Archives par étiquette : Opinion

Jeunes au bord de la politique

Compte rendu de la rencontre d’Orient XXI, « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? », vendredi 6 février 2015, Hôtel l’Africa à Tunis. Vendredi 6 février 2015, le 2ème anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaïd a coïncidé avec le passage de relais du dernier gouvernement de transition présidé par Mehdi Jomaâ (depuis fin janvier 2014) à la première équipe gouvernementale (issue des élections d’octobre-décembre 2014), dirigée par Habib Essid. Le même jour, le magazine électronique Orient XXI, a réuni des journalistes, des chercheurs et des acteurs autour du thème « Après les révolutions, les jeunes toujours à la marge ? » (http://orientxxi.info/magazine/rencontre-d-orient-xxi-a-tunis-le,0804). La rencontre, la 1ère organisée à Tunis par un site né à Paris en octobre 2013 qui inaugure un bureau local, a déroulé un panorama tonique et tonifiant qui a remué des questions de fond, sans s’égarer dans les considérations du type (qu’est ce qu’un jeune ?) ni perdre de vue le besoin de problématiser la situation tunisienne mise sous les projecteurs. Trois panels ont fait entendre des voix, communiqué des résultats d’enquêtes, livré des témoignages, fourni des analyses sur fond d’échanges polémiques. La moyenne d’âge de l’assistance –nombreuse- a été inférieure aux rencontres comparables. Des communications en français et en arabe dialectal ont traduit des échos concis sur la jeunesse tunisienne (avec un contrepoint sur l’Egypte). http://orientxxi.info/magazine/la-jeunesse-tunisienne-entre,0809

Résonances d’une conscience politique en action Au cours du premier panel (Conditions économiques et contestations sociales), des intervenants issus de l’activisme « révolutionnaire » ont fait part d’enquêtes à Douar Hicher ou Hay Ettadhamen, de prospections sur la précarité de l’emploi dans le bâtiment et le textile à Monastir, Kairouan et Kasserine, sur les diplômés chômeurs (380.000 / 800.000 environ) qui continuent à alimenter l’immigration clandestine, sur la stigmatisation que les médias contribuent à accentuer aux yeux de centaines de jeunes des quartiers qualifiés de « salafistes », sur l’instrumentalisation et la criminalisation des luttes sociales. Poursuivant le rôle de relais d’information et d’analyse, ces représentants d’une conscience aguerrie depuis 2011 ont apporté des outils évaluant l’exclusion persistante de la jeunesse, des études qui mesurent l’écart de la scène politique par rapport à l’urgence de la justice sociale, des rapports qui mettent le doigt sur le retard du droit, de la police et des tribunaux face aux frustrations et aux discriminations. On sait que le temps politique a été accaparé par des luttes de pouvoir entre élites partisanes. L’apport de ces dissections chiffrées des plaies sociales et économiques n’en est que plus fort. Ces ponctions raisonnées sont des radiographies précieuses pour baliser de futurs champs d’action. Comment faire pour que ces visions critiques, ces énergies inquiètes et ces volontés averties et renseignées deviennent agissantes ? La maturité acquise dans l’observation des réalités du pays pointe une série de chantiers où on peut lutter contre les tendances libérales en marche. La démarche de ces acteurs de la vie civile et leur travail mènent à la nécessité de changer le rapport au pouvoir, au besoin de passer de la pression politique à la proposition, de sortir de la marge pour aller vers la reconnaissance des initiatives, en les rendant opératoires.

