Archives par étiquette : Enseignement ; Recherche ;

Le Maghreb dans l’université française, un diagnostic côté historien

Compte rendu de Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 288 p., 25€.

Couverture de Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012), Pierre Vermeren.

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012), Pierre Vermeren. Paris : Publications de la Sorbonne, 2012

En langue française, produite en France, l’histoire du Maghreb périclite, peu reliée à des domaines plus prospères et tournant le dos aux productions nationales du Maghreb indépendant. Voilà le constat sévère de l’habilitation à diriger des recherches de Pierre Vermeren soutenue en juin 2010 à l’Université de Paris I et éditée en ouvrage en 2012. La lecture de cet ouvrage a quelque chose de stimulant, notamment en ce moment « post- révolutions arabes » qui amène à questionner les rapports intellectuels et universitaires entre le Nord et le Sud. Même si la place de la Tunisie est faible dans cet état des lieux historiographique, on en apprend beaucoup sur l’évolution de l’histoire du Maghreb post-colonial (1962-2012), au sein de l’université française. L’ouvrage permet de mieux connaître les hommes et les institutions qui ont fabriqué l’histoire du Maghreb pendant plus d’un siècle. En éclairant les connexions entre histoire contemporaine et politique, à travers moments et acteurs, l’ouvrage illustre une démarche qui peut servir, en creux, à comprendre la sous- représentation de la Tunisie par rapport au reste du Maghreb.

A l’instar de la sociologie ou de la science politique que l’auteur intègre dans son panorama, l’histoire du Maghreb colonial a bénéficié du savoir fabriqué au sein de l’administration, pour les besoins de l’armée ou par des hommes d’église. En mettant en évidence la panoplie des accointances entre l’histoire politique française et celle de son université, cette « histoire de l’histoire » du Maghreb relie la genèse des institutions avec les parcours des hommes qui ont fabriqué et enseigné cette histoire très contemporaine, des deux côtés de la Méditerranée.

Un intérêt qui décline après les indépendances

Le fil conducteur de ce diagnostic de la recherche française actuelle sur le Maghreb est que ce dernier est « oublié » dans les études historiques, à partir des indépendances étatiques. L’hypothèse mérite d’être approfondie pays par pays, dans le sens Nord/Sud et Sud/Sud. Notons que l’objet Maghreb (l’auteur l’écrit avec des guillemets dans le titre) prolonge l’Afrique du Nord française où l’Algérie colonisée pendant 132 ans se distingue des deux protectorats tunisien (75 ans) et marocain (46 ans). Alors qu’il n’a jamais pu devenir une réalité politique ni économique, le Maghreb reste perçu en France comme un terrain d’étude global. Comme tel, son traitement est toujours dominé par l’Algérie et l’ouvrage traduit, à son tour, ce déséquilibre. Le Maroc, familier à l’auteur, est assez présent mais la Tunisie, comme souvent, est quasiment absente dans le détail.

L’auteur articule autour des moments colonial et postcolonial une chronologie à trois temps et sur quatre générations (voir le plan détaillé ci-dessous). Il brosse un état des lieux critique sur les études historiques sur le Maghreb en France tout en esquissant des passerelles vers les productions nationales qui se sont développées en Algérie, en Tunisie et au Maroc après la décolonisation. Il montre que ce capital scientifique est sous-estimé et ignoré, jusque dans les bibliographies récentes. L’ouvrage constitue le récit d’un « éloignement intellectuel » après une phase d’accumulation de savoir qui a duré près d’un siècle.

Au XIXème siècle, la matrice orientaliste est le lit à partir duquel se développent une quantité de savoirs locaux  au Maghreb comme au Machrek : l’anthropologie et l’histoire en sont les branches les plus nourries. L’école, les missions catholiques, l’armée et l’administration sont les vecteurs qui porteront ces savoirs et les feront évoluer en passant, de façon différente, par la connaissance des langues arabe et berbère. Erudition et usage pratique se conjuguent pour favoriser la constitution d’un corpus de travaux, bâtir une série d’institutions et construire une génération de chercheurs et connaisseurs des tribus et des langues, des traditions populaires et institutions du makhzen, de l’archéologie et du sous-sol minier. Plusieurs chaires officielles (Géographie coloniale à la Sorbonne, 1893 ; Collège de France, 1902 ; Histoire de l’Afrique du Nord, 1912 ; Langue et littérature arabes, 1919 ; Colonisation à partir de 1921) relaieront ce savoir en Métropole. Le Maroc de Lyautey : « un eldorado pour les anthropologues » (p. 27) donnera naissance à une série d’institutions et une lignée de savants qui relieront le terrain colonial aux avancées scientifiques en Métropole. L’officier de marine Robert Montagne (créateur du Centre des Hautes Etudes d’Administration Musulmane –CHEAM- en 1936) et le contrôleur civil Jacques Berque (titulaire de la chaire Islam contemporain de 1956 à 1981 au Collège de France) font partie de ces savants dont l’œuvre scientifique, intimement liée à l’exercice de la fonction publique, a enrichi l’infrastructure et les moyens de l’université française.

