vérité sur cette affaire-là. Pourquoi ? Car tout d’abord il y a eu plusieurs intentions et plusieurs prétendants au coup d’Etat, y compris de la part de personnes que Ben Ali a appelées à la rescousse avant le 14 janvier- la situation du vide annoncé du pouvoir s’y prêtait-, que ces scénarios se sont croisés sur fond de crise sociale, mais qu’ils se sont au final télescopés et annihilés les uns les autres.  Les seuls à ne pas avoir comploté étaient, à mon avis, les islamistes, parce qu’ils gardaient en mémoire l’échec de leur coup d’Etat avorté en 1987 ! Il faudra beaucoup de temps pour rendre compte de la complexité de l’évènement et  tirer au clair les différentes logiques ayant marqué ces journée du mois de janvier 2011, où le désordre a régné, un élément qui caractérise d’ailleurs les révolutions. Ensuite, parce que personne, parmi les acteurs, ne connait la vérité en entier : ni le Général Rachid Ammar, ni Ali Seriati, ni Ridha Grira, ni Sami Sik Salem, ni Samir Tarhouni…Chacun en connait un bout, celle qui concerne le rôle qu’il a joué. Or, cela ne suffit pas à l’historien, qui doit recouper les données, croiser les sources pour reconstituer le cocktail d’actions, mais également de non actions, de lâchages, d’absences volontaires, de peurs subites, qui ont marqué les journées précédent le 14 janvier. Je ne crois pas qu’il y ait eu quelqu’un  à avoir pu orchestrer tout ça !

Faudra-t-il attendre l’avènement d’une autre génération d’historiens pour écrire l’histoire de la révolution ? Ne faut-il pas commencer le travail aujourd’hui tant que les acteurs sont encore vivants ?

Il ne faut certes pas perdre la mémoire des évènements. Il est intéressant aussi de travailler sur l’effet du temps sur la mémoire de ces gens-là. Il faudra garder présent dans l’esprit l’idée de la pluralité des acteurs de la journée du 14 janvier 2011. Je crois que les journalistes peuvent jouer aujourd’hui un rôle important pour suivre les petits fils existants, afin de nous permettre de retrouver demain, comme les « cailloux du Petit Poucet », le chemin d’une histoire complexe. Je parle ici d’un journalisme d’enquête rigoureux, un journalisme éloigné des effets du sensationnel et du spectaculaire, qui reviendrait sur les traces et les lieux des évènements, sur les témoignages des acteurs et sur les archives.

Qu’est-ce que la révolution a pu changer dans votre vie professionnelle ? Dans votre manière d’aborder la recherche en matière d’histoire ?

-Sur le moment, l’émotion a pris le dessus : j’avais peur pour mes enfants, qui sont sortis manifester dans la rue. J’ai été également submergée par le sentiment que nous vivions une accélération de l’histoire, à la fois le pire- plus de 300 personnes sont décédées au total- et le meilleur- l’énergie, la bienveillance et l’intelligence collective. Chose qui représente encore une fois le propre d’une révolution. Mes repères et mes références d’historienne sont venues après, lorsque j’ai relu les ouvrages sur la révolution française de 1789 et de 1848, ceux de Karl Marx et de Maurice Agulhon. J’y ai retrouvé des points de convergence avec notre actualité : des détails qui se rapportent aux slogans, au désordre ambiant, aux portraits de certains hommes politiques, à l’ébranlement des intimités. En même temps aucun modèle de révolution n’est valable pour les autres, la « révolution tunisienne » se distingue par deux éléments contemporains : la participation massive des femmes et le rôle joué par Internet. Très vite l’écriture a incarné pour moi une sorte de rampe, une thérapie, mettant de l’ordre dans cette avalanche de faits et de situations. L’écriture m’a permis aussi d’être reliée au reste du monde, je me sentais utile puisque j’informais, tout en étant dans ma subjectivité, mes amis et collègues à l’étranger sur ce qui se déroulait chez nous. J’ai publié sur votre journal La Presse un premier article le 25 janvier 2011, un autre type de libération pour moi, puisque jamais encore je n’avais écrit sur ce journal avant le départ de Ben Ali. En juin 2011, j’ai ouvert un blog sur la plateforme de recherche, Hypothèses. Tout d’un coup le cercle de la communication de mes idées s’élargissait d’une manière exponentielle. Je passais de dix lecteurs pour un article de recherche rédigé pendant des mois à plusieurs centaines de lecteurs pour un papier écrit en deux jours. Subitement, je changeais de rythme de travail et de rapport à l’écriture, tout en restant dans une niche, celle du lectorat francophone. J’étais pourtant jusque là un chercheur heureux, satisfaite de mon refuge inconscient,  je ne souffrais pas de l’isolement qu’exigeait la nature de mon métier. La révolution m’a fait sortir du bois, presque malgré moi. Parce qu’une révolution incarne comme le dit Milan Kundera : « la beauté soudaine d’un possible ».