Opinion et influence : objets flottants Le deuxième panel (Que deviennent les cyber-activistes ?) a donné la voix à des militants qui ont concentré leur action dans la destruction du régime de sécurité et de censure d’Internet sous Ben Ali. Leur ennemi commun ayant éclaté, ils se sont reconvertis après janvier 2011 en entrepreneurs culturels, gérants d’ONG, journalistes ou concepteurs de programmes pour la sécurité informatique. Animateurs de la vie publique, ils sont revenus sur la signification du terme « cyber-activistes », partagé par des adversaires d’autres bords, par des usagers ordinaires et d’autres moins vertueux. Le fil reliant ces auto-analyses est la recherche d’une participation à la politique, loin des injonctions de neutralité et des formes imposées. Revenant sur la façon dont ils ont vécu le passage de l’avant à l’après Ben Ali, ces contestataires se demandent quelles sont les perspectives d’agir sur la conception du pouvoir, après avoir participé au premier acte de la bataille pour la liberté d’expression et le droit de s’organiser. Rompus à une technologie qui a eu raison du régime de Ben Ali, ces  militants se heurtent à la résilience du système sécuritaire et à la difficulté de construire un Etat de droit. Tous tournent autour de l’information, un contre-pouvoir encore mal structuré en tant que tel, malgré les acquis. L’épreuve est dans l’héritage d’un système entretenu par des intérêts puissants et vigilants. L’érosion de leur impact médiatique en faveur d’un paysage plein de failles professionnelles et éthiques fait qu’il n’a pas été possible jusque là de constituer des modes d’influence sur une opinion publique changeante et difficile à définir. Malgré le chamboulement de 2011, le chantier de la neutralisation de l’espace public est loin d’être clos. Quatre ans après, il s’agit de penser à l’engagement qui s’impose et d’y attacher les méthodes adéquates. Plus que jamais, la voie de chacun est à chercher.

La décision politique au centre des revendications et des événements Le dernier panel (La participation des jeunes à la vie politique) a été plus différencié et tumultueux. Les échanges avec les représentants de partis, un député, deux conseillers de gouvernement, un militant et une politologue révèlent la différence de points de vue entre ceux qui sont passés par le travail politique organisé et les « indépendants » et/ou observateurs et chercheurs. Les militants de partis ont concentré le regard sur l’expérience électorale. Que l’on considère les jeunes mobilisés dans les campagnes de vote ou le fort taux de non participation des 18/35 ans (85%) aux élections, le point de vue fait dépendre la vie politique du moment électoral. Or, la participation à la vie politique est diverse et plus large. L’exemple de l’Egypte a permis d’évoquer le street art et le travail associatif (par exemple contre le harcèlement sexuel). Les débats autour des méthodes d’action ont fait éclater le mouvement Tamarrod et la jeunesse « révolutionnaire » égyptienne a été largement réprimée. Pour la Tunisie, on a entendu fuser de la salle des reproches contre une instrumentalisation des jeunes et un accaparement des positions de pouvoir. Au-delà de ces polémiques et des considérations générationnelles qu’elles recouvrent, on sent que les jeunes sont déçus voire se sentent dépossédés d’un processus auquel ils ont pris part. Par ailleurs, la prise de décision, nœud de la participation politique, est tombée dans l’escarcelle des dirigeants des partis pré -existant aux événements de 2010/2011. La sur -détermination idéologique des luttes partisanes a contribué à tourner le dos aux revendications et aux potentialités de la jeunesse en présence. Par ailleurs, la centralisation de la vie politique dans la capitale, au sein des instances partisanes et entre les réseaux anciens ne doit pas cacher l’engagement d’autres jeunesses (dans l’art et dans la culture entre autres) et un choix politique qui capte de plus en plus les jeunes de tous milieux : le « salafisme » voire le « jihadisme ». Un militant a prédit que les jeunes, aujourd’hui à la marge, sont appelés à devenir le centre de la politique. Il est difficile de faire des conjectures en dehors d’études ethnographiques sur des groupes et/ou des individus actifs. Une anthropologie des pratiques et des comportements qui régissent le monde politique actuel serait d’une grande utilité.

A un moment où l’âge des gouvernants est objet de discussion et même sujet de railleries, on peut se demander si les conditions d’une transition politique générationnelle existent en Tunisie. A voir les participants à cette rencontre, beaucoup d’ingrédients sont là : des acteurs conscients et actifs, une expérience de la contestation et de la vie de parti, un apprentissage du management et de la gestion…. Que manque-t-il alors pour un nième bond qualitatif nécessaire au pays ? Tout simplement, peut-être, que la politique, comme partage, gestion de l’intérêt public et responsabilité, change… de grammaire et pas seulement d’hommes et d’équipes.

Hammam-Lif, le 8 février 2015.

Texte paru dans La Presse de Tunisie, 16 février 2015, p. 6 et dans La Lettre de l’IRMC,  n°15, janv-mars 2015, pp. 19-20.

Rude hiver pour la transition

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîné s’ajoute le méli-mélo politico-médiatique. Alors que les tensions sociales et les regards se déplacent vers un Nord-Ouest envahi par la neige puis par les eaux, le nouveau gouvernement qui traverse les cent jours décisifs semble débordé de tous côtés.

