Archives par étiquette : politique

« La chose publique ou l’invention de la politique » à l’Université de La Manouba

 

La visite de Philippe Dujardin, politologue (ex-chercheur au CNRS, a enseigné la science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon et de Grenoble) à l’Université de La Manouba est la première étape pédagogique d’un travail qui mêle apprentissage linguistique, artistique et scientifique, porté par des enseignants chercheurs et des étudiants dans les différentes disciplines représentées dans notre université.  La mission de Philippe Dujardin est un jalon dans un chemin en train de se dessiner depuis quelques mois, entre Lyon et Tunis, en concertation entre Françoise Coupat, metteur en scène (Compagnie La Chrysalide) et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine (Université de La Manouba).

Prologue

Dans le droit fil de la formule : Habiter l’université (titre d’une proposition d’action à l’occasion du Congrès des Intellectuels tunisiens contre le terrorisme http://www.leaders.com.tn/article/17755-congres-des-intellectuels-tunisiens-contre-le-terrorisme-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-et-de-l-action, 12 août 2015, Palais des Congrès, Tunis), l’opération La Chose publique se présente comme une façon d’animer le campus universitaire, d’initier une respiration nouvelle, en tissant des liens entre les différentes institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias – ISAMM http://www.isa2m.rnu.tn/-et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine – ISHTC https://www.facebook.com/ishtctunisie/ -, le centre culturel…) et en donnant vie au petit théâtre de verdure qui se trouve dans le parc.

En novembre 2015, la Tunisie était hôte d’honneur de la Semaine de solidarité Internationale organisée à Lyon. Dans ce cadre, sept étudiants tunisiens (de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis –ISAD- et de la faculté de médecine de Monastir), dirigés par Françoise Coupat, ont donné une lecture-spectacle de l’ouvrage de Philippe Dujardin, La ‘chose publique’ ou l’invention de la politique. Une histoire pour lecteurs de tous âges (Lyon, Editions de la Chronique Sociale, 2011, 40 p.). La représentation a été bien reçue pour ses multiples résonances dans l’actualité politique en France, en Tunisie et ailleurs. Le besoin et la nécessité de la politique pour les sociétés humaines est en effet une question commune, transversale, intemporelle et peut s’adresser à tous les publics. Cette coopération théâtrale franco-tunisienne réussie est à l’origine de l’idée de faire voyager le texte en Tunisie, pour qu’il soit lu, vu, joué, interprété par d’autres TunisienNEs, à la faveur de l’effervescence politique post-2011. Outre la représentation à donner et à faire circuler dans plusieurs lieux universitaires et culturels, l’idée de traduire le texte en arabe a également été évoquée, pour étendre l’impact du dialogue et élargir le débat.

Françoise Coupat a rencontré à ce propos -du 13 au 20 mars 2016 ; du 25 au 29 avril 2016- différents membres du Conseil Scientifique et les responsables du Centre Culturel de l’Université de La Manouba. L’accueil a été favorable et il a été convenu d’organiser une lecture-spectacle du texte La Chose publique, à la rentrée universitaire 2016/2017 sur le site du campus, dans le théâtre de poche ou dans l’amphithéâtre Carthage La Modernité, selon le temps qu’il fera. La préparation artistique de l’événement (Françoise Coupat choisit les comédiens et organise des stages de répétition au cours de l’été 2016) a été doublée d’une proposition de travail pédagogique autour du texte, de sa langue, des images et idées que sa lecture peut inspirer en Tunisie. Comme première étape de dialogue autour du texte, Philippe Dujardin a été invité à rencontrer les enseignants, les chercheurs et les étudiants de la Manouba, avant la fin des cours de l’année universitaire. Une demande de traduction du texte a été confiée à deux doctorantes du département d’études arabes de l’université de Lyon 2 : Salma Mansouri et Inès Jedidi.

Transposer, traduire, débattre

Le programme scientifique établi à l’occasion de la visite du Professeur Philippe Dujardin  s’est déployé sur deux journées (30 et 31 mai 2016) et deux institutions (l’Institut Supérieur des Arts et Multimédias et l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine), dans le but de faire connaître le texte La chose publique, d’exposer sa genèse, son écho et sa réception en France (en milieu scolaire, par des musiciens, par des assemblées locales…).