En tant qu’historienne et en même temps de témoin des évènements en cours, vous devez travailler actuellement sur « l’Histoire immédiate ». Est-ce une tâche facile ?

-Dans le déferlement actuel des faits et la rapidité des changements, je me demande si je fais de l’Histoire. Cette discipline demande de travailler sur les témoignages et les sources, de pratiquer le recul critique. Je vis aujourd’hui la révolution, je me sens plus chroniqueuse qu’historienne, une chroniqueuse qui questionne les faits en n’étant jamais sûre de l’interprétation que je leur donne. Comme si je préparais le terrain pour un travail plus cohérent, pas obligatoirement entrepris par moi-même.

Jusqu’au 17 décembre 2010, la Tunisie paraissait comme un pays stable, un « pays sans bruit », selon l’expression de l’historienne Jocelyne Dakhlia. Que s’est-il passé pour que la population réactive tout d’un coup sa mémoire de dissidence au pouvoir, qui a émaillé les années 60, 70, 80 et surtout 2000 ?

-A mon avis, il s’agit d’une alchimie qui n’est pas reproductible. On dit bien d’une révolution, qu’elle « surgit » ou qu’elle « éclate ». On ne la décide pas, elle survient là où on ne l’attend pas, on ne « menace » pas d’une révolution, on ne la « fomente » jamais. Je pense aussi qu’on ne la met pas facilement dans un cadre d’analyse. Beaucoup de chercheurs en sciences sociales prétendent avoir prédit les évènements de janvier 2011, ils ont tout simplement mis le doigt, dans leurs analyses, sur des abus qu’ils trouvaient exagérés, les pratiques mafieuses de la famille Trabelsi, une énième élection de Ben Ali, une situation socio-économique intenable, le monde des affaires paralysé par une prédation organisée…Ce qui s’est passé entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, coïncide avec l’expression d’un ras-le-bol quasi général, celui des pauvres, celui des jeunes, celui des chômeurs, mais également celui des riches et des flics. Le régime de l’ex Président a réussi à créer dans chaque corps un potentiel important de frustrations, d’attentes et de revendications. Et puis l’aspiration à la liberté était partagée par tellement de gens.

Que pensez-vous de l’expression « laboratoire » pour qualifier la Tunisie en transition utilisée par les médias et les chercheurs étrangers notamment ?

– C’est une expression qui m’est humainement antipathique ! La Tunisie n’est pas un « laboratoire », c’est une partie du monde, où se reflètent des crises et des problèmes qui agitent le monde. On y vit une expérience existentielle, qui devrait intéresser plus largement le monde. Les chercheurs étrangers qui nous observent, dans une position de surplomb, devraient se sentir plus concernés par ce que nous traversons. Cette expression me met mal à l’aise parce qu’elle s’inscrit dans cette logique du spectacle et d’une forme de voyeurisme licite et autorisé.

L’histoire contemporaine de la Tunisie est jalonnée par des crises politiques suivies d’ « éclaircies » où le pouvoir, qu’il soit de Bourguiba ou de Ben Ali, concède à la population des libertés pour les retirer une fois la crise révolue. Pensez-vous que ce schéma, très bien explicité par les politologues et chercheurs Larbi Chouikha et Eric Gobe, puisse être applicable à la Tunisie post révolutionnaire ?