L’information, tendon d’Achille de démocraties plus anciennes, est au cœur des houles qui soulèvent le monde politique, la bataille pour chacun étant d’avancer sous les coups en attendant de mettre de l’ordre et d’introduire des règles du jeu. Ordre et jeu sont les maîtres mots d’une agitation où les commandements sont improbables et les déroulements imprévisibles. Dans une défiance partagée, la nouvelle équipe dirigeante pressée par le temps et probablement perdue devant l’immensité de la tâche, se retrouve bousculée par une parole inhabituelle et une pratique de contestation ouverte. Il faut du sang froid, des idées révolutionnaires et une abnégation impossibles pour de nouveaux venus sur la scène politique, longtemps exclus de l‘exercice du pouvoir. Compter les points et relever les incohérences d’un gouvernement encore peu rôdé lui est d’autant plus insupportable que les décisions sont ressenties comme lentes ou inappropriées aux urgences d’un pays qui a accumulé tares et misères et dont l’économie peine à se redresser. L’atmosphère est survoltée par les mauvaises nouvelles que les différents médias enfilent. Les responsables sont excédés par les échos critiques ou les moqueries. Ils accusent les journalistes de susciter le mécontentement et de noircir le tableau, comme si un thermomètre était responsable de la fièvre qu’il enregistre. Alors que les médias peinent à aller vers un professionnalisme plus libre, les pouvoirs publics habitués à un exercice plus soft et plus obéissant les boudent, les brident ou les chargent.

Le billet qui suit a été écrit le 26 février dernier, au paroxysme d’une des vagues qui opposent presque journellement gouvernement, médias, partis et société civile. L’espace public longtemps paralysé s’est animé grâce aux médias sociaux qui ont contribué à enhardir la contestation et à la propager entre les divers canaux. Le texte rend compte d’une étape – déjà dépassée- où se croisaient des troubles d’origines diverses, allant des grèves des agents municipaux aux populations isolées et furieuses devant les lenteurs des secours et se sentant éclipsées par une politique étrangère électrifiée par des positions incompréhensibles à propos de la Syrie. L’affrontement avec le syndicat national, une organisation habituellement crainte par les pouvoirs politiques depuis la période coloniale et avec laquelle Bourguiba comme Ben Ali ont toujours dû composer, a très vite dégénéré par de nombreuses attaques de locaux de l’UGTT. La dernière crise syndicale, celle de janvier 1978 est une des plus meurtrières de l’histoire récente de la Tunisie. La mémoire encore vive de ces événements et le rôle de l’UGTT dans les derniers scénarios de janvier 2011 auraient dû tempérer cet épisode, un de plus où l’on ressent l’emballement des faits comme l’excitation des acteurs, peut-être une insécurité de plus. Dans la confusion, on peut lire en filigrane les enjeux immédiats de cette phase transitoire : la poursuite d’une libéralisation médiatique redoutée, la capacité du gouvernement provisoire à réformer la police et les chances de voir naître un appareil judiciaire plus indépendant.

Ce billet est paru sur La Presse de Tunisie du lundi 5 mars 2012 (http://www.lapresse.tn/05032012/46317/le-temoignage-le-juge-et-lopinion.html) alors que des accords sont venus apaiser cette tempête. Celle des médias dure encore. Ne parlons pas de la tourmente secrète au sein du Ministère de l’Intérieur ni de la citadelle de la justice, encore difficile à décrypter dans l’avalanche des procès et la judiciarisation tous azimuts de la vie politique. A suivre….

Le témoignage, le juge et l’opinion

Le film de la transition est-il en train d’enregistrer un nouveau rapport entre le témoignage, le juge et l’opinion, trois phénomènes en chambardement ? La vie politique tunisienne est-elle en train de traverser une séquence significative de son évolution imprévisible ? Est-on en voie de façonner la naissance chaotique d’une vie politique moins commandée par la force d’un pouvoir univoque? Comment lire cette phase de la lutte que se livrent le vice dictatorial et la vertu démocratique ?

