Archives par étiquette : Histoire

Compte rendu : Les avocats en Tunisie. Socio -histoire d’une profession politique

Eric Gobe Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution (1883-2011). Socio -histoire d’une profession politique, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, Collection « Hommes et sociétés, 2013, 360 p.

Cet ouvrage est une thèse extraite de l’habilitation à diriger des recherches présentée par l’auteur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 2012. Eric Gobe y retrace les étapes de la formation de la corporation des avocats tunisiens, depuis 1883, date de la réforme du protectorat qui instaure un système judiciaire français à côté du système judiciaire tunisien, jusqu’à 2011, une année faste en action et événements politiques pour la Tunisie et pour la profession.

Une profession dans la longue durée

Par son objet et sa démarche, l’ouvrage vient combler un vide relatif. Les relations entre le droit et l’histoire restent peu fréquentées, les passerelles entre les deux domaines étant tributaires des spécialisations universitaires. Du côté des historiens et pour la période contemporaine, on a engagé des études sur la criminalité[1], sur la magistrature et la façon de rendre la justice mais, en dehors de quelques études ciblées, on dispose de peu de synthèses sur les métiers et fonctions qui composent le pouvoir judicaire. Le traitement historique de la justice, maillon significatif de l’organisation du pouvoir, ne permet pas de construire une continuité historiographique suffisante pour comprendre l’évolution de l’institution et des hommes qui en ont fait partie au cours des périodes moderne et contemporaine en Tunisie[2]. On doit à Adel Ben Youssef des portraits d’avocats[3], une livraison de la revue Rawafid a fait paraître deux articles sur les avocats et les oukil-s en 2009[4]. Des études existent aussi du côté des juristes (Belasfar, 1998, Hélin, 1994, Quentin, 1972, Tabib, 2006) mais il manque une vision d’ensemble de la profession et de son histoire. C’est désormais une étape franchie avec ce travail de sociologie politique. Le déroulement chronologique auquel se plie l’auteur éclaire sur les « gènes » de la profession d’avocat comme sur ses développements spécifiques. Les avocats représentent en effet une profession née avec la colonisation. Cette dernière a introduit la fonction de représentation en justice qui n’était pas présente dans l’architecture du droit en action dans la période pré -coloniale. Du mandat -illustré par la fonction de l’oukil resté en deçà de l’avocature jusqu’en 1952- à la représentation -que remplit la fonction d’avocat, rejointe par celle du mouhami en 1958-, tel peut être le résumé de la trajectoire d’une profession où se résume un des chemins de la modernisation politique de la Tunisie. Dans le domaine de l’avocature, on retrouve une modernisation par étapes et par intégrations successives, dans laquelle l’Etat est un acteur déterminant par le contrôle qu’il exerce, par la régulation qu’il met en place, par le monopole qu’il défend et par la libéralisation qu’il admet. Cette thèse de sociologie politique de la profession d’avocat propose une entrée empirique dans le fonctionnement de l’Etat tunisien sur plus d’un siècle en décrivant les formes et les objectifs que se donne le groupe social qui la porte et la fait évoluer, en fonction de sa composition et des intérêts des hommes qui l’exercent.

La traversée historique effectuée par l’ouvrage s’appuie sur un appareillage méthodologique intéressant par son éclectisme. L’auteur multiplie les comparaisons dans l’espace et dans le temps : avec les avocats de Chicago ou la catégorie des guanxis en Chine (qui s’apparente à celle des samsara-s), avec le rôle des avocats et associations à la fin des régimes autoritaires en Espagne, au Brésil, au Portugal ou en Hongrie. Ce comparatisme ouvert permet de sortir du modèle français qui influence la profession pour donner une vision des différents paramètres et moments qui expliquent l’évolution de la profession. La circulation des expériences entre l’Algérie, la Tunisie et le Maroc trouve ici des exemples qui montrent comment les lois et les pratiques s’adaptent au contexte. Confrontant les théories avec une enquête empirique, l’auteur aboutit à une socio-histoire de l’avocature qui éclaire sur l’évolution du pouvoir politique en Tunisie, sous le protectorat puis sous Bourguiba et Ben Ali. Sur ces deux périodes, Eric Gobe suit la façon dont le pouvoir a capté et régulé une fonction qui a fait valoir ses capacités médiatrices dans toutes sortes de conflits. Pour suivre l’évolution de la profession, l’auteur mobilise la littérature anglo-saxonne sur la question, riche en outils d’analyse : les notions de  professionnalisation par « le haut » et par « le bas » par exemple permettent de comprendre la continuité relative que l’on peut observer entre l’Etat colonial et l’Etat post –indépendance et de comparer les processus d’institutionnalisation. Cette profession libérale accompagne les transformations politiques, économiques et sociales du XXème siècle tunisien d’une façon qui la différencie de celle des médecins et des pharmaciens entre autres, ne serait-ce que parce qu’elle s’appuie, à l’origine, sur l’éloquence, un atout majeur dans l’exercice de la politique. Les voies qui assurent le développement de la communauté professionnelle  (établissement des diplômes, validation des carrières, création d’associations, de revues spécialisées, modes de sélection des membres) permettent de construire et de revendiquer une place dans le système politique. L’occupation de rôles techniques indispensables aux rouages du pouvoir (ex : les avocats du contentieux de l’Etat) augmentent les ouvertures vers l’exercice de la politique et la proximité intégrative.

L’étude allie les aspects quantitatifs (avec chiffres et diagrammes) et qualitatifs (entretiens et zooms sur des figures et institutions) pour rendre compte d’une profession où se reflètent les possibilités de participation à la politique en Tunisie sur une durée d’un siècle et demi.

Profession juridique et politique

La première partie (Les professions de défense et l’Etat colonial dans la Tunisie du Protectorat : discrimination et concurrence professionnelle, pp.27-153)[5] s’intéresse à la naissance de la fonction de défense et à la reconnaissance officielle de l’institution du barreau qui lui est rattachée (1887). Le système judicaire en Tunisie est partagé entre deux justices civiles (beylicale et française) auxquelles vient s’ajouter celle des tribunaux militaires français.

Après la reconnaissance officielle du barreau tunisien (1887), la fonction d’avocat se construit contre la prépondérance des Maltais et des Italiens. En même temps que les avocats français prennent leur place face à la catégorie « internationale » des avocats-défenseurs[6], le nombre des Tunisiens juifs et musulmans commence à augmenter à partir des années 1920. Les luttes pour l’autonomisation de la profession et la défense des territoires d’action et d’influence se joueront dans la dualité du système tunisien et face à la tutelle d’Alger qui reste influente jusqu’à la deuxième guerre mondiale. L’avocat exerçant en Tunisie cumule les tâches d’avoué, de notaire, d’agréé, de conseiller fiscal et d’agent d’affaires. Après le décret du 5 février 1937 accordant le droit de postulation aux avocats, la profession est ordonnée par le décret du 1er mai 1942. La reconnaissance de l’avocature tunisienne qui se construit contre la concurrence des agents d’affaires -considérés comme « néfastes dans une colonie comme la Tunisie où leurs intrigues sont facilitées par la faiblesse et l’ignorance des indigènes et par les diversités des coutumes et des lois, et où ils sèment la discorde entre les diverses parties de la population »[7]– est renforcée par la création de la Cour d’appel de Tunis en 1941 (pp. 111-119). Le groupe professionnel des avocats en Tunisie qui profite par ailleurs de la dynamique foncière et économique de la colonie voit ainsi s’étendre ses pouvoirs territoriaux et d’action juridique.

Entretemps, la catégorie des oukil-s issue de l’enseignement zaytounien et restée depuis le décret de 1897 sous la tutelle du bey, peine à se faire accorder les attributs de l’avocature. Malgré les tentatives de réorganiser les filières de formation, la fonction d’oukil qui subit une double concurrence et les désavantages de la langue française constitue une sous-catégorie de l’avocat en Tunisie.  Etablie en 1950, elle est normalisée en 1952, après la hiérarchisation interne qui distingue quatre catégories d’avocats dans la corporation. (pp.135-150).