-Je suis incapable de pronostics. Cinq ans après, nous n’avons toujours pas de leader, ce qui me semble incarner un changement. C’est une bonne nouvelle, parce qu’aucun clan ne l’emporte finalement. Mais c’est en même temps une réalité inconfortable, et assez dure à vivre. Or, de voir autant de monde mobilisé dans la vie associative, en tant que force de veille, par exemple pendant les élections, me fait penser que dans ce pays quelque chose est en gestation. Les conversations des gens se politisent dans tous les milieux. Une sorte de conscientisation des esprits continue, persiste, se déplace, évoque les problèmes d’intérêt public, les poubelles, l’occupation des mosquées, les actions coup de poing du ministre de l’Education Néji Jalloul… Tous ces débats sont sur la table avec une vivacité étonnante. Je crois en l’intelligence collective, les Tunisiens sont en train de chercher un nouvel équilibre dans ce désordre tout en préservant leurs libertés individuelles… Je suis également impressionnée par l’effervescence intellectuelle et culturelle actuelles : la production dépasse amplement les structures d’accueil. Cela veut dire que le pays dispose de forces vives situées en dehors du cadre politique, et qui sont capables d’exprimer une vérité particulière. Cette classe politique classique reste en deçà de l’évènement révolutionnaire même avec la distance du temps. Elle est déconnectée de la société et de ses attentes. Une expression me plait chez les jeunes pour qualifier les hommes politiques, ils disent qu’ils sont « gdim », traduisible par « has been », vieux, inadaptés à la réalité actuelle. La nouvelle classe politique viendra, elle a besoin de temps, de courage, mais aussi d’assimiler une expérience en cours.

Les slogans de la révolution ont agité les mots liberté, dignité, emploi, égalité régionale, ont dénoncé la corruption et l’injustice. Pensez-vous qu’un jour ceux qui nous gouvernent puissent donner une réponse à ces mots d’ordre du 17 décembre 2010-14 janvier 2011 ?

-Jusque là deux idées clés fondent la pensée politique dans le monde, l’égalité, pour la gauche et la liberté pour la droite. Au-delà des slogans de la révolution, la Tunisie, je le pense, a besoin de conjuguer ces deux fondamentaux, de construire un équilibre entre ces deux piliers pour atteindre une stabilité politique. Egalité entre les sexes, équité entre les régions, justice fiscale également. Le sens de la liberté imprègne aujourd’hui tellement de Tunisiens, une grande partie des jeunes partout dans le pays. Les futurs politiques devraient en prendre compte sinon ils seront balayés et le pays restera à mon avis ingouvernable. Frantz Fanon, dans « Les damnés de la terre » parle de « La terrible machine à mélanger et à concasser qu’est une révolution politique ». La révolution est en cours, parce qu’elle a germé à l’intérieur des gens. On n’en sort pas indemne. Certes tous ne voient pas la déflagration tunisienne du même œil. Face aux plus convaincus, il y a les sceptiques, les déçus, les autistes, les dinosaures, les malfaisants, les corrompus… une société, c’est tout cela à la fois. Certains voudront bloquer le désir de changement qu’une révolution sème chez les gens, d’autres vivent avec la liberté et l’égalité comme possibles atteignables. Nous sommes encore dans le désordre et le « mélange » perpétuels !

Entretien conduit par Olfa Belhassine

Publié dans La Presse de Tunisie, jeudi 14 janvier 2016, p. 11.
http://www.lapresse.tn/14012016/109024/janvier-2011-il-y-a-eu-plusieurs-pretendants-au-coup-detat.html

Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ?

Commençons par saluer l’initiative d’organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d’une Tunisie propulsée par l’actualité au centre d’interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d’un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l’association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s’est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l’effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l’énergie de la société civile culturelle et scientifique.

affichekmar

            Je me limiterai à quelques réflexions inspirées par l’écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances  (Une « modernité tunisienne » ?  ; Où en est l’état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ? ) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

Sciences sociales en révolution ?

