Archives par étiquette : Historiographie

« Commémorer » la « Révolution Tunisienne », deux ans après, à l’Université

Affiche colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba

Affiche du colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba 

Comment des historiens peuvent-ils « commémorer » la Révolution Tunisienne ? En organisant un colloque comme d’habitude. C’est ainsi que la rencontre intitulée Thawra(t) : pour une approche comparée des révoltes et révolutions XIXème-XXIèmes siècles a été organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba) les 17, 18 et 19 janvier 2013. Le texte qui suit reprend l’introduction de la rencontre. Il pose la question de l’utilité, des précautions et des limites d’une réflexion à chaud sur une actualité en mouvement, dans une institution elle aussi en « transition ».

Le temps de la politique

Le temps, cet obscur objet de la discipline historique, a des ressorts complexes. Sur ces deux ans déjà, on le voit agir sur les conceptions, diviser les acteurs et accoucher de représentations adverses. C’est le temps de la politique en train de se faire, qui n’est pas le temps des historiens bien entendu.

Les historiens tunisiens, citoyens, spectateurs ou témoins de la « Révolution tunisienne » sentent que ce qui s’est passé en Tunisie entre décembre 2010 et janvier 2011 est un fait capital dans l’histoire du pays. La vie courante a intégré ath-thawra dans la datation ordinaire. Chacun situe désormais des événements privés ou publics « avant » ou « après » ath-thawra. Le mot est indéfini et sa polysémie (il désigne à la fois révolte et révolution) accroît son impact. L’unanimité sur l’intervalle 17 décembre/14 janvier qui sépare l’immolation de Bouazizi du départ de Ben Ali (créée entre autres par la création des commissions chargées d’enquêter sur les morts et les exactions) est déjà en question. Les détails sur l’enchaînement insurrectionnel s’accumulent mais la règle des compensations et droits encore trouble retarde l’établissement d’une liste (chiffres officiels et non définitifs :338 morts et 2274 blessés d’après le rapport de la Commission Bouderbala). Depuis qu’ on a proclamé le 14 janvier comme fête officielle de la Révolution et de la jeunesse (13 mars 2011), un débat réclame de remettre à l’honneur plutôt la date de l’étincelle (immolation de Bouazizi) que sa conséquence spectaculaire et politique (départ de Ben Ali). La question de l’intégration des morts du bassin minier de 2008 s’est ajoutée à ce débat sur la définition de la Révolution, de ses martyrs, de ses dates…

Continuer la lecture

Réécrire l’histoire de la Tunisie ou du mouvement national : un refrain classique

On entend souvent les Tunisiens réclamer une réécriture de l’histoire, notamment celle du mouvement national. La présidence de la République a organisé deux conférences-débats qui ont donné la parole à deux historiens, signe positif dans le tourbillon politicien qui assombrit l’horizon. Hichem Jaït a distingué, au cours d’une conférence sur le thème La mémoire et l’histoire nationale (1er avril 2012), les deux aspects de l’étude du passé que sont la mémoire et l’histoire. Le débat qui a suivi n’a pas manqué d’aborder un des leitmotivs de l’opinion intellectuelle : la revendication d’une réécriture de l’histoire tunisienne et notamment de l’histoire contemporaine récente. Il en a été de même après la conférence de Abdejellil Temimi, programmée le 1er septembre 2012 pour commémorer le 64ème anniversaire de la mort de Moncef Bey. Là aussi, certains intervenants ont réclamé la création d’une commission pour réécrire l’histoire du mouvement national.

Deux précédents

Il est bon de rappeler que si le sentiment est légitime, le refrain est classique. Pour l’histoire du mouvement national proprement dite, je peux témoigner en tant que professionnelle, d’avoir vécu deux moments où la demande d’écrire ou de réécrire cette histoire -qui n’est après tout qu’une partie de l’histoire contemporaine de la Tunisie- a été faite. Il suffirait de revenir aux médias de l’époque pour se rendre compte de ce phénomène qui prouve, une fois de plus, que la mémoire humaine est très courte. Le premier moment a eu lieu sous Bourguiba dont on sait qu’il a répandu à loisir les expressions « Mouvement national » et « Combattant suprême ». Tout en ayant orchestré une histoire officielle qui a occulté des acteurs importants (Abdelaziz Thaâlbi, Moncef Bey, Ferhat Hached, Salah Ben Youssef et bien d’autres), il ordonne en 1979 la création d’un enseignement et d’une recherche universitaires pour donner une autre impulsion à l’Histoire du Mouvement National. Cette forme institutionnalisée de la volonté du Prince a été confiée à une commission comprenant des historiens de métier, tunisiens et français, et d’autres spécialistes en sciences sociales. La mission d’écrire scientifiquement l’histoire du mouvement national -dont j’ai rattrapé le cours au tout début, en tant que chercheuse débutante- répondait alors à la volonté d’élargir les méthodes pour sortir d’une histoire politique plate. Evitant de parler des phases les plus récentes et de heurter la susceptibilité du pouvoir, cette histoire a abordé les questions de contexte, différentes formes de résistance à la colonisation, des personnalités autres que celles de Bourguiba.

Continuer la lecture

Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée. Continuer la lecture

À quoi sert l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National ?