A la veille de l’indépendance, les corps des avocats et des oukils parviennent à être structurés mais les cursus de formation, l’affirmation de la langue arabe et les nouvelles dispositions politiques vont faire basculer un équilibre acquis dans le cadre de la logique coloniale, de ses luttes et différenciations internes.

La deuxième partie de l’ouvrage (Avocats et autoritarisme dans la Tunisie indépendante : entre tutelle et émancipation, pp. 157-311)[8] aborde les périodes de Bourguiba et de Ben Ali dans leur continuité et les acquis de la profession, en passant par les affrontements avec le pouvoir et les enjeux des luttes pour l’autonomie et l’influence. Pour cette période, l’enquête allie de façon plus étroite les aspects quantitatifs avec une approche de la façon dont chaque catégorie d’avocat s’insère dans la politique de son temps.

L’aspect quantitatif de l’étude se systématise car l’auteur a procédé par des questionnaires (450) et des entretiens qui permettent de suivre l’évolution des cinq décennies de l’après-indépendance. La réorganisation de la justice se fait sous le signe de la « tunisification » du modèle français acquis. Après suppression de la justice française, les tribunaux (37 cantonaux, 11 de 1ère instance, 3 cours d’appel à Tunis, Sousse et Sfax, une cour de cassation, un parquet Général de la République) sont mis en place sur l’ensemble du territoire (décret du 3 août 1956) et les oukil-s dénommés mouhamis deviennent des avocats à part entière (loi du 15 mars 1958). Comme les autres groupements professionnels, les tiraillements politiques (entre Bourguiba et Ben Youssef) puis le corporatisme d’état jouent pleinement dans les péripéties de l’Ordre des avocats. Après un léger recul numérique, dû au départ des avocats français et juifs tunisiens dans les premières années qui suivent l’indépendance, on passe de 400 avocats à 277 inscrits au barreau en 1962-1963. L’enseignement du droit se charge d’alimenter progressivement la profession et de l’ouvrir aux femmes. L’Ordre des avocats unifié comme ordre national ne sera pas toujours en mesure d’affronter les pratiques autoritaires de l’Etat : quelques bâtonniers (Chédli Khalladi, Mohamed Chakroun…) en feront les frais. La crise qui suit la difficile année 1969 va servir à décongestionner en partie l’étau politique, sans toutefois faire sortir le bâtonnat de l’emprise du Parti Socialiste Destourien (Taoufik Ben Cheikh, Mohamed Bellalouna, Fethi Zouhir auront maille à partir avec les autorités). L’association Tunisienne des Jeunes Avocats (ATJA) créée en 1970 espère créer un autre espace où se prépare une formation politique spécifique pour les nouveaux arrivants dans la profession.

Accélération de l’histoire ?

Avec Zine El Abidine Ben Ali, le discours des droits de l’homme et l’intégration des juges dans le corps des avocats font partie des voies empruntées pour contrer l’autonomie du milieu et, la massification aidant, le développement de ses revendications corporatistes et politiques. Le statut de l’avocat est remis sur le tapis avec le rôle grandissant des avocats d’affaires dont la prospérité et les besoins affaiblissent les velléités d’indépendance de la profession et ses possibilités protestataires. Une limite de plus en plus nette se dessine entre les avocats obéissant au clientélisme du pouvoir ou collaborant avec lui et ceux qui continuent, malgré les mesures diverses, à exercer dans le secteur public ou privé, comme des défenseurs en justice. Le marché de l’avocature connaît une envolée numérique, le nombre des avocats passant de 1400 en 1991 à 8000 environ en 2011. Ce phénomène s’explique par la multiplication des filières de formation (création d’un Institut Supérieur du Barreau en 2006, après la crise du Sommet Mondial sur la Société de l’Information de  novembre 2005) et participe à diversifier le spectre de la profession et des formes de participation au politique. Depuis le soutien actif au pouvoir jusqu’à la contestation et la résistance contre le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) hégémonique, le corps des avocats présente une grande variété dans les positionnements face à la politique. Entre la mobilisation autour de l’avocat Mohamed Abbou, l’élection d’un bâtonnier proche des islamistes (Abderrazak Kilani) en 2010, le poids des avocats d’affaires et les épisodes de mobilisation pour réclamer l’autonomie, on a affaire à une profession qui défie le pouvoir tout en le servant, une profession qui subit les transformations économiques à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. Le groupe comprend une grande majorité de généralistes et un cinquième de spécialistes ; la fraction des praticiens des affaires concentre une grande partie des gains engrangés par un métier inégalement lucratif. En cela, l’avocature tunisienne reflète les contradictions du pouvoir politique comme les effets de la mondialisation libérale qui ouvre le métier aux vents des sociétés professionnelles, sans rompre avec les pratiques familiales et les effets d’héritage. Le territoire professionnel s’élargit et compte autant une clientèle du RCD hégémonique qu’un barreau d’opposants. Au sein de ce dernier, on compte les avocats qui ont accompagné et soutenu les événements du bassin minier en 2008 et ceux qui se sont placés en première ligne dans les manifestations populaires de décembre 2010/février 2011.

La présence sur le terrain « révolutionnaire » d’une minorité agissante, fruit d’une longue histoire de résistance, octroie une légitimité symbolique accrue à ce corps. Le décret-loi du 20 août 2011[9] qui abroge la loi de 1989 est la conséquence d’une mobilisation politique « payante » qui rappelle le rôle moins rentable joué par les oukil-s face à l’administration du protectorat[10] et la place privilégiée que tiennent les avocats dans le mouvement nationaliste (une centaine de Tunisiens musulmans ont été recensés entre 1890 et 1956)[11].

Même si le lecteur peut regretter de ne pas disposer d’un index et de se perdre dans une bibliographie qui mêle sources, articles de presse et études de seconde main, on bénéficie avec cet ouvrage d’une étude au long cours qui éclaire les enjeux d’une profession libérale hautement politique et pose des perspectives sur les implications sociales et culturelles qui en découlent, selon le moment historique considéré. L’efficience politique du métier d’avocat, fondée sur le pouvoir de la parole et de la persuasion ainsi que sur la connaissance pratique du droit a façonné l’exercice de la politique tout au long du XXème siècle tunisien. La corporation fait face aujourd’hui à la compétition de la magistrature, des enseignants universitaires, des experts comptables et autres professions rattachées au droit…

Beaucoup de pistes ressortent de la lecture de l’ouvrage pour les prochains chercheurs, notamment en direction des filières de formation qui ont déterminé les profils, les carrières et la percée de certains leaders, de tous bords politiques. La massification et la féminisation de la profession sur lesquels l’auteur conclut son ouvrage font partie des questions qui peuvent mener à d’autres groupes professionnels (les médecins, les pharmaciens, les magistrats, les ingénieurs, les journalistes…) et au rôle politique que ces groupes ont pu jouer en construisant un savoir-faire propre et en dessinant leur place dans le paysage social. Une approche sociologique plus approfondie à partir des personnalités connues (on peut déjà dresser des portraits de groupe) et une attention anthropologique aux conditions de vie et de travail peut aider à mieux comprendre les soubassements de la culture politique agissante et ses liens avec les circonstances culturelles et sociales où elle se déploie.

Notes

[1] Ali Noureddine, La justice pénale sous le protectorat français. L’exemple du tribunal de première instance de Sousse (1888- 1939, Tunis, L’Or du temps, 2001 ; Hend Guirat, La peine de mort en Tunisie sous le Protectorat. Les condamnations prononcées par la justice pénale française (1883-1955), Université de Sousse, FLSHS/ Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Centre d’Etudes Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques, Thèse soutenue le 8 juillet 2014, 495 p.

[2] Nada Auzary Schmaltz (dir), La justice française et le droit pendant le protectorat français, Tunis/Paris, IRMC/ Maisonneuve et Larose, 2007, 195 p. On attend la publication des actes du colloque, Les acteurs de la justice dans les protectorats tunisien et marocain (1881-1956), Sousse, octobre 2010.