            Le titre de la rencontre résolument programmatique peut avoir deux sens, au moins. Les sciences sociales participent-elles aux processus et mutations politiques en cours ? Une « révolution » a-t-elle atteint l’enseignement et la recherche en sciences sociales ? Les deux  questions sont d’autant plus légitimes que quatre ans après le clash de 2011, on peut entrevoir une distinction entre le temps de la politique (qui ne s’arrête jamais) et d’autres temps (ou temporalités), qui ont leurs droits et ouvrent sur un potentiel explicatif. Les sciences sociales peuvent servir à mettre de l’épaisseur dans les notions, à démultiplier les significations et à aérer les controverses par des transpositions dans le temps et l’espace. Prenons l’exemple de l’amalgame entre religion et politique qui englue débats et actions : à la réflexion, on prend conscience que sécularisation de la société et usage politique du religieux sont inscrits depuis des décennies dans l’histoire de l’Etat-nation tunisien, le nationalisme en ayant fait sa matrice. Une autre perspective s’ajoute : la temporalité courte que nous traversons a-t-elle réussi à changer le regard des sciences sociales ? Avons-nous modifié nos façons de lire les phénomènes immédiats et de les inscrire dans la profondeur du temps ? Depuis 2011, les chercheurs prudents se gardent de conclure. Ils parlent de situations « contrastées », instables, inachevées, d’une Tunisie à la « croisée des chemins », de fluidité… Cette incertitude de bon aloi reste à traduire dans les questions, les méthodes et les objets. Comme dans d’autres domaines, les chercheurs constatent amèrement une dégradation des conditions d’exercice des professions d’enseignement et de recherche. Inadaptation des programmes, inerties administratives, indifférence des collègues, absentéisme étudiant et failles de l’infrastructure universitaire entravent l’entrée de la « révolution » dans un secteur peu considéré. Que peut apporter la « révolution tunisienne » aux sciences sociales et humaines ? Le constat immédiat est qu’elles sont sinistrées et dévalorisées par une conception techniciste du savoir et par les rancœurs répétées contre des universités invisibles dans les classements mondiaux, fabriquant, de surplus, des chômeurs. Pourtant, les possibilités pour que le savoir des humanités serve à un processus de changement social, culturel et économique existent.

La révolution a-t-elle besoin des sciences sociales ?

            A écouter la densité et la qualité des interventions de ces journées d’étude, la réponse est manifestement « oui ». Les enquêtes économiques, géographiques, sociologiques présentées étaient de qualité. Les lectures déployées prouvent le besoin et l’utilité de revenir sur des faits, de relire les textes, de disséquer les structures, de restituer la parole des acteurs et de relier des études oubliées ou sous-utilisées. Ces enquêtes de terrain rejoignent l’abondance de livres et d’articles, en arabe et en français qui, depuis 2011, constituent une récolte passionnelle et pensée de déchiffrements de premier ordre. L’énergie déployée dans l’effort d’explication chiffrée, argumentée et fabriquée grâce à l’intérêt et l’investissement des auteurs est une archive intellectuelle qui compense –sans les faire oublier- les dysfonctionnements et désorganisations de la formation et de la recherche universitaires. Deux directions, horizontale et verticale, sont à cultiver pour inscrire durablement cette énergie compréhensive dans le tissu intellectuel : créer du dialogue, échanger autour de ce qui se produit et communiquer les résultats des débats en dehors des murs de l’université. Aussi espère-t-on que cette rencontre, suivie par deux caméras, débouche sur une trace écrite qui permette aux chercheurs, aux curieux et intéressés d’y revenir plus tard. La « révolution » a besoin d’intellectuels et de chercheurs, d’investigations et confrontations, de décodages et traductions, de liberté de parole et de pensée mais ce besoin requiert aussi la construction patiente d’une médiation à plusieurs niveaux. Débats et travaux appellent un travail de truchement prolongé dans le temps afin d’irriguer la réflexion civique, tout en étant arrimé aux préoccupations de la société. Plus que de risques (y en a-t-il vraiment ?), les sciences sociales ont besoin d’imagination et d’entrain collectifs pour fabriquer des supports (écrits et audio-visuels) capables de communiquer aux jeunes générations et de transmettre aux différentes couches sociales, l’état d’une recherche éparpillée et mal exploitée. En plus des soucis d’édition et des idées de communication, comment transformer l’activité de recherche qui exige temps, retrait et spécialisation en des projets opportuns, en des actions opportunément utiles ?