Lundi 30 mai 2016 : un atelier de réflexion à l’intention des étudiants a été organisé à l’ISAMM. « Du langage académique au langage de la fable« . Devant une assistance de 28 personnes (les enseignants : Ikbal Zalila, Slim Ben Cheikh, Hatem Changuel, Héla Sassi et 8 étudiants intéressés), Philippe Dujardin a montré comment il est passé des contraintes de la langue académique aux ouvertures que permet la langue « commune ». Tout en comparant les deux registres de communication, il a expliqué l’importance de l’enjeu linguistique aujourd’hui : lier les hommes (et les femmes) par l’évocation de leur humanité, une façon de ré-enchanter la fonction politique malmenée par ses pratiquants et critiquée par les citoyens et ceux qui la subissent. Un essai de traduction en arabe littéraire du prologue de l’ouvrage par Salma Mansour & Inès Jedidi a été lu  par Yosra Amouri et commenté par l’assistance : ce qui a donné lieu à un débat passionnant autour de l’utilité et des buts de la transposition recherchée. Comment parler au public ? Quel médium utiliser ? L’arabe dialectal –dit aussi tunisien- a été jugé plus sensible, plus proche et plus évocateur que l’arabe littéraire. Le travail théâtral en perspective, doublé d’une captation filmique qui a commencé au cours de cette séance (le vidéaste Sémy Ben Slimane, empêché, a confié la tâche à Slim Belhiba) sera une autre occasion de tester la démarche et d’expérimenter les possibilités de faire voyager le texte La Chose publique à travers la langue arabe, littéraire ou vernaculaire.

Mardi 31 mai 2016 : L’atelier de réflexion transdisciplinaire organisé à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine a rassemblé 23 personnes dont 3 étudiants de l’ISAMM et leurs enseignants, des chercheurs en histoire, anthropologie, littérature, biologie, architecture…. Philippe Dujardin a illustré le thème « La Chose publique, objet carrefour. Entre science politique, histoire, anthropologie » en revenant sur son parcours de chercheur au sein de la science politique en France et après sa mise à la disposition de la région lyonnaise. Sa thèse consacrée à la Constitution française « avortée » de 1946 a permis d’évoquer des questions comme le régime électoral, le rôle des partis, la signification (et les limites) de la représentation, le découpage territorial, le rôle du fait religieux… autant d’entrées qui parlent dans la « transition » tunisienne en cours et interpellent son observation raisonnée. En plus de la liaison nécessaire (et toujours entravée par le système universitaire) entre les savoirs humanistes et artistiques, les réflexions autour du temps (le passé, le présent, l’avenir), la distinction entre l’actualité et la contemporanéité, comme la définition de l’attitude prospective (en comparaison avec celle du chercheur) ont suscité des réactions dans la salle.

Les deux rencontres de l’université de La Manouba avec Philippe Dujardin témoignent qu’après la « performance » du 14 novembre 2015 autour du texte La ‘chose publique’, d’autres possibilités de travail en commun s’ouvrent et que des résonances se poursuivent.

A suivre….

le 1er juin 2016

Publié dans Rawafid n° 20, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 147-150.

Constitution tunisienne de 2014 en arabe dialectal

Communiquer entre l’arabe et le français, en Tunisie, aujourd’hui

L’explosion de la parole qui a éclaté il y a un peu plus de trois ans a-t-elle évolué ? Se heurterait-elle avec le temps à la loi du « chassez le naturel, il revient au galop » ? Or, concernant la liberté et la parole, le « naturel » ne signifie pas grand-chose. Il y a du culturel, du politique et même de l’économique dans la parole. Suite au déverrouillage, l’espace public peine à retrouver la rigidité qui le caractérisait. Même si le champ médiatico-politique est essoufflé par les habitudes de non débat, quelques trouées d’air le traversent. L’espace de l’échange – qui a construit un exercice du pouvoir à travers la guéguerre hypocrite arabe/français – cherche des issues. Et si la liberté ne semble pas garantie, la communication bouge dans ses propres interstices.