[3] Ex : Tahar Lakhdhar et Hédi Khefacha, in al majalla as-sadiqqiyya n° 18 et 20, 2000 ; Tayeb Ghachem, Revue d’Histoire Maghrébine n° 127, 2007, un article sur les avocats sous Bourguiba (colloque Tunis 2004), un article sur les avocats sous le Protectorat (colloque de Sousse 2007). En arabe.

[4] Amira Aleya Seghaïr, « Avocats du colonialisme, avocats du nationalisme », pp. 21-33 (en arabe) ; Mohamed Dhifallah, « « La première génération des ‘oukil’ près des tribunaux tunisiens, entre formation et pratique », pp. 35-64, (en arabe), Rawafid n° 14, revue de l’Institut Supérieur d’Histoire du mouvement National, Université de La Manouba, 2009

[5] 4 chapitres : 1/ L’archéologie de la fonction de la défense en Tunisie ; 2/ Avocats et oukils dans la régence de Tunis : dualisme judiciaire et discriminations coloniales ; 3 /La compartimentation ethno-religieuse des barreaux. Avocats juifs et avocats musulmans : des trajectoires socio -politiques divergentes ; 4/La segmentation des métiers de la défense : batailles territoriales, enjeux professionnels et jeux coloniaux

[6] Encadré sur les origines sociales et géographiques des avocats défenseurs nommés près le Tribunal civil de Tunis en 1922, p. 124.

[7] Rapport Fabry, cité page 107, note 6.

[8]3 chapitres : 5/L’organisation de la profession d’avocat d’un autoritarisme à un autre (1956-1989) ; 6/ Structures sociales et pratiques professionnelles dans le barreau de Tunisie ; 7/Pouvoir professionnel et pouvoir politique dans le barreau de Tunisie : les avocats, l’ancien régime et la révolution

[9] Prévoit l’augmentation du nombre de sections en plus de la possibilité que les magistrats s’inscrivent au barreau

[10] Une liste des oukil-s ayant exercé de 1896 à 1922 a été établie par Mohamed Dhifallah, op. cit, pp. 61-64.

[11] Cf. Amira Aleya Seghaïer, op. cit. p. 33.

La Manouba, le 19 janvier 2015. Publié dans Rawafid n° 19, La Manouba, ISHTC, 2014, pp.73-83

Le compte rendu a par dans une version traduite en arabe par Ali Aït Mihoub dans Al Fikr al Jadid n° 2, avril 2015, pp. 94-100  et dans le carnet de recherche de l’IRMC  https://irmc.hypotheses.org/1865

Les Archives nationales à l’épreuve de la transition tunisienne

La conférence prononcée par Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales de Tunisie à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain le vendredi 30 mai 2014 sous le titre « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne » a permis de questionner deux mots clés : « archives » et « transition ».  Les deux notions interpellent analystes, professionnels et usagers de l’information alors que les termes « information » et « documentation » sonnent comme des sentences magiques dans les sociétés contemporaines dites fondées sur l’économie du savoir. Dans la confrontation entre techniciens et utilisateurs, on peut saisir certaines manières de voir et de penser à partir et en fonction de ces mots-valises.

Historique et bilan des A.N.T.

Pour Hédi Jellab, historien de formation, deux « transitions » se croisent aujourd’hui, celle qui vise à changer de système politique, que l’on espère plus ouvert et plus démocratique et celle des archives mise au défi de répondre à la transition technologique en cours. Le conférencier a inscrit l’organisme qu’il dirige depuis 2011 dans une perspective historique en rappelant l’ancienneté du lien de l’institution archivistique avec la construction d’un Etat central depuis le XIXème siècle et la politique réformatrice du ministre Khayreddine. L’institution -créée sous le nom « Archives Nationales de Tunisie » par le décret du 2 août 1988- s’adosse à un héritage qui a servi la recherche historique jusqu’à ce que des responsables politiques tunisiens éprouvent le besoin puis se donnent les moyens de réglementer l’alimentation et l’accès à la documentation publique. Le mouvement est visible au milieu des années 1980 : le raccordement des fonds des A.N.T à l’organisation de l’administration tunisienne s’accompagne d’un développement de la formation des archivistes et des documentalistes à l’université, regroupée depuis 1981 à l’Institut Supérieur de Documentation (ISD) de la toute nouvelle université de La Manouba.  Aujourd’hui, 1400 archivistes formés par les filières de l’ISD (160 sont employés au Ministère de la Justice, 90 au Ministère de l’Intérieur) et 17 directeurs (dont 12 femmes) constituent le personnel spécialisé mis au service du programme destiné à acheminer la documentation « morte » vers les magasins d’archives conçus aux normes internationales, dans le grand bâtiment du boulevard du 9 avril inauguré en 1998. L’accès aux archives, fixé par la loi de 1988 et d’autres règlements, prévoit trois délais de communication : 30, 60 ou 100 ans. En plus de leur mission centralisatrice des archives publiques, les A.N.T fournissent une assistance technique (des outils de gestion, un manuel de procédure et des conseils pour qualifier les papiers) aux ministères, banques, entreprises et institutions, publiques et privées (ex : le Ministère des finances, la Banque Centrale de Tunisie, le tribunal de 1ère instance de Tunis) désireuses de trier et classer leur documentation. Un espace de stockage est disponible à condition de pourvoir les rayonnages nécessaires. Les A.N.T gèrent douze kilomètres linéaires de documents dont plus de deux kilomètres versés en 2012. L’institution a réceptionné les archives de fonctionnement de la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (15 mars 2011-23 octobre 2011), celles du Conseil économique et social, du Ministère de la communication, de la Commission d’enquête sur les dépassements entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, les urnes des élections du 23 octobre 2011 remises par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (pour l’Assemblée Nationale Constituante) ainsi que les inventaires du Conseil Constitutionnel (dissous le 23 mars 2011) et du fonds de la période Bourguiba, entreposé au Palais présidentiel de Carthage.

L’actualité et ses questions

La rapidité avec laquelle cette documentation historique a été versée est en soi un objet d’étonnement. En homme de terrain, Hédi Jellab pense que les A.N.T ont pu assurer cette fonction grâce à l’infrastructure, à l’expérience accumulée par les inspections régulières et au savoir-faire archivistique appliqué depuis longtemps. L’efficience gestionnaire n’empêche cependant pas de poser d’autres questions, notamment à propos des tris en amont et des critères de versement. On ignore les logiques internes des administrations qui confient leurs archives ainsi que les procédures qui construisent les séries et les documents sélectionnés. Par ailleurs, la « raison bureaucratique » ne suffit pas à garantir l’obéissance aux préceptes de classement et de publicité des archives. Or le phénomène est difficile à évaluer, tout comme celui des destructions volontaires dont on parle beaucoup depuis 2011.

Après le feu des événements « révolutionnaires » (300 postes de police incendiés, 4 tribunaux de 1ère instance, 14 tribunaux cantonaux, 74 recettes d’impôts, des municipalités et des comités de coordination du R.C.D ont été touchés), plusieurs décisions constituent des brèches face au monopole du secret des archives. L’article 40 de la loi organique sur la justice transitionnelle du 24 décembre 2013 prévoit même une clause exceptionnelle : « Pour accomplir ses missions, l’instance [Vérité et dignité] dispose des prérogatives suivantes : l’accès aux archives publiques et privées nonobstant toutes les interdictions prévues par la législation en vigueur… ». Cependant, le décret-loi du 26 mai 2011 sur le droit d’accès aux documents administratifs des organismes publics (dit marsoum 41, apparemment promulgué sous la pression de la Banque mondiale) fait actuellement débat, tout comme le suivi du travail des commissions créées pour établir les crimes et les exactions des semaines d’émeutes. Le besoin de recherche de la vérité qui a émergé à la surface des débats en 2011 serait-il en train de s’essouffler ?

