Archives par étiquette : mémoire

Relayer la mémoire par l’histoire : le docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954)

Salem Ech-Chadli

Salem Ech-Chadli

Chaque période historique apporte son lot de mémoires oubliées, refoulées ou simplement ignorées. Depuis le 14 janvier 2011, la déflagration de la parole charrie son lot d’évocation des anciens. On assiste à des restaurations de souvenirs et des rappels de mémoires qui ont parfois valeur de révélations. Deux manifestations autour de la vie et de la personnalité du docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954) ont eu lieu récemment : la première s’est déroulée le 20 avril 2013 à la Fondation Abdejellil Temimi dans le cadre du cycle La mémoire nationale et l’histoire du temps présent et la seconde à l’hôpital Er-Razi, le 15 juin 2013 au cours d’une journée d’étude sur L’histoire de la psychiatrie tunisienne. Les exposés de membres de la famille et de médecins de profession ont dégagé un peu de l’ombre qui plane sur ce médecin militant nationaliste, mort à 58 ans, deux ans avant une indépendance à laquelle il a rêvé et participé par son métier et son combat anticolonialiste. Ces deux manifestations apportent beaucoup aux deux histoires – politique et culturelle- imbriquées à travers la biographie du premier psychiatre tunisien.

Profession médecin en Tunisie

La Tunisie contemporaine compte plusieurs générations de médecins, une profession qui commence, dans sa forme présente, à marquer la société tunisienne au XIXème siècle, suite à la révolution connue par le domaine. Un ouvrage récent de Lucien Moatti (La mosaïque médicale de Tunisie (1800-1950), Paris/Tunis, Editions Glyphe/Déméter, 2012, 422 p.) a fait l’inventaire de près de 1200 médecins qui ont exercé en Tunisie entre le début du XIXème siècle et le milieu du XXème. Béchir Dinguezli (1869-1934) est le premier titulaire tunisien musulman d’une thèse de médecine au sens actuel du terme et Tawhida Ben Cheikh (1909-2010) est connue comme la première tunisienne gynécologue. Comme la profession d’avocat ou d’ingénieur, celle de médecin représente une des portes par lesquelles la Tunisie accède à la modernité contemporaine, avec le plus qui revient au rôle et à l’image du médecin, reliés à l’imaginaire social construit autour de la vie, de la santé et de la mort.

Continuer la lecture

L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études « L’historien, la mémoire et les médias », 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Continuer la lecture