Samedi 25 février 2012, une manifestation de protestation contre les agressions des locaux de l’UGTT a lieu à Tunis, empruntant le même trajet que la marche du 14 janvier 2011, de la place Mohamed Ali, siège de l’organisation syndicale au Ministère de l’Intérieur. La manifestation qui se déploie sur l’avenue Bourguiba draine une foule très nombreuse, des figures et des anonymes, des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux. Elle ressemble à la déferlante populaire du matin qui a précédé le départ de Ben Ali, signe que l’offense envers un emblème de la mémoire nationale est un pas de trop. Les auteurs de ces actes irrévérencieux peuvent-ils comprendre l’avertissement ? Alors que le pays passe de grèves en sit-in et de sabotages en attaques, que les malheurs de la vague de froid multiplient les sinistres des populations du Nord Ouest, la grève des services municipaux est-elle d’une gravité qui autorise de tels agissements ? Les fomenteurs de ces attaques sont-ils conscients de jouer avec une symbolique forte du pouvoir en Tunisie ? Ou bien est-on dans une logique de test réciproque ? A moins que l’on soit dans une spirale qui échappe à l’observation et à la prévision, tant les points d’impact de cette transition sont éclatés, les poches d’action disséminées. Il est difficile de comprendre comment on a pu atteindre cette limite dangereuse pour toutes les parties en présence. L’autorité est diffuse en ces temps transitoires alors que le pouvoir falot cherche ses marques, on ne sait où. On peut admette que c’est un stade de recomposition, mais le flou ne doit pas justifier les excès.

Outre ce diagnostic alarmant pour le rapport de force et pour la conduite de la transition, ce qui interpelle en cette journée d’expression du refus de laisser toucher à l’organisation syndicale tunisienne, c’est qu’elle met en confrontation de nouvelles façons de gouverner. Jusqu’à quel point l’opinion gouverne ? Jusqu’à quel degré peut-on dire que le gouvernement maîtrise les choses ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité quand on apprend que les forces de l’ordre ont attaqué, en toute fin de manifestation, des journalistes, s’en prenant à leur matériel et ciblant les gilets d’identification. Preuve que les policiers ne connaissent pas toujours les journalistes. C’est en principe une bonne nouvelle, qui plaide en faveur d’un cheminement possible vers la démocratie puisque cela pourrait signifier que les policiers n’agissent plus selon les fichiers d’antan. Peut-on espérer qu’ils ne sont plus préparés comme avant ? Mais alors pourquoi les gilets prévus pour garantir l’exercice du métier de journaliste, deviennent-ils une cible pour ceux-là mêmes qui les ont acceptés comme une règle de partage de l’espace public en manifestation ? Les brassards vont-ils servir à remplacer les fichiers, donnant aux policiers les moyens d’agir sur le terrain ? Quelles sont les directives données aux forces de l’ordre ? A quel niveau de la hiérarchie peut-on établir la nature des instructions pour l’encadrement de cette manifestation ? Celle-ci est d’une haute teneur politique. Le commandement de son déroulement doit être à la hauteur de la symbolique bafouée. Les Tunisiens sont conscients de la place de l’UGTT dans leur histoire, soucieux de son rôle dans leur présent et en alerte quant à son importance pour l’avenir. Les ordres du Ministère de l’Intérieur ont intérêt à être coordonnés et pensés dans l’intérêt de tous, cette transition incertaine ne peut se permettre de jouer avec ces sentiments civiques.

On le sait, les journalistes sont harcelés depuis un certain temps et, malgré les difficultés, ils n’ont pas l’air de reculer devant les intimidations des forces de l’ordre. Depuis début 2011, la liberté d’informer est devenue le rêve de beaucoup de journalistes, une exigence de millions de Tunisiens, une nécessité vitale de la transition. On ne peut y arriver d’un coup mais il est très risqué de compromettre l’ébranlement de la locomotive du droit à l’information. On ne peut arrêter par la force, surtout selon les moyens d’antan, un train qui est déjà parti et dont les voyageurs, échaudés, sont plus avertis.

Intéressante est la suite de ces prises à partie de journalistes. Le communiqué du syndicat des journalistes est ferme. Les certificats médicaux établis vont servir à porter plainte contre le Ministère de l’intérieur. De plus, des vidéos de ces agressions ont été tournées ; elles circulent. D’autres vont servir aux confrontations judiciaires. Le Ministère de l’Intérieur s’engage à mettre au clair les responsabilités au sein de ses troupes. Dans la gymnastique des répliques qui s’est instaurée, on se félicite de ne pas lire un nième démenti. Serait-t-on devant un premier cas de réciprocité devant les communiqués ? Assiste-t-on à un début de confrontation égalitaire des témoins et des preuves ? Chacun s’occupe de mettre de l’ordre dans son camp, de défendre ses ouailles, le droit devant départager les responsabilités.