Interpellé sur la révision des priorités ou des procédures en fonction des événements récents, Hédi Jellab a relativisé le poids des archives publiques. L’écriture de l’histoire passe par d’autres sources : les archives privées, celles des ONG -actuellement très actives- et celles qui se trouvent à l’extérieur des frontières tunisiennes. Sans oublier les archives du Web qui posent aujourd’hui un défi supplémentaire aux professionnels de la conservation et aux techniciens du papier et de la numérisation.

En comparaison avec l’Algérie -où les archives nationales organisées par une loi de 1988 sont « départementalisées »-, on peut dire que la tradition centralisatrice tunisienne (les ministères de la Défense et de l’Intérieur y échappent ainsi que les fonds de la Présidence de la république) confère une dimension patrimoniale à l’institution des Archives Nationales de Tunisie. Au Maroc, la législation est récente : créées par un dahir royal en 2007, les Archives du Maroc dotées d’un local, d’un personnel et d’un directeur général (Jamaâ Baïda, historien) en 2011, viennent d’entamer le long travail de collecte et de tri auprès des administrations.

Les archives revêtent plusieurs significations. Elles ballottent entre visions du passé et attente (démesurée ?) de vérité. Elles obéissent, selon le contexte, à des contraintes et des temporalités diverses. Une phrase de Hédi Jellab a suscité une réaction mitigée dans le public de la conférence : « la Révolution, c’est conjoncturel ! ». La perception du temps et des événements d’un historien doublé d’un responsable de l’archivage et de la conservation reflète l’une des consciences de ces temporalités.

Hammam-Lif, le 8 juin 2014 

Compte rendu paru dans At-tariq al jadid n° 379, Tunis, 5-11 juillet 2014, pp. 6&7

A paraître dans La Lettre de l‘IRMC n° 14, Tunis, juin-octobre 2014

Version arabe  du compte rendu : http://irmc.hypotheses.org/1562

Bourguiba : Revisiter l’histoire

Depuis 2011, on ne cesse d’évoquer Bourguiba, en partie pour oublier l’inertie qui a accompagné, pendant treize ans, sa mise à l’écart. Il a vécu entre le 7 novembre 1987 et le 6 avril 2000 au milieu d’un long silence entrecoupé d’apparitions télévisées, orchestrées une fois par an, pour faire croire que son successeur le vénérait. On croyait stopper l’histoire ou en décider.

Produit et acteur de l’histoire

Les visites de ses proches lui étaient comptées, celles des personnalités étrangères soumises à autorisation, se sont peu à peu réduites, tandis que le peu de voix tunisiennes qui se sont fait entendre pour dénoncer l’isolement du vieux leader, se sont perdues dans l’apathie de l’époque.

Sa mort aurait pu donner lieu à un adieu national, un sursaut qui aurait compensé en son temps un peu de cet abandon. Alors que les Tunisiens, soudain frappés par la nouvelle de sa mort, attendaient une cérémonie réparatrice, celle-ci a été confisquée par un pouvoir craignant toujours marques d’affection démesurées ou débordements. On a arrangé des funérailles sans spontanéité ni panache, réduites au minimum visuel et transmises en différé, afin de contrôler les images, comme pour n’importe quel journal télévisé. Les caméras étaient chargées de prouver qu’on avait rendu les honneurs dus au personnage, de montrer la brochette d’émissaires venus de partout et de capter l’émotion de la foule, juste ce qu’il faut.

Continuer la lecture

Lecture de Tunisie. Fragments de révolution

El Kasbah, Tunisie. Fragments de révolution, Tunis, Imprimerie Simpact, 2014, 317 p.

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Couverture de Tunisie. Fragments de révolution, El Kasbah

Il faut se réjouir du boom éditorial post –14 janvier 2011, surtout quand paraît un ouvrage qui sort du lot. Tunisie. Fragments de révolution est un de ceux là. La maquette est attirante et le contenu captivant. On plonge agréablement dans l’ouvrage et on en ressort avec le sentiment d’avoir revécu une période encore difficile à décrypter, à travers des voix et des papiers assez différents pour que ce retour ordonne les idées, ouvre des pistes de réflexion et suggère des questionnements. En guise de jeu d’anticipation, ce papier propose certaines hypothèses à partir desquelles cet ouvrage peut être lu dans quelques décennies et suppute des questions qu’il peut inspirer aux historiens de demain.

Frontières brouillées

Tunisie. Fragments de révolution est une anthologie de textes en langue française composés par quinze auteurs, entre avril 2011 et juillet 2013, plus deux en janvier 2014. Extraits d’un blog personnel devenu un lieu d’échanges intenses, les commentaires sélectionnés sont agencés en une préface et deux textes préliminaires, 14 chapitres -dont 4 constituent des dossiers thématisés- et une soixantaine de billets dont plus de la moitié sont signés El Kasbah. La plupart des textes sont précédés de chapeaux introductifs et certains portent mention qu’ils ont été révisés, entre avril 2013 et janvier 2014. En passant du numérique à l’édition papier, l’ouvrage traduit dans son architecture le brouillage des frontières entre la notion d’auteur et de lecteur. Le blog El Kasbah a donné naissance à une dynamique qui a agrégé la constance d’un initiateur avec l’aimantation d’un lectorat fidèle et participatif qui a entretenu la richesse d’un site vivant. L’agrégation de ces papiers traduit l’apport d’un regard collectif -que permet l’amitié virtuelle- sur une actualité soutenue. Sachant que le pays a connu un changement accéléré entre fin 2010 et début 2011, dont l’un des effets est qu’il passe brusquement à deux millions d’internautes, on s’attend à ce que les historiens futurs inscrivent l’ouvrage dans la lignée de la connectivité accrue qui anime la blogosphère tunisienne. Le désir de liberté qui souffle depuis janvier 2011 a vraisemblablement rencontré un désir de communauté dont ce blog s’est fait le pivot, dans une dynamique vertueuse. Les historiens auront à revenir sur ce processus pour voir dans quelle direction il se sera développé et la façon dont il aura agi sur la société tunisienne. Gageons que l’expérience de Tunisie. Fragments de révolution constituera un cas digne d’intérêt, une forme participative inédite étroitement liée à l’actualité qui lui a donné naissance. D’ ici que l’histoire de la période post-14 janvier 2011 soit clarifiée, l’ouvrage a déjà valeur de cas. Les historiens iront-ils jusqu’à postuler que Tunisie. Fragments de révolution issu d’une fabrication collective étalée sur plus de deux ans combine enracinement dans le local et cosmopolitisme ? Une émulation nouvelle apparaîtra-telle grâce aux nouvelles technologies ? Difficile de trancher aujourd’hui. En attendant, cette tentative d’écrire l’histoire de deux années exacerbées, ne peut qu’intéresser les historiens d’aujourd’hui, au moins pour l’effort de fixer ce qui peut l’être du temps présent (musique et poésie compris), afin de le relier au fil de l’histoire. Continuer la lecture

L’historien, la mémoire et les médias

Affiche de la journée d'études "L’historien, la mémoire et les médias", 6 mars 2013, ISHMN

Affiche de la journée d’études « L’historien, la mémoire et les médias », 6 mars 2013, ISHMN

Consacrée aux relations entre l’historien, la mémoire et les médias, la journée d’étude organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National le 6 mars 2013 s’inscrit dans un cycle de réflexion entamé en décembre 2011 pour examiner l’état de santé du métier de chercheur en Tunisie. Les premières réunions du groupe ont commencé par faire le tour des questions à aborder pour planifier les étapes d’une réflexion qui espère contribuer au besoin de revivifier l’université tunisienne, après le 14 janvier 2011.

Après les débats préparatoires de l’année 2011/2012, le programme 2012/2013 a ouvert l’échange des chercheurs en direction des universitaires de tous bords, auteurs et utilisateurs du savoir historique. La  journée du 23 novembre 2012 a croisé les points de vue du syndicat, de l’administration et de disciplines scientifiques autres que l’histoire autour de l’exercice du métier de chercheur. L’atelier du 6 mars 2013 a recentré l’échange autour de la discipline historique à travers divers profils qui s’y intéressent. La connaissance du passé est une passion commune et partagée ; si le grand public ne définit pas avec précision la recherche scientifique dans cette science humaine et sociale, l’histoire est très présente dans la production culturelle en général. Quatre enseignants-chercheurs et un dramaturge dotés d’une expérience avec la communication et avec l’histoire ont apporté leur point de vue sur la place de l’information historique dans leur travail et ont évoqué la nature de la relation qui existe, à leurs yeux, entre l’historien, la mémoire et les médias.

