Archives par étiquette : Fanon

Fanon et l’Afrique/L’Afrique et Fanon

Affiche du colloque "L’Afrique aujourd’hui et Fanon", Alger, 1-3 juin 2013

Affiche du colloque « L’Afrique aujourd’hui et Fanon », Alger, 1-3 juin 2013

L’Afrique aujourd’hui et Fanon, tel est le titre du colloque (le deuxième en moins d’un an1 et le quatrième en Algérie depuis 19872) organisé par le Centre National de recherches Préhistoriques Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) d’Alger les 1er, 2 et 3 juin 2013. Prenant appui sur le rôle joué par Frantz Fanon vers la fin des années 1950 en faveur d’un rapprochement entre l’Afrique encore largement colonisée et le Front de Libération Nationale algérien en quête d’alliances et de solidarités internationales, cette rencontre a réuni vingt-cinq chercheurs d’horizons divers pour débattre du verbe et de l’action de Fanon aujourd’hui, à la lumière des bouleversements géo-politiques et économiques en cours dans le monde et en Afrique en particulier.

Le temps des indépendances

La première impression qui se dégage de cette rencontre polyphonique est que le moment actuel incite à retourner sur la phase des indépendances politiques vécue par ce psychiatre français d’origine martiniquaise devenu algérien puis militant du FLN. Son observation nourrie de ses idéaux et de sa pratique ont donné lieu à quatre ouvrages dont le plus célèbre, Les Damnés de la Terre sorti fin 1961 a connu une notoriété mondiale grâce à sa traduction en anglais en 1965, parce qu’il faisait écho au combat du Black Power aux Etats Unis. L’écriture de Fanon, dont le lyrisme révolutionnaire était incrusté d’une vision aigüe des rapports sociaux et politiques autour de lui, continue à susciter la réflexion dans les sociétés africaines et arabes actuelles toujours confrontées à des défis de développement et d’existence dans le concert mondial des nations. Fanon a ardemment défendu l’avènement de l’Afrique dans le droit international comme il a travaillé à l’émancipation de l’homme noir et du colonisé comme sujet dans ces années d’après-guerre qui ont vu apparaître le tiers-mondisme et le féminisme, relancé le panafricanisme timide du début du XXème siècle, autant de mouvements qui ébranlent la conception universaliste classique. Continuer la lecture

  1. Esprit Frantz Fanon, du 1er au 10 juillet 2012 (brochure bilingue publiée dans la cadre de l’an 50 de l’indépendance de l’Algérie, Ministère de la Culture, APIC Editions, 27+5 pages). []
  2. Les actes du colloque de décembre 1987 n’ont pas été publiés. Le colloque international qui s’est tenu à l’occasion du 2ème festival panafricain en juillet 2009 a été publié par le CNRPAH (Nouvelle série N° 10, 2011, 294p). []

L’inscription de Fanon dans l’histoire de la Tunisie contemporaine : un chantier

Ce billet est une présentation de l’article « Sur les traces de Frantz Fanon à Tunis« , paru dans la revue mensuelle Algérie Littérature / Action (n° 163-164, septembre-octobre 2012)

Frantz Fanon

Frantz Fanon, by Pacha J. Willka, licence cc-by-sa 3.0

En ces temps où la violence s’exprime de plus en plus fort en Tunisie, beaucoup d’auteurs et d’écrits sont à lire et/ou à relire. La résonance de ceux de Frantz Fanon est double : parce qu’il a vécu à Tunis et parce que la situation coloniale a nourri  son œuvre propagée à travers les lectures américaines sur fond des mouvements Black Power dans les années 1960.

Expulsé d’Algérie en 1956, Frantz Fanon (1925-1961) se réfugie en Tunisie où le Front de Libération Nationale a ses quartiers officiels. Il y vit près de cinq ans, exerce en tant que médecin dans les hôpitaux Er-Razi puis Charles Nicolle, crée le centre de neuro -psychiatrie de jour, enseigne la psychopathologie sociale à l’Institut de sociologie, travaille à la rédaction de la partie française du journal Al Moujahid, participe à former les cadres du FLN. C’est à Tunis qu’il endosse le rôle d’agent de liaison du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (officiellement né en 1958) et sculpte le panafricanisme qui va accompagner le mouvement de libération nationale. A Tunis, il dicte son dernier ouvrage Les damnés de la terre, traduit en arabe à Beyrouth en 1966.

Quand il meurt des suites d’une leucémie à l’hôpital de Bethesda (Baltimore, Maryland, USA), il est porteur d’un passeport tunisien, sous le nom d’Omar Frantz Fanon. La pièce est aujourd’hui déposée dans les archives de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (IMEC) à l’Abbaye d’Ardenne.

Continuer la lecture