Entre le balancier bilingue, l’alternative du dialectal

Ben Ali n’a pas eu le temps d’expérimenter la recette du dialectal. Avec lui saute le monopole de l’arabe sur le discours politique. L’anglais est présenté comme alternative contre les francophones mais c’est le dialectal qui opère comme solution médiane dans le pendule bilingue. Cette concurrence linguistique médiatisée en temps réel fait son effet : le français n’est plus – seulement- la langue du colonisateur. Il est aussi la langue de Tunisiens du monde de la communication politique, au moins de deux catégories d’entre eux : ceux formés dans les premières décennies de l’indépendance et ceux de la diaspora. Le français continue à déclencher des discours de disqualification mais sa connotation antipopulaire s’estompe avec l’usage et la tension, qui s’exprimait les premiers mois « post -révolutionnaires », se relâche. De là à prédire que l’« intégrisme » linguistique ne joue pas dans la course de nouveau ouverte pour le pouvoir, est un pas difficile à franchir. Les compétitions de l’élite politique post -indépendance se sont jouées sur fond de compétence linguistique, dans la bi-polarité français/arabe. L’ouverture et l’accélération des échanges, les réseaux sociaux et les humoristes ont battu en brèche le magistère de l’arabe littéraire sur fond de francophonie, structurant le logiciel politique tunisien. La « darija » prend place en même temps que l’assignation à s’exprimer en arabe classique perd de son intransigeance. Il est vrai que la photogénie audio-visuelle n’a pas suivi, à commencer au sein de l’Assemblée Nationale Constituante. Transmettre en direct les débats parlementaires a montré que les interventions les plus percutantes se font en arabe dialectal. A voir le registre dans lequel s’exprime le dernier gouvernement -mélange entre arabes classique, médian et dialectal auxquels s’ajoutent le français et l’anglais- une autre façon de concevoir l’efficacité d’une communication politique pointe.

Continuer la lecture

Une vie, trois voix, plusieurs langues = un roman

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.
Traduit du suédois par Lucile Claus et Max Stadler

Jonas Hassen Khemiri, Montecore, un tigre unique, Paris, Le Serpent à plumes, 2008, 376p.
Traduit du suédois par Lucile Claus et Max Stadler

Vive la traduction ! Grâce à elle, le lecteur francophone a la chance d’accéder à un roman écrit en suédois qui raconte la vie du père tunisien de l’auteur, Jonas Hassen Khemiri. Le récit et le point de vue sont neufs à plus d’un titre, d’abord et surtout au plan de la forme. Même si la traduction ne peut pas transposer l’ensemble des astuces formelles et des trouvailles d’écriture que l’auteur a forgées à partir de la langue suédoise mâtinée d’autres langues, le plaisir de lire est grand. Cette fiction qui raconte la vie particulière d’un père particulier tient le lecteur en haleine de bout en bout.

Entre langues et histoire

Au centre du récit : la langue ou plus exactement les langues que l’auteur a tâtées dans sa famille dans un mélange de suédois, arabe, français et anglais  – le « khemirois » -, réservoir d’inspiration de combinaisons, de formules et de jeux de mots qui, entre détails et ellipses, expriment humour, tristesse, violence, tendresse, joie, incompréhension, réprimande ou colère. L’ouvrage est construit comme un montage entre des messages électroniques envoyés par l’ami du père (Kadir) au fils de son meilleur ami (Jonas Hassen) pour raconter la vie d’un père disparu et depuis longtemps silencieux. La correspondance déplie les étapes biographiques telles qu’elles sont vécues par l’ami et le fils et alterne conseils d’écriture et interprétation des faits que l’auteur entérine à sa guise. Selon une trame chronologique pas toujours rigoureuse, le lecteur voit défiler un jeu de miroirs où se mêlent les différences de points de vue, des conceptions classiques et moins classiques du récit, des références littéraires, des résonances photographiques et cinématographiques, des sonorités musicales. L’agencement est passionnant car les procédés narratifs sont mis au service d’un récit à plusieurs volets : psychologique, politique et social qui se déploie à travers la Suède, la Tunisie et, en arrière-fond, l’Algérie. Continuer la lecture

Lectures de transition

Qu’est ce qu’écrire ? Un acte intime ? Un geste public ? Une réaction pensée ? Un besoin impérieux ? Certains disent que ça sert à vivre, à résister à la difficulté, à la guerre, au deuil, à la torture, à l’ennui.  L’histoire de l’humanité est peuplée d’écrits pas toujours publiés qui ont aidé leurs auteurs, dans la maladie, en prison, face à une dictature, dans un camp, dans la pauvreté ou dans l’isolement.