Il faut espérer que cette réciprocité se maintienne jusque devant les tribunaux pour que les témoignages soient à égalité, que les responsables soient identifiés puis entendus et les coupables sanctionnés. En attendant que témoignage, juge et opinion s’acheminent vers un équilibre de reconnaissance du droit d’informer comme du devoir de gouverner, ce qui serait de bon augure dans l’hiver très rude de cette transition.

Hammam-Lif, le 26 février 2012

Paru dans La Presse de Tunisie, 5 mars 2012.

D’un film à l’autre : épisodes de la transition

Il y a plus d’une raison de rapprocher deux « affaires » qui ont concerné deux films (Laïcité inch’allah et Persepolis) ayant fait sensation au cours de cette transition. Le film de Nadia El Fani intitulé d’abord Ni Dieu ni maître est à l’origine d’un premier épisode. Il est programmé un dimanche de mai par l’association Lam echaml (=Unissons nous) dans le cadre des débats autour du thème : « Touche pas à mon artiste ». La projection est perturbée par une foule agressive, qui pour empêcher la séance, n’hésite pas à s’attaquer aux spectateurs, aux responsables et au bâtiment. Même si le film est projeté et discuté, les suites sont graves : on s’aperçoit que certains attaquants avaient de fausses barbes, que la police a tardé à intervenir. On enregistre surtout que les protestations pacifiques des organisateurs dans les médias, les manifestations de rue et le communiqué du Ministère de la culture condamnent certes l’agression mais ne parviennent pas à maintenir l’existence de la salle de cinéma Afric’art, saccagée. Le propriétaire refuse de renouveler le bail, privant ainsi la ville de Tunis de la seule salle de cinéma d’art et essai existant à Tunis depuis des années. De son côté, pour apaiser la tension, la réalisatrice remplace l’ancien titre du film jugé provocateur par son sous-titre : Laïcité Inch’allah.

La deuxième « affaire » concerne la projection de la version dialectale de Persépolis, le 7 octobre par Nessma TV. Pour une chaîne à vocation et à public maghrébins, la programmation d’un film à succès projeté en version originale à Tunis à sa sortie en 2007, un film depuis deux semaines à l’affiche de la salle Alhambra de La Marsa, et le soir du même vendredi dans la salle Mad’Art de Carthage, découle d’une logique éditoriale cohérente. La projection de ce dessin animé de Marjane Satrapi (https://www.youtube.com/watch?v=xqkXJsfu3VU) racontant la fabrique de la dictature iranienne vue par une enfant est suivie d’un débat animé par quatre intellectuelles reconnues pour leurs travaux sur la littérature, la philosophie et l’histoire des idées. Avant la fin de l’émission, les réactions sur Internet se déchaînent : une avalanche d’attaques verbales et d’appels haineux sont suivis le lendemain par une marche vindicative en direction des locaux de la chaîne. Les forces de l’ordre interviennent à temps, empêchent les agresseurs d’avancer et d’attaquer, les pourchassent et en arrêtent une partie. Le directeur de la chaîne dénonce l’agression le jour même dans les médias, puis, deux jours après, présente des excuses pour avoir offensé involontairement les sentiments religieux des spectateurs. La campagne d’opinion continue, monte, dégénère jusqu’à l’attaque de son domicile et de sa famille.

Dans les deux épisodes, le passage à la violence et à l’agression est immédiat et hélas efficace perturbant l’ordre public et l’opinion. Comment celle-ci peut-elle changer et dégénérer si vite à chaque fois ? Comment se déchaîne-t-elle en brutalité ? Dans cette période transitoire, la sécurité est une affaire délicate, fragile. On note que si les policiers ont eu la première fois un comportement douteux, ils ont fait leur métier, au cours de la seconde intervention. Aussi doit-on s’arrêter davantage sur la violence qui a accompagné ces deux « affaires » qui ont secoué le pays, entraîné des comportements brutaux et divisé la population. Cette fureur agressive est nourrie de plusieurs phénomènes et il faut en chercher l’explication dans le fond et dans la forme de ces événements culturels et dans leur portée symbolique. Dans les deux cas, on a affaire à des œuvres cinématographiques dans lesquelles les femmes sont auteurs et critiques, créatrices et interprètes. Dans ces deux événements, la forme comme le fond semblent insoutenables, inacceptables, générant ainsi une violence.