Le temps et ses vertus

La convocation du passé n’a pas manqué depuis 2011. Elle a alimenté des témoignages imprégnés de mémoires concurrentes et quantité d’analyses ont appelé à retourner sur divers passés. Pour en rester à la ligne de l’argumentaire de la rencontre qui invite les chercheurs à s’interroger sur les bases civiques et éthiques de leurs pratiques, nous éviterons la question des usages du passé réactivés par les luttes partisanes, qui mènerait trop loin. Mais on peut se demander quel est l’effet du temps sur les sciences sociales depuis quatre ans et si la question a été posée individuellement et/ou collectivement par les chercheurs. Le recours à l’histoire est un biais générateur de sens dans la lecture des événements présents. Des exemples traités au cours de la rencontre abordent les aspects d’une culture politique tunisienne que l’on ne peut saisir sans le poids de l’histoire longue. Des moments comme celui de la naissance du syndicalisme qui coïncide avec l’apparition des partis politiques ou ceux des étapes et conséquences des systèmes éducatifs, aident à appréhender les crises des institutions actuelles, les fractures entre les régions, le littoral et l’intérieur, les difficultés intergénérationnelles et même les conditions du chômage des diplômés. L’accélération de l’histoire touche l’ensemble de la société et les chercheurs ne pouvant pas être en reste, doivent en tenir compte dans les manières de travailler, les procédés de transmission et les modes de valorisation des résultats. L’histoire du champ intellectuel tunisien (l’université productrice de sciences sociales n’est qu’un coin d’un espace hétérogène) est à faire selon des paramètres démographiques, dans ses dynamiques sociales et dans les aspects économiques et pas uniquement en fonction du prisme des relations avec le pouvoir politique. Les milieux et métiers de la culture, quantitativement et qualitativement en expansion, ne pouvaient qu’être « surpris » par la révolution tunisienne. Ils sont traversés par des luttes de position, de légitimité et de structuration qui évoluent avec leur nombre, la demande sociale et les contextes environnants. Compte tenu de ces dynamiques, ces mondes sont-ils préparés à réfléchir sur leurs pratiques, leur genèse et leur impact ? Si chaque science sociale et humaine a une histoire et une conception du temps, le temps du regard réflexif s’annonce-t-il comme un des stades, un des chemins pour une mutation significative ? Eu égard à l’accumulation de travaux et réflexions sur la Tunisie, ici et ailleurs et maintenant que la période transitoire -qui a capté des énergies intellectuelles dans les rangs de la société civile- est achevée, est venu le temps d’un civisme ciblé autour des besoins de réformer une vie scientifique handicapée par des lourdeurs, un manque d’indépendance, d’ouverture et d’ancrage dans les attentes collectives. Comme est venu le temps de soumettre les habitudes, les réflexes et les manières de travailler dans les communautés scientifiques aux bienfaits d’inscrire le présent dans la complexité des temps qui le génèrent.

La « révolution » ne brûle pas dans les sciences sociales en Tunisie, ni dans les objets, ni dans les démarches ni dans les façons de les penser ou d’en parler. Pourtant des alertes et des feux rouges nous interpellent de toutes parts, sans compter les inquiétudes devant les problèmes économiques, sociaux et culturels inexpliqués. Il y a du pain sur la planche. Dressons des bilans critiques tout en pensant à multiplier les occasions de lire, discuter, transmettre et réinterroger le capital scientifique qui existe et que l’on voit augmenter à vue d’œil. Rendons compte, croisons et comparons ce qui se dit, s’écrit et s’exprime par l’écrit, l’oral, l’art et l’image afin de conjurer le pessimisme d’un des participants au débat général : « On ignore notre société tunisienne ». Faisons de la connaissance critique, libre, disponible et imaginative une des voies pour une « révolution » plus nécessaire que jamais, dans les sciences sociales.

Hammam-Lif, le 7 mai 2015.

Consultable simultanément sur le Carnet de l’IRMC

Texte paru dans le magazine Akademia, La Manouba, n° 42, juin 2015, pp.5-6.

