Archives par étiquette : Mobilisation

On se souviendra de l’avenue Bourguiba

Publié dans Libération du 14-15 août 2014 sous le titre : « Avenue Bourguiba, la conquête du droit de manifester  »

http://www.liberation.fr/monde/2014/08/13/avenue-bourguiba-la-conquete-du-droit-de-manifester_1080169

Les étourneaux et les ficus de l’avenue Bourguiba sont depuis longtemps les invariants de l’imagerie de cette artère tunisoise, bâtie pour l’essentiel entre 1860 et 1930 et « rénovée » en 2001. Elle porte le nom de Bourguiba depuis 1956, en remplacement de celui de Jules Ferry, donné sous le protectorat à la promenade de la Marine du XIXème siècle, un terrain marécageux ouvrant sur la Méditerranée. L’avenue a conservé de sa centralité construite en période coloniale, un dynamisme commercial et touristique. Elle a connu les manifestations d’avril 1938, organisées en face de la Résidence Générale, pour réclamer l’indépendance et un parlement tunisien. A force d’être officiel, le souvenir de ces journées protestataires du temps de la colonisation avait bien pâli. Depuis 2011, l’avenue se revivifie.

Une consécration de fait

Que l’on croie à l’enchaînement des causes ou à la contingence, à une dynamique de la mobilisation ou à une action spontanée, à un crescendo non maitrisé ou à une mise en scène surveillée, l’avenue Bourguiba est désormais le lieu mythique de la « Révolution tunisienne ». L’immeuble emblématique du Ministère de l’Intérieur était bel et bien visé par les milliers de Tunisiens/nes qui ont déferlé le 14 janvier 2011. La veille, en plein couvre-feu, des groupes ont été envoyés pour festoyer face au Théâtre municipal. Le pouvoir, encore inconscient de ses fissures, espérait orchestrer là, comme en d’autres points du pays, une « sortie de crise » tonitruante et honorable. Cette ultime feinte a-t-elle encouragé les manifestants à converger le lendemain, jour de grève générale, vers l’artère centrale de la capitale ? Située en amont, la place Mohamed Ali, siège de la centrale syndicale, chauffée par des semaines de rassemblements, donne l’impulsion avant 10 h du matin. L’avenue de France se remplit des flots venant des avenues latérales et de la médina. Les rues adjacentes et l’artère du train TGM (Tunis-Goulette-Marsa) drainent les manifestants, surgis de toutes les directions. Vers midi, la foule mixte et compacte ne cesse de grossir, les slogans « Dégage » et « Travail, Liberté, Dignité nationale » résonnent à l’unisson et les milliers de mains pointent les fenêtres de la bâtisse grise que les rangées de policiers protègent à peine. Le soir même, la voix cassée par l’émotion de l’avocat Abdennaceur La’ouini annonce la fuite de Ben Ali, sur la voie déserte. Une vidéo prise d’un balcon immortalise sa joie, seul, sous la lumière jaune des lampadaires. Ces images tournent en boucle pendant des semaines sur les médias et réseaux sociaux. Elles ancreront dans les mémoires une avenue où une liesse pacifique a triomphé du régime de Ben Ali.

Un espace public est né

D’ autres décors de la capitale vont servir aux rassemblements, marches et sit in dont le nombre explose. De l’autre côté de la médina, l’esplanade de la Kasbah (où se trouve le premier ministère) hébergera les caravanes venues de toutes les régions et deux longues occupations (Kasbah 1 et Kasbah 2), levées début mars 2011. D’ autres lieux : El Kobba (stade Olympique d’El Menzah) ou l’esplanade du Bardo (face à l’Assemblée Nationale Constituante) vont abriter des mobilisations mais ce sont les commémorations nationales, celles du 20 mars 2011 et 2012 (fête de l’indépendance) et surtout celle du 9 avril 2012 (fête des martyrs) qui achèvent de donner à l’avenue Bourguiba une légitimité « révolutionnaire ». Plus exactement, c’est l’interdiction d’y manifester qui consacre la demande du droit d’occuper l’espace public. Celui-ci s’anime de graffitis, de stands, d’expositions de photos, de happenings divers et de cercles de discussion. Les marches du Théâtre municipal servent à toutes sortes de parades, l’allée centrale est propice aux flâneries et aux spectacles de rue. Les cafés connaissent un regain de clientèle et des marchands promènent leurs attelages de confiseries, de fruits secs et de drapeaux rouge et blanc. Les tanks quittent les lieux et les barbelés sont réduits. Au bout, le rond-point de l’horloge qui remplace depuis 2001 la fameuse « guillotine » ayant succédé à la statue équestre de Bourguiba en 1988, est baptisé Place du 14 janvier 2011.

Un espace partagé ?