Analysons le contenu : la première impression est que l’on se retrouve devant des répliques de l’affaire des caricatures partie du Danemark en 2006, laquelle rappelle la fetwa condamnant Salman Rushdie en 1989 pour son roman Les versets sataniques. Malgré le rapprochement évident avec ces affaires dont l’épicentre européen suscite de loin des réactions dans les pays arabes, que nous disent aujourd’hui ces affaires entièrement locales ? En supposant que tous les protestataires ont vu les films, les déclarations dénotent une réaction épidermique face à l’évocation de Dieu, à travers un titre ou la figuration imaginée de l’idée que s’en fait un enfant. L’évocation semble insupportable, touchant paraît-il à un sacré, alors que le propos de chaque film montre au contraire une vision humaine, une façon de voir profane. Face à ce contresens érigé en malentendu inquisitoire, les spectateurs tunisiens seraient-ils cinématographiquement moins avertis, ou plus susceptibles que leurs voisins algériens et marocains ? Drapés dans une bigoterie de bon aloi, et armés de bien-pensance hargneuse, les agresseurs sont passés à la violence en Tunisie, propageant haine et ignorance, une fois de plus.

Signalons que le mouvement se nourrit de commentaires colportés et que l’interprétation hostile éclate et gonfle en colère avant la projection ou juste le lendemain d’une émission. Cette hyper-réactivité attire l’attention sur un autre détail. Dans le premier film comme dans le second, les femmes sont au premier plan, au centre, au coeur même. Elles sont maîtresses des propos et de la scène, elles occupent l’espace par la parole et par la pensée. Elles sont artistes et médiatrices. Serait-ce là le point inconscient qui suscite autant de violence ? Alors que beaucoup de choses doivent changer, serait-on là devant une limite du supportable ? Dans cette transition toute fraîche, le pouvoir de l’image et la place de la femme déboussolent, activent un possible déjà là mais encore difficile à admettre. L’intolérable, celui qui mène à la violence, serait-il autant dans la facture de ces œuvres que dans leur contenu ? Ces affaires autour de films et de femmes sont-elles en train de nous mettre à l’épreuve de nos limites ?

Dans une phase où tous les coups sont permis par électoralisme, lâcheté ou affairisme, ces deux manifestations culturelles qui exacerbent les passions apportent leur part d’enseignement : elles nous mettent devant deux limites symboliques fortes, deux frontières subliminales aussi difficiles à franchir que le fait de passer de la dictature à la démocratie. A moins que ce ne soit le même chemin…

Hammam-Lif le 21 octobre 2011
Ce texte a paru dans La Presse de Tunisie du 25 octobre 2011, page 11.

À écouter également :

Justice et opinion de transition : Mélange de genres et clameurs

La transition politico-juridique tunisienne poursuit sa marche. La justice est certainement un des secteurs-clés où l’on attend les images et les effets de rupture avec l’ancien régime. Même si le monde juridique occupe le premier plan dans la gestion de la crise politique, les affaires judiciaires ont tardé à émerger devant une opinion longtemps paralysée et désinformée, encore traumatisée et inquiète devant la persistance de certains signes du passé. Alors que le pouls général du pays monte, on note une actualité faite d’initiatives de contestations, de revendications, de scènes de proclamations qui sont autant de manifestations de pédagogie citoyenne. En l’absence de rouages juridiques pertinents, ces opérations plus ou moins médiatisées traduisent, une avancée dans la « juridicisation » de la vie et de l’opinion publiques. Les conflits s’expriment dans les formes comme dans les contenus à travers un langage et des actions juridiques, prolongeant une tendance engagée depuis un certain temps, jusque là détournée au profit de la dictature. Dans cette phase, la nonchalance de la loi, l’ouverture molle des médias, les rapports crispés et maladroits entre les mondes judiciaire et médiatique font partie des symptômes de la difficile gestation d’une opinion politique en Tunisie. Ce papier est une lecture de l’une des ébauches du dégel transitionnel.

