Archives par étiquette : Recherche historique

À quoi sert l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National ?

Le sort en est jeté. L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN pour les intimes) n’aura pas d’élection ; son directeur est en voie de nomination. La recherche serait-elle un secteur oublié des dieux ou des anges de cette transition ? Loin de moi l’idée d’idéaliser l’opération de vote que des années d’exercice politique ont eu le temps de rendre suspecte, vidée de sens. Nous avons traversé assez d’expériences électives frelatées à la base pour que le simple acte de voter ne suffise pas à garantir la transparence, ni à signifier démocratie. Depuis l’indépendance, nous sommes devenus les champions d’élections Canada Dry, qui ressemblent à des scrutins démocratiques, en ont la couleur mais n’en sont pas. Le rendez-vous du 23 octobre est décisif en tant que coup d’envoi pour commencer à inverser cette tendance ; aussi voit-on fuser de toutes parts des embûches destinées à entacher ce baptême civique, à entraver le galop d’essai pour récolter « proprement » les opinions et choix de chacun. Croisons les doigts et surtout les efforts pour rester unis autour de cet objectif fondateur afin de déjouer les pièges et les mauvais génies qui veulent empêcher cet accouchement de la citoyenneté.

Sur le terrain universitaire, une première vague d’élections a eu lieu. On en attend une meilleure ambiance de travail et une base de concertation qui sorte petit à petit nos institutions de la paralysie et change les manières de faire. Sans jeter l’anathème sur cette pratique basique, notons que le vote, dans une institution universitaire comme ailleurs, peut être une coalition d’intérêts immédiats, un fastfood qui répond au prêt-à-sauter pour occuper la chaise vide. Celle du directeur de l’ISHMN est vacante. Qui peut l’occuper ?

Quatre éventualités se présentent, en l’absence d’élections. La première serait de reconduire l’ancien directeur. La « loi » lui permet, paraît-il, de se représenter à un second mandat. Comme si rien ne devait changer après une gestion de trois ans publiquement contestée. Un vent de changement ne peut-il pas souffler sur une institution étouffée par la loi du silence et par la confusion entre les pratiques du savoir et les habitudes du pouvoir ?

Deuxième éventualité : on pourrait désigner l’un des quatre chercheurs permanents représentants du corps A (entendre professeurs de l’enseignement supérieur). Que peut-on attendre des candidats internes d’une institution déchirée par une sourde guérilla qui a éteint la dynamique collective et tué les conditions de réfléchir à une politique scientifique ? Comme les années précédentes, pour l’année à venir, l’ISHMN n’a annoncé ni programme, ni projet collectif. Comment attendre que l’un de ces quatre « gradés », séparés par la fracture, plâtre un fossé organique ? La communication, slogan d’une réconciliation annoncée, résiderait dans la capacité à tracer un projet immédiat pour cette institution sans boussole, à impulser une direction de recherche qui conjuguerait les approches des quatre unités d’études.

Troisième possibilité : désigner à la tête de l’institution un universitaire extérieur. Est-ce qu’il doit être historien ? Et de quelle spécialité ? L’histoire du mouvement national est une spécialité inventée et canonisée par le politique. La formule a servi à ennoblir l’histoire de la Tunisie coloniale, expression jugée infâmante et devenue quasiment tabou. Elle a éclipsé la mention courante d’Histoire contemporaine, coupé la voie à l’exercice de l’histoire immédiate, face à des journalistes, hélas eux aussi muselés. Ce double cantonnement a fini par mettre à l’étroit les historiens dans l’espace-temps imparti par la politique, les menant à revendiquer une histoire du temps présent, une catégorie historiographique française consacrée dans les années 1980.

Dernière option : le futur directeur peut-il être une « personnalité nationale », catégorie entrée par la littérature médiatique dans les textes juridiques ? Que recouvre la formule ? Des militants ? Beaucoup, la plupart sont morts. Des membres du Parti Socialiste Destourien (PSD) dont certains ont travaillé à le transformer en Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) ? L’ancien personnel de l’Etat, de l’administration, des associations ? En quoi ces acteurs politiques, passés ou en exercice, peuvent-ils réfléchir à leur implication ? Ils peuvent être des témoins privilégiés et apporter à la recherche des éclairages nouveaux, des souvenirs inédits. La distance et le recul exigés par la recherche feront le tri. Dans nos mœurs jusque là non démocratiques, soumettre le fonctionnement scientifique à l’« arbitrage » de tiers non académiques n’a jusque là donné que des conseils scientifiques et d’administration rendus impuissants avec le passage du temps et l’autoritarisme ambiant. Alors que les cinq directeurs de l’ISHMN ont été choisis, depuis 1990, parmi les historiens de métier, les instances politiques n’ont servi qu’à les nommer ou à les dégommer, sans impulser de ligne ni assurer une quelconque neutralité.

Aujourd’hui, l’Université est soumise au défi de sortir des ornières de la fabrication d’un chômage qualifié et d’entrer qualitativement dans une dynamique d’innovation scientifique. Alors que les sciences humaines et sociales sont en nette déconsidération dans la formation générale et la culture du Tunisien, le destin de l’ISHMN est emblématique et le choix de sa direction doit être soucieux des enjeux pédagogiques, académiques, politiques, historiques et mémoriels auxquels il doit faire face. La mémoire du pays est orpheline d’une histoire critique et globale de la période coloniale. Anesthésiée par une conception victimaire et un enseignement scolastique de cette période marquante, l’opinion tunisienne traîne une incompréhension de cette époque, méconnaissant son héritage et ses paradoxes. Nos arts, notre littérature, nos médias, nos manuels véhiculent une image poussiéreuse de cette histoire prégnante dans notre société, présente dans notre économie, notre vie politique, notre urbanisme, notre quotidien. La relance de cette institution, toute politique qu’elle soit, doit être à la mesure de nos espoirs de réformer l’université, de tonifier la recherche, de mieux connaître notre passé et de donner à notre jeunesse l’envie d’étudier et d’enseigner aux générations futures une histoire complexe et riche de ressources.

Hammam-Lif, le 10 septembre 2011

Ce texte a été publié dans La Presse de Tunisie le 23 septembre 2011, page 9