Le compte rendu qui suit ne prétend pas recouvrir l’ensemble d’un débat appelé à se poursuivre dans le cadre de ce cycle de réflexion et ailleurs. Il vise à capter les pistes qui enrichissent le dialogue entre la recherche historique -vue comme une activité spécifique, soumise à des règles déontologiques et professionnelles- et les différents acteurs de la scène intellectuelle et universitaire qui s’intéressent au passé, à la mémoire et à l’histoire. La transition politique en cours a provoqué, entre autres, une fièvre mémorielle et déchaîné le recours à l’histoire. La prolifération de la parole et l’explosion des médias ont démultiplié les récits, propagé diverses expressions du passé et libéré des voix.

Continuer la lecture

« Commémorer » la « Révolution Tunisienne », deux ans après, à l’Université

Affiche colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba

Affiche du colloque Thawra(t), 17-19 janvier 2013, La Manouba 

Comment des historiens peuvent-ils « commémorer » la Révolution Tunisienne ? En organisant un colloque comme d’habitude. C’est ainsi que la rencontre intitulée Thawra(t) : pour une approche comparée des révoltes et révolutions XIXème-XXIèmes siècles a été organisée par l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National (Université de La Manouba) les 17, 18 et 19 janvier 2013. Le texte qui suit reprend l’introduction de la rencontre. Il pose la question de l’utilité, des précautions et des limites d’une réflexion à chaud sur une actualité en mouvement, dans une institution elle aussi en « transition ».

Le temps de la politique

Le temps, cet obscur objet de la discipline historique, a des ressorts complexes. Sur ces deux ans déjà, on le voit agir sur les conceptions, diviser les acteurs et accoucher de représentations adverses. C’est le temps de la politique en train de se faire, qui n’est pas le temps des historiens bien entendu.

Les historiens tunisiens, citoyens, spectateurs ou témoins de la « Révolution tunisienne » sentent que ce qui s’est passé en Tunisie entre décembre 2010 et janvier 2011 est un fait capital dans l’histoire du pays. La vie courante a intégré ath-thawra dans la datation ordinaire. Chacun situe désormais des événements privés ou publics « avant » ou « après » ath-thawra. Le mot est indéfini et sa polysémie (il désigne à la fois révolte et révolution) accroît son impact. L’unanimité sur l’intervalle 17 décembre/14 janvier qui sépare l’immolation de Bouazizi du départ de Ben Ali (créée entre autres par la création des commissions chargées d’enquêter sur les morts et les exactions) est déjà en question. Les détails sur l’enchaînement insurrectionnel s’accumulent mais la règle des compensations et droits encore trouble retarde l’établissement d’une liste (chiffres officiels et non définitifs :338 morts et 2274 blessés d’après le rapport de la Commission Bouderbala). Depuis qu’ on a proclamé le 14 janvier comme fête officielle de la Révolution et de la jeunesse (13 mars 2011), un débat réclame de remettre à l’honneur plutôt la date de l’étincelle (immolation de Bouazizi) que sa conséquence spectaculaire et politique (départ de Ben Ali). La question de l’intégration des morts du bassin minier de 2008 s’est ajoutée à ce débat sur la définition de la Révolution, de ses martyrs, de ses dates…

Continuer la lecture

Une commémoration qui nous interpelle

L’Algérie célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance (5 juillet 1962) qui clôt 132 ans de colonisation française (5 juillet 1830). Une grande effervescence règne dans le pays et l’une des caractéristiques de cette commémoration est qu’elle est à la fois festive et laborieuse et se manifeste dans une multitude de secteurs. Ce qui ne peut que combler le visiteur. Invitée pour un colloque d’historiens, j’ai pu, en quelques jours prendre le pouls du pays dans plusieurs domaines.

Dans le domaine de l’histoire, deux grands colloques d’historiens se sont tenus successivement, avec la participation de deux quotidiens algérois : la formule est heureuse car elle rapproche l’histoire professionnelle de la société tout en les interrogeant de façon croisée. Le premier colloque organisé par le Ministère de la culture, le Centre national de recherches préhistorique anthropologiques et historiques (CNRPAH) et le quotidien La Tribune s’est choisi le label ouvert de « rencontre ». Plus qu’un programme, son titre sonne comme un manifeste : L’Algérie, cinquante après : libérer l’histoire. Du 1er au 3 juillet, une soixantaine de chercheurs de diverses disciplines venant d’Algérie, d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis ont interprété à leur façon un vœu et un besoin partagés par toutes les historiographies. Le deuxième colloque intitulé : Cinquante après l’indépendance. Quel destin pour quelle Algérie ? a été organisé par le journal Al Watan du 5 au 7 juillet. Son programme est structuré par le même souci : briser le face à face franco-algérien qui obsède les politiques, appauvrit les médias et l’édition et enchaîne la production académique, des deux côtés de la Méditerranée. Continuer la lecture

Being a Historian after January 2011

This text is the translation made by Sarah Fredj of « Être historienne après janvier 2010« .

In the space of one year, even if a revolutionary breeze has swept away a lot of things in Tunisia, the work of a researcher, a slow task that takes place in the background, cannot undergo such a sudden, direct turnabout. Of course, this does not stop researchers, like everyone else, from being moved by what is happening every day, which affects people and institutions, and also alters the concrete and moral conditions of the way they exercise their profession. It is impossible for researchers to be indifferent to their surroundings or avoid the emotion marking this exceptional period in Tunisia,even if the profession itself encourages distance and is based on the capacity to observe the complexity of the questions asked and the number of points of view linked to the facts themselves, if not coldly, then at least by taking into account the many sides to a situation, as best as possible. Between the fever that comes from the swiftness and magnitude of the facts and the intellectual demands of the researcher’s profession, there is a wide scope of possible reactions.

I will speak only of my reaction, since I have been asked to talk about my experience as a researcher in Tunisia since January 2011, to illustrate one of the ways the historian’s profession is concerned by the revolutionary potential, which was triggered off at the very beginning of last year.

Three lessons

In Tunisia, as elsewhere, the word ‘history’ has several meanings. It refers to a culture, sometimes appeals to knowledge and, less frequently, refers to a condition, a profession. The love of the past is very widespread in public opinion; the penchant for history is part of contemporary Tunisian culture, just as it lies deeply in the roots of our intellectual heritage. History also calls for awareness of the passing of time and the study of the way it rules human relationships, in such and such a society, at a given period. Lastly, history is also a modern profession, along with close social sciences and more distant hard sciences, which evolves in an intrinsic way with intermingled aspects to it; In addition to the history of contents and forms that this expression of the individual or group’s past can have, that each person or community carries in them, there is also the history of the men and institutions that make it up. For me, the year 2011 was a lesson on each of the three levels.

A lesson of culture

Experiencing an uprising that breaks out after a man has set fire to himself and entails consequences on the scale we see today is, to say the least, eye-opening as far as public opinion is concerned, and also in the way it can affect reality. The man’s desperate act which is neither the first of its kind, nor unfortunately the last, is one of the founding myths of the Tunisian Revolution. Creating the myth obviously summons its reverse, as shown with the battle surrounding the commemoration dates (December 17? January 14?), the efforts to blend the ‘people’ into the figure of the ‘martyr’ and the rivalry to win an impossible ‘leadership’. Public opinion which is common to both journalism and social science and is choice material for politicians has become a vivid source of inspiration. Observing the galvanizing words spoken and the media, I have been able to check the magic of a phenomenon, forever evading any forecasts and manipulations, even if one never gives up reifying it afterwards and even if politicians never give up the temptation of goading it on and sounding it out, since they fear it so much.