La volonté de savoir
A observer le mental et l’imaginaire « post–révolutionnaires » en Tunisie, la justice et la vérité apparaissent comme deux ordres ébranlés. Depuis le 14 janvier, tout le monde réclame son droit à l’information, chacun veut tout savoir. Après l’apathie craintive et la passivité, la curiosité des Tunisiens se débride. On court derrière la comptabilité des fortunes amassées par les Ben Ali et les Trabelsi, on aligne ouvertement les noms de leurs amis, on reconstitue les arbres de leurs alliances, on suit le sort de leurs biens, on s’informe sur leurs allées et venues dans le pays et à l’étranger, on vérifie les adresses des fuyards, on échange les détails de leur train de vie avant et après la Révolution. Un immense sujet de conversation est né dans les foyers, dans les cafés, dans les bureaux, dans les boutiques, dans les marchés comme dans les réseaux sociaux, un méga-thème éditorial et médiatique a fait irruption. Le silence réservé qui avait couvert l’hégémonie mafieuse s’est transformé en feuilleton national sur le mal en paroles, en chiffres et en images. Des millions de Tunisiens partagent une série d’histoires sur les vices du pouvoir, des récits sur les injustices et les victimes, des versions sur les abus. L’opinion fait feu de tout bois, additionne et croise les sources : des souvenirs comme des témoignages, des livres jusque là interdits, des articles au ton plus libre, des commentaires et des vidéos sur Internet alimentent la chronique de l’instruction judiciaire des familles déchues. Chacun y va de ses bribes et les tresse avec les innombrables anecdotes qui fleurissent. Le pouvoir de l’image et de l’instantanéité aidant, le ciment des médias de tout acabit englobe le tout, lisse le récit. Le concert des rumeurs joue sur les harmoniques de la crédibilité ; bulles et buzz gonflent et dégonflent au gré des répliques, des contre attaques ou du simple effet d’extinction, chaque infox étant suivie par une multitude d’autres. Des nouvelles plus ou moins inédites circulent, des films et des photos ressortent, comme si des détenteurs avisés, conscients de cette réceptivité, veillaient à distiller de quoi entretenir la braise.

Le paysage juridique
Dans la chaîne d’allumage de l’opinion, les procès arrivent lentement sur la scène médiatique et bousculent à leur tour les habitudes des Tunisiens, leur attitude face au secret, leurs attentes face à l’information, réveillant leur désir de justice. La justice tunisienne a des traditions de formation et de fonctionnement, reflet et résultat d’une histoire liée aux besoins de la société et aux impératifs du pouvoir politique. L’université tunisienne comprend cinq facultés de droit dont les recrues en hausse sont disséminées dans le tissu administratif, économique et politique du pays. Le régime de Ben Ali s’est consolidé entre autres en enfourchant un système qui lui a fourni des outils de spoliation, lui a donné des mécanismes d’exclusion et a armé sa domination par des dispositifs appropriés. Dans son évolution récente, le système juridique tunisien, réputé par son dynamisme et ses compétences y compris sur le plan international, a également sécrété des scribes aux ordres, des textes sur mesure, des sièges fantoches et des institutions complaisantes. A l’instar d’autres secteurs, il s’est imprégné de pratiques d’autant plus opaques qu’elles sont enfouies dans la technicité du droit, dans les subtilités de chaque métier, dans le rapport de forces entre les différents rôles de la sphère juridique. La toile d’araignée du pouvoir, de l’administration et des intérêts économiques a tissé des procédures, construit des barrières, fondé des légitimités, monté un appareil solide et structuré autour de 1800 juges, 8000 avocats sans compter les huissiers de justice, les greffiers, les notaires, les experts comptables etc. Le paysage que dessinent ces différentes professions est loin d’être homogène ; il repose sur des collusions classiques, se recompose autour de rivalités d’intérêts, de corporatismes en éveil et de conflits d’influence. Dans ce monde qui s’apparente à un clergé séculier, on devine des connivences matérielles, des coalitions naturelles et des complicités de formation et de condition qui font la solidité de l’échafaudage. Les inimitiés politiques apparues dernièrement secouent l’équilibre de l’édifice car, à côté des différences d’implication dans le processus révolutionnaire, ces tensions expriment également des antagonismes corporatistes.