« Commémorer » la « Révolution Tunisienne », deux ans après, à l’Université

Affiche colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba

Affiche du colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba 

Comment des historiens peuvent-ils « commémorer » la Révolution Tunisienne ? En organisant un colloque comme d’habitude. C’est ainsi que la rencontre intitulée Thawra(t) : pour une approche comparée des révoltes et révolutions XIXème-XXIèmes siècles a été organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba) les 17, 18 et 19 janvier 2013. Le texte qui suit reprend l’introduction de la rencontre. Il pose la question de l’utilité, des précautions et des limites d’une réflexion à chaud sur une actualité en mouvement, dans une institution elle aussi en « transition ».

Le temps de la politique

Le temps, cet obscur objet de la discipline historique, a des ressorts complexes. Sur ces deux ans déjà, on le voit agir sur les conceptions, diviser les acteurs et accoucher de représentations adverses. C’est le temps de la politique en train de se faire, qui n’est pas le temps des historiens bien entendu.

Les historiens tunisiens, citoyens, spectateurs ou témoins de la « Révolution tunisienne » sentent que ce qui s’est passé en Tunisie entre décembre 2010 et janvier 2011 est un fait capital dans l’histoire du pays. La vie courante a intégré ath-thawra dans la datation ordinaire. Chacun situe désormais des événements privés ou publics « avant » ou « après » ath-thawra. Le mot est indéfini et sa polysémie (il désigne à la fois révolte et révolution) accroît son impact. L’unanimité sur l’intervalle 17 décembre/14 janvier qui sépare l’immolation de Bouazizi du départ de Ben Ali (créée entre autres par la création des commissions chargées d’enquêter sur les morts et les exactions) est déjà en question. Les détails sur l’enchaînement insurrectionnel s’accumulent mais la règle des compensations et droits encore trouble retarde l’établissement d’une liste (chiffres officiels et non définitifs :338 morts et 2274 blessés d’après le rapport de la Commission Bouderbala). Depuis qu’ on a proclamé le 14 janvier comme fête officielle de la Révolution et de la jeunesse (13 mars 2011), un débat réclame de remettre à l’honneur plutôt la date de l’étincelle (immolation de Bouazizi) que sa conséquence spectaculaire et politique (départ de Ben Ali). La question de l’intégration des morts du bassin minier de 2008 s’est ajoutée à ce débat sur la définition de la Révolution, de ses martyrs, de ses dates…

Continuer la lecture

Colloque « Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXe-XXIe siècle) », 17-19 janvier 2013

Les 17, 18 et 19 janvier 2013, j’organise, dans le cadre des manifestations de l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (université de la Manouba), un colloque intitulé « Thawra(t)… Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXe-XXIe siècle) ».

Colloque international, 17-19 janvier 2013
Thawra (t): pour une approche comparée des révoltes et révolutions
XIXème-XXème siècles

  • Université de La Manouba (Tunisie)
  • Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National

Présentation

La Tunisie traverse une période de bouleversements majeurs et les événements qu’elle vit depuis janvier 2011 ne peuvent manquer d’interpeller les historiens, notamment pour décrire les mouvements alors que les transformations engendrées sont encore difficiles à évaluer.

L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN) a engagé la réflexion sur la Révolution tunisienne à travers une journée d’étude organisée en janvier 2012. La première récolte de lectures immédiates de l’événement en fonction de l’histoire tunisienne, plus ou moins proche incite à poursuivre cette réflexion afin de l’enrichir à travers des approches comparées dans le temps (en se limitant à l’histoire contemporaine cependant) et dans l’espace (pour explorer d’autres Révolutions en cours dans le monde), pour lire les effets immédiats du soulèvement à la lumière d’autres expériences. En effet, les rencontres organisées par l’ISHMN en 2012 (15 janvier, 11 avril, 6 juin, 30 novembre) ont alimenté le débat entre les chercheurs et encouragent à poursuivre le croisement des regards et des disciplines, au-delà du cercle immédiat.

De là est née la conception d’un colloque international du 17 au 19 janvier 2013. Placée sous le titre Thawra (t) : Pour une approche comparée des révoltes et révolutions à l’époque contemporaine, cette rencontre veut instaurer un dialogue plus nourri, ouvert aux universités et centres de recherche maghrébins, arabes et européens dont les éclairages doivent répondre aux innombrables questions qui se posent aux témoins, acteurs et citoyens face à cet événement de portée internationale qui interpelle également les chercheurs du monde entier.

Continuer la lecture