Archives par étiquette : colonisation

Le cinéma en situation coloniale : l’approche par le public

 

Couverture de l'ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

Couverture de l’ouvrage Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale

A propos de l’ouvrage dirigé par Morgan Corriou, Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, CERES/IRMC, 2012, 320 p.

L’histoire du cinéma, et en Tunisie en particulier, s’intéresse communément au contenu des films et à leur production. Quittant ce sillon, Morgan Corriou prend le parti d’étudier le cinéma du point de vue de ses usagers. Auteur d’une thèse intitulée Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat (1896-1956) – en cours de publication-, elle organise en mars 2008 à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)  deux journées d’étude sur le thème Cinéma et nouvelles pratiques sociales en situation coloniale. Elle tire de cette rencontre un ouvrage collectif : Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale dans lequel sont ajoutés d’autres textes. L’ensemble se compose de dix articles ventilés en trois parties : Implantation du cinéma et publics autonomes ; De la salle de cinéma à la sphère publique ; Appropriations locales de l’image animée.

L’histoire coloniale autrement

Cette perspective permet de replacer la Tunisie sous Protectorat français -terrain de recherche de Morgan Corriou- dans le cadre des pays colonisés- comme elle installe le médium cinéma dans la culture globale. La perspective comparatiste cible les cas de situations coloniales : les cas de l’Afrique française du Nord, de l’Afrique Occidentale française, des colonies britannique et russe sont traités dans un croisement heureux entre histoire politique et histoire culturelle.
L’industrie cinématographique traverse le monde à une vitesse telle que, même si les rythmes sont différents, les circuits et des moyens mettent les pays en situation de contemporanéité. Outre les cas des cinématographies indienne et égyptienne, le spectacle cinématographique est une entrée intéressante pour étudier les transformations culturelles que connaissent les sociétés colonisées. On observe des décalages selon les différences d’infrastructure : les cinémas égyptien et indien mettent du temps à avoir une popularité locale ; de même que l’on constate que le public dépend de plusieurs critères selon qu’il vient d’une capitale ou d’autres villes, qu’il représente la bourgeoisie lettrée ou les classes populaires. La guerre (avec la propagande) et les migrations d’ouvriers vers l’Europe font partie des vecteurs qui propagent la culture de l’image. Par la suite, apparaît l’économie du spectacle, une presse spécialisée émerge et les différents publics s’approprient cet art. La population européenne accélère certainement l’acclimatation du nouveau loisir, au point que l’Algérie urbaine compte 188 salles de cinéma en 1939 (contre 120 en 1921, avec une surreprésentation d’Oran et d’Alger) alors que la Tunisie en a 47 et le Maroc 56, à la veille de la Seconde Guerre mondiale (Omar Carlier). L’Afrique Occidentale française s’équipe dans les villes moyennes et les banlieues entre 1920 et 1940. (Odile Goerg). L’« indigénisation » particulièrement agile des pratiques cinématographiques n’est pas toujours en rapport avec la production des films, comme le montre le cas de l’Egypte, cadre précoce d’une production cinématographique qui percera à l’étranger et notamment au Maghreb entre 1934 et 1936. Continuer la lecture

Relayer la mémoire par l’histoire : le docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954)

Salem Ech-Chadli

Salem Ech-Chadli

Chaque période historique apporte son lot de mémoires oubliées, refoulées ou simplement ignorées. Depuis le 14 janvier 2011, la déflagration de la parole charrie son lot d’évocation des anciens. On assiste à des restaurations de souvenirs et des rappels de mémoires qui ont parfois valeur de révélations. Deux manifestations autour de la vie et de la personnalité du docteur Salem Ech-Chadli (1896-1954) ont eu lieu récemment : la première s’est déroulée le 20 avril 2013 à la Fondation Abdejellil Temimi dans le cadre du cycle La mémoire nationale et l’histoire du temps présent et la seconde à l’hôpital Er-Razi, le 15 juin 2013 au cours d’une journée d’étude sur L’histoire de la psychiatrie tunisienne. Les exposés de membres de la famille et de médecins de profession ont dégagé un peu de l’ombre qui plane sur ce médecin militant nationaliste, mort à 58 ans, deux ans avant une indépendance à laquelle il a rêvé et participé par son métier et son combat anticolonialiste. Ces deux manifestations apportent beaucoup aux deux histoires – politique et culturelle- imbriquées à travers la biographie du premier psychiatre tunisien.

Profession médecin en Tunisie

La Tunisie contemporaine compte plusieurs générations de médecins, une profession qui commence, dans sa forme présente, à marquer la société tunisienne au XIXème siècle, suite à la révolution connue par le domaine. Un ouvrage récent de Lucien Moatti (La mosaïque médicale de Tunisie (1800-1950), Paris/Tunis, Editions Glyphe/Déméter, 2012, 422 p.) a fait l’inventaire de près de 1200 médecins qui ont exercé en Tunisie entre le début du XIXème siècle et le milieu du XXème. Béchir Dinguezli (1869-1934) est le premier titulaire tunisien musulman d’une thèse de médecine au sens actuel du terme et Tawhida Ben Cheikh (1909-2010) est connue comme la première tunisienne gynécologue. Comme la profession d’avocat ou d’ingénieur, celle de médecin représente une des portes par lesquelles la Tunisie accède à la modernité contemporaine, avec le plus qui revient au rôle et à l’image du médecin, reliés à l’imaginaire social construit autour de la vie, de la santé et de la mort.

Continuer la lecture