Internet est en train de changer les usages de l’écriture, notamment du point de vue de leur écho et de leur circulation : on écrit moins de lettres et de cartes postales, les « archives» restent dans les mémoires d’ordinateurs… La destination de l’écrit agit sur sa production, y compris sur l’écriture personnelle et le journal intime. Auteurs, médias et lecteurs sont en train de vivre des mutations importantes dans les genres de l’écrit, mutations qui redessinent les frontières entre le privé et le public, l’individuel et le collectif, et en conséquence, transforment les codes du lien politique, le rapport de chacun à la chose publique.

Deux ouvrages que je viens de lire montrent, au-delà des situations qu’ils relatent,  comment l’acte d’écrire contient et fabrique une énergie. Parce qu’il réagit secrètement, le geste génère une forme souterraine de résistance. Quoique privée et individuelle, la démarche incorpore une part du destin collectif. Si la publication d’un journal n’est jamais assurée et même si sa réception est plus ou moins aboutie, l’arrivée d’un écrit intime sur la scène éditoriale révèle un sens particulier face à l’histoire qu’il raconte et qui l’explique.

Le premier ouvrage est construit autour du « cahier » qu’un père iranien se met à écrire, de 1988 et jusqu’à sa mort en 1994, en persan sur le dos de son exemplaire du Coran. Il y reprend l’histoire de la vie familiale qui bascule à la suite de l’arrestation et de l’exécution de deux de ses filles, poursuivies en tant qu’opposantes à la Révolution islamique. Le second ouvrage est l’édition d’un blog tenu à partir de 2008 par une jeune tunisienne révoltée par la situation politique de son pays. Elle fait de son journal un moyen de dénoncer la censure qui se développe face à la montée de ce nouveau moyen d’expression qui brise le mur du silence imposé.

Le premier récit enchaîne avec un deuil et espère fixer les souvenirs de deux mortes pour les proches qui leur survivent, le second raconte ce que l’on sait aujourd’hui être une victoire contre l’appareil de censure de l’Etat tunisien. La plume simple et ferme de l’un et l’autre me parle, me rassure en cette période de brouillage des codes de l’écrit comme de l’oral dans la communication politique. Ces expériences intimes me confortent dans le sentiment flou mais tenace que la transition, à côté des urgences, se joue aussi dans l’écriture, ne serait-ce que parce que le mensonge gangrène le système politique tunisien et que l’information est formatée par la langue de bois. Ils éclairent pour moi l’idée que ce blog qui est une façon comme une autre de faire la traversée, de vivre la « transition », est peut-être, aussi, une expérience civique.

Chowra Makaremi, Le cahier d’Aziz, Au cœur de la révolution iranienne, Paris, Gallimard, Collection « Témoins », 2011, 199 p.

Dans le catalogue des bouleversements contemporains, la révolution iranienne de 1979 fait office d’événement majeur. Quoique très présente dans les mémoires, son histoire qui a  donné lieu à de nombreux travaux n’est pas complètement élucidée, notamment du point de vue de ses acteurs ordinaires, de la population. Très largement couverte par les médias internationaux, cette histoire violente a soulevé des passions contradictoires et continue de délivrer des messages qui amènent à réfléchir en profondeur sur l’évolution géo-politique du Moyen Orient : le rôle de l’Islam dans la politique des pays arabes et/ou musulmans, les relations entre sunnisme, chi’isme et wahabisme, la question des droits humains et de la torture, la place des femmes dans la société sont autant de questions que le cas iranien a mis au devant de la scène internationale.