En Algérie, l’université née en 1909, constituera une pépinière relative de cadres algériens dans plusieurs domaines (cf. Guy Pervillé). Dans le secteur historique, deux maîtres se détachent : Charles-André Julien, premier professeur élu à la chaire de la colonisation de la Sorbonne en 1947 (Jean Ganiage lui succède en 1961) se verra confier la création de la faculté des Lettres de Rabat en 1957 ; Charles-Robert Ageron (1923-2008) qui découvre l’Algérie, pendant son service militaire en 1945, devient un des plus grands spécialistes de l’histoire coloniale (chap. 7, pp.111-127).

Malgré ces destins et des œuvres  marquantes, les indépendances puis la guerre d’Algérie marquent un tournant décisif. Le pôle Aix-Marseille où naît le CRESM qui deviendra IREMAM abrite des juristes et politologues dont les travaux et les publications (notamment l’Annuaire de l’Afrique du Nord) constituent un noyau d’enseignement et de recherche « maghrébiniste » alimenté par les liens de la coopération scientifique. Ce qui n’empêche pas qu’on assiste progressivement, du côté maghrébin, au rejet de l’héritage universitaire français après l’indépendance, en histoire et également en anthropologie, considérée comme la science de la pénétration et donc de l’exploitation coloniale par excellence.

La démarche de l’auteur allie une prosopographie du personnel enseignant et chercheur qui a construit le socle scientifique avec une réflexion sur les effets de l’air du temps idéologique et intellectuel. Les questions de filiation ou de ruptures entre maîtres et élèves sont toujours à l’œuvre, influencées par les itinéraires familiaux autant que par l’évolution des écoles et des courants (tiers mondisme, marxisme…). Cette démarche éclaire particulièrement la rupture observée dans les années 1960/1970.

« Rejetant les ‘ vieilles lunes’ des islamologues et, par voie de conséquence les convictions et les sentiments religieux des peuples de la région, les intellectuels marxistes ont tourné le dos à la ré-islamisation de la société. Cet aveuglement a été d’autant plus paradoxal que les Etats du Maghreb ont participé délibérément à l’ ‘islamisation’ et à l’arabisation de leurs sociétés, pour saper l’influence intellectuelle, politique et idéologique du marxisme, très influente chez les étudiants des années 1960 et 1970». (p. 202)

Le prisme de l’immigration : le poids du présent

Même si le procès fait au marxisme est excessif (comme le souligne Nadine Picaudou dans sa préface), l’auteur décrit bien les voies par lesquelles basculent les centres d’intérêt des historiens. L’école coloniale d’Alger se disperse après 1962 et divise le potentiel scientifique en fonction des nominations en France, des projets de carrière qui s’y font et des plans de structuration des secteurs de la recherche. L’apprentissage et la connaissance de la langue arabe reculant, l’accumulation orientaliste, institutionnellement encouragée en France et en colonie avant les indépendances, se voit fractionnée et découpée pour d’autres engagements politiques et intellectuels et pour répondre à d’autres attentes. Les exemples d’André Nouschi (Université de Nice)  et Claude Liauzu (Université de Paris 7) le montrent, l’un et l’autre abandonnant, après leur retour en France, leurs recherches sur l’Algérie et la Tunisie. Alors que le Machrek attire de jeunes universitaires qui feront carrière, le Maghreb est « abandonné » au profit d’études sur l’immigration ou d’études sur l’Afrique :

« Sur le terrain du Maghreb, la carence scientifique française tient au fait que c’est moins le Maghreb qui intéresse que la France au Maghreb… ou le Maghreb en France. » (p. 188).

Après la question de l’immigration, la guerre d’Algérie qui a agi sur le champ politique français et sur la représentation de l’identité nationale, achève de déséquilibrer, une nouvelle fois, la connaissance du Maghreb vu de France. Dans un premier temps, apparaît une « histoire immédiate » qui s’interroge sur les réactions des intellectuels français à la Guerre d’Algérie (Pierre Nora, Jean Lacouture…). Puis on assiste à une hypertrophie mémorielle autour de la guerre d’Algérie qui s’installe des deux côtés de la Méditerranée depuis les années 1990 (pp. 180-202). L’ouvrage traite dans le détail ce double déplacement des préoccupations scientifiques au sein de l’université française qui se focalise sur l’Algérie tout en tournant le dos progressivement aux productions nationales en développement.