Le 14 janvier 2012, la foule est déjà plus différenciée ; elle fête le premier anniversaire de la « révolution » sous les bannières des partis. La nouvelle géographie politique du pays s’inscrit en couleurs dans l’espace de l’avenue Bourguiba. Quand le quatrième gouvernement provisoire inflige une répression musclée aux manifestants du 9 avril 2012, précédée par le tabassage des partisans de l’association des diplômés chômeurs deux jours avant, l’avenue enregistre un cran supplémentaire dans la politisation. Répliques et négociations se terminent par le recul des autorités : manifester sur l’avenue Bourguiba est un droit conquis. Le défilé du 1er mai se passe sans incidents. Il ne reste plus qu’à en faire le lieu des contestations de tous bords, y compris autour du « sacré », une cause défendue par le parti Ennahdha alors au pouvoir, autorisant les prières du vendredi devant le Théâtre municipal où artistes et spectacles ont subi des attaques. Des bannières noires apparaissent sur l’artère et des manifestations appellent à défendre le droit de porter le niqab, un « droit de l’homme »  que les événements de la faculté des Lettres de la Manouba ont mis au-devant de la scène politique.

Le 6 février 2013, jour de l’assassinat de l’avocat et homme politique Chokri Belaïd, les foules en colère se dirigent vers le ministère de l’intérieur. Besma Khalfaoui, sa veuve, conduit l’irruption du cortège de la dépouille dans l’allée centrale gardée. Dès que le convoi s’éloigne, les bombes lacrymogènes dispersent les manifestants. Depuis, des rassemblements réclamant la vérité ont lieu chaque mercredi devant le tronçon du ministère de l’intérieur, barricadé de plus belle, tandis que des meetings de toutes obédiences continuent à fleurir plus bas.

L’actualité a réactivé la mémoire d’une avenue qui revient dans l’histoire politique de la Tunisie. Une actualité qui reste sous tension : les barbelés de l’avenue Bourguiba ont rétréci depuis mai 2014 sans disparaître. On peut passer devant le ministère de l’intérieur et devant l’ambassade de France, à condition de ne pas marcher sur leurs trottoirs.

Hammam-Lif, le 4 juillet 2014

Une version arabe de ce texte est publiée dans le journal Essabah , Tunis, vendredi 12 septembre 2014, page 8

http://www.assabah.com.tn/article/89047/%D8%B4%D8%A7%D8%B1%D8%B9-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%A8%D9%8A%D8%A8-%D8%A8%D9%88%D8%B1%D9%82%D9%8A%D8%A8%D8%A9-%D9%84%D9%84%D8%B0%D9%83%D8%B1%D9%89-%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B9%D8%AA%D8%A8%D8%A7%D8%B1

Un ramadan pas comme les autres

Nous sommes encore sous le choc de l’attentat du 25 juillet qui a coûté la vie à Mohamed Brahmi, un homme que les Tunisiens ont commencé à connaître comme député à l’Assemblée Nationale Constituante, par des prises de position mesurées mais fermes, la dernière étant d’encourager la rébellion contre Ennahdha. Puis le carnage des neuf soldats du 29 juillet a éclaté comme une foudre dans l’été tunisien. Depuis, l’armée se démène dans la région du Djebel Chaâmbi délaissée et les familles meurtries qui se disent fières des héros morts pour la patrie, refusent la présence officielle des représentants du gouvernement.

Un tournant ?

L’émotion gonfle, accentuant peur et défiance, chaque vague élargissant le cercle des gens atteints, chaque atteinte semant insécurité et crainte de l’avenir. On a appris depuis 30 mois que cette émotion persistante n’est pas porteuse du meilleur, qu’elle ne favorise que les cyniques, qu’elle augmente le désordre, qu’elle sème la division dans la vie publique et les familles.

Cet été règne une tension qui rappelle les mois de décembre 2010 et janvier/février 2011, dans sa violence et ses inconnues, avec un sentiment de déchirure en plus. Je ne sais pas quoi me fait sentir qu’on serait dans la deuxième phase décisive d’une grande mutation en cours, qu’on ne peut nommer « révolution », tant que ces soubresauts n’aboutissent pas à des changements suffisants pour installer autre chose que les magouilles des plus forts et de la discorde. Entre les nouveaux arrivés (Nahdhaouis) et les anciens (RCDistes), jumeaux et ennemis, la bataille se corse, une équipe est en train de chasser l’autre (ou de noyauter ceux qui y consentent), aux dépens de l’équilibre du pays et de sa sécurité, sans parler des principes moraux et des besoins des plus démunis. Il flotte un air de déjà vécu avec le même sentiment que l’Etat est asservi par un réseau mafieux, mal préparé au pouvoir mais décidé à le prendre durablement.

Continuer la lecture