Le régime politique qui a succédé au Shah arrive dans un contexte de violence extrême que la guerre avec l’Irak (septembre1980 – août 1988) exacerbe. A la corruption et aux inégalités qui sévissaient dans le pays succède un gouvernement qui se dit et se fait épurateur contre tous ses opposants, décrétés monafiqins (blasphémateurs) et donc à supprimer. C’est ce climat que restitue, sans le décrire directement, le témoignage a posteriori de Aziz Zerai, un employé de compagnie pétrolière, père de deux filles exécutées en 1982 et en 1988, parce qu’elles faisaient partie du Parti des Mojahedin-e-khalq opposé à la politique officielle de la République islamique. Le cahier écrit en persan que découvre la petite-fille, raconte le calvaire d’un homme aux prises avec la férocité implacable d’un appareil répressif et les scènes de sa vie de père lancé dans la tourmente. Entamant son écriture dans la ville de Chiraz où il déménage en 1981, après la mort de sa deuxième fille, l’auteur cherche surtout à lutter contre son chagrin et contre l’oubli futur de ses petits-enfants. Aujourd’hui, Chowra Makaremi rend hommage à son grand père en publiant la traduction de ce cahier. Ayant rejoint son père en France en 1986, elle ne retourne en Iran qu’après la mort de son grand’ père. Devenue anthropologue de la migration et des zones d’attente, l’auteur adjoint à ce cahier un récit de sa propre « traversée », son aller et son retour entre Paris et Téhéran. Elle ajoute à l’ensemble un choix de lettres écrites entre 1978 et 1992 qui jalonnent, d’un autre point de vue, les étapes d’un système qui allait progressivement se refermer contre la population iranienne. La tristesse résignée du cahier du père, le ton tranquille du récit de la fille, le style intime et direct des lettres racontent, chacun à sa manière, la souffrance intérieure de gens, qui entrent progressivement sous le règne d’un nouveau despotisme. La vie de chacun de ces acteurs bascule avec les arrestations de Fataneh et Fatemeh qui entraînent l’ensemble de la famille dans une succession de faits installant la peur et l’arbitraire, marquant une nouvelle ère tragique pour la société iranienne. L’essentiel du récit de Aziz relate les confrontations quotidiennes aux règlements et procédures qui coupent de toute possibilité de recours contre les exécutants, gardiens, agents de la Sepah qui ont arrêté, emprisonné, exécuté ses filles.

Pour un lecteur lointain et non spécialiste, ces témoignages apportent un éclairage bouleversant sur la vie des Iraniens qui ont subi l’épuration et la torture pour leurs idées alors qu’ils étaient en droit d’accéder à une vie politique plus digne après le départ d’un dictateur. Leur écriture retenue force l’émotion et leur lecture rappelle que le poison de l’intolérance menace tout changement de régime, aussi révolutionnaire qu’il se proclame. S’ils sont pavés d’utopie exterminatrice, les chemins de sortie de la dictature peuvent dégénérer et ouvrir la voie à de nouveaux tyrans hostiles aux droits humains et à l’exercice de la liberté. Aziz Zerai qui raconte comment une Révolution n’a pas vraiment sauvé les Iraniens, est un des témoins stoïques des malheurs qu’elle a créés à force de fanatisme et d’oppression.

Hammam-Lif, le 26 juillet 2011

Publié dans La Presse de Tunisie du mercredi 3 août 2011.

Lina Ben M’henni, Tunisian girl. Une blogueuse pour un printemps arabe, Paris, Indigène Editions, juin 2011, 32 p.

L’ouvrage de Lina Ben M’henni est édité dans la collection « Indigène Editions » qui a publié le célèbre opuscule Indignez-vous de Stéphane Hessel. Répondant aux canons éditoriaux du bestseller de la fin de l’année 2010 vendu à 300.000 exemplaires (chiffres de décembre 2010), la publication de ce texte témoigne de l’irruption de la Révolution tunisienne dans l’opinion internationale et de son impact émotionnel. « Ceux qui marchent contre le vent »,  le sous-titre de la collection est illustré par le style alerte qu’implique le genre du blogging, une des originalités de cet ouvrage qui s’apparente au genre classique du journal. Le contenu permet d’apprécier le rôle des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire, de suivre la déconfiture qu’infligent les adeptes de ces nouveaux moyens de communication à une censure sévère et hautement technologisée, mais visiblement dépassée par les événements qui secouent le pays, entre décembre 2010 et janvier 2011.

