Archives par étiquette : Enseignement supérieur

Aux origines de l’enseignement supérieur tunisien

L’histoire de l’université tunisienne ne commence pas avec l’université nationale. Celle-ci est le fruit d’une volonté politique et d’un texte de loi qui ont donné une impulsion fondamentale au tissu actuel. Cependant, le décret du 31 mars 1960 qui suit la réforme générale de l’enseignement (représentée par les deux décrets du 29 mars 1956 et 1er octobre 1958) portant l’organisation de l’Université de Tunis (Faculté des Sciences Mathématiques, physiques et Naturelles, Faculté des Lettres et Sciences humaines, Faculté de droit, de sciences politiques et économiques, Faculté de médecine et de pharmacie, École Normale Supérieure à laquelle est rattachée le Centre National d’Études et de Formation Pédagogiques et une Cité universitaire)  n’arrive pas sur un désert institutionnel. C’est de cet existant qu’il sera question dans le présent papier qui s’efforcera de faire un tableau de l’archipel d’institutions que la réforme de l’indépendance reprend en main pour fonder une université nationale. Car, dans l’esprit du décret de mars 1960, et dans le sillage de la réforme de 1958, il s’agit de tunisifier le dernier étage de l’édifice éducatif après avoir construit la réforme des cycles primaire et secondaire. Cette nationalisation passe par l’unification du diplôme d’entrée autour du baccalauréat, un diplôme dont l’importance sociale et politique transparaît autour des années 1950. Cette mesure-pivot accompagne l’aspiration du pôle ZaytounaKhaldouniyya et la création d’une université fédérant facultés et instituts.

Un archipel colonial bi-polaire

Pendant la période coloniale en Tunisie, il n’y a pas l’équivalent de l’Université d’Alger créée en 1909, haut lieu de la science française, du reste très peu ouvert aux Algériens. Le tableau de ce qui peut s’apparenter à un enseignement supérieur dans la Tunisie coloniale est éclaté, composé d’une gamme d’établissements qu’on peut ranger dans un schéma bipolaire. Il y a d’un côté le système zaytounien essayant depuis 1875 d’accéder à un enseignement plus ouvert, plus poussé et qui, au cours de la période coloniale, enregistre plusieurs tentatives pour assurer la validité de ses diplômes (mounadhara en 1892 et tatwi’ en 1898 pour le cycle moyen) et pour aller vers un enseignement plus « scientifique» : le tahçil al ‘ûlûm, conçu comme équivalent du baccalauréat en 1933 est un exemple.

Continuer la lecture