Does a vote equal an opinion? Is culture a sum of opinions? Are the media alone when face to face with public opinion? All these questions find a sequence of incomprehensible alchemy in the Tunisian situation, if you merely keep to the tip of current events and speeches. Studying public opinion is doubtless rendered more complex still by the technicality of social networks, that accelerate facts and reactions, but to me, understanding the present situation also suffers from a lack of historical, sociological, psychological and journalistic studies on the cultural features and the evolution of people’s mentalities. The tensions exploding in the face of the Tunisians, of their political classes and of the whole world reveal among other things a lack of knowledge of our society. If you consider the rising of politics and given that the social and economic problems make up the volcano lava (as well as interiorized anger), the unexpected detonator of this Revolution, history can help to establish useful connexions to understand society today better.

A lesson of history

I am used to contemporary history which is approached mainly from written archives, even if it has begun to open up to testimony and I have appraised ‘live’ the methodological importance of the basic questions that are taught in the discipline. What is a source? What is information? Who is the author of a document? How does information circulate? From the slap that was said to have caused Bouazizi’s suicide to the flow of rumours that robbed a buzz of its originality and invented ’false information’, the historian drifts amidst a multitude of events, the multiplication of the number of means of expression, the freedom of tone and even dissolute language. In time, I began to notice the sometimes surprising way that data is organised, depending on unsuspected actors, how events that were benign to begin with become important and how news is made.

The physics of events and the more or less successful ‘mayonnaise’of a power that is made day by day is a living compost for a researcher to reflect on the birth of a political culture that may be changing. I was used to the language mechanisms of dictatorship and have turned my attention to a post-revolutionary vocabulary which has managed to become acceptable too. The word ‘Revolution’ which has been used a lot for convenience’s sake, out of laziness or pride, calls for reflection on the efficiency of words in today’s game and then on their repercussion in the writing of history.

Before going more deeply into the analysis of the speeches that orchestrate political life today and the arguments exchanged in all the medias, even the private ones, I watch more television, read more newspapers, listen to more radios and surf on the Web. A society is displayed there, revealing the birth of stifled possibilitites, that have been denied or are merely unknown, the rebellious young, both full of energy and desperate, women everywhere in public view and new expressions.

While the results of the elections of the National Constituent Assembly are being interpreted as the figures representing the people, these images of Tunisian society seem to me, scientifically to begin with, to pinpoint an ignorance of the diversity of a Tunisia that is under- analysed and the multiple forces across the country. In comparison, the political practices of the party in power seem rigidified with time, too old for the urgent needs of the country and too poor in view of its complexity. The fact that there are more men politicians than women and the average age of our politicians is an obvious sign of the gap between society and power. There are other gaps too.

A civic lesson

In a country where scientific research lacks revues and space for debates and traditions, politics mesmerizes the intellectual professions, subjugates them, in the sense that they are established as the only legitimate source, as the ultimate aim of any success. The conditions and practice of the researcher’s profession are no worse than anything else, though one must add that they represent a totalitarian conception of mind-deadening knowledge which is a depreciating conception of the professions of knowledge, in the long run. One year is not enough to act on the hypertrophy of the ideology of University degrees, supervising ideas, mechanisms that paralyze creative forces, in other words all the seeds that have planted a feeling of disenchantment for the intellectuals and erected partisan cleavages in universities. I know I am part of sectors that are undermined by lack of political freedom and denial, the cult of technicality putting a final touch to humanities in Tunisia. Politicians and scientists have a lot of work ahead to make things better and to give knowledge its humanistic function back and the place it deserves in global wealth.As a researcher, during this past year, I have felt more conscious of the importance of the discipline of history, when faced with the rising emotions, the expression of individual claims and the affirmation of the religious and memory phenomenon. As with all important referential – and this Revolution is certainly that- , history must remain alert, in the way the meteorologist still watches the nice weather, in case it becomes bad. Thinking ahead, thinking of future knowledge and the reasonable organisation of the present that is unrolling as I write this seems to me to be a healthy reaction in view of the governance of events today and hasty political answers. After the journalists, whose job it is to record the immediate news, following the lawyers, sociologists, geographers, economists and other social science experts who are interested in the short term, historians must wait patiently in the background, watching the multi-shaped society and its contradictory impacts, not forgetting the virtual and concrete archives that are being created nor the effects of people’s memory that are becoming part of reality, under our very eyes, as we bring witness, though not always clairvoyantly.

Text published in La lettre de l’IRMC, N°8, January-April 2012, page 8

L’université tunisienne se penche sur l’histoire des mouvements étudiants

Deux rencontres ont successivement commémoré les événements de l’université tunisienne de février 1972. La première, organisée conjointement par l’Association pour la Fondation Ahmed Othmani (AFAO) et les Archives nationales de Tunisie (ANT) a eu lieu les 6 et 7 février 2012 à la salle de conférences d’une institution d’archives qui abrite une cellule de recherche depuis 2008. La seconde a été organisée par l’Institut supérieur d’histoire du Mouvement national (ISHMN), le 14 février 2012 à son siège, sur le campus universitaire de La Manouba. Alors que l’on se serait attendu à des répétitions, des chevauchements et des épanchements infinis, ces deux rencontres ont rassemblé un public nombreux et varié, où les témoins et acteurs de l’époque représentaient une part significative. Face aux historiens et avec une présence de jeunes non négligeable, ils ont joué le jeu du retour sur leur mémoire avec une retenue et une lucidité qui ont donné à ces rencontres une tonalité particulière entre souci du passé et besoin de le comprendre. Le regard attisé par leur vécu et l’observation de l’actualité politique, les participants ont évoqué leurs expériences en maîtrisant leur nostalgie, ce qui a permis d’ouvrir des pistes de réflexion, pour les acteurs autant que pour les historiens, en attendant d’inspirer des enquêtes et des travaux de recherche.

La question de l’archive

"Le congrès extraordinaire de l'UGET, quarante ans après"

La première manifestation intitulée Le congrès extraordinaire de l’UGET de février 1972, quarante ans après a permis de poser de façon très nette la question des archives nécessaires à une histoire proche mais que l’on peut envisager d’écrire aujourd’hui. Ces archives sont éparpillées entre des acteurs qui ont sauvé les papiers de leurs organisations face à la répression qui s’est abattue sur le mouvement étudiant en étouffant les voies de la vie syndicale et politique que cette jeunesse voulait construire sous le régime bourguibien. Selon que ces acteurs se trouvent en Tunisie ou en France, les fonds restent à identifier et à livrer à un premier travail de consignation afin d’enrichir les futurs travaux d’histoire. Cette question de l’archive, à l’origine de la proposition de l’AFAO aux Archives nationales de Tunisie et argument principal de la rencontre des 6 et 7 février, a été reprise par les témoins et revendiquée par les historiens comme une condition sine qua non pour faire avancer la connaissance historique des mouvements estudiantins qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Une mémoire orale circule certes à propos des événements de 1972 au sein des générations qui les ont vécus, dans les familles touchées par la répression, parmi les camarades et les amis de l’époque. Par ailleurs et sur le plan de l’écrit, des autobiographies et des souvenirs ont commencé à paraître. L’apparition d’une littérature carcérale renseigne sur les conditions de détention des étudiants arrêtés, sur les rapports entre prisonniers et avec les geôliers, sur les relations avec le monde extérieur, avec les aînés ou les successeurs des mouvements contestataires. Mais les documents de la gestation politique (tracts, pv de réunions, motions, pétitions, affiches….) ou ceux qui sont produits dans le cadre de son suivi par les autorités, de sa surveillance et de sa répression sont également utiles pour enrichir la mémoire collective par une lecture historienne des logiques des acteurs, de leurs forces respectives, des moyens utilisés et des conséquences des événements. L’évolution des archives vers de nouveaux supports (image, audio-visuel et internet) interpelle témoins, archivistes, historiens et la société sur l’écriture de l’histoire, notamment estudiantine, en train de se faire.

"Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences"

La manifestation de l’ISHMN du 14 février 2012 (Le mouvement étudiant tunisien 1972, origines, faits et conséquences/ Al haraka at-tulabiyya at-tunisiyya, 1972, judhuruha, waqa’iuha wa in’ikasatuha) a souligné la nécessité de croiser l’approche par les témoignages avec des investigations archivistiques classiques, documents à l’appui. L’ISHMN se propose de prolonger cette rencontre par une série de tables rondes mettant en connivence témoins et historiens pour questionner ce passé en l’inscrivant dans le contexte politique et l’environnement social, économique et culturel qui l’explique. Car, en marquant le cours de l’université, le mouvement estudiantin a également pesé sur l’histoire politique du pays, et plus encore. On gagnerait à analyser le moment 1972, considéré comme un tournant, dans ses dimensions historiques afin d’évaluer sa portée dans l’histoire de l’université et comme mode de confrontation avec le pouvoir politique. Le patient travail de collecte de la mémoire entamé par la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information (FTERSI) est une entreprise pionnière qui pose les premières balises de ces épisodes. Beaucoup de témoignages ont été sauvegardés et publiés par la FTERSI. Le projet de l’ISHMN est de poursuivre cette orientation en donnant davantage de place, en amont, à la prospection de l’archive écrite – dans les fonds publics ou chez des personnes privées, en Tunisie et à l’étranger- et, en aval, aux inévitables questions de méthode sans lesquelles ce travail scientifique ne peut perdurer.

Questions de méthode

Il serait trop long de répertorier les innombrables remarques qui ont jalonné les deux rencontres et mettant l’historien devant la responsabilité de restituer les conditions dans lesquelles se sont déroulés des faits encore insuffisamment connus mais dont on sait qu’ils ont brisé des vies, changé des trajectoires personnelles et probablement aussi modifié des destins collectifs. Retenons au moins les pistes qui suggèrent d’aller vers une histoire des conditions matérielles et économiques de la vie étudiante et les mises en garde contre le danger de sur-représenter des appartenances partisanes. Ces journées d’études ont surtout donné la parole à des militants et des acteurs de gauche -au demeurant une catégorie qui reste à interroger- mais les prochaines rencontres doivent s’efforcer d’équilibrer les points de vue des différents bords politiques et idéologiques en situation et la façon dont les revendications d’autonomie et de représentativité à l’université ont été l’expression locale de courants contestataires en Tunisie et dans le monde.

Un fil a couru tout au long des échanges, celui de l’horizon social qui sous-tend le mouvement estudiantin de 1972 et son rattachement aux transformations profondes de la société tunisienne. On note la participation des femmes à la mouvance, les prolongements de l’action dans les lycées et la solidarité des enseignants à la cause. Si on prend en compte la longue durée, on peut mettre en perspective les différents moments qui ponctuent l’histoire de la jeunesse révoltée en Tunisie en fonction de la démographie, de l’histoire de l’éducation et du contexte général. Ainsi, les divers mouvements des étudiants zaytounien-s contre le pouvoir colonial et revendiquant des conditions d’étude et de recrutement décentes, l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) qui a vu le jour en 1952 à Paris puis s’est transplantée en Tunisie, l’Association des étudiants musulmans nord africains (AEMNA) née elle aussi à Paris en 1927 puis ramifiée entre les trois capitales maghrébines, éclairent le bicéphalisme de la lutte étudiante des années 1960/1970 (entre Tunis et Paris principalement), un moment qui illustre peut-être l’apothéose de la puissance de l’université comme ascenseur social et comme lieu privilégié où se fabrique l’élite contemporaine.

Du point de vue des corpus d’archives et des instruments de recherche, il est possible de faire aujourd’hui l’histoire de l’université, de son fonctionnement, de ses rouages et de ses choix. Hédi Jellab, directeur des Archives nationales a fait part des dépôts qui peuvent servir à étudier l’évolution de l’université nationale (née en mars 1960) comme les institutions qui l’ont précédée au cours de la période du Protectorat (Zaytouna, écoles supérieures, Institut des hautes études de Tunis…). Sur le syndicalisme étudiant proprement dit, des historiens se sont penchés sur cette histoire (ci-dessous encadré bibliographique). Beaucoup reste à faire cependant pour que l’université soit replacée dans l’histoire culturelle, sociale et politique générale, afin de suivre l’évolution institutionnelle du savoir en Tunisie, les formes qu’il a revêtues, les organes d’expression (journaux, bulletins, revues) ainsi que les crises et les réformes qui l’ont façonné.
Le syndicalisme du monde étudiant étant lié à celui des enseignants, le mérite de ces deux moments de réflexion et de débat entre acteurs du mouvement estudiantin de 1972 et historiens est d’avoir célébré utilement un anniversaire, en ouvrant le dossier d’une histoire de l’UGET qui peut apporter beaucoup à l’histoire de l’université et à l’histoire tout court.

Tunis, le 15 février 2012
Publié dans Akademia n° 3, mars 2012, mensuel de la vie universitaire publié par l’Université de La Manouba, pp. 14&15.

Pour en savoir plus

  • Mokhtar Ayachi, « À la croisée des chemins : l’UGTT et les choix cultuels de l’Etat national », Abdejellil Temimi (dir), Bourguiba et l’établissement de l’Etat national : approches scientifiques du bourguibisme, Actes 1er Congrès 1999, FTERSI, 2000.
  • Mokhtar Ayachi, Une histoire d’une école de cadres : l’Union Générale des Etudiants de Tunisie au cours des années 50/60, Université de La Manouba / ISHMN, 2003, 184p.
  • Tahar Chagrouch, Le mouvement étudiant tunisien (1961-1981), genèse d’une intelligentsia, Mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Liauzu, Université de Paris 7, 1982, 60 pages.
  • Moncef Chenoufi, « Le rôle des mouvements d’étudiants tunisiens de 1900 à 1975 », In Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique, Paris, Editions l’UNESCO/ L’Harmattan, 1993, pp. 147-164.
  • Mohamed Dhifallah, Al haraka at-tulabiiya at-tunisiyya (1927-1939), Zaghouan, FTERSI, 1999, 378p.
  • Mohamed Dhifallah, Amphi et chaire : Études sur les étudiants tunisiens des années cinquante aux années soixante-dix (préf. Hassine Raouf Hamza), Sfax, éd. Librairie Aladin, 2003 (en arabe).
  • Mohamed Dhifallah, « Participation et exclusion : Étudiants tunisiens et réformes de l’enseignement et de l’université (1958-1986) », Institution universitaire et mouvements étudiants : entre intégration et rupture ? , Actes du 9ème colloque du GERME co-organisé avec le CHEVS.
  • Ali Zidi, L’historique de l’expérience éducationnelle de la section moderne de l’université de la Zaytouna 1951-1965, Tunis, 1986, thèse en langue arabe, 164p.

Être historienne après janvier 2011

Dans l’intermède d’un an, et même si un souffle révolutionnaire a balayé beaucoup de choses en Tunisie, la pratique de chercheur, une activité lente et d’arrière-plan ne peut vivre un retournement brusque et direct. Ce qui n’empêche pas les chercheurs d’être touchés, comme tout le monde, par ce qui arrive au quotidien, qui atteint les hommes et les institutions comme il ébranle les conditions matérielles et morales d’exercice du métier. Les chercheurs ne peuvent être indifférents à leur contexte ni éviter l’émotion qui empreint cette période exceptionnelle, même si la profession incite au recul et se construit sur la capacité à observer, sinon froidement, du moins en tenant compte, au maximum, des facettes d’une situation, de la complexité des questions, de la pluralité des points de vue qui se rattachent aux faits. Entre la fièvre causée par l’hyper-rapidité et l’ampleur des faits et les impératifs intellectuels du métier, une palette de réactions est possible. Je ne parlerai que de la mienne puisqu’on me demande de faire part de mon expérience de chercheur en Tunisie depuis janvier 2011, pour illustrer une des façons dont la profession d’historien est concernée par le potentiel révolutionnaire qui s’est déclenché au tout début de l’année qui vient de s’achever.