Le récit reprend de larges extraits d’un blog qui a évolué sur plusieurs années, faisant suite à un journal intime tenu par l’auteur dans sa prime jeunesse. Le texte laisse transparaître le portrait d’une tunisienne native de 1983, ayant fait des études d’anglais à l’université de Tunis et qui découvre, dans la Tunisie de ZABA (initiales de Zine El Abidine Ben Ali), la liberté de s’exprimer à travers Internet. Elle adopte progressivement les différentes formules que développe ce nouveau médium ;  elle se connecte ainsi à d’autres militants en Tunisie et de par le monde à travers des textes courts, qui réagissent immédiatement aux faits, mêlant sentiments et raisonnements, modelant l’opinion de leur auteur en interaction directe avec d’autres. L’ouvrage s’articule autour de 12 divisions[1] qui racontent les événements que vit la blogueuse, entre la Tunisie et les Etats Unis où elle s’initie aux subtilités techniques de ce nouveau moyen d’expression. Un glossaire du vocabulaire des internautes en fin de volume reprend une quinzaine de mots, souvent anglais, de ce tout récent « art » de communiquer. L’intérêt de ce témoignage engagé est qu’il restitue les doutes et les espoirs  d’une jeune protagoniste, aux prises avec un système répressif qui ne tarde pas à l’identifier pour la pourchasser, à l’image de tous les cybernautes de son espèce et de son entourage. Expression d’une jeunesse qui se proclame libre des luttes partisanes et rejette les anciens leaderships, l’ouvrage augure peut-être d’une nouvelle forme d’action politique qui remet en question l’idée répandue sur l’apolitisme de la jeunesse tunisienne actuelle. Empruntant les modes d’expression de l’époque (l’auteur raconte comment elle découvre le blogging par internet), la jeune génération investit la blogosphère, entre autres parce que cet espace nouveau lui permet de déjouer les bonnes vieilles méthodes de surveillance. Malgré ses moyens exorbitants et son zèle, la censure benaliste finit par voir son dispositif sophistiqué dépassé par la rapidité des innovations technologiques et par l’inventivité des usagers. La jeune cyber activiste est enrôlée pour quelques mois  au sein de l’Instance nationale indépendante pour la réforme de l’information et de la communication (INIRCI) créée après la Révolution ; elle en démissionne fin mai 2011, déclare vouloir « rester un électron libre », se jure de continuer à être blogueuse. Difficulté à s’adapter à des pratiques politiques qu’elle combattait ou désir de retourner à une liberté plus réconfortante en cette période transitoire ? On ne peut s’empêcher de rapprocher ce retrait d’un autre fait, qu’on peut interpréter comme un comportement « générationnel » face à la politique : les jeunes de moins de trente ans sont particulièrement absents des inscriptions dans les listes électorales. Ayant grandi dans une Tunisie où tout action publique était confisquée ou empêchée, ces jeunes expriment une défiance, marquent une distance envers la politique de « papa » qui se poursuit peut-être, à leurs yeux, dans les rouages de la transition. Il reste que ce témoignage évoque, par certains côtés, d’autres temps et acteurs de la contestation politique en Tunisie : Abdelaziz Thaâlbi, Habib Bourguiba et d’autres sont entrés dans la lutte nationaliste vers l’âge de 25 ans et par l’écriture également, à travers le nouveau médium de l’époque qui était le journal. A chaque époque, sa jeunesse et à chaque jeunesse son combat contre l’ancien ordre.

L’ouvrage, bientôt disponible à Tunis,  mérite d’être traduit en arabe, une langue qui semble investir, entre dialectal et littéraire, une part des échanges sur la blogosphère tunisienne. Celle-ci a connu une explosion spectaculaire ces derniers mois : on parle de deux millions et demi d’internautes tunisiens, leur nombre aurait doublé depuis le 14 janvier 2011.

Hammam-Lif,  le 1er août 2011


[1] Erreur 404 ; « Je suis Fatma » ; 22 mai 2010 : Journée d’enfer pour Ammar 404 ; Et Mohamed Bouazizi s’immola par le feu ; L’avocate et la prostituée ; La riposte des cyberpirates ; Les martyrs ; La joie de mon père ; Minute de silence par sms ; De Nightclubbeuse à Tunisian Girl ; Le bassin minier de Gafsa ; Information, solidarité, mobilisation

