Archives par étiquette : Foire du livre de Tunis

Lire, écrire après la « Révolution tunisienne »

Livres de la révolution, Bibliothèque nationale de Tunisie

Parmi les activités sorties tout droit de la Révolution tunisienne, celle de l’écriture est une des plus remarquables. En arabe, en français et même en anglais, sur facebook, twitter et dans les blogs, jusqu’ aux ouvrages, en passant par les sites et la presse papier, la production a enflé. Les journalistes et les chroniqueurs ont du mal à enserrer cette vague déferlante, les comptes rendus se multiplient sans embrasser l’ampleur d’une énergie encore difficile à évaluer. A vue de nez, à l’instar de la presse qui prolifère tous genres confondus, les librairies s’animent au-delà des rentrées scolaires, les éditeurs turbinent sans juguler les offres de textes, les lecteurs voient des étalages plus fournis et choisissent des titres plus diversifiés. On note presque un effet de saturation alors que les critiques continuent de pleuvoir, signe que les attentes des Tunisiens, dont l’expression s’est libérée depuis le 14 janvier 2011, sont loin d’être comblées dans ce domaine comme dans d’autres. Il faut savoir se réjouir de cette inflation, même si elle recouvre le meilleur comme le pire.

La lecture au centre

La 29ème Foire internationale du Livre qui s’est tenue au « Palais du Kram » du 2 au 11 novembre 2012 a eu son lot de commentaires. Elle n’a pas manqué de susciter des attaques sur l’approvisionnement des étalages ou le genre de livres offerts. Il est sain que la première manifestation autour du livre depuis janvier 2011 déclenche autant de réclamations. Ces protestations s’ajoutent aux signes, mineurs, qui rassurent sur cette transition chaotique. Sous la croûte des activités politiciennes qui polluent l’air et le mental des citoyens, l’émoi autour du livre porte un besoin encore vivant de nouveauté, un appétit persistant pour la nourriture de l’esprit. Les appels lancés pour renouveler le stock de livres sur la religion, sortir de la médiocrité des opuscules qui inondent les trottoirs des mosquées révèlent une exigence du public, une faim inassouvie. Cette manifestation expose au grand jour les problèmes du secteur éditorial et c’est bien qu’on en parle. Continuer la lecture

Que peut la littérature ? Que peuvent les mots ?

On n’encourage jamais assez les revues. L’audience par nature limitée de ce média exige foi et mobilisation pour soutenir un mode d’expression porteur de textes personnels, expérimentaux, tâtonnants qui ne peuvent pas trouver place dans la presse généraliste et qui servent parfois à faire naître ouvrages, essais, nouvelles, recueils poétiques…

Aussi faut-il savoir gré à l’Institut français de Tunisie et à la Foire internationale du livre de Tunis d’avoir programmé une jeune revue littéraire francophone Riveneuve Continents dont la quatorzième livraison publie des textes fixant un peu du souffle littéraire qui a traversé les « Printemps arabes ». Alain Jauson, directeur des éditions Riveneuve et Gilles Kraemer, directeur de la revue étaient présents. Ils ont fait l’historique de la maison – qui espère renouveler Maisonneuve et Larose disparue en 2001 – et abordé les enjeux que l’édition numérique introduit face au statut de l’auteur et de l’éditeur.

Printemps arabes, le souffle et les mots rassemble 36 auteurs (trois des 7 contributeurs tunisiens étaient présents) de 39 textes, échos et formulations diverses face aux événements qui secouent les sociétés arabes. Du poème à la chanson, du courriel au slogan, du graffiti à la nouvelle, ce recueil tente de répondre à la question : « que peut la littérature ? que peuvent les mots ? ».

Il était important de poser ces paroles dites dans la fureur des événements dans le bruit de la première foire du livre post -14 janvier 2011. La démocratie, dont la revue est un média significatif, c’est aussi faire entendre la voix des démunis.

Liste des auteurs publiés dans ce numéro :

Mogniss H. Abdallah, Samir Aita, Mohamed Benchicou, Kmar Bendana, Mustapha Benfodil, Kamal Ben Hameda, Hakim Ben Hammouda, Siham Boucheikh, Mustapha Bourakkadi, Mahmoud Chalbi, Ali Chibani, Najwan Darwish, Amir Eid, Ghassan El-Hakim, Moufida Fedhila, Ali Fenjiro, Hicham Gad, Yves Gonzalez Quijano, HK, Tania Hadjithomas-Mehanna, Kaoutar Harchi, David Hury, Abdelaziz Kacem, Selima Karoui, Osama Khalil, Tahani Khalil Ghemati, Farah Khelil, Driss Ksikes, Souad Labbize, Dalila Morsly, Mustapha Nadi, Alexandre Najjar, François Pradal, Magdi Abdel-Hafez Saleh, Hyam Yared, Samar Yazbek.

                                                                                                                                                                                                 Hammam-Lif, le 6 octobre 2012