Procès et médias
En cette période de tous les apprentissages, l’opinion s’ouvre sur les contradictions de cet univers juridique par le biais des luttes intestines qui le traversent comme elle re-découvre les « affaires judiciaires ». Le genre avait fleuri dans la presse coloniale ; un des exemples les plus célèbres est le fameux procès infligé à Abdelaziz Thaâlbi pour blasphème en 1904 et la polémique qui s’en est suivie. Le procès de Jarjar, Gtari et autres acteurs des événements du Jellaz de 1911 avait donné lieu à une abondante couverture de presse, des chansons, une littérature de prison. Après l’indépendance, les lecteurs de La Presse de Tunisie se souviennent de la chronique « De chaque côté du prétoire », de Ammar Dakhlaoui (signature ADAC) concernant les échos des tribunaux. Cette fenêtre sur la vie judiciaire a par la suite dévié vers les rubriques de faits divers tandis que l’ensemble de la presse s’enlisait progressivement dans la langue de bois et le phrasé convenu qui ont fini par devenir une marque de fabrique, droit sortie de l’officine du Palais de Carthage.
Le déferlement d’opinion autour des premiers procès de cette transition révèle l’impréparation de la justice, son manque d’aptitude à informer et parfois une certaine niaiserie. C’est, une fois de plus, les médias qui portent la tempête. La médiatisation des premières « affaires judicaires » a concerné Ben Ali et les familles alliées. Une liste de 150 noms environ est rapidement établie et les procès qui ont lieu à partir de juin sont accueillis comme des parades, des mises en scène. On crie à la parodie, des victimes attendent d’autres incriminations, l’opinion réclame d’autres vérités. Entretemps, la juridicisation de la vie politique déjà entamée sous Ben Ali mais au service exclusif du pouvoir, se généralise au cours de cette transition, touchant les gouvernants, la société civile, les anciens responsables, les nouveaux acteurs. Une bataille de procès est déclenchée pour contester la formation ou les décisions des commissions, contre des propos du penseur Mohamed Talbi, contre le film de Nadia El Fani et autres actes symboliques de personnalités en vue. L’activité judiciaire gonflée par les événements s’accroît de jour en jour et rejoint l’avant-scène politico-médiatique. Les secousses se multiplient dernièrement : la relaxe de Béchir Tekkari (ex ministre de la justice), la sortie du territoire de Saïda Agrebi (proche de Leïla Trabelsi et présidente du « gâteau » de l’Association des mères de Tunisie), les accusations des avocats d’Abderrahim Zouari (dernier ministre des transports) et le non lieu de Ali Seriati (responsable de la sécurité présidentielle) dans l’affaire des faux passeports de l’aéroport de Carthage ébranlent une machine judicaire hyper-sollicitée qui comparaît à son tour devant le ban de l’opinion. La communication autour des plaintes, les interprétations des verdicts expriment le remue-ménage qui agite un pouvoir judiciaire jusque là surprotégé par le secret, un pouvoir médiatique longtemps interdit d’enquêter et la rigidité de la bureaucratie qui tenait l’un et l’autre. Les pressions s’enchevêtrent, les commentaires font déborder l’opinion, faisant ainsi bouger les frontières entre ces différentes instances et déplaçant les bornes. Les juges communiquent dans la hâte des verdicts que les journalistes reprennent à leur manière, les avocats organisent des conférences de presse, le ministère fournit des explications, les magistrats crient à l’indépendance, les familles donnent leur version des faits via Facebook, sur les radios et les plateaux de télévision. On se bouscule dans l’immense prétoire qu’est devenue la scène médiatique, à défaut de voir les salles de tribunal aussi investies par les caméras et les micros qu’en Egypte. Le slogan de la transparence, plus que jamais brandi, couvre mal les mille et un désordres qui bouillonnent dans les coulisses.

Signe d’affolement ?
Justice et médias sont des métiers de la parole et de la représentation, ils partagent des ingrédients communs, en appellent à des compétences similaires : techniques de l’enquête, arts de l’argumentation, ficelles rhétoriques, procédés de l’attaque et de la défense. Mais chaque domaine a son périmètre d’action, son terrain d’efficience, son langage. Le recours irrationnel aux médias signe un des troubles de cette transition en train de se faire, où les conférences de presse d’avocats expriment le comble du mélange des genres et de la confusion des messages. Pourquoi des avocats sortent-ils des prétoires pour traiter des affaires, pour défendre un accusé, pour dénoncer des confrères ? Alors que le pays n’a pas reconstitué le récit du mal qui lui a été fait, un des réflexes d’affolement est de se poster dans le camp du bien, de se positionner parmi les bons : qu’on réclame une place, qu’on invoque l’indépendance ou qu’on clame son innocence, chacun cherche les formules et les canaux susceptibles de calmer une opinion ébranlée, déchaînée contre symboles et pratiques de l’ancien régime et qui n’a pas encore trouvé les siens.

Hammam-Lif, le 16 août 2011

Une version de ce texte a paru sur La Presse de Tunisie en date du 19 août 2011.