La transition et l’électrification médiatique de la politique

Ben Ali éconduit, la vie politique et les médias ont vu sauter la chape qui les contenait conjointement. Après la merveilleuse victoire des médias sociaux sur la communication quadrillée par l’Etat, on assiste à l’électrification médiatique de la vie politique tunisienne. Qu’on interprète le phénomène comme un facteur de désordre ou comme un terrain de surenchère, le survoltage de l’opinion est une émotion supplémentaire en cette phase transitoire. Un retour historique sur le rôle des médias dans l’élaboration de la vie et des idées politiques met en perspective les péripéties actuelles. La vitesse des événements trouble la vision d’autant que la vie politique tunisienne reste soumise à des pratiques difficiles à supprimer d’un revers rapide. Le pouvoir de la rumeur entretient les soupçons de retour à la censure, et les Tunisiens sevrés de propagande, la voient encore partout. C’est que les deux mondes, politique et médiatique, au sang mêlé ne peuvent pas exister l’un sans l’autre, encore moins se transformer séparément. L’explosion de la parole a bouleversé les rapports ankylosés entre les deux, remettant en question leur fonctionnement, éprouvant leur crédibilité. La crise de confiance transforme cette relation passionnelle en guerre larvée. Le gouvernement (qui en est à sa quatrième formation) et les partis (cent à ce jour) réclament des médias (142 publications, 14 radios, 5 chaînes de télévision) qu’ils soient au service de la transition tandis que les médias, nouveaux et anciens, s’érigent en défenseurs ou attaquants d’un jeu qui est en réalité commun. La disparité des messages se heurte au manque de hiérarchisation de l’information, installant une ambiance de guérilla entre médias sociaux et traditionnels et institutions gouvernementales. Malgré des efforts certains, instances politiques et médias dévoilent des incohérences qui couvrent en partie les manipulations et entretiennent l’instabilité de l’opinion. Avant l’effondrement du régime, le contrôle sécuritaire avait gelé la vie politique comme il avait paralysé journaux, radios, chaînes de télévision, canaux pétrifiés, nivelés et formatés. Dans le tourbillon de la chute apparaissent des tensions inédites entre médias et politique, sommés de répondre aux impératifs de changement de leurs moyens, de leurs méthodes et de leur finalité. C’est beaucoup à la fois, trop, avec les mêmes hommes de surcroît.
L’ensemble du pays a basculé suite à l’action de médias sociaux efficacement connectés à des faits de haute teneur puis aux canaux d’information classiques. Une liaison vertueuse entre colère, désespoir, répression et résistance a débouché, en moins d’un mois, sur un événement qui a médusé les Tunisiens et le monde. Cet enchaînement heureux est encore perçu, six mois après, comme un miracle qui a impulsé une accélération exceptionnelle du temps, une frénésie dans les événements et les prises de position. Depuis janvier, le pays vit à cent à l’heure après des décennies d’une vie publique lénifiée, à la fois atomisée et de plus en plus centralisée par un Etat qui a assis une administration solide avec les moyens et la technologie de son temps. Politique et médias ont toujours croisé leurs armes et leurs objectifs ; un rapide survol de leur liaison permet d’éclairer certains nœuds de l’histoire contemporaine de la Tunisie lisible, entre autres, à travers celle des médias. Bourguiba a commencé sa carrière politique par le journalisme à la fin des années 1920, les journaux étant entrés dans la vie tunisienne avec les premières réformes de l’Etat hussaynite de la seconde moitié du XIXème siècle. Les premiers postes de TSF entrent au compte-gouttes dans la vie civile après la Première Guerre mondiale, et l’usage de la radio se répand avant le déclenchement de la seconde (Radio Tunis naît en 1938). Le nationalisme tunisien se développe grâce à ces deux médias qui ont porté l’essentiel des transformations sociales et culturelles de la première moitié du XXème siècle. A l’indépendance, l’élite mais aussi une partie des classes moyennes, démographiquement minoritaires mais instruites, ont investi la politique et construit les bases du nouvel Etat sur ces deux vecteurs essentiels. Par ailleurs, l’usage de l’image ayant commencé à poindre depuis le début du siècle, en ville et à travers la jeunesse, la photographie et le cinéma entrent, à leur tour, dans les habitudes de consommation, dans la vie privée comme dans la sphère publique. Aussi les retrouve-t-on mobilisés pour accompagner l’activité et les réalisations de la nouvelle classe politique arrivée au pouvoir après 1956. Le développement de la publicité commerçante, la multiplication de l’illustration dans l’édition, la production des Actualités Tunisiennes (1959) sont des exemples de l’action culturelle et politique de cette nouvelle ère, que l’on voit ainsi inscrite dans le courant global de la « société du spectacle ». Si l’Etat tunisien l’avait pu, tous ces vecteurs, évidemment nationalisés dès l’indépendance (en 1958 naît la Société Anonyme Tunisienne pour la Promotion et l’Expansion Cinématographique –SATPEC-), c.a.d mis au service de l’appareil politique en gestation, auraient complété les