Trois leçons

En Tunisie comme ailleurs, le terme histoire recouvre plusieurs sens : il renvoie à une culture, il en appelle parfois à la connaissance et désigne plus rarement une condition, un métier. La passion du passé est répandue dans l’opinion ; le goût de l’histoire fait partie de la culture tunisienne contemporaine comme il s’enracine dans un héritage intellectuel. L’histoire en appelle également à une conscience du temps et à l’étude de la façon dont il régit les rapports humains dans une société, au cours d’une époque. Etudier l’histoire constitue enfin un métier contemporain qui, avec les sciences sociales voisines et les sciences dures moins mitoyennes, possède une évolution intrinsèque, aux aspects entremêlés : à l’ histoire des contenus et des formes que peut prendre cette expression du passé d’individu et de groupe que chaque personne ou communauté porte en elle, s’ajoute l’histoire des hommes et des institutions qui la fabriquent. L’année 2011 a été pour moi une leçon à chacun des trois niveaux de conception de l’histoire.

Leçon de culture

Vivre un soulèvement qui se déclenche après l’immolation d’un homme et entraîne des conséquences avec l’ampleur constatée est pour le moins édifiant sur le phénomène de l’opinion et sur la façon dont il peut agir sur le réel. Cet acte désespéré, pas le premier du genre ni, hélas, le dernier, est un des mythes fondateurs de la Révolution tunisienne. La construction du mythe appelle évidemment son contraire ainsi que le montrent la bataille autour des dates de commémoration (17 décembre ? 14 janvier ?), les tentatives de fondre le peuple dans la figure du martyr et les rivalités pour capter un leadership introuvable. L’opinion, objet commun au journalisme et aux sciences sociales et matériau de choix des acteurs politiques, est devenue une source vivante d’inspiration. Face à l’électrification de la parole et des médias, j’ai pu vérifier la magie d’un phénomène échappant toujours aux prévisions et aux manipulations, même si on ne renonce jamais à le réifier après coup, et même si les politiciens ne guérissent jamais de la tentation de l’aiguillonner et de le sonder, tellement il est craint. Est-ce qu’un vote signifie opinion ? La culture est-elle une somme d’opinions ? Les médias sont-ils seuls face à l’opinion ? Toutes ces interrogations trouvent dans la situation tunisienne une série d’alchimies incompréhensibles si on s’en tient à la crête de l’actualité et des discours. Etudier l’opinion est certes complexifié par la technicité des réseaux sociaux, accélérateurs de faits et de réactions, mais la compréhension de la situation actuelle souffre surtout à mes yeux d’un déficit d’études historiques, sociologiques, psychologiques, journalistiques sur les traits culturels et l’évolution des mentalités. Les tensions qui explosent à la face des Tunisiens, de leur classe politique et du monde, révèlent, entre autres, un déficit de connaissances sur la société. Considérant la remontée en surface de la politique, et sachant que les problèmes économiques et sociaux constituent une lave volcanique et que la colère intériorisée et partagée est un détonateur imprévu de cette Révolution, l’histoire peut aider à établir des connexions utiles pour mieux comprendre la société actuelle.

Leçon d’histoire

Habituée à une histoire contemporaine qui se fait essentiellement à partir des archives écrites, même si elle a commencé à s’ouvrir sur le témoignage, j’ai pris la mesure et en live de l’importance méthodologique des questions basiques enseignées par la discipline. Qu’est ce qu’une source ? Qu’est ce qu’une information ? Qui est l’auteur d’un document ? Comment circule une nouvelle ? Depuis la gifle qui aurait causé le suicide de Bouazizi jusqu’aux nuées de rumeurs qui ont banalisé buzz et inventé le terme d’infox, l’historienne flotte dans la multitude d’informations, la multiplication des modes d’expression, la liberté de ton et jusqu’au libertinage des propos. Avec le temps, j’ai commencé à noter la façon, parfois surprenante, dont les données s’organisent en fonction d’acteurs insoupçonnés, comment des événements au départ bénins prennent de l’importance, comment se fabrique l’actualité. Cette physique de l’événement et la mayonnaise plus ou moins réussie d’un pouvoir qui se façonne au jour le jour, représente pour la chercheuse un terreau de réflexion vivace sur la naissance d’une culture politique, peut-être en transformation. Entraînée aux mécanismes langagiers de la dictature, j’ai déplacé l’attention au vocabulaire post-révolutionnaire parvenu lui aussi à recevabilité. Le mot Révolution qui a beaucoup servi par commodité, par paresse ou par fierté appelle à réfléchir sur l’efficience des mots dans le jeu du présent puis leur répercussion sur l’écriture de l’histoire. En attendant d’approfondir l’analyse des discours qui orchestrent la vie politique et les arguments échangés tous médias confondus et jusque dans le privé, je regarde davantage la télévision, lis plus de journaux, écoute plus les radios, fréquente la toile. S’y déploie une société en pleine éclosion de capacités étouffées, niées ou simplement ignorées, une jeunesse contestatrice, énergique et parfois désespérée, des femmes omniprésentes dans l’espace public, des expressions nouvelles. Alors que les résultats des élections de l’Assemblée Nationale Constituante sont interprétés comme les chiffres d’une représentation populaire, ces images de la société me semblent mettre le doigt sur une ignorance, d’abord sur le plan scientifique, de la diversité d’une Tunisie sous-analysée et des forces plurielles qui la traversent. En comparaison, les pratiques de pouvoir apparaissent rigidifiées par le temps, trop vieilles pour les besoins et urgences du pays, trop pauvres devant sa complexité. La masculinité et la moyenne d’âge des responsables politiques sont un des signes d’un décalage flagrant entre la société et le pouvoir. D’autres gaps s’y ajoutent.

Leçon civique

Dans un pays où la vie scientifique manque de revues, de lieux et de traditions de débat, le politique magnétise les professions intellectuelles, les asservit aussi dans la mesure où il s’est érigé en source unique de légitimité, en but ultime de toute réussite. Exercice et conditions du métier de chercheur ne sont pas pires que le reste, encore faut-il ajouter qu’ils illustrent une conception totalitaire du savoir desséchante et, à la longue, dévalorisante des métiers de la connaissance. Une année ne peut suffire à agir sur l’hypertrophie de l’idéologie des diplômes, la surveillance des idées, les mécanismes gelant les forces créatrices, autant de graines qui ont semé dans la société un désamour envers les intellectuels et dressé des clivages partisans à l’université. Je sais faire partie de secteurs minés par le manque de liberté et le déni politiques, le culte techniciste achevant de rendre les sciences de l’homme en Tunisie inutiles à lui-même. Politiques et scientifiques ont beaucoup à faire pour soigner ces maux afin de redonner au savoir sa fonction humaniste et la place qui lui revient dans la richesse globale. En tant que chercheur, j’ai cependant éprouvé, au cours de cette année, une conscience accrue de l’importance de la discipline historique face à la montée des émotions, l’expression des revendications individuelles et l’affirmation des phénomènes religieux et mémoriel. Comme tout référentiel important -et cette Révolution en est un de taille-, l’histoire doit rester en alerte, un peu comme une veille météorologique en cas de beau temps, en prévision des intempéries. Penser à la suite, à la connaissance future et à la mise en ordre raisonné d’un présent en déroulement me semble être une hygiène à conserver face à la gestion des événements et aux réponses politiques hâtives. Derrière les journalistes chargés de la consignation immédiate, à la suite des juristes, sociologues, géographes, économistes et autres experts en sciences sociales mobilisés par le court terme, les historiens doivent maintenir un recul patient face à l’actualité multiforme et à ses impacts contradictoires. Sans perdre de vue les archives virtuelles et matérielles en fabrication ni les effets de mémoire qui sont en train de s’incorporer dans le réel, sous nos yeux, pas toujours clairvoyants, de témoins.

Texte paru dans La Lettre de l’IRMC, n° 8, janvier-avril 2012, page 8.

Ce texte a été traduit en anglais par Sarah Fredj sous le titre « Being a Historian after January 2011 », et publié sur ce carnet.