Le sort en est jeté. L’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (ISHMN pour les intimes) n’aura pas d’élection ; son directeur est en voie de nomination. La recherche serait-elle un secteur oublié des dieux ou des anges de cette transition ? Loin de moi l’idée d’idéaliser l’opération de vote que des années d’exercice politique ont eu le temps de rendre suspecte, vidée de sens. Nous avons traversé assez d’expériences électives frelatées à la base pour que le simple acte de voter ne suffise pas à garantir la transparence, ni à signifier démocratie. Depuis l’indépendance, nous sommes devenus les champions d’élections Canada Dry, qui ressemblent à des scrutins démocratiques, en ont la couleur mais n’en sont pas. Le rendez-vous du 23 octobre est décisif en tant que coup d’envoi pour commencer à inverser cette tendance ; aussi voit-on fuser de toutes parts des embûches destinées à entacher ce baptême civique, à entraver le galop d’essai pour récolter « proprement » les opinions et choix de chacun. Croisons les doigts et surtout les efforts pour rester unis autour de cet objectif fondateur afin de déjouer les pièges et les mauvais génies qui veulent empêcher cet accouchement de la citoyenneté.

Sur le terrain universitaire, une première vague d’élections a eu lieu. On en attend une meilleure ambiance de travail et une base de concertation qui sorte petit à petit nos institutions de la paralysie et change les manières de faire. Sans jeter l’anathème sur cette pratique basique, notons que le vote, dans une institution universitaire comme ailleurs, peut être une coalition d’intérêts immédiats, un fastfood qui répond au prêt-à-sauter pour occuper la chaise vide. Celle du directeur de l’ISHMN est vacante. Qui peut l’occuper ?

Quatre éventualités se présentent, en l’absence d’élections. La première serait de reconduire l’ancien directeur. La « loi » lui permet, paraît-il, de se représenter à un second mandat. Comme si rien ne devait changer après une gestion de trois ans publiquement contestée. Un vent de changement ne peut-il pas souffler sur une institution étouffée par la loi du silence et par la confusion entre les pratiques du savoir et les habitudes du pouvoir ?

Deuxième éventualité : on pourrait désigner l’un des quatre chercheurs permanents représentants du corps A (entendre professeurs de l’enseignement supérieur). Que peut-on attendre des candidats internes d’une institution déchirée par une sourde guérilla qui a éteint la dynamique collective et tué les conditions de réfléchir à une politique scientifique ? Comme les années précédentes, pour l’année à venir, l’ISHMN n’a annoncé ni programme, ni projet collectif. Comment attendre que l’un de ces quatre « gradés », séparés par la fracture, plâtre un fossé organique ? La communication, slogan d’une réconciliation annoncée, résiderait dans la capacité à tracer un projet immédiat pour cette institution sans boussole, à impulser une direction de recherche qui conjuguerait les approches des quatre unités d’études.

Troisième possibilité : désigner à la tête de l’institution un universitaire extérieur. Est-ce qu’il doit être historien ? Et de quelle spécialité ? L’histoire du mouvement national est une spécialité inventée et canonisée par le politique. La formule a servi à ennoblir l’histoire de la Tunisie coloniale, expression jugée infâmante et devenue quasiment tabou. Elle a éclipsé la mention courante d’Histoire contemporaine, coupé la voie à l’exercice de l’histoire immédiate, face à des journalistes, hélas eux aussi muselés. Ce double cantonnement a fini par mettre à l’étroit les historiens dans l’espace-temps imparti par la politique, les menant à revendiquer une histoire du temps présent, une catégorie historiographique française consacrée dans les années 1980.

Dernière option : le futur directeur peut-il être une « personnalité nationale », catégorie entrée par la littérature médiatique dans les textes juridiques ? Que recouvre la formule ? Des militants ? Beaucoup, la plupart sont morts. Des membres du Parti Socialiste Destourien (PSD) dont certains ont travaillé à le transformer en Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) ? L’ancien personnel de l’Etat, de l’administration, des associations ? En quoi ces acteurs politiques, passés ou en exercice, peuvent-ils réfléchir à leur implication ? Ils peuvent être des témoins privilégiés et apporter à la recherche des éclairages nouveaux, des souvenirs inédits. La distance et le recul exigés par la recherche feront le tri. Dans nos mœurs jusque là non démocratiques, soumettre le fonctionnement scientifique à l’« arbitrage » de tiers non académiques n’a jusque là donné que des conseils scientifiques et d’administration rendus impuissants avec le passage du temps et l’autoritarisme ambiant. Alors que les cinq directeurs de l’ISHMN ont été choisis, depuis 1990, parmi les historiens de métier, les instances politiques n’ont servi qu’à les nommer ou à les dégommer, sans impulser de ligne ni assurer une quelconque neutralité.

Aujourd’hui, l’Université est soumise au défi de sortir des ornières de la fabrication d’un chômage qualifié et d’entrer qualitativement dans une dynamique d’innovation scientifique. Alors que les sciences humaines et sociales sont en nette déconsidération dans la formation générale et la culture du Tunisien, le destin de l’ISHMN est emblématique et le choix de sa direction doit être soucieux des enjeux pédagogiques, académiques, politiques, historiques et mémoriels auxquels il doit faire face. La mémoire du pays est orpheline d’une histoire critique et globale de la période coloniale. Anesthésiée par une conception victimaire et un enseignement scolastique de cette période marquante, l’opinion tunisienne traîne une incompréhension de cette époque, méconnaissant son héritage et ses paradoxes. Nos arts, notre littérature, nos médias, nos manuels véhiculent une image poussiéreuse de cette histoire prégnante dans notre société, présente dans notre économie, notre vie politique, notre urbanisme, notre quotidien. La relance de cette institution, toute politique qu’elle soit, doit être à la mesure de nos espoirs de réformer l’université, de tonifier la recherche, de mieux connaître notre passé et de donner à notre jeunesse l’envie d’étudier et d’enseigner aux générations futures une histoire complexe et riche de ressources.

Hammam-Lif, le 10 septembre 2011

Ce texte a été publié dans La Presse de Tunisie le 23 septembre 2011, page 9