autres instruments de gouvernement et les autres monopoles qu’il cherchait à instaurer. Or, la technologie est une marchandise, un facteur économique qui obéit à une logique mondiale, une donne qui s’impose à l’Etat. Le libéralisme du XXème siècle a accouché des canaux de communication tout en les portant et en les développant dans le monde entier. Le capitalisme s’est renforcé à travers la circulation médiatique, insidieuse et spectaculaire, fabricatrice de comportements, incubatrice d’idées et porteuse de mutations mentales et matérielles. Le marché tunisien branché sur les innovations technologiques voit entrer la télévision dans les années 1960, un média domestique qui a rapidement supplanté le cinéma par son efficacité sur le plan de la propagande politique. A côté de la presse écrite et de la radio, le règne de Bourguiba consacre l’information télévisée comme moyen privilégié de brosser la vitrine du pouvoir et les Tunisiens se souviennent encore des discours sur l’histoire du mouvement national qui mobilisaient les foules devant les appareils de télévision et les transistors, comme on se souvient des films des baignades, promenades et directives présidentielles, une production répétitive à souhait que l’arrivée de Ben Ali allait facilement balayer en guise de gage de changement. Même si le culte de la personnalité est prolongé et la censure renforcée, l’introduction de l’informatique et l’économie mondiale du savoir et de l’information introduisent, des formes de communication qui servent l’illusion de rompre avec le passé. Les médias vont servir Ben Ali, les nouvelles technologies sculptent en même temps, le soubassement d’un rapport nouveau entre l’Etat et l’individu en Tunisie, une architecture souterraine qui a fini par avoir raison de la censure tentaculaire du régime. La revendication de liberté, conséquence de ce nouveau rapport et le besoin de démocratie, aspiration de plus en plus pressante chez les individus restent superbement ignorés par la technologie étatique. En effet, Internet, installé et développé avec les années 1990, et les télécommunications bouleversent, comme partout, les logiques économiques, les temporalités et les instruments du pouvoir politique comme ils transforment la vie des gens ordinaires, la relation avec l’extérieur du pays, les habitudes et les formes de l’échange. En même temps que s’accélèrent les besoins et les effets de la médiatisation du pouvoir, se développe chez les individus une autre conception de l’information, d’autres exigences envers la politique. Une des explications du 14 janvier se trouve certainement dans ce lent divorce, dans la fracture silencieuse et profonde que le régime de Ben Ali a creusé entre une information procédurière, hautaine et policière et l’impérieux besoin de savoir des Tunisiens passés à l’ère numérique. La jeunesse cyberdissidente qui a relayé les événements de décembre 2010-janvier 2011 a comblé avec bonheur et succès ce manque de liberté. En lézardant le béton de la censure, elle a créé un moment de concorde révolutionnaire autour de l’immolation de Bouazizi, orchestrant les suites de l’insurrection et leur révélation au reste du monde.
Ce moment de jonction fructueuse a relié les différents modes de communication (presse, radio, télévision, téléphonie cellulaire, internet). Il a connecté le pays au monde extérieur à la barbe de ses gouvernants, brisant le carcan étatique, créant un prodige dans la vie politique des Tunisiens, peut-être le premier si l’événement du 14 janvier parvient à rivaliser avec la geste de l’indépendance dans leur mémoire future. Le journalisme a porté le nationalisme, la radio et la télévision ont servi la puissance de l’Etat national, les médias sociaux instaureront-ils la démocratie en Tunisie ? Pour le moment, une des questions immédiates que pose cette fièvre médiatique se situe dans cette guérilla entre des médias divergents dont les usagers se livrent à une recomposition du paysage et des luttes politiciennes, comme ils cherchent à redéfinir leurs pouvoirs réciproques. La génération digitale d’aujourd’hui et le journalisme d’antan, les réseaux sociaux et les médias traditionnels entrés dans la danse de la transition politique opéreront-ils les transformations intrinsèques qui leur permettront de se rapprocher sans renoncer à leurs différences ? Cette lutte d’audiences créera-t-elle des expressions prolongeant les effets vertueux du moment révolutionnaire, produira-t-elle une synergie qui rompe avec la mise dos à dos des Tunisiens et du pouvoir ? Un rapport nouveau du Tunisien au politique va-t-il naître de cette nervosité médiatique qui allie simultanéité et besoin de savoir, consumérisme et volonté d’agir sur le réel, individualisme et désir collectif ? La fébrilité média-politicienne actuelle débouchera-t- elle sur les symptômes d’une vie politique plus démocratique que ces gesticulations de façade ? La transition politique à court et moyen terme s’écrit dans le cheminement conjugué entre médias et politique, où la guerre des audiences doit contribuer à construire la confiance de chacun d’aller vers le futur.

Kmar Bendana
Tunis, le 20 juillet 2011

N.b. : cet article a été publié dans l’édition papier du 22 juillet 2011 de La Presse de Tunisie.