L’auteur (qui enseigne à l’université de Paris I) note qu’aucune thèse n’est soutenue sur le Maghreb médiéval depuis 1981 et que c’est un historien américain (Michel Kaplan) qui travaille au retour d’une chaire d’histoire du Maghreb contemporain : en 1993, Daniel Rivet en sera le premier titulaire. Beaucoup d’universités et de centres de recherche disparaissent  entretemps (notamment le DEA Maghreb créé par Annie Rey à Paris III et le poste de Paris IV) et la politique autoritaire des Etats du Maghreb achève de bloquer les quelques voies de passage qui subsistent entre les deux milieux.

Le diagnostic est sévère mais non dénué de pertinence : la demande politique influant sur les conditions de production du savoir historique, un décalage s’installe entre universitaires et intellectuels du Nord et du Sud de la Méditerranée. Un double éloignement disciplinaire et de terrain aboutit à une véritable déconnexion (aggravée par la question linguistique, des deux côtés). La politologie et l’islamisme, objets compacts et très fréquentés (depuis la révolution iranienne) cachent la vue et la compréhension des choses d’autant que les théories s’élaborent au Machrek

« La politologie s’empare alors des études du monde musulman, principalement au Moyen Orient (G. Kepel est pensionnaire au Caire dès 1980) puis secondairement au Maghreb (M. Camau est nommé à Tunis à la création de l’IRMC)… Une autre conséquence majeure tient au tropisme proche-oriental de cette recherche, surtout à Paris, et notamment à l’IEP. Pour longtemps les grilles d’analyse parisiennes de la politologie égyptienne (G. Kepel) et libanaise (Ghassan Salamé, Antoine Besbous, Antoine Sfeir) servent à décrypter les sociétés du Maghreb ») (p. 204).

L’auteur n’en reste pas à ce constat de dessèchement de la connaissance et de « déshistorisation » des sociétés maghrébines. Il avance des propositions concrètes pour relancer la recherche française sur le Maghreb (pp.207-209) : favoriser une histoire de l’armée, développer une histoire sociale, économique et culturelle des Français des colonies, s’ouvrir sur les sociétés « indigènes », à commencer par les berbères qui ont connu une arabisation qui mérite d’être mieux analysée. Pour aller plus loin dans la connaissance des sociétés maghrébines, il conseille de s’intéresser aux sociétés sahariennes, d’approfondir l’histoire du confrérisme et de l’Islam maraboutique abandonnée par l’anthropologie. L’auteur achève en prônant une histoire culturelle forte, où les biographies, les analyses de l’image et de l’architecture peuvent apporter des résultats intéressants.

En arrière-plan d’un tableau synthétique du savoir universitaire consacré à l’histoire du Maghreb, ses points forts et ses manques, on devine chez l’auteur une passion pour le Maghreb et pour le métier d’historien. Ce qui rend la lecture de l’ouvrage agréable autant qu’utile, ne serait-ce que parce qu’il permet de comprendre, en creux, un aspect important de l’influence de la culture française en Tunisie, à travers la recherche historique. Même si l’historiographie contemporaine tunisienne est quasi absente, des points de comparaison et d’analyse apparaissent par exemple dans le classement par générations de spécialistes de l’Afrique du Nord, établi par ordre chronologique de naissance (pp.217-248 : 305 noms listés et classés H/F) et dans le tableau des 201 thèses soutenues en France depuis 1953 sur l’histoire de l’Afrique du Nord contemporaine, par grandes périodes (pp.269-283).

La démarche et les résultats de cet ouvrage -qui plaide pour une histoire du Maghreb plus conséquente et plus reliée avec les universités maghrébines- invitent à aller plus loin pour comprendre l’université, le savoir qui s’y produit et les limites de l’histoire contemporaine aujourd’hui afin de tirer un meilleur profit de l’accumulation scientifique  et de bâtir une connaissance plus interconnectée que par le passé.

Plan de l’ouvrage
Nadine Picaudou

Préface

Annexes Classement par génération des spécialistes de l’Afrique du Nord, établi par ordre chronologique de naissance

Compte rendu paru dans la revue Rawafid n°18, 2013, Université de La Manouba, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, pp. 143-148.

Rédigé le 2 avril 2013